Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : L’UPG persiste et signe

Auteur/Source: · Date: 5 Sep 2011
Catégorie(s): Politique

Malgré le démenti du gouvernement, publié le 2 septembre dans le journal “L’union”, selon lequel le président Ali Bongo n’a jamais prononcé l’expression «aller aux élections aujourd’hui sans la biométrie, bonjour les dégâts !», l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) persiste sur le fait que le chef de l’Etat est «bel et bien» l’auteur de cette déclaration. Selon le parti de l’opposition, «la déclaration du gouvernement est une diversion pour confirmer la volonté du PDG de ne pas appliquer la biométrie au cours des prochaines élections législatives, pour des raisons de manipulations électorales».

Le traditionnel conseil du secrétariat exécutif de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) s’est tenu le 3 septembre à Libreville. Au menu de ces travaux figurait en bonne place la communication du gouvernement parue le 2 septembre dans le journal “L’Union”. Selon cette déclaration du gouvernement, le président de l’UPG, Pierre Mamboundou, attribue au chef de l’Etat des propos qu’il aurait tenu, le 28 avril 2011, lors de la concertation avec la classe politique. Plus précisément la phrase «aller aux élections aujourd’hui sans la biométrie, bonjour les dégâts !».


Dans le communiqué final de la dernière réunion hebdomadaire de sa haute hiérarchie, l’UPG rappelle que «dans les communiqués sanctionnant ses travaux, dont celui du 4 juin 2011, [elle] avait attiré à nouveau l’attention du Gouvernement sur la nécessité d’être en concordance avec la volonté affichée par le Président de la République non seulement d’utiliser la biométrie dès les prochaines élections législatives, mais aussi de l’étendre à tous les autres domaines de la vie nationale.»

«Est-il besoin de souligner que lors de la conférence de presse donnée le 30 juin 2011, à l’Assemblée Nationale, les députés de l’Opposition avaient rappelé cette expression utilisée par le Président de la République lors de la consultation du 28 avril 2011. De même, en s’appuyant sur la déclaration du 15 juillet 2011 faite par les différents groupements de l’Opposition (ACR, APPO, CPPA, FS), le Conseil du Secrétariat Exécutif réaffirme que le Président de la République s’était bel et bien exprimé en ces termes : “aller aux élections aujourd’hui sans la biométrie, bonjour les dégâts !”», poursuit le communiqué de l’UPG.

Selon le parti de l’opposition, «la déclaration du gouvernement est une diversion pour confirmer la volonté du PDG de ne pas appliquer la biométrie au cours des prochaines élections législatives, pour des raisons de manipulations électorales».

Par ailleurs, l’UPG s’est penché sur l’organisation du concours spécial, le 7 septembre 2011 sur toute l’étendue du territoire, par le ministère de l’Education nationale, en vue de permettre aux élèves qui le souhaitent d’intégrer les établissements publics d’enseignement général. Prenant acte de cette information, conseil du secrétariat exécutif de l’UPG a exprimé son étonnement quant à la portée d’une telle initiative.

«En effet, le Conseil tient à rappeler qu’il y a 3 ans, le gouvernement avait eu recours aux établissements privés d’enseignement général de moindre prestige pour orienter les élèves admis en 6ème, à cause du déficit notoire des infrastructures dans les établissements publics. Le conseil demande au gouvernement d’édifier le peuple gabonais sur les efforts consentis en termes du nombre de salles de classes et de leur capacité d’accueil par province, pour recevoir les admis aux tests qu’il organise. Le conseil estime que cette opération relève purement et simplement du marketing politique consistant à s’attirer la sympathie des parents d’élèves et des élèves eux-mêmes, à la veille des élections législatives annoncées par l’Exécutif», conclut le communiqué final du conseil du secrétariat exécutif de l’UPG.
 


