Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ali Bongo veut réprimer la dissidence par des menaces de poursuites judiciaires cependant frivoles

Auteur/Source: · Date: 11 Sep 2011
Catégorie(s): BDP@Médias,Diaspora,Politique

L’Egypte et la Tunisie ont réussi à renverser des régimes répressifs. Les citoyens en Syrie, le Yémen et autres pays du Moyen-Orient exigent des changements. Pourtant, en Afrique sub-saharienne en général et au Gabon en particulier, la population reste étrangement relativement silencieuse et continue d’être soumise à la domination brutale des dictatures au pouvoir. Pourquoi le calme relatif au Gabon?

La réponse, au moins en partie, est que le régime Bongo a au fil du temps, opéré une répression redoutable sur les dissidents, instituant un système qui donnait le choix aux dissidents entre la brutalité et l’appât du gain. Parce que les Bongos sont habitués à dominer leurs adversaires à l’intérieur du Gabon, ils pensent qu’ils peuvent aussi terroriser les Gabonais libres qui ont décidé de résider à l’extérieur, dans un environnement non contrôlé par la famille Bongo. La manifestation la plus flagrante de cette tentative d’intimidation et répression des opinions de gabonais vivant à l’étranger, est la décision prise par Ali Bongo, telle que rapportée par “La Lettre du Continent”, d’envoyer ses avocats après Daniel Mengara, un dissidents gabonais vivant aux Etats-Unis, et d’essayer de fermer son site Web qui connu pour être très critique de la façon dont la famille Bongo gere le Gabon.

Le ridicule de cette décision d’Ali Bongo de poursuivre Daniel Mengara, est démontré par le fait qu’en publiant un site web d’opinion, Daniel Mengara ne transgresse aucune loi, américaines ou internationales. Ce qui est peut-être plus inquiétant, et fournit des preuves claires de l’effort d’Ali Bongo d’intimider ses détracteurs et dissidents, c’est qu’il dit que le site publié par Mengara est diffamatoire.

Cependant, ce blog a passé toute la journée du samedi 10 Septembre 2011, à une recherche sur le contenu du site du BDP (site de l’organisation de Mengara) et nous n’avons pas pu trouver des preuves de diffamation envers Ali Bongo ou sa famille. Voici quelques exemples que nous trouvés:

1. Le site du BDP dit qu’Ali Bongo a volé l’élection en 2009. Ce n’est pas diffamatoire parce que les preuves présentées par tout observateur objectif conclues qu’Ali Bongo a perdu, y compris l’ambassade américaine au Gabon, comme indiqué dans les câbles Wikileaks.

2. Le site du BDP dit qu’Ali Bongo peut être d’origine non Gabonaise. Ce n’est guère diffamatoire car Ali Bongo a présenté un faux certificat de naissance dans son dossier de candidature a la présidentielle en 2009. Pourquoi aurait-il utilisé un faux certificat de naissance si sa filiation est bien établie?

3. Le site du BDP dit qu’Ali Bongo a volé l’argent public pour acheter des maisons, des voitures et autres biens de luxe. Ce n’est guère diffamatoire puisque les preuves à ce sujet sont si convaincantes contre la famille Bongo.

Comme vous pouvez le voir, toute critique objective du contenu du site BDP va convaincre tout observateur que la poursuite d’Ali Bongo contre Mengara va être frivole. Alors, pourquoi Ali Bongo profère t-il des menaces d’une poursuite dans ces circonstances? Parce qu’encore une fois, les Bongos cherchent à intimider les gens par de tels spectacles; qui non seulement peuvent détourner l’attention de la victime, mais peuvent aussi intimider ceux qui en sont témoins et voudraient critiquer le régime. Ali Bongo voudrait décourager les Gabonais autant que possible de jamais critiquer son régime, peu importe ce qu’il fait. Pour Ali Bongo, il est impératif d’empêcher le plus de gabonais possible d’avoir des «idées dangereuses», comme celles de leurs voisins en Tunisie ou en Egypte. Et il ne faut donc pas être étonné de constater qu’Ali Bongo fait tous les efforts pour réprimer la dissidence et étouffer les gabonais. Ali Bongo a appris de son père que la voie de la maitrise de la dissidence passe par l’utilisation de la force brutale, de la terreur, de l’intimidation, de l’humiliation et de la corruption.

Ce blog pense que la réponse appropriée de Mengara et d’autres dissidents, face aux menaces du régime Bongo, est de rester et demeurer résolu et ferme dans leur action de toujours affronter la dictature familiale des Bongos. Ce comportement de la famille au pouvoir est inacceptable et bien au-delà de ce qui est admissible dans une société civilisée et progressive que les gabonais méritent. Les gabonais libres ne devraient jamais se montrer complice du pillage de nos ressources qu’est en train de faire cette famille. 


