Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les butins cachés des présidents africains sur la Côte d’Azur

Auteur/Source: · Date: 4 Oct 2011
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations,Rumeurs

Longtemps au point mort, l’enquête sur les biens mal acquis qui vise le Congo, la Guinée le Gabon ou encore les clans Ben Ali et Moubarak s’accélère sur la Côte d’Azur

C’est sur la Côte d’Azur qu’en toute impunité présidents africains en exercice de la famille Bongo (Gabon), à Denis Sassou-Nguesso (Congo), Téodoro Obiang (Guinée Equatoriale), mais aussi les tyrans balayés par le printemps arabe, Ben Ali ou encore Moubarak venaient réinvestir les trésors soustraits à leurs pays respectifs. Mais aussi à un Cannois, Serge Berrebi, 62 ans, ce chef d’entreprise ruiné par le président Congolais.

La plainte que ce dernier déposa dès 1989 apporte de l’eau au moulin des deux ONG, Sherpa et Transparency International et de leur avocat Me William Bourdon qui, depuis 2007, se battent pour que la justice française traque les avoirs opaques des chefs d’Etat africains en France. Du coup, longtemps au point mort, l’enquête ouverte sur ce qu’il convient d’appeler « les biens mal acquis »s’accélère depuis quelques semaines. Plusieurs perquisitions viennent d’être menées en France, et notamment dans des études notariales. Particulièrement à Nice où la très complexe succession du président Omar Bongo est toujours en cours. Les montants de fortunes que ces chefs d’État auraient soustraits à leurs peuples s’élèveraient à plusieurs milliards d’euros.

La justice… au galop

Un butin investi dans la pierre de luxe à Cannes, Nice, Saint-Tropez… pendant que des millions de Zaïrois, de Congolais ou d’Égyptiens survivaient à peine dans la plus terrible des misères. Un butin dilapidé aussi en signe ostentatoire de richesse quand, par exemple, dans une boutique de luxe de Monaco, un membre de la famille Bongo fit une razzia de vêtements, payant cash… 340 000 euros au moyen de 14 150 billets neufs de 200 euros et de 630 billets encore plus neufs de 100 euros bien rangés dans une mallette. Un butin que la justice est en train de recenser, et qui, pour la première fois, est petit à petit restitué aux États qui en avaient été spoliés. Ainsi, les chevaux de course que l’ancien président tunisien Ben Ali faisait courir à l’hippodrome de Cagnes-sur-mer, notamment le pur-sang Voxna qui lui avait rapporté plus de 152 000 euros de gains, ont été in extremis saisis par la justice avant que les proches du dictateur déchu ne les revendent… à un quelconque homme de paille.
Retrouvez l’intégralité de ce reportage dans votre Nice-Matin de ce mardi ou directement sur votre journal en ligne 


