Socialisez

FacebookTwitterRSS

Jean-Marie Bockel : “Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique”

Auteur/Source: · Date: 30 Sep 2011
Catégorie(s): Coopération,Françafrique,Révélations

L’ancien secrétaire d’État à la Coopération avait appelé “au décès de la Françafrique”, en janvier 2008. Deux mois plus tard, il était débarqué. Jeune Afrique l’a consulté pour avoir son sentiment sur les récentes déclarations de Robert Bourgi, qui affirme avoir fait transité des mallettes “pleines de billets” entre des présidents africains et des personnalités politiques françaises, dont Jacques Chirac.

Jeune Afrique : Les accusations de Robert Bourgi sont-elles crédibles ?

Jean-Marie Bockel : L’existence de financements occultes était un secret de polichinelle. Mais durant mon passage à la Coopération, je n’avais pas connaissance de qui recevait, combien et comment. Je n’étais pas dans ces « réseaux ». En revanche, des diplomaties parallèles sont de tout temps à l’œuvre avec un certain nombre d’intermédiaires. Certains sont efficaces, d’autres ont surtout un rôle alimentaire.

Revenons justement sur votre fameux discours de janvier 2008 sur le « décès de la Françafrique » ; vous aviez signé votre arrêt de mort…

Mon discours avait été revu et corrigé par mes amis de la cellule Afrique de l’Élysée, dirigée à l’époque par Bruno Joubert. Eux, comme moi, devaient savoir qu’il y avait des réseaux parallèles. Mais nous étions dans l’idée qu’ils reculeraient progressivement. J’ai manifestement sous-estimé leur importance, car, si j’avais continué à faire mon travail sans ce coup d’éclat, j’aurais duré plus longtemps. Ou alors, si j’avais été dans certains réseaux, j’aurais pu être alerté.

Car ces réseaux sont plus forts que la diplomatie officielle ?

La conjonction de mes déclarations – qui n’étaient qu’une reprise de la feuille de route de Cotonou [discours de Nicolas Sarkozy en mai 2006 promettant la rupture, NDLR] – avec l’affaire des « biens mal acquis » qui commençait à sortir dans la presse a pu donner le sentiment à certains dirigeants africains qu’il y avait un complot contre eux. Les réseaux ont alors supplanté la diplomatie officielle.

Mais on peut aussi estimer que mon histoire puis les accusations de Bourgi sont un peu le chant du cygne de la Françafrique. Les actions les plus brutales et les déclarations les plus fracassantes sont souvent la marque des réseaux en fin de vie.

“Bockel, c’est plus possible !” Bourgi a relayé ce message jusqu’à l’Élysée.

Quel a été le rôle de Bourgi dans votre éviction ?

J’ai fait la connaissance de Robert Bourgi après mon passage à la Coopération, grâce à des amis communs. Il est toujours intéressant que la victime puisse rencontrer son bourreau ! J’ai pu découvrir sa personnalité complexe et à bien des égards attachante. Il a été l’ultime messager auprès de Claude Guéant, je suppose. Plusieurs signaux avaient été envoyés : « Bockel, c’est plus possible ! » Il les a relayés. Durant sa longue carrière, il a bien illustré le rôle de ces intermédiaires. Avec un talent variable, ils peuvent se rendre utiles lorsque la diplomatie bloque, mais ils monnaient aussi leur prétendue influence.

Avec une dimension affairiste ?

Oui, les valises sont un avatar de la Françafrique.

Ne peut-on pas parler de duplicité à propos de Nicolas Sarkozy ? Entre le discours de Cotonou et la réalité des choses, c’est le grand écart…
J’en ai parlé récemment avec Nicolas Sarkozy. Notre désaccord porte sur la mise en œuvre de la feuille de route de Cotonou. J’ai voulu aller plus vite. Le président a, lui, invoqué la raison d’État : certains pays sont des amis de la France et ils contribuent à son influence, cela ne sert à rien de se fâcher avec des alliés. Avec le recul, à la Coopération, j’aurais eu la curiosité de rencontrer Robert Bourgi. J’aurais préparé le terrain avec quelques chefs d’État africains et retardé ma déclaration de quelques mois.

Car votre appel au décès de la Françafrique avait particulièrement irrité Omar Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso…
C’est ce que l’on m’a dit…
______________
Propos recueillis par Philippe Perdrix

L’affaire Bourgi vue d’Europe : “Shocking !”

