Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les accusations de Bourgi suscitent une pluie de demandes d’enquêtes

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Révélations

Les déclarations fracassantes de l’avocat Robert Bourgi sur de présumés financements occultes ont continué mardi d’agiter le monde politique, provoquant des demandes d’enquête en cascade de l’opposition mais aussi à droite.

Les députés PS ont réclamé une commission d’enquête parlementaire sur “la Françafrique”, estimant que “trop c’est trop!”.

“Avant l’élection présidentielle, on ne peut pas accepter cette situation nauséabonde”, a dit Alain Vidalies, porte-parole des députés socialistes. Pour autant, la commission d’enquête ne pourra voir le jour que si la majorité lui apporte son soutien.

M. Vidalies a aussi estimé que le parquet devrait lancer des investigations, rejoignant des demandes en ce sens de François Bayrou (MoDem) ou Noël Mamère (Europe Ecologie-Les Verts).

En fin d’après-midi le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire confiée à la brigade financière pour entendre Robert Bourgi.

“C’est de la rumeur, c’est du feuilleton, laissons la justice faire son travail, dire la vérité vraie”, a demandé la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse.

Sorti de l’ombre dimanche, l’ancien conseiller officieux de présidents français a suscité l’émoi en énumérant dans différents médias ses accusations sur de présumées mallettes d’argent des ex-colonies africaines déposées aux pieds de plusieurs présidents français et responsables politiques pour financer des campagnes présidentielles.

Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Jean-Marie Le Pen ont annoncé leur intention de porter plainte pour diffamation.

Dénonçant des accusations “totalement fantasmatiques”, un des avocats de M. Chirac, Me Jean Veil a dit : “M. Bourgi joue sur un certain nombre de tableaux, car il n’évoque que des faits qui sont prescrits, il est donc difficile de faire une enquête judiciaire”.

Pour Me Veil, “il faudra bien que M. Bourgi apporte la preuve de ce qu’il avance”.

Mais Robert Bourgi lui-même dit n’avoir “aucune preuve” de ses accusations, faisant valoir que “dans ce domaine-là, il n’y a aucune trace”.

Interrogé à Pékin, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et proche de Jacques Chirac, a répondu “espérer” qu’il “y aura des procédures judiciaires”. Il a affirmé ne pas se sentir “concerné ni de près ni de loin” par certaines affirmations de M. Bourgi sur le financement par les mêmes circuits d’un cercle de chiraquiens qu’il animait.

La question de la prescription des faits dénoncés sera selon toute vraisemblance au coeur de l’enquête judiciaire.

La loi de 1995 sur le financement de la vie politique prévoit des peines de cinq ans de prison pour ce type d’infractions mais les faits sont prescrits au bout de trois ans.

Pour l’avocat de Transparency International France, Me William Bourdon, “seule une enquête judiciaire permettra de dire si les faits sont prescrits ou non”.

Avant l’annonce du parquet, pour contrer un possible refus d’enquêter, il avait demandé aux juges l’audition de M. Bourgi dans le cadre de l’instruction, déjà ouverte, sur les “biens mal acquis” qui concerne notamment trois des chefs d’Etats cités par le conseiller officieux (Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée équatoriale et Omar Bongo du Gabon).

Les politiques s’accordent sur un point: vraies ou fausses, ces accusations viennent troubler le débat en cette pré-présidentielle, avec la hantise de voir revenir le “tous pourris”.

“Je pense qu’il y a là une manoeuvre mais je voudrais savoir dans quel but ? De la part de qui ? A qui profitent ces calomnies ?”, s’est interrogé l’ex Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

“Calomniez, salissez, il en restera toujours un peu”, a déploré le chiraquien Christian Jacob, patron des députés UMP.
 


