Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La biométrie en 2013

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2011
Catégorie(s): Politique

Dans une interview publiée ce 27 août par le quotidien “L’union”, le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, est revenu sur les deux textes législatifs, pris en conseil des ministres du 11 août ; l’un portant sur le code électoral et l’autre sur la loi relative aux partis politiques. Dans cet entretien, le ministre a également annoncé que «dans le cadre du code électoral nouveau, la biométrie sera applicable dès les élections locales de 2013».

Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de l’Immigration et de la Décentralisation, Jean François Ndongou, est revenu, dans un entretien publié ce 27 août par le quotidien “L’union”, sur les deux textes législatifs pris en conseil des ministres du 11 août. Une interview d’autant plus importante que l’opposition et une partie de la société civile ont critiqué le pouvoir en place, assimilant ces modifications à un «recul de la démocratie».

«Il s’agit respectivement de l’ordonnance n°009/PR/2001 modifiant, complétant et abrogeant certaines dispositions de la loi n°7/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections politiques en République gabonaise. Et la loi n°24/96 du 6 juin 1996 relative aux partis politiques. Cette dernière, faut-il le préciser, n’est encore qu’un projet de loi qui va emprunter le circuit normatif que nous connaissons, c’est-à-dire l’examen au Parlement avant sa promulgation. Toujours est-il que les modifications survenues dans ces deux textes sont la suite logique des retouches apportées dernièrement dans notre Constitution (…) Ces correctifs, c’est pour mettre, autant que faire se peut, un terme aux lacunes observées et décriées. On ne peut donc pas parler de recul de la démocratie quand on cherche à élaguer les aspérités de notre processus électoral», a expliqué le ministre.

Selon Jean François Ndongou, les corrections portent, en ce qui des partis politiques, sur le mode de création et de déclaration, les principes fondamentaux de fonctionnement et sur l’union, la fusion, la scission, le financement, les sanctions, la suspension et la dissolution. «Par exemple, la loi dispose désormais que pour créer un parti politique, il faut avoir au moins 9000 adhérents dans les neufs provinces. Par cette mesure, il s’agit de renforcer la légitimité des partis politiques, d’éviter leur provincialisation (…) Les modifications apportées font aussi obligation à tout parti politique de disposer dorénavant d’un siège et d’une adresse distincts», a indiqué le ministre.

Concernant le code électoral, «les modifications dans ce sens portent essentiellement sur la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap) et les opérations concernant le vote», a souligné Jean François Ndongou, ajoutant que «le législateur a jugé nécessaire d’adapter certaines dispositions aux exigences de l’heure. Conformément à la loi, il a été réaffirmé le transfert du siège de cette institution en tout autre lieu du territoire national en temps normal ou en cas de force majeure, pour permettre à cette structure de fonctionner dans la tranquillité. Autre innovation, le vote aura désormais lieu le samedi et non plus le dimanche…».

Interrogé sur la place de biométrie dans les modifications inscrites dans la loi électorale, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de l’Immigration et de la Décentralisation a répondu : «l’introduction de la biométrie dans le processus électoral constitue l’une des préoccupations du gouvernement. Cet aspect est d’ailleurs à l’origine de la révision du code électoral dont l’article 4 nouveau stipule que le prélèvement des empreintes et l’identification photographique de l’électeur ne seront applicables qu’à compter des élections locales de 2013». Une déclaration qui ne manquera pas certainement pas de faire réagir l’opposition. 


