Socialisez

FacebookTwitterRSS

La relance de l’opération ‘’Libérer les trottoirs’’ à Libreville sur fond de scepticisme (REPORTAGE)

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2011
Catégorie(s): Société

La seconde phase de l’opération ‘’Libérer les trottoirs’’ (interdiction de toutes activités commerciales au bord de la chaussée) a effectivement démarre dans la nuit de lundi à mardi à travers plusieurs sites de la capitale gabonaise, à l’initiative de la mairie de Libreville, sur fond de doutes quant à la capacité réelle de la municipalité à « venir à bout d’un tel fléau », alors que pointe la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football 2012.

Mardi, 1 heure 32, des tables et tabourets des commerçants brûlent dans plusieurs points stratégiques de la ville où des vendeurs avaient pris leurs quartiers depuis des lustres en dépit de l’oukase de l’autorité municipale qui a constamment demandé de ne pas confondre trottoir et marché.

OPERATION SANS EXCLUSIVE

Ainsi, l’opération ‘’Libérer les trottoirs’’, deuxième édition après celle de 2009 commence, sans exclusive.

Des équipes municipales, très mobiles, passent au crible les coins et recoins anarchiquement occupés et où, pêle-mêle, les ménagères pouvaient se ravitailler en bannes, manioc, prune, tomates, poissons, légumes, viande, volaille et même gibiers, posés à même le sol, dans des conditions hygiéniques déplorables.

Certains s’étaient littéralement rapprocher des chantiers (échangeurs) sans redouter les risques d’accident ou les conséquences d’une exposition prolongée des marchandises à la poussière du ciment ou de latérite,

La nuit avance. Des feux tricolores de Nzeng Ayong ( 6ème arrondissement) à ceux des Charbonnages, du carrefour IAI, en passant par l’ex-gare routière et le rond-point d’Awendje, le personnel municipal, mobilisé et soutenu par des sapeurs-pompiers, s’active, sans dérapages, selon les consignes.

STRESS DES CITADINS

Aux aurores, la circulation devient fluide là où naguère, les embouteillages avaient stressé des citadins.

Dans la ligne de mire de l’Hôtel de ville figure également les épaves de véhicules dont une bonne partie, encombrait non seulement la chaussée, mais l’avait aussi transformé en fourrière.

« Il était temps. Cette nouvelle opération‘’ Libérer les trottoirs’’ est salutaire. Les chefs de famille redoutaient la rentrée scolaire prochaine avec les sempiternels embouteillages en partie causés par les trottoirs pris d’assaut par des commerçants, sans foi ni loi, dans la quasi-totalité des quartiers de Libreville », soupir Jean-Léon, employé de banque.

MEMES CAUSES, MEMES EFFETS

Philippe, automobiliste, lui aussi, stigmatise le comportement des commerçants qui obstruaient la chaussée audacieusement, devant la force publique et s’inquiète que les « mêmes causes ne produisent les mêmes effets ».

A la veille de la descente sur le terrain de 400 employés municipaux avec comme ordre de mission d’éviter l’ « occupation anarchique du domaine public », le Maire de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane s’est employé à rappeler que l’opération ‘’Libérer les trottoirs’’ visait à « donner à notre capitale un visage plus avenant pendant la Coupe d’Afrique des Nations », conjointement organisée par le Gabon et la Guinée-Equatoriale, en janvier-février prochains.

Message relayé avec force et détails par le quatrième maire adjoint, Léandre Nzué, à travers les points de ventes illégaux.

Mieux. Pendant sa tournée, il a incité les vendeurs encore réfractaires à saisir les opportunités offertes par la Mairie.

« Nous avons construit des marchés à Ambowé et à Louis (1er Arrondissement), à Nzeng-Ayong (6éme Arr.) et invité les commerçants à occuper les places gratuitement avec en prime une chambre froide, sans frais ».

Une adresse en fait renouvelée en direction des commerçantes qui, très souvent, rétorquaient que lesdits marchés étaient géographiquement mal placés, voire excentrés.

Un discours battus en brèche par quelques femmes ayant finalement accepté de se déplacer, de libérer les trottoirs.

« C’est dommage que l’on puisse penser que ce marché soit excentré. De tout temps, c’est la clientèle qui va au marché et non le marché qui vient à lui », réagit Martine, vendeuse de légumes en présentant sa marchandise presqu’asséchée, faute de clients.

RISQUE D’ACCIDENT

Sa voisine, Hortense, préfère « sauver » sa peau car, dit-elle, « je ne veux pas m’exposer dans la rue pour cause d’accident. Libreville est en chantier. Comment comprendre que des commerçants puissent vendre à proximité d’un échangeur en construction où les ouvriers sont protégés par des casques alors que des femmes prennent, chaque jour, le risque de se retrouver devant ce chantier, sans tenir compte de leur propre sécurité ».

