Socialisez

FacebookTwitterRSS

Pour un droit d’ingérence démocratique au Gabon

Auteur/Source: · Date: 12 Oct 2011
Catégorie(s): Lamentations,Politique

Un rapport d’analyse du système électoral gabonais, réalisé par le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (Rolbg) a permis un diagnostic d’un système démocratique qui n’en a que le nom.

La démocratie suppose, en effet, des institutions qui fonctionnent de façon impartiale et qui reflètent la pluralité des acteurs et de l’expression démocratique. Au stade actuel du processus politique gabonais, toutes les institutions sont au service exclusif du clan et du pouvoir.

De l’Assemblée nationale au Sénat , en passant par la Cour constitutionnelle, le Conseil national de la communication et la Commission éléctorale autonome et permanente, le parti au pouvoir règne en maître absolu. C’est ainsi que l’Assemblée nationale et le Sénat sont composés à 85% des membres du PDG, le parti présidentiel. Ces deux chambres du parlement gabonais, selon l’avis général, ne peuvent pas contrôler l’action gouvernementale. Par leur inefficacité, Elles deviennent de facto des chambres d’enregistrement faute, en leur sein, de débats contradictoires.

L’appel irrésistible au changement

Dans sa vocation d’éveilleur de conscience, la société civile a fait preuve de responsabilité à travers d’une forte mobilisation de l’opinion publique et des médias. L’actualité gabonaise s’est focalisée autour de la biométrie et de la transparence électorale, qui ont été les éléments déclencheurs du mouvement pour la démocratisation totale du Gabon, sous la houlette d’une société civile engagée et déterminée à sortir le Gabon de 43 ans d’immobilisme.

Aujourd’hui les Gabonais aspirent à un véritable changement démocratique qui doit déboucher sur une alternance pacifique au pouvoir. En effet, 43 ans de gestion opaque et calamiteuse du pays ont considérablement affecté le développement national. Le vrai problème du Gabon, c’est l’absence de démocratie, c’est aussi l’inexistence de contre-pouvoirs et de contrôle citoyen de l’action publique. Les lois ne sont pas respectées par le gouvernement.

Les pouvoirs du clan Bongo renforcé

La dernière révision constitutionnelle, décrétée unilatéralement par le gouvernement en début d’année, a davantage renforcé le pouvoir d’un président de la République, en fonction depuis octobre 2009, arrivé à la magistrature suprême, à l’issue d’un scrutin frauduleux, marqué par des atteintes graves aux Droits de l’homme. Il a désormais la pleine capacité de nomination des responsables des institutions constitutionnelles et de la justice. Pour faire face à cette monarchisation du pouvoir, la société civile, soutenue par les démocrates de tout bord, a formulé treize propositions afin de réformer ces institutions sans légitimité dont la seule ambition est de soutenir un régime corrompu et oligarchique.

Pendant que la gran­de majorité de la population crou­pit dans la misère la plus abjecte, le président s’est acheté à Paris, en 2010, sous couvert d’une so­ciété immobilière appar­te­nant à son di­recteur de cabinet, un immeuble de 100 millions d’euros aux frais du contribuable gabonais.

L’impasse Bongo

Pour mettre un terme à gâchis, les Gabonais souhaitent l’avènement d’une véritable démocratie, fondée sur la volonté du peuple à déterminer son avenir et à construire un nouveau modèle de gouvernance, dans un pays miné par la corruption d’un clan refusant toute possibilité d’alternance par les élections libres et transparentes. Certes le système a changé de tête, mais la structure politique dans son orientation idéologique et son organisation tota­ litaire demeure en place.

C’est pour cette raison que l’ingérence de la communauté internationale au Gabon est la condition sine qua non pour éviter le chaos et l’anarchie. Fort de ce qui précède, les organisations de la société civile gabonaise, en appellent à la communauté internationale notamment le gouvernement des Etats-Unis, le gouvernement français, le Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union africaine et l’Union européenne, à exercer un droit d’ingérence démocratique au Gabon afin de permettre la tenue des élections libres, crédibles dans un environnement transparent et paisible.