SUR LE MÊME SUJET
Le conseil municipal du Cap Estérias (nord de Libreville) a menacé, vendredi, de poursuites judiciaires les opérateurs de téléphonie ‘’Moov’’ et ‘’Libertis’’ pour non-paiement des taxes depuis 2009, a appris l’AGP. Selon le conseil municipal, les deux opérateurs refusent de s’acquitter des taxes liées à l’implantation de leurs pilonnes dans la localité et doivent chacun près de 9 millions de FCFA à la municipalité du Cap Estérias au titre de 2009, 2010 et 2011. Crée en 2001, Moov est le 3ème opérateur du Gabon avec 8% des parts de marché, derrière Libertis (1999) avec 34% .
Lire l'article
La Cour de cassation a relancé mardi les poursuites judiciaires concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, une décision à haut risque pour Paris. La plus haute juridiction française a annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris de 2009 déclarant irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International concernant les familles d'Ali Bongo (Gabon), de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et de Teodoro Obiang (Guinée équatoriale). La Cour ordonne le renvoi du dossier à un juge d'instruction de Paris pour que soit instruite cette plainte de l'ONG, qui considère que les biens ...
Lire l'article
Sur la base des dépêches d’agences, nous avons relayé hier l’information faisant état de la démission du député du 4e arrondissement de Libreville, Jacques Adiahénot, du Parti démocratique gabonais (PDG). Si le concerné a démenti ces affirmations dans la presse nationale, la direction de l’AGP persiste cependant en soutenant que «l’information est fondée». De nombreux médias en ligne ont relayé le 23 mars dernier l’annonce relayée par l’Agence gabonaise de presse (AGP) de la démission de Jacques Adiahénot du Parti démocratique gabonais (PDG). Dans la matinée de ce 24 mars, le quotidien "L’union" a pourtant publié un démenti de l’ancien ...
Lire l'article
Libreville, 5 septembre (GABONEWS) - Les autorités gabonaises n’excluent pas des poursuites judiciaires contre des leaders politiques responsables d’incitation à l’insurrection, à la désobéissance, au tribalisme et la haine à travers des appels radio–télévisé avant, pendant et après la proclamation officielle des résultats de la présidentielle du 30 août, selon des sources dignes de foi. L’incitation à la violence s’est traduite par des mouvements insurrectionnels à Port-Gentil, deuxième ville du pays, où l’on compte déjà deux morts. Les victimes auraient été abattues par des tirs de calibre 12 détenus par des sympathisants de l’opposition. Radio-Bendjé, émettant dans la capitale économique, ...
Lire l'article
Parmi les nombreux candidats brandissant avec énergie leur étiquette d’indépendant, deux d’entre eux risquent fort de voler la vedette. Deux prétendants rentrés au pays pour mener campagne et dont le discours, la posture et le positionnement sont en rupture avec les us et coutumes de cette démocratie gabonaise « conviviale ». Le plus radical, Daniel Mengara (42 ans), a fondé en 1998 le parti Bongo doit partir (BDP), surtout connu pour son site Internet qui n’a cessé de fustiger le régime Bongo. Après onze années passées aux États-Unis, cet originaire de la province du Woleu-Ntem (Nord-Ouest) – qui a eu ...
Lire l'article
Dans un article publié le 26 mai, L'AGP fait état du programme de société du candidat Ali Bongo, qui annoncerait, comme Daniel Mengara, une augmentation du SMIG à 150.000 F CFA. Seul problème, c'est Daniel Mengara qui a été le premier à offrir sur son site de campagne une augmentation du SMIG à... 150.000 F CFA. Ali Bongo est non seulement un candidat kidnappeur de ses adversaires politiques (il a fait sequestrer Daniel Mengara à Libreville), mais aussi un pompeur de programme politique. Décidément, cet homme manque d'inspiration... Source: BDP-Gabon Nouveau
Lire l'article
La proximité et l'ambiguïté des relations qu'entretenait Omar Bongo avec la France apparaissent au fil des affaires judiciaires dans lesquelles son nom a été évoqué, qu'il ait lui-même été partie ou qu'il ait seulement été cité dans la procédure. L'affaire Elf. L'enquête ouverte en 1994 à Paris par la juge d'instruction Eva Joly met au jour les considérables "bonus" (commissions occultes) versés par la compagnie pétrolière française à Omar Bongo et à d'autres dirigeants africains afin de sécuriser ses approvisionnements. Outre ce mécanisme de corruption, l'enquête révèle l'existence de comptes domiciliés en Suisse, aux Etats-Unis et de sociétés immatriculées dans un paradis fiscal, ...
Lire l'article
Les Organisations non gouvernementales (ONG) Transparency International et le réseau de juristes Sherpa ont de nouveau déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre X visant trois chefs d'Etat africains qu'ils accusent de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Une précédente plainte déposée en mars 2007 avait débouché sur un non lieu en raison de l’insuffisance des preuves, mais cette démarche avait provoqué les foudres des dirigeants africains qui avaient dénoncé une campagne de dénigrement orchestrée par la France. Les relations diplomatiques entre la France et certains pays d’Afrique centrale pourraient être perturbées ...
Lire l'article
«La vulnérabilité de l’île Mandji face aux menaces naturelles et anthropiques». C'est le thème du séminaire scientifique ouvert ce 26 mai à Port-Gentil et organisé par département des sciences marines de l’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH). Ce séminaire de quatre jours vise à étudier et prévenir l’impact des changements climatiques et de l’expansion industrielle sur ce site à risque où est installée la capitale économique du pays. Le site qui abrite la capitale économique et les principales activités pétrolières du pays serait sous le joug des changements climatiques et l’expansion des activités humaines. Pour prévenir les risques divers liés ...
Lire l'article
Deux opérateurs de téléphonie mobile menacés de poursuites judiciaires par une municipalité
Poursuites relancées sur les “biens mal acquis” africains
Gabon : L’AGP confirme la dissidence de Jacques Adiahénot
Bongo Doit Partir
Gabon: Possibles poursuites judiciaires contre des leaders politiques Gabonais pour appel au soulèvement
Gabon: La société civile veut peser
Ali Bongo est non seulement un kidnappeur, Il pompe aussi le programme de société de Daniel Mengara
Bongo : une série d’affaires politico-judiciaires en France
Justice : Les ONG relancent les poursuites judiciaires contre les chefs d’Etat africains
Gabon : L’île Mandji face aux menaces des changements climatiques


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Sep 2011
Catégorie(s): BDP@Médias,Diaspora,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*