Socialisez

FacebookTwitterRSS

La passivité des autorités ivoiriennes pointée du doigt par HRW

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique

Près de six mois après la chute de Laurent Gbagbo qui annonçait la fin prochaine des combats entre les forces fidèles au président déchu et celles d’Alassane Ouattara, le nouveau pouvoir est accusé de renier ses promesses en matière de justice contre les personnes de son propre camp soupçonnées d’avoir commis des massacres.

Selon, un rapport publié jeudi 6 octobre, l’organisation de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW), “depuis sa prise de contrôle du pays, les premières mesures adoptées par Alassane Ouattara pour lutter contre l’impunité ont été, dans le meilleur des cas, inégales. Malgré les promesses répétées du gouvernement de tenir responsables tous ceux qui ont commis des crimes graves durant le conflit, la réalité est celle d’une justice des vainqueurs – aucun membre des Forces républicaines n’avait été inculpé au moment de la rédaction de ce rapport”.

“ILS LES ONT TUÉS COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT”

Ce dossier intitulé “Ils les ont tués comme si de rien n’était” revient sur les cinq mois de guerre civile consécutifs à la décision de Laurent Gbagbo de ne pas reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010. Pour les auteurs, “l’obsession de Laurent Gbagbo de se maintenir au pouvoir a sans doute été à l’origine du dernier conflit armé” qui a tué au moins 3 000 personnes et contraints des centaines de milliers d’autres à fuir leurs habitations.

Mais, soulignent-ils, “lorsque les combats se sont arrêtés à la mi-mai, les Forces républicaines d’Alassane Ouattara (les FRCI) avaient commis des atrocités qui tombaient également sous le coup des crimes les plus graves sanctionnés par le droit pénal international.” “Des officiers supérieurs des deux camps sont impliqués dans des crimes de guerre et probablement des crimes contre l’humanité. Dans certains cas les exactions auxquelles ils ont pris part ou qu’ils ont supervisés ont atteint un summum de perversité”.

Les tueries décrites dans le rapport, y compris celles commises par les FRCI “à partir du mois de mars” ont déjà été documentées dans de précédents rapports de HRW ainsi que par d’autres ONG (notamment Amnesty international ou la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH)) et une enquête de la commission des droits de l’homme de l’ONU.

En autorisant, le 3 octobre, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter en Côte d’Ivoire, les juges du tribunal de la Haye avaient également estimé qu’il y a “une base raisonnable de croire que les forces pro-Ouattara ont mené des attaques contre la population civile (…) Les documents montrent que (…) les attaques étaient dirigées contre des communautés ethniques spécifiques “.

PARTIALITÉ DES AUTORITÉS JUDICAIRES

Mais ce que le rapport de HRW pointe du doigt, c’est la passivité des nouvelles autorités “alors que le président Ouattara et le ministre de la justice Jeannot Kouadio Ahoussou ont toujours promis que tous les crimes seraient punis”. “Jusqu’à présent, force est de constater que les autorités judiciaires nationales ne se sont pas montrées impartiales. Des procureurs militaires et civils ont inculpé au moins 118 partisans de Laurent Gbagbo (mais) aucun membre des Forces républicaines n’a été arrêté pour des crimes commis durant le conflit “.

Pire, selon les rapporteurs, ” les premiers signes sont extrêmement négatifs, Alassane Ouattara ayant promu le 3 août plusieurs commandants fortement soupçonnés d’être les auteurs de violations graves du droit international, notamment Martin Fofié, qui figure depuis 2006 sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies pour avoir commandé des troupes impliquées dans des exécutions sommaires et engagé des enfants soldats”.

“CYCLES DE VIOLENCE”

Outre Martin Fofié, HRW cite également, dans le camp Ouattara, les noms du capitaine Eddie Médi et son supérieur le commandant Fofana Losséni, ainsi que deux poids lourds des anciennes Forces armées des forces nouvelles (FAFN) qui menèrent la première rébellion anti-Gbagbo au début des années 2000, Chérif Ousmane (promu le 3 août commandant en second du Groupe de sécurité de la présidence) et Ousmane Coulibaly.