SUR LE MÊME SUJET
Après les accusations de Robert Bourgi, voici celles de Mike Jocktane. Dans un livre à paraître ce jeudi en France, Le scandale des biens mal acquis, cet ancien collaborateur d'Omar Bongo confirme les accusations de Robert Bourgi et va plus loin, en affirmant que le défunt président gabonais a « contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy ». Mike Jocktane a été conseiller d'Omar Bongo à partir de 2005, promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition au fils Bongo quand celui-ci a pris la succession de son père. Accessoirement, ...
Lire l'article
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
L'avocat Robert Bourgi a démenti mercredi que l'ancien président du Gabon ait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, comme l'affirme l'ancien directeur adjoint de cabinet de feu Omar Bongo. Mike Jocktane, passé dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, affirme dans un livre que les supposées remises d'argent en espèces rapportées en septembre par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. "Ce que dit Robert Bourgi est vrai, mais incomplet : Omar ...
Lire l'article
Sarkozy financé par Bongo en 2007 ? Bourgi dément
L'avocat Robert Bourgi a démenti mercredi que l'ancien président du Gabon ait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, comme l'affirme l'ancien directeur adjoint de cabinet de feu Omar Bongo. Mike Jocktane, passé dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, affirme dans un livre que les supposées remises d'argent en espèces rapportées en septembre par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. "Ce que dit Robert Bourgi est vrai, mais incomplet ...
Lire l'article
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée, Robert Bourgi, sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin, a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi 16 novembre auprès du parquet de Paris. Dans une retentissante interview au Journal du Dimanche le 11 septembre, M. Bourgi, un avocat, avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin. Le parquet de Paris avait diligenté une enquête préliminaire le 13 septembre, dans le cadre de laquelle l'avocat ...
Lire l'article
Jean-Marie Bockel : “Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique”
L’ancien secrétaire d’État à la Coopération avait appelé "au décès de la Françafrique", en janvier 2008. Deux mois plus tard, il était débarqué. Jeune Afrique l'a consulté pour avoir son sentiment sur les récentes déclarations de Robert Bourgi, qui affirme avoir fait transité des mallettes "pleines de billets" entre des présidents africains et des personnalités politiques françaises, dont Jacques Chirac. Jeune Afrique : Les accusations de Robert Bourgi sont-elles crédibles ? Jean-Marie Bockel : L’existence de financements occultes était un secret de polichinelle. Mais durant mon passage à la Coopération, je n’avais pas connaissance de qui recevait, combien et comment. Je n’étais pas dans ces ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
L'ex-président du Front national Jean-Marie Le Pen a saisi jeudi la justice contre les accusations de Robert Bourgi sur un financement de sa campagne électorale de 1988 par des fonds occultes provenant du Gabon, a-t-on appris de source judiciaire. M. Le Pen a saisi le tribunal de grande instance de Paris d'une citation directe pour diffamation à l'encontre de M. Bourgi. Il demande 100.000 euros de dommage et intérêts. Aucune date n'a encore été fixée pour l'audience, a précisé cette source. Après avoir mis en cause Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Robert Bourgi, conseiller officieux pour l'Afrique de Nicolas Sarkozy, avait ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
"Je ne connais pas la Françafrique", a affirmé jeudi le président gabonais Ali Bongo en réaction aux accusations de Robert Bourgi sur des financements occultes à des dirigeants politiques français par des présidents africains, dont le défunt président Omar Bongo. "C'est une affaire qui ne nous concerne pas. (...) C'est une affaire qui pour moi relève du passé, je ne connais pas la Françafrique", a déclaré le président gabonais à l'issue d'un conseil des ministres délocalisé à Franceville (est), en référénce à l'expression désignant des réseaux opaques entre la France et des pays africains. "Il faut croire qu'il y a beaucoup de ...
Lire l'article
Accusations Bourgi: le Gabon demande de “laisser reposer en paix” Omar Bongo
Le Gabon demande "de laisser reposer en paix" le défunt président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin 2009, qui a été accusé par l'avocat Robert Bourgi de financements occultes avec d'autres dirigeants africains à des dirigeants politiques français, a annoncé à l'AFP la porte-parole de la présidence mercredi. "Le peuple gabonais réitère son voeu de voir les Français et les amis du Gabon laisser reposer en paix le président défunt", a déclaré Clémence Mezui Me Mboulou, appelant à respecter "les traditions gabonaises qui veulent qu'on laisse en paix les baobabs qui se sont couchés pour l'éternité". Par ailleurs, "le président de la ...
Lire l'article
"Ce que dit Bourgi est fondé sur une réalité", assure Lorrain de Saint-Affrique, exclu du FN en 1994. Un ancien conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen, Lorrain de Saint-Affrique, a confirmé mardi 13 septembre sur le site internet de Marianne les propos de Robert Bourgi sur des fonds occultes remis par l'ancien président gabonais Omar Bongo à Jean-Marie Le Pen, s'attirant un démenti immédiat. "Ce que dit Bourgi est fondé sur une réalité. J'en ai été le témoin en 1988. Il y a d’ailleurs beaucoup de témoins de tout cela. Trop de gens sont concernés pour que l’affaire soit étouffée ...
Lire l'article
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
L'avocat a accusé des figures politiques comme Jacques Chirac, Dominique de Villepin ou même Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de dirigeants africains pour financer leur campagne Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour entendre l'avocat Robert Bourgi qui a accusé Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, a-t-on appris auprès du parquet. L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-il précisé. Conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines, l'avocat franco-libanais a assuré, dans les médias, avoir remis à l'ancien président Jacques ...
Lire l'article
Biens mal acquis : les accusations d’un ex-collaborateur d’Omar Bongo
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
Sarkozy financé par Bongo en 2007 ? Bourgi dément
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
Jean-Marie Bockel : “Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique”
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
Accusations Bourgi: le Gabon demande de “laisser reposer en paix” Omar Bongo
Un ex-conseiller de Le Pen confirme les accusations de Bourgi
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Les accusations de Bourgi suscitent une pluie de demandes d’enquêtes

  1. Il faut laisser la justice de France faire le travail en france, et laisser les gabonais au Gabon! Chacun dans son pays! Si la france découvre qu’il y a des problemes, alors il faudra parler à ce moment, pas avant aprce que ça arrange l’opposition de croire bourgi!
    J’ai confiance en la justice de mon pays!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*