Socialisez

FacebookTwitterRSS

Décès de Pierre Mamboundou : Un nationaliste jusqu’au bout (bio-portrait), par Yorick Kombila Manfoumb

Auteur/Source: · Date: 17 Oct 2011
Catégorie(s): Politique,Portraits

L’opposant historique gabonais, Pierre Mamboundou, candidats trois fois malheureux à la présidentielle, a été un exemple de patriote, mieux un nationaliste avéré jusqu’au bout de son dernier souffle, où il a tiré sa révérence à l’âge de 65ans, c’est un model pour la jeune génération d’hommes politiques.

Né d’un père commerçant, le 6 novembre1946 à Mouila à dans le sud du Gabon, Pierre Mamboundou, est l’ainé d’une fratrie de sept enfants.

L’opposant historique, leader de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), qu’il a créé le 14 juillet 1989 à Paris est décédé le 15 octobre 2011 à 23h des suites d’une crise cardiaque. Il était le Marié et père de cinq enfants.

Parcours académique

Après de brillantes études primaire et secondaires à l’école communale A de Mouila, au Collège catholique Val Marie de sa ville natale, Pierre Mamboundou, a également fréquenté au Collège Bessieux et au Lycée National Léon Mba de Libreville où il obtient son baccalauréat scientifique avant d’intégrer l’Université de Perpignan en France où il obtient son diplôme d’ingénieur des travaux en télécommunication.

Pierre Mamboundou a débuté sa vie active au Centre Régional d’Études Universitaires de la Formation Permanente à Perpignan – CREUFOP en tant qu’enseignant de physique. En 1988, il est admis à la Société Française de Pysique (SFP), une association qui réunit d’éminents hommes de sciences de France depuis 1873.

Carrière professionnelle

Pierre Mamboundou quitte l’hexagone pour Libreville où il dirige brièvement l’Agence Commerciale de Télécommunications et travaille à la mise en place du Centre national de télécommunication (CENACOM).

En 1979, il retourne en France en tant que Chef des projets à la Direction scientifique et technique de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), annonciateur de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Quelques années plus tard, il gravit les échelons et mène plusieurs missions auprès de différents chefs d’États et de gouvernements pour le compte de l’organisation en tant que chargé de mission auprès du secrétaire général de l’organisation en vue de valoriser la langue française mais aussi les langues africaines.

Il travaillera à l’ACCT jusqu’en 1989 avant d’être expulsé de France sur demande du gouvernement gabonais à la suite de la création d’un parti politique au temps du parti unique, en violation de la Loi fondamentale en vigueur en ce moment là.

Parcours politique

Expulsé de France en février 1990, Pierre Mamboundou atterrit à Dakar au Sénégal où il sera exilé pendant près de 4ans, loin de sa famille restée en France.

C’est à partir du Sénégal qu’il construit sa véritable carrière politique avec à ses côtés certains étudiants gabonais comme, Richard Moulomba qui deviendra par la suite son secrétaire général avant leur divorce prononcé en 2011.

Etant au Sénégal, un procès tenu à Libreville en 1990, le condamne à 10 ans de prison par contumace.

Le 1er novembre 1993, malgré la peine qui pèse sur lui, il décide de défier la loi en rentrant au pays pour la confronter en justice. Sur place au pays, il fait opposition à sa condamnation par contumace.

Le ministère public ne réagissant pas dans les 8 jours ayant suivi sa démarche conformément au code de procédure pénale, sa condamnation est réputée n’avoir jamais existé.

Passé ce cap, il pose ensuite sa candidature à la première élection présidentielle de l’ère démocratique devant se dérouler le 5 décembre 1993. Son dossier de candidature est rejeté mais l’homme ne baisse pas les bras.

Bien intégré dans la sphère politique, il organise son premier meeting populaire le 17 novembre 1993, à Kinguélé un bidonville du 3ème arrondissement de la commune de Libreville, réputé rebelle où il se fera rapidement porté dans les cœurs des habitants de ce quartier.

Entre temps, Omar Bongo remporte le scrutin de 1993 sans Pierre Mamboundou.

