Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Mouvement « Bongo Doit Partir » répond favorablement à l’appel à l’unité de Pierre Mamboundou et de la Société Civile Gabonaise

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2011
Catégorie(s): Communiqués,Communiqués BDP,Diaspora,Discours,Politique


Pour obtenir le PDF, Cliquez ici


Prenant acte des appels à l’unité lancés, d’une part, par Pierre Mamboundou, président de l’UPG, et, d’autre part, par la société civile gabonaise par le biais de la coalition associative «Ça suffit comme ça », le mouvement politique en exil « Bongo Doit Partir » (BDP) affirme son adhésion totale et inébranlable à ces appels.

Saluant le rapprochement actuellement en cours entre la société politique et la société civile au Gabon, le BDP tient cependant à mettre en garde les acteurs de ce rapprochement contre toute attitude de naïveté qui consisterait, comme cela a souvent été le cas, à se mettre, une fois de trop, en position de mendiant de la démocratie. Le peuple ne doit jamais mendier la démocratie. Il doit l’arracher, voir l’imposer, par tous les moyens. Le BDP met également en garde ces mêmes acteurs contre toute attitude qui consisterait à continuer à commettre l’erreur d’exclure la diaspora gabonaise du débat politique national. Le BDP pense que le principe d’unité des forces vives de la nation doit s’appuyer sur une synergie de toutes ces forces où qu’elles se trouvent.

En outre, le mouvement « Bongo Doit Partir » rappelle qu’unir la société politique et la société civile autour d’un projet d’élections transparentes et crédibles au Gabon, à commencer par l’élection législative actuellement préparée de manière unilatérale et frauduleuse par le régime des Bongo, supposerait, comme il l’espère, que tout le monde ait désormais compris que le changement que les Gabonais souhaitent de toutes leurs forces ne viendra ni par les urnes ni par la bonne volonté des Bongo, et encore moins par le miracle de Jésus-Christ. A ce titre, il est indispensable que tout le monde tienne vis-à-vis des Gabonais un discours clair et honnête qui ne laissât plus aucune ambiguïté sur les intentions des partisans du changement aujourd’hui en voie d’unification.

Autrement dit, la clarté du discours que demande le mouvement « Bongo Doit Partir » impose que tout le monde, parlant de la même voix, adopte un langage ferme qui mettrait en avant les impératifs suivants :

–          Il ne s’agit plus de parlementer une énième fois avec les Bongo ou de faire des doléances maintes fois ressassées: cela fait 20 ans que les Gabonais parlementent et que les Bongo, pères comme fils, et accords après accords, roulent dans la farine des générations entières de Gabonais de tous bords qui ont cru que les Bongo étaient autre chose que des voyous au pouvoir ; le temps est venu de dire clairement à ces voyous, « On ne parle plus, on casse ».

–          Il ne s’agit plus de dissimuler la réalité à laquelle les Gabonais doivent faire face derrière des discours vagues comme « trop c’est trop » ou autres formules sans sens. Qu’est-ce qui est trop ? Il ne faut pas se tromper d’ennemi et il ne faut plus avoir peur de désigner clairement les ennemis du peuple. L’origine du mal gabonais ce sont les Bongo. Il faut donc clairement dire aux Gabonais que rien de bon ne peut se passer au Gabon tant qu’un Bongo sera au pouvoir. Pour que le Gabon change et s’évite 70 ans de bongoïsme héréditaire, donc, Bongo et les deux prostituées de la République qui soutiennent constitutionnellement ces bandits (Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo) doivent partir. Il nous semble que quand un despote autoproclamé président se permet de réformer unilatéralement la Constitution pour se donner le droit de légiférer par ordonnances, puis par la suite répudie le consensus de la classe politique pour tenir des élections frauduleuses, et enfin, profite de l’intercession parlementaire pour changer, par ordonnance et sans débat, la loi électorale de la nation, il faut se rendre à l’évidence : la bataille actuelle est avant tout une bataille contre la monarchie des Bongo.

–          Il ne s’agit plus de laisser les Gabonais deviner péniblement les intentions des leaders de nos classes politiques et civiles ou de se cacher derrière des discours supposés « responsables »: l’insurrection doit être, aujourd’hui, la visée la plus explicite et la plus urgente de toute la nation. Aucun Gabonais ne doit plus, au jour d’aujourd’hui, rester dans le flou, les mots d’ordre doivent être clairs et les intentions publiquement affichées. Si le but est d’empêcher les législatives et d’imposer la réforme, il faut dès maintenant y préparer les Gabonais et dire avec eux, sans ambages, que : « Ce que décide Ali Bongo, on s’en fout désormais. L’élection n’aura pas lieu. Un point c’est tout. »

–          Il ne s’agit plus de mettre en place des coalitions visant à la promotion des individus. Il s’agit de nationaliser le combat au-delà des hommes et d’affirmer l’impératif d’un changement immédiat basé sur des objectifs communs, le premier étant de mettre hors d’état de nuire les Bongo, le second étant d’instaurer au Gabon les principes de transparence qui mèneraient rapidement et immédiatement à des élections générales propres par lesquelles les Gabonais auraient enfin le loisir d’élire librement les leaders de leur choix ; pour cela, la Coalition à mettre en place doit clairement signifier son objet. Combattre une dictature est avant tout une lutte pour la vie ou la mort. L’état d’esprit doit être celui de la lutte car le régime en place ne fera de cadeau à personne. Pourquoi le ménager à notre tour ?

