Socialisez

FacebookTwitterRSS

Françafrique : l’argent n’a pas de couleur (politique)

Auteur/Source: · Date: 30 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations

Par Alain Faverie

La machine à billets de la Françafrique, dénoncée récemment par l’un de ses acteurs, Robert Bourgi, a aussi fonctionné durant les années Mitterrand. L’entreprise Elf en était une pièce maîtresse.

« J’ai souvent croisé à Libreville François de Grossouvre et Roland Dumas », dit Robert Bourgi pour étayer la thèse selon laquelle François Mitterrand aurait touché, lui aussi, de l’argent d’Omar Bongo. Conseiller à l’Élysée, François de Grossouvre était le parrain de Mazarine, la fille cachée du chef de l’État français. Il protégeait les secrets de famille et veillait au financement des campagnes du Parti socialiste (PS). Son suicide dans son bureau de l’Élysée, en avril 1994, reste inexpliqué. Ministre des Affaires étrangères à deux reprises, de 1984 à 1986 et de 1988 à 1993, Roland Dumas avait un accès direct à François Mitterrand, sans passer par le Premier ministre. C’était l’homme des missions secrètes, aussi bien chez Omar Bongo (en photo-ci-dessous, avec son épouse, Édith-Lucie et Robert Bourgi, © Sipa), qui l’appelait « mon ami intime », que dans l’entourage de Jean-Marie Le Pen. Grossouvre et Dumas ont-ils transporté des valises ? Le président gabonais était généreux. En 2001, il a avoué : « C’est mon argent à moi. Je ne nie pas avoir aidé les uns ou les autres, mais je ne veux pas que l’on dise que j’ai aidé tel parti contre tel autre1. » En clair, Bongo arrosait large. À gauche comme à droite.

Les valises, Mitterrand n’aimait pas trop. Trop ostentatoire.
Un ancien ministre d’Afrique centrale

“Cadeauter”

« Les valises, Mitterrand n’aimait pas trop », confie un ancien ministre d’Afrique centrale. « Trop ostentatoire ». Sous Mitterrand, l’argent circulait surtout par Elf et sa fameuse caisse noire. « Si vous ne comprenez pas la Fiba, vous ne pouvez pas comprendre le système Elf », a lâché l’ex-patron de la compagnie pétrolière, Loïk Le Floch Prigent, lors de son procès. Domiciliée à Libreville, la banque Fiba, détenue à plus de 50 % par Bongo et ses proches, recevait tous les dessous-de-table versés par Elf. Jusqu’en 1981, le système a essentiellement profité au Rassemblement pour la République (RPR) de Jacques Chirac. Puis un jour, Mitterrand a convoqué Le Floch Prigent à l’Élysée et lui a dit : « Désormais, il faudra rééquilibrer les choses, sans oublier le RPR. »

La caisse noire – environ 5 millions de dollars par an, selon Le Floch Prigent – était gérée par André Tarallo et Alfred Sirven. Tarallo pour la droite, Sirven pour la gauche… Elf et Bongo remplissaient ainsi les caisses du RPR et du PS, mais aussi les poches de quelques particuliers. À propos de Roland Dumas – condamné en première instance, relaxé en appel –, l’ex-juge Eva Joly a eu ce mot : « Conciliant, le fisc ne redressera qu’une partie seulement des 10 millions de francs en liquide, d’origine indéterminée, découverts sur ses comptes bancaires2. »
Les socialistes français ont-ils été encore « gratifiés » après 1995 ? Quelques mois avant la présidentielle de 2007, Guy Penne, ex-conseiller de François Mitterrand, a confié à l’un de ses amis : « Gbagbo est l’un des nôtres. Il nous a aidés récemment. » L’ex-président ivoirien avait coutume de « cadeauter » ses amis. S’il a vraiment donné à Jacques Chirac pour sa campagne de 2002 – comme l’affirme Bourgi –, on imagine mal qu’il ait pu oublier ses camarades socialistes…
____________
1. Omar Bongo, Blanc comme nègre, entretien avec Airy Routier, Grasset, 2001.
2. La Force qui nous manque, Eva Joly, Les Arènes, 2007. 


