Socialisez

FacebookTwitterRSS

Affaire Bourgi : ouverture d’une enquête préliminaire, tollé dans l’opposition congolaise

Auteur/Source: · Date: 14 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Révélations

Suite aux déclarations de Me Robert Bourgi dans la presse, le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire. Selon l’avocat, six chefs d’État Africains auraient financé de manière occulte plusieurs présidents et hommes politiques français, dont Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen. Des allégations qui ont suscité l’indignation de l’opposition congolaise, le nom de Denis Sassou Nguesso étant cité par Robert Bourgi.

« Par mon intermédiaire, et dans son bureau, cinq chefs d’État africains -Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d’Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et, bien sûr, Omar Bongo (Gabon) ont versé environ 10 millions de dollars pour cette campagne (présidentielle) de 2002 ». Par cette simple phrase, entre autres, publiée dimanche dans une interview du Journal du dimanche, le missi dominici de la Françafrique Robert Bourgi a lancé une vraie tempête médiatico-politique.

Suite à ses déclarations, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire confiée à la brigade financière pour entendre Me Bourgi. De fait, les demandes d’enquêtes se sont multipliées, en France – à droite comme à gauche – mais aussi sur le continent et notamment au Congo-Brazzaville.

“Faits gravissimes”

« Il faut une enquête immédiate. Ce sont des faits gravissimes », a déclaré Jean-Claude Siapa Ivouloungou, député de l’UPADS, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale, la principale formation de l’opposition. « Je veux que toute la vérité soit dite. Je veux savoir la contrepartie de tels dons, parce que cet argent qui est versé n’est pas connu des parlements nationaux » des pays cités, a-t-il ajouté.

« Des dons à la France! C’est un sacré retournement de l’histoire. Les Français sont pourtant des donneurs de leçon en matière de lutte contre la corruption », a poursuivi le député. « C’est l’argent des contribuables congolais qui sert de dons alors qu’ils vivent eux-mêmes dans la misère. Une enquête nous aiderait à voir clair », a réclamé pour sa part Paul Marie Pouélé, porte-parole de l’Alliance pour la république et la démocratie (ARD, composée d’une dizaine de formations de l’opposition).

Plaintes en série

« Pour nous il faut bien qu’une enquête soit menée pour faire la lumière sur cette affaire », s’est par ailleurs indigné Brice Mackosso de la Commission diocésaine justice et paix (CDJP), membre de la société civile. Quant au gouvernement congolais, il s’est opposé « avec la dernière énergie aux allégations qui ont été avancées par M. Robert Bourgi », a rapporté son porte-parole Bienvenu Okiemy.

Autre réaction africaine, celle du Sénégal qui a aussi vigoureusement démenti les allégations de Bourgi. Le fils du président sénégalais, Karim Wade (qui avait déjà été mis en cause par l’avocat dans une autre affaire) a décidé de porter plainte immédiatement pour diffamation contre Bourgi, tout comme Jacques Chirac, ainsi que Dominique de Villepin et même Jean-Marie Le Pen, accusé d’avoir perçu de l’argent de feu Omar Bongo Ondimba.

Prescription des faits

« M. Bourgi joue sur un certain nombre de tableaux, car il n’évoque que des faits qui sont prescrits, il est donc difficile de faire une enquête judiciaire », a réagi Me Jean Veil un des avocats de M. Chirac, qui dénonce des accusations « totalement fantasmatiques ». Pour lui, « il faudra bien que M. Bourgi apporte la preuve de ce qu’il avance ». Or c’est là que le bât blesse : l’intéressé a lui-même reconnu n’avoir « aucune preuve » de ce qu’il avançait, faisant valoir que « dans ce domaine-là, il n’y a aucune trace ».

Pour l’avocat de Transparency International France, Me William Bourdon, « seule une enquête judiciaire permettra de dire si les faits sont prescrits ou non ». Une chose est sûre : les accusations de Bourgi viennent troubler le débat en cette pré-campagne présidentielle . « Je pense qu’il y a là une manœuvre mais je voudrais savoir dans quel but ? De la part de qui ? A qui profitent ces calomnies ? » s’est interrogé l’ex Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. « Calomniez, salissez, il en restera toujours un peu », a déploré le chiraquien Christian Jacob, patron des députés UMP. Mais pour l’instant; le seul qui semble au-dessus de la mêlée, c’est bien Nicolas Sarkozy. Dont Bourgi est un proche conseiller officieux.