SUR LE MÊME SUJET
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel le 7 mai dernier de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée visant trois présidents africains pour «recel et détournement de fonds publics», «blanchiment», «abus de biens sociaux» et «abus de confiance». L'aval de la juge d'instruction tombé le 4 mai dernier avait engendré une levée de bouclier, mettant notamment en lumière l'incrimination collatérale des plus hautes institutions bancaires françaises. Déclenchée le 4 mai dernier par la juge d'instruction Françoise Desset, qui avait donné son aval pour l'ouverture d'une information judiciaire sur les ...
Lire l'article
Alors que la juge parisienne Françoise Desset a jugé recevable la plainte déposée contre certains présidents africains, les associations Sherpa et Transparency International France, à l'origine de la procédure, mettent la pression sur les autorités françaises. Lors d'une conférence de presse organisée mardi à Paris, Sherpa et Transparency International France (TI-France), deux associations de juristes qui luttent notamment contre la corruption dans le monde, ont souligné "la grande responsabilité de l'Etat français" à l'heure où la justice s'apprête à enquêter sur le patrimoine "français" de trois présidents africains, Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Téodoro Nguema Obiang Mbasogo (Guinée ...
Lire l'article
La doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a jugé recevable la plainte avec constitution de partie civile déposée par l'association Transparence international France. Contre l'avis du parquet. La plainte vise les chefs d'Etats africains du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo. Plainte recevable Déposée le 2 décembre, cette plainte concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités. Elle vise les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba (Gabon) ...
Lire l'article
La juge parisienne Françoise Desset estime que la plainte visant trois chefs d'Etat, dont le Gabonais Bongo et le Congolais Sassou-Nguesso, est recevable. Un juge d'instruction devrait être désigné prochainement. La nouvelle va faire grand bruit et affoler bien des diplomates du Quai d'Orsay. La doyenne des juges d'instruction de Paris, Françoise Desset, estime que la justice française doit enquêter sur la manière dont trois chefs d'état africains ont constitué un important patrimoine dans l'hexagone (appartements, maisons, voitures de luxe). Les présidents concernés sont Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et, à un degré moindre, Téodoro Nguema Obiang Mbasogo (Guinée ...
Lire l'article
Contre l'avis du parquet, un juge d'instruction de Paris a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole, a-t-on appris mardi auprès du bureau du procureur. Contre l'avis du parquet, Françoise Desset, la doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour recel de détournement de fonds publics concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole et leurs proches: Omar Bongo, président du Gabon (à gauche), Teodoro ...
Lire l'article
Le gouvernement congolais a salué jeudi la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire sur le patrimoine en France de trois président africains dont celui du Congo, Denis Sassou Nguesso, répétant que ce dossier était "vide". "Pour nous, c'est une décision de bon sens", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Alain Akouala Atipault, également ministre de la Communication. Selon une source judiciaire, le parquet de Paris va requérir un "refus d'informer" et s'opposer ainsi à l'ouverture d'une enquête à la suite d'une plainte d'ONG visant les présidents du Congo, du Gabon et de Guinée équatoriale. Aucune ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
Alors que plusieurs pays du Sud sont le théâtre des «émeutes de la faim» qui s'amplifient, la question de la restitution des biens mal acquis de potentats africains se pose avec une nouvelle acuité. Des centaines de millions de dollars liés aux biens mal acquis par des dictateurs resteraient bloqués en Suisse. Leur restitution directe pourrait servir à l'aide alimentaire d'urgence. Entre 100 et 180 milliards de dollars: ce serait la somme des magots détournés par des dictateurs ces dernières décennies. S'il fallait aussi tenir compte des détournements opérés par leurs proches, les chiffres dépasseraient 1000milliards, selon une estimation de ...
Lire l'article
Pourquoi les journaux du groupe Bolloré écrivent-ils des articles élogieux sur des chefs d’État africains en oubliant dictatures et violations des droits de l’Homme ? « Bakchich » a posé la question à des journalistes du groupe du meilleur ami industriel de Nicolas Sarkozy… Lagardère, Bouygues, Dassault, Arnaud, Bolloré : tous grands patrons français, et tous propriétaires de grands journaux français… Nos hommes d’affaires, nos bâtisseurs d’empires industriels seraient-ils pris au piège d’une nouvelle ambition : la rage d’informer ? D’enquêter ? D’éclairer le citoyen sur le monde ? Jean-Luc Lagardère, qui avait la rare qualité de ne pas intervenir sur le ...
Lire l'article
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Justice : Paris bat en retraite dans l’affaire des biens des présidents africains
Patrimoine des présidents africains: “Le sens de l’Histoire condamne la Françafrique”
Feu vert pour une enquête sur trois présidents africains
Offensive de la justice française sur le patrimoine des présidents africains
Gabon: Enquête en France sur les biens de trois présidents africains
Le Congo approuve le parquet de Paris dans l’affaire des biens de présidents africains
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
Argent planqué des présidents africains: 20 milliards de dollars sur des comptes bancaires suisses
L’éloge des présidents africains dans les journaux de Bolloré


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Oct 2011
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations,Rumeurs
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*