Impératif de sécurité, besoin de propriété de la ville et souci de rentabilité se bousculent dans l’argumentaire des uns et des autres au point que la presse s’interroge sur les suites de cette opération de « lutte contre l’insalubrité et l’occupation du domaine public ».

ETERNEL RECOMMENCEMENT

S’agit-il de « l’Arlésienne de l’hôtel de ville ? », écrit, mardi, le quotidien l’Union et qui ajoute que c’est « l’éternel recommencement ».

Et, l’Union de se poser une série de questions: « Les agents municipaux chargés de l’opération ‘’Libérer les trottoirs’’ seront-ils, cette fois -ci, moins sensibles aux signaux de la corruption ? Les propriétaires de garages se soumettront- ils aux directives de l’Hôtel de ville ? Rien n’est moins sur ».

En écho, les autorités municipales sont effectivement passées de la parole aux actes.

Ce mercredi, des agents municipaux reconnaissables à leurs chasubles vert-fluo sillonnent, à bord de 4X4, différents quartiers, traquent hommes et femmes qui persistent dans l’incivisme en exposant toujours leurs produits en dehors des places autorisées.

Une course-poursuite s’engage. Elle finit par la saisie d’un peu de tout (aliments, brouette, vêtements, chaussures…).

Selon un agent de police affecté à l’Hôtel de ville, cette saisine prendra, sous forme de don, la direction des bonnes œuvres.

« Avis donc à tout ceux qui bravent la loi, lance-t-il.

PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT

De son côté, Léandre Nzué, Maire-adjoint, prolonge. Plus rien ne sera comme avant à Libreville où se concentre plus de la moitié de la population ( 1 million 200 cents mille habitants).

Le weekend écoulé, sur la première chaine de la télévision gabonaise (RTG1), il déclinait déjà les mesures prises par le Conseil municipal pour redonner du lustre à la capitale, dont la libération des trottoirs.

Dans la foulée, il conduisait les reporters de la RTG1 sur des projets en cours de réalisation: le marché de l’ex-gare routière et le futur marché de la Peyrie qui sera l’un des « plus grands d’Afrique centrale au terme de sa construction confiée a un consortium suisse ». 


