Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : «Pas de cinéma à valeur internationale sans la rigueur et l’excellence», soutient Samantha Biffot

Auteur/Source: · Date: 23 Sep 2011
Catégorie(s): Culture

Samantha Biffot, 26 ans, directrice de Princesse M Production (PMP), a organisé du 15 au 17 septembre à Libreville, le premier “Festival international des courts d’école” dont elle est également la directrice artistique. Pour ceux qui ont raté le train, elle revient sur ce mini festival ayant clôturé trois ateliers d’initiation aux techniques du cinéma. Un spectacle de dynamisme et d’intelligence qui démontre que la jeune garde du cinéma gabonais arrive en force.

Qu’est-ce que vous pouvez dire à propos du festival du festival international des courts d’école qui s’est terminé en fin de semaine dernière ?

Je savais très bien que c’est un domaine qui ne pouvait pas vraiment attirer du public. Mais, le public était au rendez-vous, la presse a bien relayé l’information. Donc, je suis très contente et, surtout, j’espère avoir créé une dynamique. J’en ai l’impression. Puisque beaucoup de jeunes qui veulent participer aux ateliers de l’année prochaine, sont venus me voir après le festival. Certains se sont rendus compte, en voyant les courts métrages venus de l’étranger, que les productions locales n’étaient pas forcément au niveau et qu’il fallait travailler encore plus pour être présents sur la scène internationale et c’est exactement ce que je voulais faire passer au travers de ce festival.

On a parlé d’ateliers et, au finish, il y a eu ce festival. Quel en était donc le principe ?

Le principe est qu’il fallait enseigner les notions de rigueur et d’excellence au cinéma. Une notion qu’on ne connait pas exactement ici, en Afrique en général. Ces ateliers étaient destinés à initier, à montrer le B.A.-BA, les fondamentaux, qu’on oublie trop ici, sans lesquels on ne peut pas faire du cinéma à valeur internationale. A travers ce festival, nous montrons les œuvres d’étudiants étrangers qui ont fait trois ans de formation en école de cinéma avec l’idée que les jeunes cinéastes d’ici peuvent eux aussi faire la même chose s’ils mettent de la rigueur, toujours la rigueur, et de l’excellence dans ce qu’ils ont à faire.

Le festival et les ateliers se complètent. A la suite de l’atelier, les stagiaires font leur court métrage qui est diffusé en même temps que les autres courts métrages venus de partout dans le monde et, au travers du festival, je leur montre : «Regardez, vous avez fait un travail sérieux, bien propre. Vous avez tout à fait votre place sur la plate-forme internationale avec des gens en provenance aussi bien de France que de Cuba, des Etats-Unis ou de Russie.

Plus concrètement, comment ces ateliers se sont-ils articulés ?

Il y avait un atelier en scénario, conduit par Mlle Dawn Winkler ; un atelier en production dirigé par M. Pierre-Adrien Ceccaldi ; un atelier en image piloté par Cédric Soungani et un atelier en montage que j’ai tenu. Ces formations ont eu lieu du 5 au 9 septembre. Ceux des élèves qui étaient dans l’atelier d’écriture ont commencé, au bout du troisième jour, à élaborer avec leur formatrice un scénario que l’équipe image a tourné, l’équipe production en a organisé le tournage et les participants de l’atelier montage ont monté le produit final.

Le festival va-t-il se pérenniser ?

Je l’espère. J’ai cru comprendre que oui, par rapport aux bonnes retombées des la presse. Normalement, j’aimerais qu’il se pérennise et qu’on aille même plus loin, pourquoi pas. Par exemple, faire des partenariats avec des écoles, faire venir des étudiants étrangers ici ou, vice-versa, envoyer des jeunes étudiants Gabonais à l’étranger pour une petite période, que ce soit en France, à Cuba ou aux USA pour étudier le cinéma. Cette année, nous n’avions pratiquement aucun financement. Donc, si on a plus de financement l’année prochainement, pourquoi ne pas aller plus loin en faisant venir des gens pour créer un vrai échange, une vrai effervescence autour du cinéma entre les Gabonais et le reste du monde.

Vivez-vous de votre entreprise et conseilleriez-vous à d’autres jeunes de se lancer dans une telle profession ?