Après l’élection de violentes manifestations s’ensuivent et embrase le pays en 1994 pour contester la victoire du parti au pouvoir.

Dans la période d’accalmie qui suit, les dirigeants au pouvoir et toute la classe politique (majorité-opposition), décident d’aller laver le linge sale à Paris lors des « accords de Paris ».

Pierre Mamboundou qui avait décliné l’invite décide alors de se faire représenter par son secrétaire exécutif, Sébastien Mamboundou Mouyama.

Jugeant que l’opposition n’a pas eu suffisamment de garanties sur l’organisation d’élections libres crédibles et transparentes, Pierre Mamboundou refuse de signer ces accords.

Puis, arrive les élections législatives de 1996, une chance qui s’offre pour devenir député à l’assemblée Nationale en vue de mieux se faire entendre.

Candidat à Ndendé ville dont il est originaire, il se présente devant six autres candidats et remporte le scrutin au second tour. En 1997, il est également élu premier Maire de la commune de Ndendé qui deviendra par la suite son bastion politique

Son mandat à la tête de la mairie sera marqué de bons résultats puisqu’il réussira même à renflouer les caisses de la mairie grâce à son ingéniosité. C’est avec lui que le commune de Ndendé connaitra véritablement son essor.

Il sera réélu le 29 décembre à la tête de la commune de Ndendé et y restera jusqu’en 2007, où il cède son fauteuil à Fidèle Mouloungui le 11 avril 2007 en vue de se plier à la loi sur le non cumul de mandats électifs et se consacrer aux activités de l’Assemblée Nationale.

Porté par une coalition des partis politiques de l’opposition, en 1998, Pierre Mamboundou est le candidat du Haut Conseil de la Résistance (HCR), de l’élection du 6 décembre de la même année. Il sera surtout le porte-étendard de l’opposition, amenée par des poids lourds comme de Pierre Louis Agondjo Okawé du Parti gabonais du progrès (PGP), Jules Aristide Bourdes Ogouliguendé du Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ), de Léon Mbou Yembit du Forum africain pour la reconstruction (FAR) de Jean Pierre Lemboumba Lepandou du Parti gabonais du centre indépendant (PGCI), y compris même l’ancien Premier-Ministre d’Omar Bongo à savoir Léon Mébiame.

Fort de ce soutien, il perd malgré tout l’élection présidentielle devant Omar Bongo qui l’emporte avec 66 % des suffrages exprimés contre seulement 16,5 % pour Pierre Mamboundou. Malgré sa protestation, les résultats seront confirmés par la Cour Constitutionnelle.

Au sortir de cette élection, lors de la trêve sociale de trois ans demandée par le président Omar Bongo aux partenaires sociaux qui précédait la modification de la Constitution en vue de l’élection présidentielle à un seul tour. Pierre Mamboundou rejettera à plusieurs reprises les invites du Chef de l’Etat, Omar Bongo et se signalera par son intelligence tirée de sa carrière internationale à l’Assemblée Nationale.

En 2001, il décide de boycotter les élections législatives avec ses compères des partis membres du Haut Conseil de la Résistance (HCR), arguant que les conditions nécessaires à la transparence du scrutin n’étaient pas réunies.

En 2005, arrive l’élection présidentielle et Pierre Mamboundou est candidat, au scrutin à un seul tour que rafle le Président Omar Bongo, alors au pouvoir depuis 38ans. Mamboundou se contera encore de la seconde place avec 13,57%.

Ensuite s’enchaine des contestations des résultats de l’élection présidentielle du 27 novembre 2005. Le siège de l’UPG est mis à sac le 21 mars 2006. Pierre Mamboundou dont la vie est menacée est exfiltré par ses militants et s’exile à l’ambassade de l’Afrique du Sud au Gabon avant d’en sortir un mois après pour y rencontrer son adversaire de toujours Omar Bongo Ondimba afin de fumer le calumet de la paix : c’était le 19 avril 2006, en présence de diplomates. Une rencontre largement médiatisée et qualifiée d’historique par la presse du fait que cela intervenait 17ans après.