Tous les quatre “étant, selon HRW, responsables – soit au titre de leur participation directe, soit au titre de leur responsabilité de commandement – de certains crimes graves”. “Certains commandants des FRCI mis en cause aujourd’hui sont également soupçonnés d’avoir commis des atrocités en 2002-2003, durant la première rébellion”, souligne Matt Wells de HRW.

Certes, le chef de l’Etat est dans une situation politique délicate. Il est redevable aux commandants de zone des ex-FAFN d’avoir pu chasser Laurent Gbagbo du pouvoir et son contrôle sur les FRCI est sans doute limité. Mais le rapport conclut sur un avertissement : “il est grand temps qu’Alassane Ouattara se montre à la hauteur de ses discours sur une justice impartiale (sinon) la Côte d’Ivoire risque d’être incapable de mettre un terme aux cycles de violence, ce qui serait de mauvais augure pour le respect de l’Etat de droit et la stabilité du pays”.

Christophe Châtelot 


SUR LE MÊME SUJET
L’Organisation non gouvernementale, "La voix des oubliés", a été présentée par sa présidente, Maître Solange Yenou samedi à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogooué, aux autorités locales, notamment le sous-préfet du district d’Aschouka, Edmond Jérôme Mabacka Mapoba et du 1er vice-président du Tribunal de première Instance de Lambaréné, M Jean Bedel Moussodou. L’ONG créée il y a un (1) an à Port-Gentil (sud ouest), lutte pour la défense des libertés et des personnes présumées innocentes détenues au delà des délais légaux et dépourvues de finances pour payer un avocat. "La voix des oubliés" compte vulgariser les droits de détenus par la publication ...
Lire l'article
Les résultats sont encore partiels mais la coalition au pouvoir était assurée de remporter ces premières législatives depuis 2000, boycottées par le parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien. Le parti du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, frôle la majorité absolue aux législatives de dimanche, a annoncé mardi la télévision publique. Un scrutin censé clore la crise meurtrière de 2010-2011 mais boycotté par le camp de l’ex-président Laurent Gbagbo. Selon des résultats partiels portant sur 228 des 255 sièges à pourvoir à l’Assemblée et annoncés au JT, le Rassemblement des républicains (RDR) de Ouattara «a 123 sièges», le Parti démocratique ...
Lire l'article
Plusieurs lecteurs internationaux, pour la plupart non Gabonais, nous ont posé des questions concernant le manque de réaction du public Gabonais face aux 41 ans de pillage des richesses nationales par la famille Bongo. Ils nous ont demandé comment évaluer avec précision les niveaux de soutien ou d'ambivalence ou de résistance de la population gabonaise vis-à-vis du régime. Bien que ce blog tende à exprimer la situation en termes de dictature contre la population, il est bien sûr évident que la population n'est guère monolithique dans ses désirs, ses peurs ou son engagement à lutter pour sa propre liberté. Au Gabon, ...
Lire l'article
L’ambassadeur américain accrédité au Gabon, Eric D. Benjaminson, lors d’une tournée effectuée du 22 au 25 mai dernier dans la province du Haut-Ogooué notamment à Franceville, s’est rendu au Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF) où, à travers une visite guidée, il s’est imprégné de l’engagement de ce centre à mener des travaux de pointe sur des maladies d’importance pour les populations du pays et de la région. Cette visite qui a été conduite par le Pr Jean Paul Gonzalez, le directeur Général du CIRMF, a débuté par une présentation globale de cette structure de recherches de pointe, ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: les 2 camps responsables
Les forces de l'ancien président Laurent Gbagbo et celles du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité en Côte d'Ivoire, au cours des six mois de crise post-électorale, a affirmé mercredi Amnesty International. "Les informations recueillies par Amnesty International montrent que toutes les parties ont commis des crimes au regard du droit international, notamment des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité", explique l'organisation en conclusion d'un rapport publié mercredi. Près de 3.000 personnes ont été tuées et un million déplacées, selon les autorités ivoiriennes, en raison des violences nées du refus ...