Oui, j’en vis à l’heure actuelle. En Occident comme ici, c’est dur comme métier. Enfin, ce n’est pas facile. A l’heure actuelle, je ne fais pas forcément ce que je veux. C’est de la pub que je fais en ce moment, même si mon rêve ce sera de faire de la fiction, du cinéma. Mais, comme pour tout le monde, il faut d’abord commencer par des trucs alimentaires, comme ont dit. A part la pub, c’est difficile. Il ne faut surtout pas faire ce métier si on veut devenir riche. Il y en a trop, à tort, qui font ça pour l’argent. Si vous voulez être riche faites autre chose, pas du cinéma.

Comment devient-on Samantha Biffot ?

J’ai fait une Licence de cinéma à l’Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle de Paris. J’ai travaillé un peu en France, en termes de stage, à la télévision et au cinéma et je suis revenu au Gabon pour travailler. Mue par la passion, j’ai monté ma boite et j’ai voulu faire ce festival.  


SUR LE MÊME SUJET
Le 31e Festival de cinéma d’Amiens (France) débute ce vendredi et se poursuivra jusqu’au 19 novembre prochain. Le Gabon sera à l’honneur par le biais d’une rétrospective du cinéma national et des hommages rendus. La rétrospective du cinéma gabonais s’articulera autour de la projection de films tels que Dôlè d’Imunga Ivanga, Tout blanc tout noir de Philipe Alexandre et Philippe Mory, Les couilles de l’éléphant d’Henri-Joseph Koumba Bididi ou encore Obali de Philippe Mory. Pour ne citer que quelques titres. La carrière et l’œuvre de l’acteur-réalisateur gabonais, Philippe Mory seront également mis à l’honneur dans le cadre d’un hommage. Plusieurs des ...
Lire l'article
Le CCF (Centre Culturel Français), organise cette année encore les soirées « Cinéma plein air », une suite de projections gratuites de productions cinématographiques africaines. Cette 5ème édition démarre le 5 juillet prochain avec « Sarraounia », du mauritanien Med Honda. Durant trois jours, des films emblématiques africains parmi lesquels « Lettre paysanne » de Safi Faye du Sénégal et « Dôlé » du gabonais Imunga Ivanga, seront projetés sous les étoiles dans les jardins du CCF. La 5ème édition de « Cinéma plein air », démarre le 7 juillet prochain au CCF (Centre Culturel Français) de Libreville. Pendant trois ...
Lire l'article
Réuni le 28 octobre à Tunis, en Tunisie, un groupe des promoteurs ont annoncé la mise en place d’un Fonds africain pour le cinéma et l'audiovisuel. Une initiative qui vise à «financer la production d'images de l'Afrique par l'Afrique» dès 2012. Des promoteurs africains ont indiqué le 28 octobre dans la capitale tunisienne qu’un Fonds africain pour le cinéma et l'audiovisuel se met en place et devrait commencer à financer la production d'images de l'Afrique par l'Afrique en 2012. «C'est un projet africain à 100% pour que l'Afrique parle de l'Afrique», a déclaré Frédéric Bouilleux, expert de l'Organisation ...
Lire l'article
Pour ses 40 années d’existence, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), s’étant déroulée du 28 février au 07 mars dernier, a vu la participation de nombreux pays africains parmi lesquels le Gabon dont deux productions sur trois ont été récompensées. «Confession Finale» d’André Côme Ottong et le scénario «Un Amour à Libreville» d’Imunga Ivanga et de l’Américaine Dawn Winkler. La 21e édition du Festival panafricain de télévision et de cinéma de Ouagadougou (Fespaco) ayant démarré comme prévu le 28 février dernier, s'est achevée le samedi 07 mars sur une nouvelle « consécration » du Gabon ...
Lire l'article
La salle de cinéma de la ville de Léconi, située au sud – est du pays à 98,8 km de Franceville (chef lieu de la province du Haut – Ogooué), fermée depuis une décennie, est devenue la retraite des animaux domestiques. Cabris, moutons et chiens errants squattent l’unique salle de cinéma de la ville de Léconi laissée à l’abandon depuis l’arrivée des chaînes de télévision câblées en 2005. « Cette salle qui aurait pu servir à autre chose est malheureusement envahie de toutes sortes d’immondices mêlées aux matières fécales des animaux », a regretté un habitant de Léconi. Quatre chaînes de télévisions ...
Lire l'article