(Avec AFP)


SUR LE MÊME SUJET
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bis repetita. Le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 est à nouveau visé. Dans un livre à paraître jeudi, Le scandale des biens mal acquis (éd. La Découverte), Mike Jocktane, ancien conseiller personnel et directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais a financé la campagne présidentielle de l'actuel chef de l'État français. Dans l'ouvrage, signé des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, Mike Jocktane contredit les mots de Robert Bourgi. En septembre, l'avocat franco-libanais ...
Lire l'article
Affaire Bourgi : le classement sans suite de l’affaire des «mallettes africaines» déçoit les Africains
Après l’annonce faite par la justice française mercredi 16 novembre du classement sans suite de l’affaire Bourgi, quelques réactions se sont étonnées d’une telle décision suite aux révélations de l’avocat. En Afrique, la déception domine dans la société civile. La justice française a classé sans suite l'enquête ouverte après les révélations de l'avocat Robert Bourgi. Et ce, faute de preuve. Dans la presse, l'ancien conseiller de l'ombre de l'Elysée avait expliqué avoir transporté à plusieurs reprises des valises pleines d'argent et provenant de chefs d'Etat africains pour les remettre à l'ex-président Jacques Chirac et son Premier ministre Dominique de Villepin. Maître ...
Lire l'article
Affaire Bourgi: pas d’enquête visant Chirac et Villepin
Le parquet de Paris a choisi de ne pas poursuivre les investigations sur les éventuelles remises de mallettes de billets à Jacques Chirac et Dominique de Villepin. Le parquet de Paris a tranché: faute de preuves, pas d'enquête sur d'éventuelles mallettes de billets remises à Jacques Chirac et Dominique de Villepin. L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée Robert Bourgi sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et Dominique de Villepin a été classée sans suite, a-t-on appris ce mercredi auprès du parquet de Paris. Dans une retentissante interview au JDD le ...
Lire l'article
Affaire Bourgi : Le Pen incriminé par l’ex-premier ministre du Gabon
Nouvelle confession gênante pour Le Pen dans l'affaire des mallettes : l'ancien Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong affirme avoir clairement remis de l'argent à l'ex-leader du FN, confirmant ainsi les déclarations de Robert Bourgi. Jean-Marie Le Pen dément fermement. Pourtant, les accusations portées à son encontre par Robert Bourgi viennent d'être confirmées par l'ancien Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong (de 2006 à 2009). Ce dernier a en tout cas déclaré lors d'un entretien à la radio RFI que l'envoi de « valises d'argent » était d'usage entre l'ex-président Omar Bongo et « certaines autorités françaises ». L'ancien leader nationaliste affirme ...
Lire l'article
Affaire des mallettes : Bourgi sera auditionné jeudi
C'est dans les locaux de la brigade financière de la police parisienne que l'avocat sera entendu. Cet ex-conseiller de l'Élysée met en cause Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen dans une affaire de financements provenant de dirigeants africains. L'avocat Robert Bourgi accuse Chirac, Villepin et Le Pen de financements occultes, les fameuses "mallettes" SIPA/BERNARD BISSON Celui qui accuse Jacques Chirac et Dominique de Villepin ainsi que Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes provenant de dirigeants africains sera entendu jeudi. Cet homme, c'est l'avocat Robert Bourgi. Ce conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines a affirmé ...
Lire l'article
Affaire Bourgi: la colère noire des Africains
Les accusations de Robert Bourgi sur le financement des campagnes électorales françaises par les chefs d'Etat du continent provoquent la colère de l'opinion publique africaine. «Faux» et «archi-faux»! Les autorités sénégalaises ont été les premières à régir aux accusations fracassantes de Robert Bourgi dans l’affaire «des valises de billets». Comme cinq autres chefs d'Etat africains, le président sénégalais Abdoulaye Wade et son fils Karim ont été mis en cause dans le financement occulte de la campagne de l'ancien président français Jacques Chirac en 2002. Karim Wade qui, selon Bourgi, a remis 500 millions F.CFA (762 millions d'euros) à Villepin, a ...
Lire l'article
Robert Bourgi, qui distille depuis trois jours ses accusations sur l’argent noir de la Françafrique, va être entendu par la brigade financière à la demande du parquet de Paris. Quel crédit porter aux allégations de l’avocat ? Par Steven JAMBOT (texte) Le parquet de Paris a demandé, mardi, à la brigade financière d’interroger l’avocat Robert Bourgi sur ses déclarations distillées depuis trois jours dans les médias français. L’avocat franco-libanais de 66 ans accuse notamment l’ancien président Jacques Chirac et celui qui fut son chef de cabinet puis Premier ministre, Dominique de Villepin, d’avoir reçu des millions de dollars en espèces ...
Lire l'article
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
L'avocat a accusé des figures politiques comme Jacques Chirac, Dominique de Villepin ou même Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de dirigeants africains pour financer leur campagne Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour entendre l'avocat Robert Bourgi qui a accusé Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, a-t-on appris auprès du parquet. L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-il précisé. Conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines, l'avocat franco-libanais a assuré, dans les médias, avoir remis à l'ancien président Jacques ...
Lire l'article
Après Jacques Chirac et Dominique de Villepin, c’est désormais Jean-Marie Le Pen qui est visé par l'avocat franco-libanais Robert Bourgi. Ce dernier l'accuse d'avoir financé sa campagne présidentielle de 1988 en partie avec des fonds du président gabonais, feu Omar Bongo. L'ancien leader du Front national dément catégoriquement. En véritable tonton flingueur de la politique française, Robert Bourgi continue d’aligner ses « révélations » sur la Françafrique. Et ses victimes. Après avoir mis en cause, dans une interview au Journal du Dimanche du 11 septembre, Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Robert Bourgi a affirmé lundi soir sur BFM TV que ...
Lire l'article
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant
Par Charles Jaigu Selon le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a bien évoqué avec l'avocat la question du financement d'hommes politiques par des fonds africains. Interrogé lors du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Claude Guéant a confirmé dimanche que l'avocat Robert Bourgi avait évoqué avec Nicolas Sarkozy, «en termes très généraux», la question du financement d'hommes politiques français par des fonds africains. «Je crois que Robert Bourgi a effectivement évoqué en termes très généraux des financements. Je ne pense pas qu'il soit jamais descendu dans ce luxe de détails qu'il a fournis aujourd'hui», a déclaré Claude Guéant en réaction à l'interview accordée par ...
Lire l'article
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Affaire Bourgi : le classement sans suite de l’affaire des «mallettes africaines» déçoit les Africains
Affaire Bourgi: pas d’enquête visant Chirac et Villepin
Affaire Bourgi : Le Pen incriminé par l’ex-premier ministre du Gabon
Affaire des mallettes : Bourgi sera auditionné jeudi
Affaire Bourgi: la colère noire des Africains
Le parquet de Paris ouvre une enquête après les déclarations de Bourgi
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
Affaire Bourgi : Le Pen financé par Omar Bongo ?
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Affaire Bourgi : ouverture d’une enquête préliminaire, tollé dans l’opposition congolaise