Mallettes remplies de diamants ou djembés bourrés de billets de banque ? Voilà des choses dont on n’a jamais entendu parler à Londres, à Madrid ou à Lisbonne et qui suscitent beaucoup d’intérêt. « On attend tous la suite de cette affaire », commente Pinar Ersoy, journaliste turque. Mais, outre l’aspect croustillant de « l’affaire Bourgi », ce sont les rapports entre l’Afrique et la France qui rendent perplexe. « Aucun autre pays européen n’entretient le même genre de relations avec l’Afrique », analyse Alex Vines, chercheur à l’institut Chatham de Londres. « L’Angola est si important pour l’économie du Portugal, que ce pays n’hésite pas à faire du lobbying pour son ancienne colonie. Le Moyen-Orient est très présent dans les pays arabes… Mais la Françafrique, c’est unique », analyse-t-il. Et la presse anglo-saxonne, particulièrement pugnace, en a fait les gros titres. « S’il était prouvé qu’un Premier ministre anglais a touché de l’argent d’un dirigeant africain ou autre, ce serait une crise politique majeure », explique Alex Vines. Et un déshonneur dont il ne se remettrait pas. MGB 


SUR LE MÊME SUJET
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée, Robert Bourgi, sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin, a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi 16 novembre auprès du parquet de Paris. Dans une retentissante interview au Journal du Dimanche le 11 septembre, M. Bourgi, un avocat, avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin. Le parquet de Paris avait diligenté une enquête préliminaire le 13 septembre, dans le cadre de laquelle l'avocat ...
Lire l'article
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
L'ancien Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong a assuré mercredi que l'envoi de "valises d'argent" était une pratique courante entre l'ex-président Omar Bongo et "certaines autorités françaises", citant des versements au responsable d'extrême droite Jean-Marie Le Pen. Ces déclarations font suite aux accusations de l'avocat franco-libanais Robert Bourgi, ancien conseiller officieux de l'Elysée pour les affaires africaines. "J'en ai entendu parler comme beaucoup mais je n'en ai pas vu personnellement. Mais je sais qu'il a été question de valises d'argent entre le Gabon et la France. C'était une pratique courante, entre le président de la République gabonaise et certaines autorités françaises", a ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
L'ex-président du Front national Jean-Marie Le Pen a saisi jeudi la justice contre les accusations de Robert Bourgi sur un financement de sa campagne électorale de 1988 par des fonds occultes provenant du Gabon, a-t-on appris de source judiciaire. M. Le Pen a saisi le tribunal de grande instance de Paris d'une citation directe pour diffamation à l'encontre de M. Bourgi. Il demande 100.000 euros de dommage et intérêts. Aucune date n'a encore été fixée pour l'audience, a précisé cette source. Après avoir mis en cause Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Robert Bourgi, conseiller officieux pour l'Afrique de Nicolas Sarkozy, avait ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
"Je ne connais pas la Françafrique", a affirmé jeudi le président gabonais Ali Bongo en réaction aux accusations de Robert Bourgi sur des financements occultes à des dirigeants politiques français par des présidents africains, dont le défunt président Omar Bongo. "C'est une affaire qui ne nous concerne pas. (...) C'est une affaire qui pour moi relève du passé, je ne connais pas la Françafrique", a déclaré le président gabonais à l'issue d'un conseil des ministres délocalisé à Franceville (est), en référénce à l'expression désignant des réseaux opaques entre la France et des pays africains. "Il faut croire qu'il y a beaucoup de ...
Lire l'article
Accusations Bourgi: le Gabon demande de “laisser reposer en paix” Omar Bongo
Le Gabon demande "de laisser reposer en paix" le défunt président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin 2009, qui a été accusé par l'avocat Robert Bourgi de financements occultes avec d'autres dirigeants africains à des dirigeants politiques français, a annoncé à l'AFP la porte-parole de la présidence mercredi. "Le peuple gabonais réitère son voeu de voir les Français et les amis du Gabon laisser reposer en paix le président défunt", a déclaré Clémence Mezui Me Mboulou, appelant à respecter "les traditions gabonaises qui veulent qu'on laisse en paix les baobabs qui se sont couchés pour l'éternité". Par ailleurs, "le président de la ...
