Socialisez

FacebookTwitterRSS

Surveillance renforcée d’une forêt classée au nord de Libreville, sujette à une exploitation illicite de ses ressources

Auteur/Source: · Date: 23 Août 2011
Catégorie(s): Environnement,Société

Le ministère gabonais des Eaux et Forêts a renforcé la surveillance de la forêt classée de la Mondah, à une trentaine de km au nord de Libreville, pour mettre un frein à l’exploitation illicite de ses ressources.

Depuis lundi dernier, des patrouilles de surveillance des agents des eaux et forêts sillonnent le secteur. Elles ont déjà saisi plusieurs tronçonneuses servant à abattre les arbres utilisés pour la fabrication du charbon de bois.

Depuis lors, le trafic des camions transportant cette ressource a fortement diminué dans la contrée. “L’opération connaît un franc succès”, ont indiqué des riverains.

Selon les agents des eaux et forêts, les pressions anthropiques constituent le premier facteur favorisant la déforestation du bassin de la Mondah, en plus de l’exploitation du sable et des carrières de calcaire.

“Il faut donc sévir pour protéger le reste de cette forêt”, ont-ils indiqué, ajoutant que l’accent sera également mis sur la sensibilisation des populations locales qui, par le passé, accusaient les agents des eaux et forêts de favoriser la déforestation en raison notamment de leur laxisme.

Située sur la presqu’île entre Libreville et le Cap Estérias, la forêt classée de la Mondah est sujette à une intense exploitation aussi bien par les riverains que les hommes d’affaires en provenance de la capitale.

Pour avoir fait l’objet d’une chasse effrénée, la faune est pratiquement en voie de disparition tout comme certains essences caractéristiques de la forêt littorale (okala, evino, ngom, ngaba) ainsi que les très hauts arbres de la forêt primitive (ozouga, azobé andoung).

Pour prévenir la disparition totale du massif forestier, l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF) a été dotée, à partir de 1991, de moyens pour assurer son sauvetage, avec les aides extérieures de la Banque mondiale et des Coopérations allemande et belge.

L’ENEF assure l’inventaire, le reboisement, la conservation du patrimoine mais aussi l’ouverture de la forêt à un écotourisme de découverte. 