–          Il ne s’agit plus de confondre le Gabon avec une démocratie ni même pour les associations et syndicats d’avoir peur de politiser leur discours. La conférence nationale de 1990 ne fut possible que parce que syndicats et associations politisèrent leur discours en réclamant ouvertement la conférence nationale. Si tout le monde est désormais d’accord avec le BDP que le changement ne peut venir au Gabon ni par les urnes ni par la bonne volonté des Bongo, alors il est impératif de sortir des attitudes légalistes et faussement républicaines qui ont tendance, au Gabon, à saper puis détruire tout effort insurrectionnel. Dès lors que les lois gabonaises instituées par les Bongo ont été façonnées à la mesure de l’incapacité des Bongo à gagner une élection transparente au Gabon, il est impératif que tout le monde dise clairement que les lois gabonaises actuelles sont caduques et, en tant que citoyens libres et souverains, les Gabonais ne sont plus prêts à les respecter. L’objectif est la chute des Bongo. Ne tergiversons plus.

Pour sa part, le BDP se dit prêt à travailler, dans le cadre d’une vaste coalition des forces radicales nationales, à la mise en place des stratégies à même de causer, immédiatement, la plus grande crise politique de l’histoire du Gabon. Aucun groupe ne peut y arriver tout seul. Ce combat va demander l’engagement de toute la nation. Le BDP en appelle donc à une synergie immédiate et urgente de toutes les forces du changement au Gabon comme dans la diaspora en vue de la mise en place, dans un délai de deux semaines, d’un Commandement Suprême, dont la fonction sera, dès lors, d’élaborer un plan insurrectionnel visant à la chute immédiate des Bongo.

La langue de bois doit donc cesser. Le peuple doit montrer aux Bongo qui est plus bandit que qui. Si l’unité des forces du changement que les uns et les autres souhaitent est une démarche sincère, réaliste et déterminée, il ne faut plus faire de l’insurrection un secret. Les Gabonais sont tous d’accord qu’aucune élection ne doit se tenir sans biométrie. Ils veulent aussi que les élections ne se tinssent qu’après des réformes profondes qui déferaient le chiffon à la mesure de la petitesse des Bongo qui sert actuellement de Constitution au Gabon.

Le peuple et la classe politique doivent aussi savoir qu’il y a, dans toute dictature, des signes qui ne trompent pas : Quand un despote se sent obligé de contorsionner la loi aux fins de s’assurer des victoires trafiquées, c’est qu’il ne se sent pas bien assis ni stable dans son pouvoir. L’ordonnance anti-démocratique d’Ali Bongo de ce mois d’août est un aveu d’Ali Bongo que son pouvoir est fragile. Il faut donc passer aux actes. Le BDP se tient prêt à contribuer à une stratégie insurrectionnelle nationale, unitariste et cohésive qui, en deux ou trois petites semaines, mettrait les Bongo devant un seul choix : partir ou partir. Les Bongo doivent, plus que jamais, partir.

Fait à Montclair, New Jersey, Etats-Unis d’Amérique, le 31 août 2011

Pour le mouvement « Bongo Doit Partir »

Dr. Daniel Mengara, Président

Bongo Doit Partir
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052
Tél. : (+1) 973-447-9763
Fax : (+1) 973-669-9708


Pour obtenir le PDF, Cliquez ici


 

 

 


