- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam

[1]Par Stéphane Ballong

Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. © Desirey Minkoh pour J.A.

Pour favoriser l’industrialisation de la filière bois, le Gabon a inauguré une zone économique spéciale cofinancée par Olam.

Attirer près de 700 millions d’euros d’investissements privés (gabonais et étrangers) et favoriser la création de plus de 50 000 emplois à terme. Tels sont les objectifs que le Gabon fixe à sa toute nouvelle zone économique spéciale (ZES), inaugurée le 9 septembre à Nkok, à près de 30 km de Libreville.

Lancé en juin 2010, l’aménagement de cette zone, dont la première phase vient de s’achever (500 ha sur plus de 1 000), représente un investissement de 140 millions d’euros, financé à 60 % par le singapourien Olam et à 40 % par l’État. Le site aura une capacité de traitement de 1 million de mètres cubes par an.

Selon les prévisions des autorités, une cinquantaine d’entreprises, essentiellement spécialisées dans la transformation du bois, seront implantées dans la ZES de Nkok, attirées par divers avantages. Ceux-ci vont de l’exonération de TVA (pendant vingt-cinq ans) ou d’impôts sur le revenu (pendant dix ans) à la liberté de transferts financiers ou d’emploi de personnes étrangères, en passant par la réduction de 50 % du coût de l’électricité… « Déjà 37 sociétés ont accepté de s’implanter », se félicite Gagan Gupta, directeur général d’Olam Gabon, qui affirme que 70 % de ces entreprises opèrent dans la transformation du bois.

Pénalisée par l’interdiction brutale, à partir de 2010, de l’exportation de grumes – à laquelle le secteur ne s’était pas préparé –, la contribution de l’exploitation forestière à la croissance du PIB du Gabon est passée de 1 point de pourcentage en 2009 à 0,3 en 2010, selon les derniers chiffres de la Banque africaine de développement (BAD). Ce dernier niveau devrait être maintenu cette année, avant de remonter à 0,4 % en 2012. Mais après, la BAD prévoit une reprise dans ce secteur (premier employeur du pays) grâce à son industrialisation effective.

Brazaville s’y met aussi.

À l’instar des pays asiatiques, notamment ceux du Sud-Est comme Singapour et la Thaïlande, qui ont réussi à diversifier leurs économies grâce à des zones de ce type, plusieurs pays africains adoptent cette stratégie.

Brazzaville prévoit ainsi le développement de quatre zones économiques, dont une près du port de Pointe-Noire : en juillet 2010, le ministre congolais chargé des Zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault, avait entamé des discussions avec les singapouriens Jurong International et Urban Redevelopment Authority pour l’aménagement et la construction de cette ZES. Début 2011, le pays a conclu avec la Banque mondiale un accord de financement d’environ 7 millions d’euros pour soutenir ce projet.


