Socialisez

FacebookTwitterRSS

Robert Bourgi n’en finit plus de régler ses comptes

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2011
Catégorie(s): Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations

L’avocat franco-libanais a précisé hier ses accusations contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin, mais a pris soin d’épargner Nicolas Sarkozy. L’opposition demande une enquête et dénonce des « règlements de comptes nauséabonds ».

De l’ombre à la lumière. Homme des missions secrètes, porteur de valises entre Paris et son « pré carré » africain et représentant officieux de l’Elysée au sud du Sahara pendant des décennies, Robert Bourgi a décidé, depuis ses révélations chocs dans le « Journal du dimanche » ce week-end, de tout déballer sur ce qu’il qualifie lui-même de « côté obscur de la Françafrique ». L’avocat franco-libanais, qui fuyait jusqu’alors les journalistes, s’est répandu hier sur les radios, complétant ses accusations contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin. « Je suis un repenti, je bats ma coulpe », s’est-il justifié sur RFI. « Je veux une France propre », a-t-il assuré.

Robert Bourgi a notamment évalué à « vingt millions de dollars » les sommes provenant de dirigeants africains qu’il dit avoir remises à l’ex-président et l’ancien Premier ministre entre 1997 et 2005. Il a aussi affirmé sur Europe 1 avoir transporté des « cadeaux » pour les deux hommes. Selon lui, l’actuel leader de République solidaire « recevait des bustes de l’empereur, des pièces rares qui concernent l’empereur Napoléon et des masques africains ». Et d’ajouter perfidement : « Je souhaite qu’on les retrouve et d’ailleurs, il y a deux ans, il me semble que Dominique de Villepin a fait procéder à une vente. » Ces financements occultes ont existé également sous les présidents Pompidou, Giscard d’Estaing et Mitterrand, a-t-il affirmé. Mais il s’est dit « incapable » d’en estimer le total et… d’apporter la moindre preuve aux accusations qu’il formule. Selon les dernières déclarations faites par Robert Bourgi hier soir, Jean-Marie Le Pen aurait lui aussi bénéficier d’avoirs financiers fournis par l’ancien président gabonais Omar Bongo pour sa campagne présidentielle de 1988. Des propos aussitôt démentis par Jean-Marie Le Pen.

Robert Bourgi a redit que ce système frauduleux avait pris fin après l’élection de Nicolas Sarkozy. Sans vraiment convaincre. La présidente du Front national, Marine Le Pen, s’est publiquement étonnée, hier, sur France Info, qu’il « ne parle pas » de l’actuel chef de l’Etat « alors qu’il fait partie du premier cercle » de ses proches. « Rien ne s’est arrêté avec Sarkozy », a assuré, dans un entretien au « Parisien », un autre ancien « missus dominicus » de la « Françafrique », Jean-François Probst, ex-collaborateur de Jacques Chirac. « Bourgi s’est dépensé sans compter pour Sarkozy auprès de nombreux chefs d’Etats africains lors de la présidentielle de 2007 » et ce dernier « a filé à Libreville dès juillet 2007 et refait un deal avec Omar Bongo, qui lui aurait donné – dit-on -1 milliard de francs CFA ». Une mise en cause qui n’a suscité aucune réaction officielle de l’Elysée.

Enquête déontologique

L’opposition ne s’est, elle, pas privée de commenter ce flot d’accusations. Mais avec une certaine retenue. « Ces propos sont extrêmement graves. Mais je pense aussi qu’il y a des règlements de comptes au sein de l’UMP. Moi, comme toujours, j’attends les faits, j’attends la justice », a déclaré Martine Aubry sur France Bleu Hérault. « Il faut une enquête », a renchéri la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, pour qui « la tonalité » des propos de Robert Bourgi « ne sonne pas complètement faux ». Plus offensif, Laurent Fabius a évoqué « l’un des plus grands scandales de la droite depuis des décennies », si les « faits sont avérés ». Parlant de « spectacle affligeant », de « règlements de comptes nauséabonds », Ségolène Royal a appelé à « remettre de l’ordre moral juste » face à une « très grave affaire qui révèle des moeurs politiques totalement dégradées ». Pour la présidente du Poitou-Charentes, « la seule solution, c’est un bon coup de balai à ceux qui dirigent si mal le pays, font honte à la France ». Pour l’heure, le barreau de Paris, dont dépend Robert Bourgi en tant qu’avocat, a annoncé qu’il allait ouvrir une enquête déontologique à son sujet.