par Georges Mpaga


SUR LE MÊME SUJET
Au cours d’une conférence de presse jeudi à Libreville, le Secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais, Faustin Boukoubi, a expliqué aux journalistes les raisons de victoire écrasante de son parti lors des législatives du 17 décembre. Ce succès politique est "la reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et le renouvellement d’un mandat clair et sans ambigüité au chef de l’Etat’’, a-t-il soutenu. Le 22 décembre dernier, le secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi est revenu largement sur les raisons et les arguments qui expliquent le succès de son parti aux élections législatives du 17 ...
Lire l'article
Mesdames et messieurs, distingués invités, Chers partenaires de la société civile Au cours de la visite officielle que le président de la République gabonaise vient d’effectuer aux Etats-Unis d’Amérique, le Président OBAMA a invité le Gabon à mener des réformes démocratiques et institutionnelles profondes. Dans son discours historique d’ACCRA, destiné à l’Afrique, le Président OBAMA rappelle le lien fondamental entre le progrès et la démocratie ainsi que la nécessité de renforcer les institutions et les normes démocratiques en Afrique. Ce discours vient d’être conforté par l’allocution du Secrétaire d’Etat CLINTON à ADDIS-ABEBA, concernant les alternances démocratiques et la durée au pouvoir de ...
Lire l'article
Aux présidents des Etas unis d’Amérique, et de la République Française, au Secrétaire Général des Nations Unies, au Président de la Commission de l’Union Africaine et au Président de la Commission de l’Union Européenne C’est au nom de la démocratie, principe universel et fondement des libertés, que nous vous adressons ce cri d’alarme, cet appel au secours en faveur de notre pays le Gabon. Comme vous le savez, le Gabon est en ruine. Une ruine généralisée provoquée par une oligarchie criminelle au pouvoir depuis près d’un demi-siècle. Cette oligarchie politico mafieuse a organisé un pillage à grande échelle des richesses ...
Lire l'article
Il s'est tenu ce mercredi, 29 juin 2011 à l'hôtel LAICO Libreville, une réunion de concertation entre la société civile et les partis politiques en présence des Représentants des Ambassades des Etats Unis, de la France et de l'Union Européenne sur le processus électoral et l'environnement démocratique au Gabon. Au terme de cette concertation, les deux parties se sont accordées de ce qui suit : Réformer fondamentalement la cour constitutionnelle Réviser la loi électorale Réformer le Conseil National de la Communication Réformer la CENAP en intégrant les membres de la société civile Ramener le mandat présidentiel à cinq (5) ans renouvelable une ...
Lire l'article
Les quatorze (14) membres de la Cour de Sûreté, nommés par décret, ont prêté solennellement serment, ce mardi au Palais présidentiel, devant le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, déterminé à renforcer l’Etat de droit au Gabon et réactiver les autres juridictions. Le serment reçu des 14 membres de la Cour de Sûreté de l’Etat, juridiction pénale crée en 1963 pour juger les infractions contre la sûreté de l’Etat participe, au-delà de la symbolique, de la détermination du président Ali Bongo Ondimba à revivifier les juridictions d’exception ou autres. Cette démarche découle du projet de société du chef de l’Etat dans lequel ...
Lire l'article
Les autorités camerounaises et équato-guinéennes ont vivement réagi aux déclarations du journaliste Francis Sala Ngouah Beaud qui accusait le Cameroun et plus précisément la Guinée-Equatoriale d’avoir participé aux émeutes de Port-Gentil. Les deux pays nient toute ingérence dans le processus électoral qui a conduit à l’élection d’Ali Bongo Ondimba au poste de Président de la République. © /Le Cameroun et la Guinée-Equatoriale démentent leur participation aux émeutes de Port-Gentil. Les déclarations de Francis Sala Ngouah Beaud qui accusait le Cameroun et la Guinée-Equatoriale d’avoir conclu des deals avec le candidat André ...
Lire l'article
Des leaders de la société civile gabonaise, réunis ce jeudi après – midi à la Chambre de commerce de Libreville, ont appelé les plus hautes autorités du pays à la mise sur pieds d’un « Fonds de vigilance démocratique » en vue de crédibiliser la future élection présidentielle anticipée devant mettre un terme à la période de transition de 30 à 45 jours. Selon Marc Ona Essangui, l’un des leaders de la société civile, ledit Fonds veillera à la bonne tenue des élections présidentielles anticipées. « Ce qui nous anime, c’est l’assainissement de la situation économique sociale et politique du pays ...
Lire l'article
Au Docteur Mengara, C’est un geste déjá compatriote que de reconnaitre que le Gabon rentre dans l’histoire pour avoir á sa tete une femme hors norme comme Presidente de la république, soit elle par intérim. Mais ne serait-il pas aussi volubile de concéder l’exceptionalisme dont les acteurs politiques gabonais et le peuple font montre en ne s’agitant pas dans la violence et dans les assassinats politiques comme il est vu tres souvent partout en Afrique quand un dictateur quitte le pouvoir. Et meme sous d’autres cieux, beaucoup auraient profiter de l’absence du Président, pendant un mois, pour dilligenter un coup d’état. ...
Lire l'article
Communiqués de Presse
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition Ci-dessous, lisez le Communiqué de presse ayant marqué le lancement de la Coalition du Refus le 18 janvier 2009 Communiqué de Presse COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Suite aux arrestations arbitraires dont de dignes membres de la société civile gabonaise ont fait ...
Lire l'article
Fridolin Mvé Messa, en cours dans les milieux syndicaux, « se tient droit dans ses bottes » et ne boude pas son plaisir après sa nomination au poste de vice président du Conseil d'administration de la Caisse nationale d'assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), lors du conseil de ministres de jeudi. Pour lui, sa nomination « n’est pas politique » « Ma nomination ne changera en rien mes convictions, encore moins ma détermination à défendre les intérêts de la société civile qui m’a proposé au poste de premier vice – président de la CNAMGS », a confessé Fridolin Mvé Messa ...
Lire l'article
Gabon : Pourquoi la victoire du Parti Démocratique Gabonais ?
Discours du représentant de l’Ambassade des USA au Laïco Hôtel le 29 juin 2011 lors de la réunion société civile-partis politiques sur le processus électoral
Lettre d’interpellation de la société civile gabonaise pour une ingérence démocratique au Gabon : Libreville, 29 juin 2011
Déclaration commune société civile-partis politiques sur le processus électoral et l’environnement démocratique au Gabon
Gabon: Les 14 membres de la Cour de Sûreté prêtent serment devant le président de la République pour renforcer l’Etat de droit
Gabon : Le Cameroun et la Guinée-Équatoriale démentent toute ingérence
Gabon: Période de transition: La société civile gabonaise veut la création d’un « Fonds de vigilance démocratique »
On entend d’ici et lá que le choix du futur président Gabonais passe par l’acceptation des réseaux Elyséens. Déjá il y a obstruction et ingérence.
Communiqués de Presse
Gabon: Sociale : Fridolin Mvé Messa se tient là, droit dans ses bottes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Oct 2011
Catégorie(s): Lamentations,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*