SUR LE MÊME SUJET
Des centaines de logements et commerces ont été détruits à Libreville, dans le cadre de l’opération "Libérez les trottoirs", visant à raser les constructions "illicites" afin de construire des logements sociaux. Mais obligés de dormir dehors, certains habitants protestent, notamment contre l’absence de préavis avant la destruction de leurs habitations. Ils sont plusieurs centaines à subir les âpres conséquences de l’opération gabonaise « Libérez les trottoirs ». Ces habitants de Libreville ont vu, ces dernières semaines, leurs maisons ou commerces être détruits au tractopelle par l’armée. L’opération avait pour objectif de nettoyer la ville de ses logements anarchiques pour permettre, à ...
Lire l'article
Chassées des trottoirs il y a quelques mois seulement au cours d’une opération des services municipaux baptisée « Libérez les trottoirs », nombreuses sont les femmes commerçantes qui ont renoué avec cette mauvaise pratique, a-t-on constaté dans plusieurs quartiers de la commune de Libreville. Presque tous les soirs, les femmes commerçantes gabonaises et certains vendeurs à la sauvette de nationalités étrangères originaires pour la plupart de l’Afrique de l’Ouest écument les grands carrefours et leurs trottoirs pour écouler leurs marchandises, enfreignant ainsi les consignes et lois des autorités municipales. Ces cas sont visibles au PK5, Carrefour rio, ...
Lire l'article
A moins de cinq mois de l’organisation commune de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football 2012 par la Guinée Equatoriale et le Gabon, les chauffeurs de taxis de Libreville entendent y prendre une part active à travers l’amélioration de l’offre du transport urbain. « D’ici décembre, je range ce taxi, vieux de 12 ans, pour mettre en circulation un autre, neuf et climatisé », confie Arthur Bell, camerounais, surpris lors de sa pause dans une cafétéria, au centre-ville. QUALITE DU SERVICE A l’instar de plusieurs de ses collègues, il mise sur la qualité du service durant la CAN. « Il ...
Lire l'article
Une opération de recensement des artisans a démarré vendredi dans le département du Cap Estérias, à l’initiative de l’association des artisans de cette localité située au nord de Libreville. ‘’Cette opération vise à avoir un répertoire des artisans du département, afin d’initier des actions communes visant l’amélioration des conditions de vie et de travail des artisans’’, a expliqué M. Jean Baptiste Paboungomo, président de l’association des artisans. ‘’Il s’agit également de voir ensemble ce que nous pourrons apporter pour la valorisation de la culture locale et surtout d’étudier les voies et moyens pouvant permettre à l’artisanat de devenir ...
Lire l'article
A l’approche de la CAN 2012, Libreville a entamé son opération « ville propre »
Les rues et avenues de Libreville, la capitale gabonaise, font peau neuve grâce aux agents d’assainissement qui les nettoient en coupant herbes, curant les caniveaux et en abattant même les chiens errants pour faire place nette à la propreté pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) que le Gabon va conjointement organiser avec la Guinée Equatoriale. Pour cette opération qui devrait s’étaler sur trois mois, l’Etat gabonais a débloqué une enveloppe de 800 millions de francs CFA dans le cadre d'un plan d’urgence de lutte contre l’insalubrité, entamé depuis février dernier. Selon l’Agence Gabonaise de presse, 492 millions de francs CFA ...
Lire l'article
Libreville, 1er septembre (GABONEWS) – Les activités socioéconomiques ont repris ce mardi, leur cours habituel à Libreville où l’attente des résultats de la présidentielle restent néanmoins au centre de toutes les préoccupations. Depuis la fermeture des bureaux de vote dimanche dernier, les Librevillois qui ont remis le nez dehors que ce mardi sont dans l’attente des résultats de la présidentielle. Au soir du scrutin, les uns et les autres s’étaient retirés dans leurs domiciles, l’œil rivé sur la télévision nationale (RTG1), pour suivre l’émission « La Grande Nuit électorale » qui dévoilait au compte gouttes les tendances provinciales avec à ...
Lire l'article
Depuis cinq jours, les habitants de Libreville connaissent une pénurie de taxis, occasionnée par des mesures répressives de la mairie contre le non paiement, par les trois quarts des propriétaires de véhicules servant de transport urbain, de la patente et de la taxe municipale comptant pour l’exercice budgétaire 2009, a constaté GABONEWS. Usagers massés le long des artères, bagarres et bousculades – assorties de petits vols - pour emprunter les rares taxis qui circulent, telle est la scène qui s’offre, depuis cinq jours, à l’œillade de celui qui pratique la circulation urbaine de Libreville aux heures ...
Lire l'article
Produits alimentaires de base, jus de fruits local, vêtements traditionnels, vannerie, poterie, objets de décoration, tels sont entres autres les produits issus du savoir-faire des femmes qui exposent ce vendredi à la Cité de la Démocratie de Libreville, à l’occasion de la Journée Nationale de la Femme, célébrée les 17 avril de chaque année depuis 1998, a constaté un reporter de GABONEWS. Sur les lieux de la foire, le décor annonce la première attraction de l’événement. On découvre, avec émerveillement, des stands soigneusement disposés, meublés de couleurs vert et jaune, parfois bleu à l’exemple du drapeau national, ou tout simplement, drapés ...
Lire l'article
Le syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (SYLTTEG), a lancé lundi à Libreville, une campagne de sensibilisation en matière de sécurité routière dénommée « Transport correct». Cette campagne de sensibilisation d'une semaine vise à inviter l'ensemble des adhérents de cette structure à se mettre en conformité par rapport aux lois et règlements en vigueur en matière de transport terrestre dans le pays. Les transporteurs terrestres sont donc ainsi former sur des règles de bonne conduite automobile ainsi que sur d'autres aspects relatifs à l'utilisation des équipements de secours, gage d'une bonne conscience professionnelle dans ce secteur crucial du développement d’une ...
Lire l'article
En réaction au reportage diffusé par la télévision France 2, le lundi 3 mars, sur le patrimoine immobilier du président Bongo Ondimba en France, le gouvernement gabonais a convoqué l'ambassadeur de France pour lui exprimer son "étonnement". La rencontre a fait l’objet du communiqué de presse publié ci-après in extenso. La télévision France 2 a diffusé le lundi 3 mars dernier un reportage sur le patrimoine immobilier détenu par le président gabonais en France. Ce reportage s’appuyait sur un article publié en janvier dernier par "Le Monde" sur la base d’une enquête de la police française. La diffusion de ce ...
Lire l'article
À Libreville, l’opération “Libérez les trottoirs” laisse des centaines de Gabonais sur le carreau
Opération « Libérez les trottoirs » : Chassez le naturel il revient au galop
Dans l’optique de la CAN 2012, les chauffeurs de taxis de Libreville s’organisent (REPORTAGE)
Opération de recensement des artisans au nord de Libreville
A l’approche de la CAN 2012, Libreville a entamé son opération « ville propre »
Gabon: Reprise des acticités socioéconomiques à Libreville sous fond d’attente des résultats de la présidentielle
Gabon: Les usagers de Libreville confrontés à une vaste pénurie de taxis (Reportage)
Gabon: Journée Nationale de la Femme: le savoir-faire des Gabonaises exposés à Libreville (REPORTAGE)
Gabon: Une opération dénommée « Transport correct » lancée à Libreville
Gabon : Libreville proteste contre le reportage de France 2


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2011
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*