Socialisez

FacebookTwitterRSS

Au Gabon, le business florissant des pompes funèbres

Auteur/Source: · Date: 20 Sep 2011
Catégorie(s): Economie,Société

Par Tiphaine Saint-Criq, à Libreville

Au Gabon, 3 entreprises de pompes funèbres se partagent le fructueux business des obsèques. Les familles n’hésitent pas à débourser de fortes sommes pour honorer leurs défunts, un investissement de prestige.

Pour enterrer une amie de sa fille décédée chez lui, Diarra a dû emprunter à son employeur l’équivalent de plus de six mois de son salaire. Cercueil (500 euros), soins de conservation (150 euros), séjour à la morgue (douze jours, 200 euros) : la facture s’élève à 850 euros, alors qu’il en gagne 150 par mois comme gardien de nuit. Autant qu’une perte douloureuse, un décès représente une lourde charge financière au Gabon. Et un business fructueux pour les maisons de pompes funèbres, au nombre de trois : Gabosep (Gabonaise de sépultures), Casep GA (Compagnie africaine de sépultures Gabon) et Saaf (Société africaine d’assistance funéraire). La Saaf, qui emploie une vingtaine de personnes, affiche un chiffre d’affaires (300 000 euros) en constante augmentation.

“Notre principal problème, insiste son directeur, Ndiaga Ndiaye, ce sont les impayés, à savoir les corps des indigents que la mairie nous apporte.” En l’absence de morgue publique, ce dossier fait d’ailleurs l’objet d’un différend avec les autorités. Mais, de manière générale, “les gens sont prêts à dépenser beaucoup pour le prestige. C’est une question d’honneur, alors que parfois le défunt a manqué d’aspirine, explique Jules Dieng, directeur de l’agence Saaf de Libreville. Celui qui enterre dignement un proche mérite le respect.” Certains n’hésitent pas à verser dans l’excès : cercueil de luxe importé de Paris ou des Etats-Unis, corbillard VIP… “La facture peut ainsi grimper jusqu’à 3 000 euros, assure Constant Ndong, chef de l’agence Gabosep de Libreville, Sans compter les frais de réception pour la veillée.”

L’hommage au défunt se transforme en repas géant
Traditionnellement, la famille doit accueillir et nourrir les membres de la famille, amis et collègues venus rendre un dernier hommage à la personne décédée. Ils sont parfois une centaine à se succéder pendant deux ou trois jours. “Les gens en profitent pour venir “manger cadeau””, selon Jules Dieng. “Mais tout le monde n’a pas un chez-soi décent. Souvent, les gens habitent dans des endroits difficiles d’accès. Ou bien, dans le cas d’une location, le propriétaire peut refuser que la veillée se fasse chez lui par peur des mauvais esprits”, explique Constant Ndong.

Les maisons de pompes funèbres proposent donc la location d’une salle de veillée : 230 euros pour une salle de 100 sièges, et 0,40 centime la chaise supplémentaire. Elles s’occupent de tout, sauf de la nourriture. “Il y a des gens malintentionnés. En Afrique, personne ne meurt de mort naturelle, souligne Jules Dieng en citant un adage. On pense toujours que derrière chaque mort il y a une main. Quelqu’un pourrait mettre du poison dans la marmite de café de la veillée… On ne veut pas être responsable de ce qui peut arriver.” Les croque-morts aussi tiennent à leur réputation. 