Lire l'article
Les accusations de Bourgi suscitent une pluie de demandes d’enquêtes
Les déclarations fracassantes de l'avocat Robert Bourgi sur de présumés financements occultes ont continué mardi d'agiter le monde politique, provoquant des demandes d'enquête en cascade de l'opposition mais aussi à droite. Les députés PS ont réclamé une commission d'enquête parlementaire sur "la Françafrique", estimant que "trop c'est trop!". "Avant l'élection présidentielle, on ne peut pas accepter cette situation nauséabonde", a dit Alain Vidalies, porte-parole des députés socialistes. Pour autant, la commission d'enquête ne pourra voir le jour que si la majorité lui apporte son soutien. M. Vidalies a aussi estimé que le parquet devrait lancer des investigations, rejoignant des demandes en ce sens ...
Lire l'article
"Ce que dit Bourgi est fondé sur une réalité", assure Lorrain de Saint-Affrique, exclu du FN en 1994. Un ancien conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen, Lorrain de Saint-Affrique, a confirmé mardi 13 septembre sur le site internet de Marianne les propos de Robert Bourgi sur des fonds occultes remis par l'ancien président gabonais Omar Bongo à Jean-Marie Le Pen, s'attirant un démenti immédiat. "Ce que dit Bourgi est fondé sur une réalité. J'en ai été le témoin en 1988. Il y a d’ailleurs beaucoup de témoins de tout cela. Trop de gens sont concernés pour que l’affaire soit étouffée ...
Lire l'article
Jean-Marie Bockel a exprimé, mercredi dernier à Paris, ses regrets de quitter le secrétariat d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, tout en assurant être heureux d'avoir désormais à s'occuper des questions de Défense et des Anciens combattants dans le nouveau gouvernement français formé mardi soir, rapporte la PANA. "Evidement, ce serait faire de la langue de bois que de voir que je ne regrette pas de quitter le travail que je fais à la Coopération", a-t-il dit, lors de la passation de pouvoir avec M. Alain Joyandet, nouveau secrétaire d'Etat français à la Coopération. "Je voudrai dire que nous ...
Lire l'article
Repêché de justesse après le remaniement ministériel du mardi 18 mars, Jean-Marie Bockel, l'un des symboles de l'ouverture, a perdu son secrétariat d'Etat à la coopération, pour un dossier encore moins en vue, celui des anciens combattants. Dans l'entourage de cet ex-socialiste réélu maire de Mulhouse sous la bannière de l'UMP, on tente de faire contre mauvaise fortune bon coeur. "Jean-Marie Bockel, assure-t-on, est tout au bonheur de sa nouvelle fonction." Officiellement, le ministre, colonel de réserve, est "passionné" par les dossiers du ministère de la défense auquel son secrétariat d'Etat est rattaché. Il souligne qu'il officiera "dans un ministère régalien" ...
Lire l'article
Le Gabon, dont le président Omar Bongo Ondimba est un des piliers des relations franco-africaines, a jugé "inacceptables" les propos du secrétaire d'Etat français à la Coopération sur la nécessité de signer "l'acte de décès de la Françafrique". "De tels propos ne peuvent être mus que par l'ignorance des réalités de la coopération franco-africaine", note sèchement vendredi un communiqué du Conseil des ministres, présidé par M. Bongo, au pouvoir depuis 1967. Le communiqué, essentiellement consacré à répliquer aux déclarations de Jean-Marie Bockel, affirme sa "surprise" que "soient véhiculés à un tel niveau de responsabilité des clichés méprisants faisant des Etats africains de ...
Lire l'article
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
Accusations de Bourgi: “Je ne connais pas la Françafrique”, dit Ali Bongo
Accusations Bourgi: le Gabon demande de “laisser reposer en paix” Omar Bongo
Les accusations de Bourgi suscitent une pluie de demandes d’enquêtes
Un ex-conseiller de Le Pen confirme les accusations de Bourgi
Gabon: Coopération: Jean-Marie Bockel regrette son départ du gouvernement français
Deux mois après avoir dénoncé la “Françafrique”, Jean-Marie Bockel est débarqué de la coopération
Le Gabon juge inacceptables les propos de Bockel sur la Françafrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Sep 2011
Catégorie(s): Coopération,Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*