SUR LE MÊME SUJET
La Loi sur les caractère des données biométriques devrait être désormais appelée : « La Loi Pierre Mamboundou », a annoncé lors de la lecture de l’oraison funèbre Maître Louis Gaston Mayila, compagnon politique de l’illustre disparu. Selon lui, le défunt Pierre Mamboudou aura été l’initiateur de ce combat qui participe à l’amélioration du système électoral au Gabon. Pour Louis Gaston Mayila, parler de biométrie rappelle forcement le défunt qui s’était engagé dans ses derniers jours à accroitre la campagne de l’introduction de la biométrie au côté de la société civile et des partis politiques de l’opposition tous regroupés ...
Lire l'article
Invité par la radio panafricaine (Africa n°1), en vue d’éclairer l’opinion sur la capacité du gouvernement à garantir la transparence lors des prochaines élections législatives, le Ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a déclaré que « la contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques ». « Malheureusement, la contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques et la volonté des différents gouvernements d’abriter la transparence, elle est toujours là. Ce qui signifie qu’en Afrique, nous avons souvent des mauvais perdants », a-t-il regretté. « Que les partis politiques de manière générale se préoccupent de l’introduction de la ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, le président de la République gabonaise dans son discours à la Nation, à la veille de la célébration de la fête nationale, passant en revue les actions qui ont été posées durant cette année, et qui concourent à l’éclosion et à la vivification de la démocratie au Gabon, de l’unité nationale et à la paix, a appelé les Gabonais à se plier au verdict de la Cour Constitutionnelle par rapport à sa décision de ne pas inscrire la biométrie dans le processus électoral. En indiquant que « la biométrie n’est pas une fin en soi », mais qu’ ...
Lire l'article
A force de laisser quelques hommes impopulaires et incompétents de notre majorité faire la pluie et le beau temps sur des questions pourtant très importantes telle que la préparation des élections législatives avec un système à caractères biométriques, nous sommes dorénavant réduits à prendre acte des exigences du peuple gabonais et de l’incapacité du gouvernement à pouvoir y répondre. Cette situation complexe tend à conduire notre pays inexorablement vers le chaos si des mesures républicaines ne sont pas au rendez vous. Et c’est le moins que l’on puisse dire quand on a tous été témoin des évènements qui ont plongé ...
Lire l'article
Gabon : Adoption de la loi sur la biométrie
Les deux chambres du Parlement ont adopté, le 17 juin à Libreville, en séances plénières, en des termes identiques, le texte de loi sur la protection des données à caractère personnel. Cette initiative salutaire pose les fondations de l’introduction de la biométrie dans le processus électoral au Gabon… après les législatives de 2011. La proposition de loi sur la protection des données à caractère personnel a été adoptée le 17 juin à Libreville. Réunies séparément en séances plénières, les deux chambres du Parlement ont approuvé, en des termes identiques, ce texte qui introduit la biométrie. «Cette loi constitue une étape ...
Lire l'article
Le Gabon a officiellement renoncé à l'introduction de la biométrie dans le processus électoral en vue des législatives qui se dérouleront donc d'ici la fin de l'année 2011 et ne seront pas reportées à 2012, a annoncé le ministre de la Communication mardi. La Cour constitutionnelle a décidé qu'il n'y avait lieu ni à évocation de cas de force majeure ni de report des élection législatives (...) Le gouvernement prend acte de cette décision (...) et va organiser les prochaines élections législatives conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur, a annoncé le ministre Paul Ndong Nguema en lisant un communiqué ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo a invité, le 28 avril, la classe politique gabonaise et la société civile à un débat sur l’utilisation de la biométrie lors des prochaines législatives. Au terme des exposés qui ont établi les coûts et mis en contrepoids l’organisation en janvier prochain de la coupe d’Afrique des nations (CAN), un dilemme se pose, à propos duquel il s’agit désormais de décider ensemble de l’utilisation de la biométrie ou du report des législatives. Un autre rendez-vous à ce sujet est prévu le 9 mai. En vue de donner une suite aux différentes revendications de l’opposition au sujet ...
Lire l'article
Le leader du Parti social démocrate (PSD), Pierre-Claver Maganga Moussavou, a déclaré lundi lors d’un point de presse animé à Libreville que l’utilisation lors des prochaines élections législatives des cartes d’électeurs biométriques permettra de combler les carences observées dans le fichier d’Etat civil . M. Maganga Moussavou a condamné les récentes déclarations du ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou après sa rencontre avec la présidente de la Cour constitutionnelle Marie madeleine Mborantsuo sur l’instauration de la biométrie dans le fichier électoral gabonais. « Tout ce qui se fait sur la base du fichier d’Etat ...
Lire l'article
Un chronogramme d’actions permettant d’arriver à la confection d’un fichier d’état-civil et fichier électoral fiable sera présenté dans quelques semaines au gouvernement afin d’introduire les données biométriques dans l’établissement des listes électorales, selon le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Un chronogramme d’actions permettant d’arriver à la confection d’un fichier d’état-civil et fichier électoral fiable sera présenté dans quelques semaines au gouvernement afin d’introduire les données biométriques dans l’établissement des listes électorales, selon le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean François Ndongou. ‘’Dans quelques semaines, nous allons présenter au gouvernement le chronogramme des actions pouvant nous permettre d’arriver à ...
Lire l'article
Les partis politiques de l'opposition ont introduit le 21 janvier dernier auprès de la Cour Constitutionnelle un recours contre l'arrêté portant sur l'ouverture de la période de révision des listes électorales. L'opposition réclame toujours l'introduction de la biométrie dans la confection du fichier électoral.    Dans un communiqué rendu public à Libreville le 21 janvier dernier, les partis de l'opposition dénoncent la mauvaise volonté du pouvoir en place d'organiser des élections justes, crédibles, transparentes et démocratiques en refusant l'apport des modifications nécessaires à la fiabilité du fichier électoral. A travers ce communiqué, les partis de l'opposition fustigent entre autres ''l'arrogance du ministre gabonais ...
Lire l'article
Politique / La loi sur la biométrie devrait être rebaptisée loi Pierre Mamboundou
Politique-Biométrie / « La contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques», Jean François Ndongou (Ministre de l’Intérieur)
Politique / « La Biométrie n’est pas une fin en soi », Ali Bongo Ondimba, président de la République
Gabon : Pour les législatives 2011, la biométrie n’est plus possible
Gabon : Adoption de la loi sur la biométrie
Gabon/législatives: pas de biométrie, pas de report
Gabon : Le grand dilemme entre la biométrie et la CAN 2012
Gabon : Le leader du Parti social démocrate (PSD) favorable à la biométrie
Chronogramme pour l’introduction de la biométrie dans le processus électoral au Gabon
Gabon : L?opposition dit non aux élections sans la biométrie


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*