SUR LE MÊME SUJET
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours La version PDF peut s'obtenir ici pour impression et lisibilité plus facile. Depuis le malheureux et inopportun décès prématuré du très regretté Pierre Mamboundou, les données ont fondamentalement changé sur le terrain politique au Gabon. Ce changement de données appelle à une urgente et immédiate clarification non seulement du discours, mais également de l’objectif, de la part de toutes celles et de tous ceux qui se sont déclarés parties prenantes de l’idéal radical selon lequel aucune élection ne devrait se ...
Lire l'article
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” pleure le départ de Pierre Mamboundou
C'est avec la plus grande consternation que le mouvement "Bongo Doit Partir" a appris le décès, ce samedi 15 octobre 2011, de Pierre Mamboundou, opposant historique au régime des Bongo. Aux familles éprouvées par cette grosse et soudaine perte, et au peuple gabonais qui pleure avec nous son plus digne fils, notre mouvement transmet ses condoléances les plus émues. En Pierre Mamboundou vient de s'éteindre prématurément un monument national, un héros citoyen dont l'action politique désormais inachevée laisse dans le deuil et le désarroi un peuple qui attendait encore de lui le parachèvement de l'oeuvre de libération nationale commencée. Parmi tous les opposants ...
Lire l'article
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP) condamne la dissolution de l’Union nationale
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Le mouvement d'opposition en exil "Bongo Doit Partir" (BDP) condamne avec la plus grande fermeté le rendu du Conseil d'état du 28 juillet 2011 confirmant la dissolution du parti d'opposition gabonais "Union Nationale" (UN). Cette dissolution constitue une monumentale atteinte aux droits les plus fondamentaux des Gabonais militant au sein de ce parti, et confirme la culture de l'arbitraire pratiquée et cultivée depuis 44 ans par le régime bongoïste. Le mouvement "Bongo Doit Partir" (BDP) étant avant tout un mouvement constitutionnaliste et réformiste, c'est-à-dire qui s'active à rechercher, au Gabon, l'adoption et l'affirmation inconditionnelle d'une Constitution qui ...
Lire l'article
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Le PDF de ce document est disponible ici. A la classe politique gabonaise, notamment celle réunie au sein de la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA) et de l’Alliance pour le Changement et la Restauration et (ACR), dont les principaux leaders sont André Mba Obame de l’Union Nationale (UN) et Pierre Mamboundou de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Aux corps armés gabonais, Aux syndicats et membres et mouvements de la société civile, Aux étudiants. Il arrive dans la vie de toute nation un moment clé de son existence où l’impératif de convergence des aspirations du peuple en vue de ...
Lire l'article
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Communiqué de presse pour diffusion immédiate Le mouvement en exil « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) exprime sa vive inquiétude devant la montée actuelle de la répression et de l’arbitraire politiques au Gabon et s'étonne de la dissolution de l'Union Nationale. La dissolution d’un parti politique, quel qu’il soit, et la répression policière à l’endroit de citoyens exprimant leur souveraineté devant l’arbitraire et la dictature, sont des actes extrêmement graves et inacceptables qui ne peuvent laisser aucun Gabonais indifférent. Ces actes de dictature avérée commandent que chaque citoyen se rende désormais compte, plus que jamais, et une bonne fois pour toutes, que le changement ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou doit être destitué et accueilli au Gabon avec des œufs et des casseroles, dit la diaspora gabonaise
Suite à sa rencontre avec Ali Bongo le 27 septembre à Paris (voir photo ci-contre), désormais perçue comme un crime de haute haute trahison par la communauté gabonaise expatriée, Monsieur Pierre MAMBOUNDOU MAMBOUNDOU doit être destitué de sa qualité de président de l’UPG et les Gabonais doivent se rendre massivement à l’aéroport international Léon MBA pour l’accueillir avec des œufs et des casseroles. Voilà en substance le contenu du communiqué de presse publié aujourd'hui par la diaspora gabonaise, dont le texte est publié ci-dessous par le BDP. Communiqué de Presse de la Diaspora Gabonaise   DESTITUTION DE PIERRE MAMBOUNDOU DE L’UPG ET DEFIANCE ...
Lire l'article
Lettre du Dr. Daniel Mengara à Pierre Mamboundou: “Appel à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises”
Dans une lettre adressée aujourd'hui même au leader de l'Union du Peuple Gabonais (UPG), le Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau et candidat déclaré à l'élection présidentielle anticipée de 2009, appelle Pierre Mamboundou et les autres leaders de l'opposition et de la société civile à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises, en vue de barrer le chemin au bongoïsme. Notant les gros vices de forme ayant émaillé la transition actuele au Gabon, le Dr. Daniel Mengara remet en cause la possibilité d'une élection transparence au Gabon et invite plutôt l'opposition à ...
Lire l'article
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
En considération de la mystérieuse absence d'Omar Bongo qui semble avoir déserté ses fonctions dans le plus grand des secrets et sans que le peuple ait été informé des conditions de son absence, et de l'immobilisme des institutions de la République (Parlement et Cour constitutionnelle) n'osant déclarer la vacance pourtant plus qu'évidente du pouvoir au Gabon conformément aux injonctions de l'Article 13 de la Constitution gabonaise, la Coordination Nationale du BDP-Gabon Nouveau au Gabon a décidé de commencer à Rio, dès ce samedi 23 mai 2009 à 15h00, le débat de l'alternance politique démocratique au Gabon. La Coordination Nationale est ainsi ...
Lire l'article
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” pleure le départ de Pierre Mamboundou
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP) condamne la dissolution de l’Union nationale
Appel de la Communauté Gabonaise des Etats-Unis aux acteurs politiques et de la société civile gabonais
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Pierre Mamboundou doit être destitué et accueilli au Gabon avec des œufs et des casseroles, dit la diaspora gabonaise
Bongo Doit Partir
Lettre du Dr. Daniel Mengara à Pierre Mamboundou: “Appel à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises”
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2011
Catégorie(s): Communiqués,Communiqués BDP,Diaspora,Discours,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Le Mouvement « Bongo Doit Partir » répond favorablement à l’appel à l’unité de Pierre Mamboundou et de la Société Civile Gabonaise

  1. Jonas Eyi Ndong

    31 Août 2011 a 11:28

    Parfait. C’est comme ça que parle un homme digne de ce nom. Mais je doute que les autres leaders aient assez de couilles pour faire ce que vous dites. C’est dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*