Lire l'article
Le Secrétaire Exécutif de l'Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC), Dr Jean-Jacques MOKA a entamé depuis le 19 juin 2010 une campagne de sensibilisation des autorités nationales des pays d’Afrique centrale sur les enjeux du sommet spécial sur l’harmonisation de la lutte contre les grandes endémies en Afrique centrale qui va se tenir du 16 au 20 novembre 2010 à Brazzaville, a-t-on appris ce mercredi de source officielle. C’est dans ce cadre qu’il a effectué une visite de travail mardi dernier à KINSHASA en République Démocratique du Congo (RDC) où il a devisé ...
Lire l'article
Un rapport de l’Organisation non gouvernementale WWF et de la direction générale de l’environnement épinglent la société pétrolière Addax comme étant à l’origine de la pollution sur le site d’Obangue, dans la province de la Ngounié, non sans conséquences sur l’écosystème. Les habitants du canton Dourembou, dans le département de Ndolou (Mandji) peuvent à nouveau nourrir de réels espoirs quant à la possibilité d’exploiter leur biodiversité. La société Addax vient d’être rappelée à l’ordre par la Direction générale de l’Environnement. La firme pétrolière se serait rendue coupable du déversement des produits hydrocarburés sur le site d’Obangue, dans le département de Ndolou. ...
Lire l'article
Les Panthères du Gabon, version féminine, se sont inclinées face aux Eléphants de Côte d’Ivoire score (1-2) au stade Augustin Monédan de Libreville après le temps réglementaire, pour le compte du premier tour des préliminaires de la 7ème édition du Championnat d’Afrique des Nations de football féminin, a constaté GABONEWS. Au sortir d’une première mi-temps nettement dominée par les Gabonaises malgré un début de match difficile, notamment avec le but matinal inscrit par Ban Koueli à la 7ème minute, les poulains de Ngue-Bie Fanny ont finalement réussi à asseoir leur jeu jusqu’à revenir à la marque par Ntsame Glwadis. Au ...
Lire l'article
La présidente du Club de réflexion des artistes et animateurs du Gabon (GRAAG), Aimée Délia Bélouni, dans une interview accordée mardi, envisage de déposer une pétition auprès de responsables des institutions politiques du pays en vue d’amener le pouvoir public à prendre des sanctions envers les auteurs de crimes perpétrés contre les enfants. La pétition qui sera signée conjointement par les responsables du CRAAG, du CASBO et de CAP 9, structures initiatrices de la caravane sur la maltraitance des enfants vivant au Gabon sera adressée à la fois aux présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat, de la Cour constitutionnelle, du Conseil ...
Lire l'article
Les habitants de la cité minière de Moanda, dans la province du Haut-Ogooué, menés par le député locale de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), ont vivement protesté contre la violation des règles écologiques par la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), à l’occasion du récent conseil d’administration de l’entreprise. Les plaignants réclament notamment le rétablissement de la gratuité des soins de santé dans les structures médicales de l’entreprise. La Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) a été indexée lors de son dernier conseil d’administration par les habitants de la commune de Moanda, qui dénoncent la violation des règles ...
Lire l'article
Une ONG de protection des droits des prisonniers présentée aux autorités locales de Lambaréné
Législatives ivoiriennes : le parti de Ouattara proche de la majorité absolue
Aux origines de la passivité des Gabonais
Coopération: L’ambassadeur américain au Gabon touche du doigt l’engagement du CIRMF dans des recherches médicales de pointe
Côte d’Ivoire: les 2 camps responsables
Santé/ Le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC sensibilise les autorités nationales des pays d’Afrique centrale
Environnement /pollution : La société pétrolière Addax pointée du doigt
7ème championnat d’Afrique des Nations de football féminin: les Gabonaises s’inclinent face aux Ivoiriennes à Libreville
Gabon: Maltraitance des enfants: le CRAAG veut déposer une pétition auprès des autorités
Gabon : Moanda pointe du doigt la pollution de la COMILOG


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*