  1. MENGUE ME NZOME, Marie-Claire

    16 Sep 2011 a 12:25

    Bourgi a parlé , mais il n’a pas dit la somme d’argent que Bongo lui avait donné . Il dénnonce que ce que les autres avaient reçu et lui , rien ???? ,…. Il se moque et ridiculise la France et les marionnettes africaines !!!!… On n’entend plus parler de lui depuis 3-4 jours déjà , ni même la presse française aussi !!!

  2. MENGUE ME NZOME, Marie-Claire

    15 Sep 2011 a 17:10

    Observez bien Mr Bourgi quand il parle : il transpire et tremble , ce qui laisse à penser que ce type est sous pression . Il a peur et peut-être même qu’il est menacé de mort et qu’il aurait penser de dire certaines choses avant qu’il ne lui arrive quoi que ce soit (????) … Il dit dans son interview , qu’il a mauvaise conscience quand le journaliste de BMFTV lui pose la question sur sa motivation de dévoiler les choses !!!! … Il épargne sarkozy , mais ce dernier a aussi reçu de l’argent de Kadhaffi pour financer ses élections de 2007 . Tout cela est connu , seulement frottons nous en les mains et regarder comment les Français s’entretuent sur leurs crimes infligés aux africains !… Tôt ou tard ils finiront de payer à leur tour, car ici bas tout se paye, et au nom du sang africain, coulé en dépis de cette mauvaises fois , MALHEUR A EUX TOUS !!!

  3. MENGUE ME NZOME, Marie-Claire

    15 Sep 2011 a 16:58

    Je ne vois pas en quoi tout ce que Mr Bourgi a dit est nouveau , car tout le monde sait que le réseau Francafrique existe depuis longtemps et que l’Afrique fait aussi vivre la France depuis des siècles. Alors demander ou exiger une enquête sur ce qui a été dit maintenant ne changera en rien le fond des choses . Ce qui est étonnant est que la France a pillé, pille encore et pillera toujours l’Afrique à tout point de vue , mais elle n’est même pas la 2e, ni la 3e Puissance du monde encore moins ou/ et bien loin la 1ere, malgré ces richesses et argent en espèce qu’elle reçoit !!! … Cela doit nous faire réfléchir, chers/es africains/es … Rien que de ce fait , on doit se douter du ” savoir faire ” français à tout point de vue , ou peut-être pas celui de la corruption et les assassinats organisés par le réseau Foccart des africains qui pensent faire vraiment quelque chose pour l’afrique !!! … La France ne permettra jamais d’avoir des interlocuteurs intelligents , courageux, dignes d’afrique qui puissent lui rendre la vie dure … Elle préfère placer les têtes à son gout qui oppriment leur peuple dont elle ne veut plus avoir contact direct : LES PRENOMMES PRESIDENTS AFRICAINS ou REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS FRANCAIS EN AFRIQUE !!!… ARRETONS DE RÊVER DES ENQUÊTES QUI N’ABOUTISSERONT JAMAIS !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*