S. D., Les Echos 


SUR LE MÊME SUJET
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
L'avocat Robert Bourgi a démenti mercredi que l'ancien président du Gabon ait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, comme l'affirme l'ancien directeur adjoint de cabinet de feu Omar Bongo. Mike Jocktane, passé dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, affirme dans un livre que les supposées remises d'argent en espèces rapportées en septembre par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. "Ce que dit Robert Bourgi est vrai, mais incomplet : Omar ...
Lire l'article
Communiqué de Robert BOURGI en réaction à la dépêche AFP du 22 novembre 2011
J'ai eu connaissance d'une dépêche AFP datée de ce jour et évoquant une interview accordée par Monsieur Mike Jocktane aux deux auteurs du livre intitulé "Le scandale des biens mal acquis". Je tiens à préciser que durant toutes les années ou j'ai eu à collaborer avec le Président Omar Bongo-Ondimba, je n'ai jamais vu, ni rencontré, Monsieur Mike Jocktane. Je considère que ces allégations sont mensongères, diffamatoires et procèdent d'une manœuvre politique visant, d'une part, à jeter le doute sur la victoire légitime du Président Ali Bongo-Ondimba, et d'autre part, à troubler la bonne marche des relations franco-gabonaises. Dans cette même dépêche, il ...
Lire l'article
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée, Robert Bourgi, sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin, a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi 16 novembre auprès du parquet de Paris. Dans une retentissante interview au Journal du Dimanche le 11 septembre, M. Bourgi, un avocat, avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin. Le parquet de Paris avait diligenté une enquête préliminaire le 13 septembre, dans le cadre de laquelle l'avocat ...
Lire l'article
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
L'avocat Robert Bourgi, ancien conseiller officieux du président français pour l'Afrique, a été entendu jeudi après-midi par les juges chargés de l'enquête sur les biens mal acquis en France par trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Entendu en qualité de témoin, Robert Bourgi a toutefois expliqué ne rien connaître des détails de ce dossier, a déclaré à la sortie de l'audition Me William Bourdon, avocat de l'ONG anticorruption Transparency International (TI), partie civile dans ce dossier. Il dit qu'il a tout appris par la presse concernant le patrimoine acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, a ...
Lire l'article
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
En 2009 et 2010, six télégrammes de l’ambassade américaine à Paris, révélés par WikiLeaks, évoquent le rôle de Robert Bourgi dans les affaires africaines. Morceaux choisis. Le 25 février 2010 : « Maréchaux [conseiller Afrique à l’Élysée, NDLR] a critiqué de façon virulente l’avocat français, l’homme d’affaires et le réputé intrigant Robert Bourgi, souvent considéré comme le dernier représentant de l’ère classique de la “France-Afrique” (dont les vestiges sont encore présents). Selon Maréchaux, Bourgi […] est toujours prêt à travailler pour son propre intérêt en gagnant la faveur des dirigeants africains, notamment Bongo au Gabon ou, plus récemment, Rajoelina [Madagascar]. » Le ...
Lire l'article
L'ex-conseiller officieux de l'Elysée, Robert Bourgi, était entendu jeudi par la police judiciaire, onze jours après ses accusations fracassantes sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen. L'audition de Robert Bourgi, arrivé en début d'après-midi dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire à Paris, se poursuivait en fin d'après-midi, selon une source proche de l'enquête qui n'a pas donné plus de détail. Dans une interview au JDD le 11 septembre, l'avocat avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour ...
Lire l'article
Financements occultes : Robert Bourgi convoqué par la police française jeudi
Après avoir accusé plusieurs hommes politiques français, dont Jacques Chirac et Dominique de Villepin, d'avoir profité des financements occultes de plusieurs dirigeants africains, l'avocat Robert Bourgi sera entendu par la police de Paris jeudi matin. Suite à l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris le 13 septembre, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi sera entendu jeudi matin à la brigade financière de la police française. Après avoir accusé Jacques Chirac et l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin d’avoir reçu près de vingt millions de dollars de la part de divers chefs d’État africains, le conseiller officieux de l’Élysée avait reconnu ne disposer ...
Lire l'article
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Karim Wade, le fils du président Abdoulaye Wade, passe à la contre-attaque. Par RFI Après les nombreux propos tenus par l'ancien conseiller de l'Elysée Robert Bourgi pour les questions africaines, au sujet de valises d'argent qu'auraient donné « les Wade » à des dirigeants politiques français, le clan Wade a décidé de riposter comme il l’avait annoncé au lendemain des propos de Robert Bourgi. Karim Wade et sa famille ont déposé plainte contre Robert Bourgi pour diffamation et propos mensongers, au Sénégal et à Paris. Maître Jean-René Farthouat, ancien bâtonnier, l'un des grands avocats du barreau de Paris, affirme que les accusations ...
Lire l'article
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
Une semaine après ses révélations fracassantes, accusant Jacques Chirac et Dominique de Villepin d’avoir reçu des millions d’euros en liquide de la part de dirigeants africains, Robert Bourgi explique sa démarche à Jeune Afrique. Le 11 septembre, l’affaire a remué le landerneau politique français et africain. Robert Bourgi, vieil intermédiaire de l’ombre et porteur de valises, a « balancé » ses vieux amis, l’ancien président Jacques Chirac et l’ex-secrétaire général de l’Élysée, Dominique de Villepin. Aucune preuve matérielle, mais sa parole (contre la leur). Robert Bourgi prétend avoir, pour le compte des deux hommes, fait transiter plusieurs millions d’euros en petites coupures, ...
Lire l'article
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
L'avocat a accusé des figures politiques comme Jacques Chirac, Dominique de Villepin ou même Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de dirigeants africains pour financer leur campagne Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour entendre l'avocat Robert Bourgi qui a accusé Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, a-t-on appris auprès du parquet. L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-il précisé. Conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines, l'avocat franco-libanais a assuré, dans les médias, avoir remis à l'ancien président Jacques ...
Lire l'article
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
Communiqué de Robert BOURGI en réaction à la dépêche AFP du 22 novembre 2011
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
“Mallettes africaines” : l’avocat Robert Bourgi entendu par la police
Financements occultes : Robert Bourgi convoqué par la police française jeudi
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2011
Catégorie(s): Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*