SUR LE MÊME SUJET
Un proche d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais aurait financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. C'est ce que révèle le livre de Xavier Harel et Thomas Hofnung, "Le scandale des biens mal acquis", paru aux éditions La Découverte. Le directeur adjoint du cabinet de Bongo à l'époque confirme les propos de Robert Bourgi : des financements profitant à Jacques Chirac et Dominique De Villepin, mais il va plus loin : des malettes auraient été remises au candidat, et aussi au président Sarkozy. La fille ainée de Bongo dément, l'Elysée se refuse à tout commentaire. Du point de vue judiciaire et concernant ...
Lire l'article
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Omar Bongo, l'ex-président gabonais décédé en 2009, aurait «contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy». C'est ce qu'a affirmé un proche de l'ancien chef d'Etat africain aux journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung. Leur «enquête sur les milliards volés de la Françafrique» est publiée dans un ouvrage à paraître jeudi intitulé «Le scandale des biens mal acquis». L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même ...
Lire l'article
Echange d'enveloppes, dépenses outrancières et fraude électorale : dans leur livre-enquête "Le scandale des biens mal acquis", Xavier Harel et Thomas Hofnung balancent. Un ancien proche d'Omar Bongo y affirme notamment que l'ancien président gabonais aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La bombe est lâchée par Mike Jocktane, ex-directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo, président du Gabon de 1967 à 2009. "Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 du candidat Nicolas Sarkozy", a-t-il confié à Xavier Harel, ancien journaliste à La Tribune, et Thomas Hofnung, journaliste à Libération. Dans "Le scandale ...
Lire l'article
Qui tuera la Françafrique ?
Comme d’habitude et même si Paris n’est plus le pôle d’intérêt unique de l’Afrique francophone, l’élection présidentielle française sera suivie avec attention, parfois avec passion, au sud de la Méditerranée. Certes, nul n’en attend un séisme comparable à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981, ni même une répétition de 2007, quand la victoire de Nicolas Sarkozy avait suscité un vif sentiment de curiosité. Vue d’Afrique, la compétition oppose un adversaire socialiste encore peu connu et dont les positions ne sont qu’ébauchées à un président sortant qui, après avoir prôné la rupture en matière de politique africaine puis prononcé ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
"Je ne connais pas la Françafrique", a affirmé jeudi le président gabonais Ali Bongo en réaction aux accusations de Robert Bourgi sur des financements occultes à des dirigeants politiques français par des présidents africains, dont le défunt président Omar Bongo. "C'est une affaire qui ne nous concerne pas. (...) C'est une affaire qui pour moi relève du passé, je ne connais pas la Françafrique", a déclaré le président gabonais à l'issue d'un conseil des ministres délocalisé à Franceville (est), en référénce à l'expression désignant des réseaux opaques entre la France et des pays africains. "Il faut croire qu'il y a beaucoup de ...
Lire l'article
Les accusations de Robert Bourgi jettent une lumière crue sur le financement de la vie politique française sous la Ve République. Il y a quelques mois, Valéry Giscard d'Estaing avait affirmé que de l'argent venu du Gabon avait financé la campagne électorale de Jacques Chirac en 1981. Sans susciter de tsunami médiatique. Mais cette fois-ci, la charge, signée Robert Bourgi, est plus sérieusement étayée. Conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour les affaires africaines, l'avocat franco-ivoirien, proche de l'ancien président gabonais Omar Bongo, affirme avoir convoyé pendant des années des valises de billets au bénéfice de Jacques Chirac et de Dominique ...
Lire l'article
Documentaire. Réalisé par Patrick Benquet. Scénario de Patrick Benquet. Produit par Compagnie des Phares et Balises. Avec la participation de France Télévisions. Conseiller historique : Antoine Glaser. Film documentaire diffusé ce jeudi 9 décembre à 23.10 sur France 2. Première partie : La Raison d’Etat Il y a 50 ans, en 1960, les 14 colonies françaises d’Afrique noire devenaient indépendantes. Mais, indépendance ne signifie pas liberté : le Général de Gaulle confie à Jacques Foccart la mise en place d’un système qui vise à garder, par tous Pendant plus d’un an, Patrick Benquet a enquêté avec l’aide précieuse d’Antoine Glaser, ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010 à Washington: Françafrique enterrée (Partie 2)
Ceci est la deuxième partie du rapport de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Le Gabon des Bongo étant l'un des derniers grands symboles, bastions et vestiges ...
Lire l'article
En présence de nombreuses personnalités de la société civile, des confessions religieuses, des représentants d’organisations internationales et de la presse, la Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a présenté son cabinet de travail et décliné le programme des activités qu’elle entend mener à destination de la communauté gabonaise. Ces actions dont certaines ont déjà été amorcées tablent essentiellement sur cinq domaines : le social, la santé, la jeunesse, la femme et la culture. La première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a procédé le 27 avril dernier au palais de la Présidence, à la présentation des membres son cabinet ...
Lire l'article
À la veille de sa visite au Gabon, Sarkozy expliquait dans un entretien au quotidien gabonais l’Union   : « La signification première de mon déplacement, c’est l’affirmation d’une fidélité. » Son déplacement express d’hier aura confirmé cette déclaration. Il avait même choisi d’emmener dans ses bagages le sulfureux Robert Bourgi, celui qui avait vendu la mèche lors de l’élection présidentielle gabonaise du mois d’août dernier  : l’Élysée soutenait bien Ali, le fils du défunt Omar Bongo, homme lige de la Françafrique. Venu donc cette fois soutenir le président Ali Bongo, le fils de…, Nicolas Sarkozy a été reçu comme avant. ...
Lire l'article
Xavier Harel et Thomas Hofnung : la Françafrique existe encore
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Nouvelles révélations sur la “Françafrique”
Qui tuera la Françafrique ?
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
Françafrique: Les valises sortent du bois
« Françafrique, la Raison d’Etat. »
Manifestation du 17 août 2010 à Washington: Françafrique enterrée (Partie 2)
Gabon : Sylvia Bongo Ondimba annonce la couleur
Au Gabon, la Françafrique au beau fixe


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Sep 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*