SUR LE MÊME SUJET
“Pas de biometrie, pas de transparence électorale, pas d’élections”, selon l’opposition
L'opposition et la société civile gabonaise ont annoncé qu'il n'y aurait "pas d'élections" au Gabon sans la mise en place de la biométrie au cours d'une conférence de presse à Libreville samedi, à l'approche de législatives qui doivent se dérouler avant fin 2011. "Pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d'élections" a déclaré Jules Aristide Bourdes Ogoulinguendé, secrétaire général du congrès pour la démocratie et la justice (CDJ, opposition), lors d'une conférence de presse réunissant différents partis d'opposition ainsi que la société civile. Ecartant la possibilité d'un boycott des élections par l'opposition, Zacharie Myboto président de l'ex-union nationale dissoute, a déclaré: ...
Lire l'article
Par Ursula Soares La décision est sans appel. La Cour constitutionnelle a décidé de ne pas introduire la biométrie pour le prochain scrutin législatif. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba l’a confirmé mardi soir 16 août. L’opposition, qui avait demandé cette mesure pour une meilleure transparence du processus électoral parle de « mise en scène ». Dans son discours à la Nation, à la veille de la fête nationale, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a confirmé, mardi 16 août 2011, que les législatives se dérouleraient sans biométrie. « La Cour a procédé à son arbitrage », a-t-il souligné « et je ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est entretenu le 13 juillet à Libreville avec Pierre Mamboundou, président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition). L’introduction de la biométrie dans le processus électoral était le principal point d’achoppement au cours de la seconde rencontre officielle entre les deux hommes. Les élections législatives 2011 et l’introduction de la biométrie dans le processus électoral étaient au centre de l’entretien, le 13 juillet à Libreville, entre le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo, et l’opposant Pierre Mamboundou, figure historique de l’Union du peuple gabonais (UPG) qui célèbre son 22e anniversaire ce 14 juillet. Des sujets importants ...
Lire l'article
Report des législatives au Gabon : la Cour constitutionnelle n’a pas tranché
Par RFI La Cour constitutionnelle gabonaise n'a pas pu se prononcer sur la demande de report des élections législatives de 2011 à 2012 pour permettre d'y introduire la biométrie, lors d'une audience publique vendredi 3 juin 2011. Après une concertation avec des partis de l'opposition et la société civile, le président gabonais Ali Bongo Ondimba avait annoncé le 9 mai que le gouvernement saisirait la Cour constitutionnelle pour demander un report des élections législatives de 2011 à 2012 afin de pouvoir y introduire la biométrie. Les réactions des politiques à l'absence de décision de la Cour constitutionnelle La décision de la ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle rejette la requête du gouvernement en vue du report des législatives
La Cour constitutionnelle a rejeté vendredi, la requête du gouvernement sur l’éventualité du report des élections législatives prévues avant la fin de l’année 2011, pour vice de forme. ‘’En l’état actuel de la législation en vigueur qui ne mentionne la biométrie nulle part pour ainsi traduire en actes normatifs l’accord politique du 9 mai 2011, et en l’absence au dossier d’un quelconque élément attestant de l’exécution des opérations relatives à l’application de la biométrie, il n’y a lieu à évocation ni d’un cas de force majeure, ni de report des élections des élections législatives en vue du ...
Lire l'article
OuattaraThabo MbekiMalgré la médiation de l'ex-chef d'Etat sud-africain , la crise politique persistait dimanche en Côte d'Ivoire après l'annonce d'un gouvernement d'Alassane , qui revendique la présidence comme son rival Laurent Gbagbo. Premier ministre de M. Gbagbo depuis l'accord de paix de 2007, Guillaume Soro, chef de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui contrôle le nord du pays depuis le putsch raté de 2002, dirige cette équipe et détient aussi le portefeuille de la Défense. Les autres ministères sont confiés à des membres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition d'opposition qui avait soutenu M. Ouattara ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur et opposant gabonais André Mba Obame a réitéré ses déclarations controversées sur l'éventualité d'"un coup d'Etat à la nigérienne" dans son pays, dans un entretien diffusé mardi par la télévision privée panafricaine Africa24. "En trois mois, je crois qu'on a fait pire qu'en dix ans. (...) Les militaires, c'est là où il y a le plus gros risque. Si la situation perdure, la méthode ou le cas du Niger peut faire école", a déclaré M. Mba Obame, secrétaire exécutif de l'Union nationale (UN) à l'antenne d'Africa24, basée à Paris. Dans un entretien publié sur Internet le 11 mars par ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris s’est opposé pour la troisième fois le 20 avril dernier à l’ouverture d’une information judiciaire sur les biens détenus par trois présidents africains en France, pour laquelle Transparency International, le réseau de juristes Sherpa et un citoyen gabonais font pression depuis plus de deux ans. Le Parquet de Paris explique que les plaignants qui dénoncent notamment des «détournements de fonds publics», n’ont aucune légitimité dans leur action dès lors qu’ils ne sont pas préjudiciables des faits reprochés. Cette fois c’est la légitimité des plaignants qui a été remise en cause par le Parquet de Paris, qui a ...
Lire l'article
L’assassinat de Norbert Zongo, directeur de publication de l’hebdomadaire « L’Indépendant » le 13 décembre 1998 demeure, 10 ans après dans un flou total, l’enquête diligentée par le gouvernement burkinabé sous la pression de la rue ayant accouché d’une souris. Une décennie de louvoiement de l’enquête officielle diligentée par le président Burkinabé Blaise Campaoré n’a pas émoussé la détermination du mécontentement populaire. La mort de Norbert Zongo, le 13 décembre 1998 avec trois compagnons d’infortune (Blaise Iboulou, Ablassé Nikiema et Ernest Zongo) est le marronnier du journalisme d’investigation. C’est après avoir débuté une enquête sur la mort, dans des conditions rocambolesques ...
Lire l'article
L'Union du Peuple gabonais (UPG, opposition), de Pierre Mamboundou, a célébré lundi dans la capitale gabonaise son dix-neuvième anniversaire; une cérémonie au cours de laquelle une seule allocution a été prononcée, notamment par le président de cette formation politique, qui a placée cet événement sous le signe de la consolidation des acquis et de la mobilisation pour les échéances futures. Le leader de l'UPG a insisté lors de cette manifestation sur la nécessité de l'implantation du parti sur toute l'étendue du territoire national afin qu’il puisse disposer de meilleures assises dans l'avenir. Ce parti compte aujourd'hui sept (7) députés élus à Libreville, ...
Lire l'article
“Pas de biometrie, pas de transparence électorale, pas d’élections”, selon l’opposition
Gabon : les élections législatives se tiendront en octobre et sans contrôle biométrique
Gabon : Mamboundou discute de biométrie avec Ali Bongo
Report des législatives au Gabon : la Cour constitutionnelle n’a pas tranché
La Cour constitutionnelle rejette la requête du gouvernement en vue du report des législatives
Côte d’Ivoire: la crise persiste, Ouattara nomme son gouvernement
Au Gabon, l’opposant Mba Obame persiste: “le cas du Niger peut faire école”
Justice : Transparency persiste mais Paris signe
BURKINA FASO: Affaire Norbert Zongo : 10 ans de flou persiste
Gabon: L’UPG fête son dix-neuvième anniversaire sous le signe de la consolidation des acquis


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Sep 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*