SUR LE MÊME SUJET
Libreville et Paris viennent de signer un accord de conversion d’une partie de la dette gabonaise vis-à-vis de la France pour plus de 970 millions de francs CFA. Cette initiative permettra de créer un Bureau industrie bois (BIB) destiné à appuyer l’industrialisation de la filière bois. A l’occasion de la quatrième réunion du comité d’orientation stratégique de l’accord de conversion de dettes, le 11 février à Libreville, le Gabon et la France ont signé deux nouvelles décisions d’engagement des fonds d’un montant de plus de 970 millions de francs CFA destinées au secteur bois. La convention ...
Lire l'article [2]
Engagé dans un vaste programme d’industrialisation de sa filière bois, le Gabon se dote d’outils pour y parvenir. Après l’adoption du projet de décret fixant les règles et conditions d’accès au fonds créé par l’Etat, le gouvernement a actualisé le 14 octobre l’article 2 du décret relatif à la composition et au fonctionnement du comité pour l’industrialisation de la filière bois. Réuni le 14 octobre à Libreville, le Conseil des ministres a adopté le projet de décret portant modification de l’article 2 du décret N° 001031/PR/MEF du 1er décembre 2004, sur la composition et le fonctionnement du comité ...
Lire l'article [3]
La première réunion relative à la mise sur pied de l’industrialisation de la filière bois s’est tenue le 23 septembre. Présidée par les ministres des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, cette rencontre visait la mise en place des stratégies de lancement de la phase d’industrialisation, ainsi que les moyens de régulation de celle-ci dans le pays. Dans le cadre l’industrialisation de la filière bois, le ministre des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et son collègue du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, ont tenu le 23 septembre à Libreville avec les opérateurs de cette filière, la ...
Lire l'article [4]
Le coordonnateur général de la Zone économique spécial (ZES) de Nkok (27 km à l’est de Libreville), Théophile Ogandaga, a présenté, en début de semaine, à Port-Gentil, les tenants et aboutissants de ce projet aux opérateurs de la filière bois de la deuxième ville du pays, a rapporté, ce mardi, la télévision nationale (RTG1), dans son édition de 20h. A ses interlocuteurs, Théophile Ogandaga a rappelé que , dans le cadre de la valorisation du bois( un des secteurs stratégiques pour l’Afrique du Gabon dans l’après-pétrole), la ZES sera principalement dédiée à la maitrise de la ...
Lire l'article [5]
L’exploitant forestier Rougier a récemment annoncé une perte nette de près de  10 milliards de Francs en 2009, et un chiffre d’affaire en baisse de 21,1% (81 milliards de francs), rapporte le quotidien L’Union. « Les résultats 2009 reflètent l’impact de la crise économique dès la mi 2008 et la forte contraction des marchés mondiaux dans la filière bois », a indiqué la firme par voix de communiqué en date du 31 mars dernier, et cité par le quotidien. En effet, en 2008, le groupe n’enregistrait pourtant qu’une perte de 2 milliards de Francs. Toutefois, selon notre confrère, malgré cette contre performance, ...
Lire l'article [6]
Dans le cadre de la nécessité d’industrialiser la filière bois au Gabon qui découle de l’interdiction d’exportation des grumes, le chef de l’Etat a annoncé le 4 mars à Port-Gentil une série de mesures d’accompagnements pour les opérateurs du secteur. Il s’agit notamment de la mise en place d’un fonds de soutien de 20 milliards de francs CFA, de l’exonération temporaire des droits d’entrée des matériels et équipements de transformation du bois. Les opérateurs de la filière bois au Gabon sont désormais fixés sur la nature des mesures d’accompagnement mises en place par l’Etat pour accompagner le ...
Lire l'article [7]
En vue d’examiner les conséquences de l’interdiction d’exporter les grumes et étudier les mesures d’accompagnement de cette décision, un forum sur la gestion forestière au Gabon a été organisé du 15 au 17 février dernier à Libreville. Ayant rassemblé tous les acteurs du secteur, les travaux ont débouché sur la nécessité d'adoucir l'interdiction d'exportation des grumes en janvier 2010 et ont notamment recommandé un calendrier progressif jusqu'en 2012. Réunis autour du thème «bilan de la gestion forestière au Gabon et perspectives pour la valorisation des produits forestiers», plus de 500 experts représentant les administrations impliquées, les opérateurs privés de la ...
Lire l'article [8]
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes (arbre abattu, mais resté brut avec son écorce, ndlr), décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum lundi 15 février à Libreville.. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la ...
Lire l'article [9]
La Commission interministérielle de suivi des mesures de sortie de crise de la filière bois a tenu une réunion le 13 mars dernier à Libreville pour dresser le bilan de leurs travaux sur les moyens de redresser ce secteur durement touché par la crise. La concertation des différents acteurs de ce secteur qui interviennent notamment dans le transport et la logistique des grumes a permis d’adopter des mesures incitatives susceptibles de permettre aux opérateurs du secteur de surmonter la baisse de la demande extérieure induite par la récession économique mondiale. Face aux dommages collatéraux engendrés par la dégradation de ...
Lire l'article [10]
Le ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, a réuni, le 1er décembre dernier à Libreville, les acteurs privés et publics de la filière bois du Gabon en vue de faire le point sur la santé du secteur et les moyens de prévenir les répercussions de la dégradation des marchés occidentaux sur les exportations nationales. Les techniciens du ministère de tutelle ont dressé un bilan inquiétant de la filière gabonaise du bois, dû notamment à la baisse de la demande européenne et asiatique. Tandis que les opérateurs économiques ont affiné cette analyse en dressant un panorama de leurs activités respectives. Face ...
Lire l'article [11]
Gabon : 970 millions de FCFA pour l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Un nouveau pas vers l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Comment industrialiser la filière bois ?
Les opérateurs de la filière bois, à Port-Gentil, édifié sur le bien-fondé de la Zone économique spécial (ZES) de Nkok
Filière bois: Le groupe Rougier annonce une perte de 10 milliards de Francs CFA en 2009
Gabon : Ali Bongo sort son attirail d’industrialisation de la filière bois
Gabon : Deux ans de sursis pour industrialiser la filière bois ?
Gabon: Vers l’industrialisation de la filière bois ?
Gabon : La filière bois s’organise pour sortir du bourbier
Gabon : La filière bois perd des billes
1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam"

#1 Comment By Ela Minko On 14 Sep 2011 @ 14:14

Où sont les industres dans ce chantier appelé park industriel? Ne vous moquez pas des Gabonais. Rien n’émergera de là.