SUR LE MÊME SUJET
Près de 70 (69 au total) nouveaux agents des eaux et foret ont reçu lundi au Cap Estérias (30 km au nord de Libreville) leurs parchemins après trois à cinq ans de formation selon les niveaux de formation. Parmi les 69 nouveaux agents sortis de l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF), 26 sont des ingénieurs et les 43 autres sont des techniciens supérieurs des eaux et forêts. A l’occasion ils ont étés appelé par la marraine de cette promotion, Marie Thérèse Vané à faire preuve d’humilité dans leur démarche professionnelle. "L’humilité doit vous amener à comprendre que tout édifice ne se ...
Lire l'article
Libreville abrite, du 3 au 14 octobre, la 8e édition de l’atelier de formation en Économie et politique de gestion des ressources naturelles. Organisée conjointement par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le gouvernement gabonais, cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet «Maîtrise des outils de gestion de l’environnement pour le Développement (MOGED)». Une trentaine de cadres des secteurs publics, parapublics et privés de l’espace francophone intervenant dans la gestion et la valorisation des ressources de l’environnement provenant de dix-sept pays francophones (Benin, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Congo (RDC), Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Haïti, Liban, Mali, Mauritanie, Niger, République ...
Lire l'article
Les habitants du Cap Estérias, à une trentaine de kilomètres de Libreville, sont montés au créneau en début de semaine, pour dénoncer certaines actions menées par les opérateurs économiques, qui participent selon elles, à la destruction de l’environnement. Parmi les actions dénoncées par les habitants dudit département, figurent l’exploitation intensive du sable dans les carrières jouxtant la forêt classée de la Mondah, voire même à l’intérieur de celle-ci et un déboisement sauvage perpétré par certains habitants de la localité, en dépit des panneaux indiquant le caractère privé de cette zone. Un comportement qui selon les autochtones, participe à ...
Lire l'article
Le ministère gabonais des Eaux a lancé lundi des patrouilles en vue de mieux surveiller la forêt classée de la Mondah, au nord de Libreville, soumis à une exploitation illicite de ses ressources. Selon les populations locales, cette opération connaît un franc succès, le taux de circulation des camions transportant le charbon de bois ayant fortement diminué depuis lundi, sans oublier la grande quantité des scies à moteurs saisies par les agents des eaux et forêts depuis le début de l’opération. Selon les agents des eaux et forêts, les pressions anthropiques constituent le premier facteur favorisant la déforestation du bassin de ...
Lire l'article
Un pan de la forêt Classée de la Mondah, dans le département du Cap Estérias, a été transformé depuis quelques semaines en décharge publique par des inconnus, bafouant ainsi tout effort du gouvernement et des ONG fournis pour la protection de cet environnement. Depuis plusieurs semaines, des tas d’ordures s’amoncèlent particulièrement à l’entrée de la parcelle des Conservateurs, considérée comme le laboratoire naturel des chercheurs et étudiants de l’Ecole Nationale des Eaux et Forêt (ENEF), au grand désarroi des populations de la localité. Le plus étonnant dans ce comportement qui se résume en une violation flagrante des notions de protection de l’environnement, ...
Lire l'article
Une partie de la forêt classée de la Mondah (FCM) dans le département du Cap Estérias, à une trentaine de km de Libreville, est en passe de devenir une décharge publique. Depuis une semaine, des tas d’ordures s’amoncèlent particulièrement à l’entrée de la Parcelle des Conservateurs, considérée comme le laboratoire naturel des chercheurs et étudiants de l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF). "Voilà une poubelle qui est en entrain de se créer dans une forêt intégralement protégée, devant les agents des eaux et forêts qui sont pourtant payés pour la protéger", a fait observer un riverain. "Les agents doivent savoir qu’ils ...
Lire l'article
Le chef du Laboratoire géomantique du Cap Estérias, Dr Francis Bourobou a sollicité l’implication personnelle du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba pour sauver la forêt classée de la Mondah (nord de Libreville) qui subit d’énormes pressions anthropiques. Le Dr Bourobou a dit qu’il faut un plan d’aménagement pour la forêt classée de la Mondah avec une gestion qui implique les populations locales, l’administration des Eaux et forêts, les responsables politiques. Il a précisé que l’implication du chef de l’Etat gabonais pourrait permettre de sauver cette espace protégé de la forêt du Cap Estérias. Le chef du laboratoire géomantique a demandé que ...
Lire l'article
Le vice-président du conseil départemental du Cap Estérrias, Roger Kadima, a sollicité dimanche l'aide des organismes chargés de la protection des forêts en vue de la sauvegarde du massif forestier de la Mondah. ''Nous cherchons l'appui et l'aide des organismes travaillant dans la protection des forêts en vue de sauvegarder ce qui reste du massif forestier de la Mondah '', a déclaré M. Kadima au cours d'un entretien avec le correspondant local de l'AGP. Il a estimé que la lutte contre la déforestation de ce massif forestier incombe aussi bien aux agents des eaux et forêts qu'aux responsables politiques du département. ''Nous devons ...
Lire l'article
Les savanes, selon une étude préliminaire présentée vendredi dernier à l'Ecole nationale des Eaux et Forêts (ENEF) par Patrick Tesse, ingénieur des eaux et forêts, seraient menacées de disparition dans le parc national de la Lopé, a constaté le correspondant local de l'AGP. ''Suite aux températures de plus en plus élevées depuis la fin de l'époque glaciaire, les savanes de la Lopé subissent une colonisation sans précédent de la forêt'', a révélé Patrick Tesse. ''Cette disparition des savanes au profit des forêts a un impact considérable sur l'ensemble des écosystèmes de la région qui se trouvent bouleversés actuellement'', a édifié ...
Lire l'article
Les agents de la brigade des eaux et forêts du Cap Estérias, à une trentaine de kilomètres au nord de Libreville, ont initié le 23 juin dernier dans le département du Komo Mondah, une vaste campagne de sensibilisation sur le respect des écosystèmes, notamment de la forêt classée de la Mondah. Cette campagne vise surtout à sensibiliser les populations sur la valeur de ce patrimoine naturel pour prévenir les dégradations auquel il sera exposé avec la construction annoncée dans les environs d'un port en eau profonde. La protection des écosystèmes du département du Komo Mondah, qui abrite notamment la forêt ...
Lire l'article
Près de 70 nouveaux agents des eaux et forets reçoivent leurs parchemins
Gabon : Libreville carrefour de la Gestion des ressources naturelles
Destruction de la forêt classée de la Mondah : les populations du Cap Estérias expriment leur mécontentement
Lutte contre l’exploitation illicite dans une une forêt classée au nord de Libreville
La forêt classée de la Mondah transformée en décharge publique
Une partie de la forêt classée de la Mondah transformée en décharge publique
Environnement: Appel au chef de l’Etat pour la sauvegarde de la forêt classée de la Mondah
Gabon: Appel à l’aide pour la sécurisation de la forêt classée de la Mondah
Gabon: Environnement :Les savanes menacées de disparition dans le parc national de la Lopé
Gabon : Le Cap Estérias lance un appel pour sauver la forêt classée de la Mondah


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Août 2011
Catégorie(s): Environnement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*