Dans le cadre des activités organisées pour le 48ème anniversaire de l’Indépendance, on enregistre le festival international du cinéma initié par Gabon solidarité, plate forme de promotion du cinéma gabonais, a constaté GABONEWS C’est dans l’esplanade du carrefour Camp de gaule, aménagé pour la circonstance que s’est déroulé, trois jours durant, le festival international du cinéma. Pour Mlle Olivia, Chargé à la communication de Gabon Solidarité, cette action s’inscrit dans le contexte de l’Unité nationale prônée par le président de la République « La particularité pour cette année est la primauté accordée à la projection des films gabonais, notamment « ...
Lire l'article
À défaut d’obtenir un espace consacré aux grands spectacles à l’instar d’un stade, d’un gymnase ou encore d’une salle de conférence de grande capacité, les églises de réveil, dans leur ensemble ont jeté leur dévolu sur les salles de cinéma de la capitale gabonaise, leur donnant, du coup, une autre utilité que celle de salle de projection, leur permettant également de ménager leur chiffre d’affaire très menacé par la prolifération des vidéoclubs. S’il est avéré que pour atteindre la sensibilité du plus grand nombre, le lieu y joue un grand rôle, on peut aisément comprendre pourquoi les salles de cinéma peuvent ...
Lire l'article
Au cours d’une interview exclusive accordée vendredi à GABONEWS au Centre Culturel Français, la jeune étoile montante du cinéma gabonais âgée de 24 ans, master en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université de Michel de Montaigne Bordeaux 3 en France, et des stages de perfectionnement aux Etats-Unis, a déclaré s’être investi dans la réalisation d’un court métrage intitulé « Le Divorce », fait pour être visionné en salle, et dans les festivals, dont la production est assurée par le ministère français des affaires étrangères, le centre national de la cinématographie du Gabon (CENACI), et SLOGF Pictures, dans le but de ...
Lire l'article
Une manifestation cinématographique dénommée « Cinéma en plein air », organisée par le Centre culturel français (CCF) de Libreville, le Centre national de la cinématographie (CENACI) et les partenaires au développement en vue de fournir un espace de loisir et de détente aux populations librevilloises, démarre le 12 juillet prochain à Libreville. Deux jours durant (12-14 juillet) seront projetés dans les jardins du Centre culturel français (CCF), dans la capitale gabonaise, des films africains primés lors des différents Festival panafricains du cinéma. La 2ème édition de Cinéma en plein air, programme, six films emblématiques du cinéma africain, du Burkina Faso, Sénégal, Mali, ...
Lire l'article
La réouverture du Cinéma « Le Komo », plus de dix ans après sa fermeture pour des raisons de travaux est prévue dans trois mois, a annoncé mercredi à Libreville, le responsable de cet édifice, Lucien Yambangoye, avec comme objectif, redonner goût aux cinéphiles et reconquérir le territoire des loisirs à Libreville pour cet espace considéré dans les années 90 comme l’une des plus grandes salles de Cinéma en Afrique central. Pour redonner goût aux spectateurs Librevillois et les inciter à revenir vers les salles de cinéma, la nouvelle salle bien équipée pourra se vanter d'avoir 700 places et où pourra ...
Lire l'article
Festival d’Amiens : le cinéma gabonais à l’honneur
Gabon/Culture : « Cinéma plein air » du 5 au 7 juillet au Centre culturel Français !
Afrique : Bientôt un Fonds pour le cinéma et l’audiovisuel
Gabon/Cinéma : Le cinéma gabonais récompensé au FESPACO 2009 !
Gabon: La salle de cinéma de Léconi transformée en refuge pour animaux domestiques
Gabon: « Gabon Solidarité » s’investit dans la promotion du cinéma gabonais
Gabon: A Libreville, les églises de réveil investissent les salles de cinéma
Gabon: Art / Cinéma: Manouchka Kelly Labouba première femme gabonaise à s’investir dans la réalisation d’un film de fiction
Gabon: Cinéma en plein air: deuxième édition du 10 au 12 juillet prochain à Librev
Gabon: Réouverture du Cinéma « le Komo », dix ans après sa fermeture


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Sep 2011
Catégorie(s): Culture
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*