SUR LE MÊME SUJET
Le rapport "Doing Business 2012" publié le 20 octobre par la Banque Mondiale et la Société financière internationale (IFC), place l’économie gabonaise au 156e rang sur 183 économies concernées par ce classement sur la facilité de faire des affaires dans un pays. Le Gabon a ainsi progressé de quatre places par rapport à 2011. Intitulée «Entreprendre dans un monde plus transparent», l’édition 2012 du rapport "Doing Business" de la Banque mondiale a été publiée le 20 octobre par la Banque Mondiale et la Société financière internationale (IFC). Il évalue les réglementations affectant les entreprises locales dans 183 pays et classe ...
Lire l'article
Le groupe bancaire BGFI se refuse d’embaucher une bonne partie des étudiants de la deuxième promotion de l’école qu’il a lancée en 2008, la BGFI Business School. Une disposition post-contrat est brandie à cet effet par le groupe. Une situation qui jette le doute sur l’avenir de la première école supérieur de formation aux métiers bancaires de la CEMAC. Créé en 2008 par BGFIBank, premier groupe bancaire d’Afrique Centrale, l’école dénommée BGFI Business School (BBS) fait déjà des malheureux et risque un procès avec des étudiants issus de sa deuxième promotion. Des membres de la prestigieuse banque sont passés à ...
Lire l'article
51.000 exemplaires du rapport « The report Gabon 2010 » de l’économie gabonaise ont été distribués en anglais à travers le monde par le cabinet d’intelligence économique spécialiste des économies émergentes Oxford business group (OBG), en vue d‘aider les investisseurs potentiels à profiter pleinement des opportunités du marché gabonais. Selon les responsables d’OBG, le succès de la première édition de ce rapport a permis à l’Etat gabonais via le ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme de renouveler sa confiance au groupe à travers le scellement d’un nouveau partenariat pour cette année en vue du « The report, ...
Lire l'article
Après un premier succès en 2010, l’Etat gabonais à travers le ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, a renouvelée son partenariat avec le cabinet d’intelligence économique spécialiste des économies émergentes Oxford business group (OBG), en vue de l’élaboration de la deuxième édition du guide « économique du Gabon » édité en anglais sous l’appellation de « The report Gabon 2011 ». C’est à la faveur d’une rencontre d’échange avec la presse nationale et internationale, ce mercredi, que l’annonce du renouvellement de partenariat entre l’Etat gabonais et Oxford a été faite. Selon la directrice d’OBG au Gabon, Isabelle ...
Lire l'article
"The Report : Gabon 2010", annoncé comme «l’analyse de l’économie gabonaise en langue anglaise la plus exhaustive et précise que l’on ait jamais publié à l’international», sera publié à l’occasion du 1er anniversaire de l’investiture d’Ali Bongo. C’est la toute première fois que le prestigieux Oxford Business Group publie sur le Gabon. L’objectif de l’édition est de vendre le Gabon sur le marché international. Le cabinet d’intelligence économique, de recherche et de conseil Oxford Business Group (OBG), l’un des leaders de l’information économique et financière sur les économies émergentes, a décroché, après l’avoir raté sous Omar Bongo, un marché pour ...
Lire l'article
Pour assurer leurs approvisionnements alimentaires et/ou énergétiques, de nombreux pays achètent des terres agricoles dans les pays en développement. Un phénomène qui prend de l’ampleur au point que la communauté internationale tire la sonnette d’alarme. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il semble s'emballer depuis les crises alimentaires de 2007-2008 et la flambée des prix des matières premières. L'appropriation de terres agricoles de pays du Sud par des investisseurs publics ou privés s'est accélérée, au point d'inquiéter la communauté internationale. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Banque mondiale ou encore le Fonds des Nations ...
Lire l'article
BGFI Business School (BBS Gabon), filiale du groupe bancaire gabonais BGFIBank ont signé le 2 juin dernier à Nancy (France), un partenariat visant à échanger et à accueillir enseignants, étudiants et autres salariés du Groupe de groupe bancaire gabonais, selon des informations recueillies auprès du service presse de cette institution bancaire. L’information a été donnée hier par le service de presse de ce groupe bancaire gabonais, à Libreville. Il s’agira pour ces deux établissements d’échanger des documents, des publications et du matériel pédagogique, de définir et organiser des formations et des enseignements coordonnés. La signature du partenariat s’est déroulée en présence ...
Lire l'article
La capitale économique est en panne sèche depuis le 30 mars dernier en raison d’un mouvement de grève des agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) lancé le 27 mars dernier pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Les habitants de Port-Gentil sont confrontés à une pénurie de carburants et de gaz butane qui commence à causer un handicap sérieux à l’activité économique de la localité, notamment au niveau des transports urbains et des entreprises. La grève déclenchée par les agents de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) à Port-Gentil le 27 mars dernier est à l’origine d’une importante ...
Lire l'article
La prolifération des églises dites éveillées au Gabon et particulièrement à Libreville est un problème qui se pose de plus en plus avec acuité. Non pas que l’on soit contre les églises, mais plutôt contre certains agissements dont se rendent coupables les pasteurs. La vocation traditionnelle de l’église est de moraliser la société, servir d’aiguillon à cette dernière, et non de l’avilir. Mais à quoi assistons-nous avec les églises éveillées ? Au contraire du rôle d’une église traditionnelle. Cette myriade d’églises d’inspiration chrétienne affiche une richesse insolente. Elles exploitent le désoeuvrement de bon nombre de nos compatriotes et leur promettent, en échange ...
Lire l'article
La Banque gabonaise et française internationale (BGFIBANK) annonce l’ouverture dès la rentrée scolaire 2008-2009 d’un établissement d’enseignement supérieur interne, la «BGFI Business School». Cet outil pédagogique devrait permettre au groupe de renforcer les capacités de ses employés et de proposer une formation professionnelle intégrée et diplômante aux étudiants dans les métiers de la banque au Gabon et dans la sous région. L’administrateur général de la Banque gabonaise et française internationale (BGFIBANK), Henri Claude Oyima, vient d’annoncer l’ouverture à la rentrée prochaine de la «BGFI Business School», un établissement supérieur interne pour la formation professionnelle aux métiers de la banque. Le groupe ...
Lire l'article
Gabon : Un gain de quatre places dans le rapport “Doing Business 2012”
Gabon : Grincements de dents à la BGFI Business School
Economie / 51.000 exemplaires du rapport économique Gabon 2010 déjà distribués par Oxford Business Group
Economie / Oxford Group Business sollicité à nouveau pour l’édition 2011 de « The report Gabon »
Gabon : L’expertise d’Oxford Business Group pour booster “l’Emergence”
Economie : Haro sur le business de terres agricoles
BGFI Business School et ICN Business School signent un partenariat
Gabon : Les grévistes de la SOGARA assèchent les pompes de Port-Gentil
Gabon : Les églises éveillées et le business
Gabon : Le groupe BGFIBANK lance son Business School


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Sep 2011
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*