En décembre 2006, il réintègre l’Assemblée Nationale à l’issu des élections législatives. Son parti l’Union du Peuple Gabonais (UPG), formera son groupe dont il était le président jusque dans la nuit du 15 au 15 octobre dernier.

Pierre Mamboundou, fut inéluctablement l’initiateur de la biométrie qui sera appliquée dès 2013, aux prochaines élections locales. Il a été de tous les combats pour faire accepter la biométrie en vue de garantir davantage les élections en République Gabonaise. La biométrie a été adoptée par l’Assemblée nationale et le Sénat.

Il est aussi l’auteur de la loi organique portant organisation de la Haute Cour de Justice en République gabonaise adoptée par l’Assemblée nationale gabonaise en 2009.

C’est aussi en 2009 que Pierre Mamboundou échoue pour la troisième fois à l’élection présidentielle. Il en sortira encore second derrière l’actuel Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, successeur de feu, Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009 à Barcelone (Espagne).

La transition se déroule relativement dans le calme et après moult contestations, il accepte sa défaite et s’éclipse un moment pour Paris pour des problèmes de santé.

Six mois après une rencontre avec le Président de la République qu’il considérait à juste titre comme son fils, aussi, il regagne le pays pour poursuivre le combat disait-t-il à la maison et non de l’extérieur.

Pierre Mamboundou, a mené une politique responsable auprès de l’actuel Chef d’Etat qui ne manquait pas de le consulter dans des questions d’intérêts communs. Nationaliste jusqu’au bout, il a accepté volontiers d’aller défendre au côté du Chef de l’Etat, le projet de l’île Mbanié au siège de l’Organisation des Nations-Unies dans la délégation présidentielle.

Ce dernier en bon démocrate avait prit l’habitude d’aller consulter le Chef de l’Etat sur un certain nombre des questions et des préoccupations visant la bonne marche du processus démocratique et du mieux être des gabonais.

D’ailleurs le pouvoir en place, l’avait pressentit au poste de Vice-président de la République. Les deux parties n’avaient pas encore bouclé les négociations car, se voulant légaliste, il avait conditionné son accord à plusieurs conditions notamment la révision de la Constitution et le partage des portes-feuilles au sein du gouvernement.

Tout comme son « ami, grand-frère, père et oncle », feu, Omar Bongo Ondimba, Pierre Mamboundou, a mené un combat responsable et a participé à l’édification d’un Gabon nouveau, en marche vers l’émergence prôné par, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba.

——
Ecrit le 16 octobre
Publié le 17 octobre 


SUR LE MÊME SUJET
Le décès de Pierre Mamboundou et les élections législatives, événements majeurs en 2011 au Gabon
L’année 2011 a été marquée au Gabon par le décès de Pierre Mamboundou, leader charismatique de l’opposition survenu le 15 octobre et l’organisation des élections législatives à un tour le 17 décembre dernier. Pierre Mamboundou, opposant historique avait quelques semaines avant sa mort, retourné sa veste en optant pour un ‘’boycott’’ du scrutin. Il avait déclaré en compagnie de plusieurs autres responsables de l’opposition que son parti, l’Union du peuple du gabonais (UPG) n’irait pas aux élections sans l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. Député à l’Assemblée nationale, Pierre Mamboundou avait été déclaré deuxième lors de l’élection présidentielle anticipée ...
Lire l'article
A 24h de l’ouverture officielle, ce mercredi, de la campagne liée aux élections législatives du 17 décembre prochain devant aboutir au renouvellement des sièges et du bureau de l’Assemblée Nationale, un certain regain de civisme semble s’emparer des populations notamment à Libreville, la capitale du pays. Les Gabonais de tous bords se disent, en effet, concernés par la politique en cette période particulière et déterminante des élections législatives, au regard des candidatures en présence. Des candidatures telles que celle de Pierre Claver Maganga Moussavou (président du PSD, opposition), contre le Professeur Léon Nzouba (PDG, au pouvoir), au niveau de la commune ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et son épouse très affectés par le décès, survenu dans la nuit de samedi à dimanche, de l’opposant et leader de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Pierre Mamboundou, se sont rendus hier au domicile de l’illustre disparu au quartier Mindoubé (5ème arrondissement de la Commune de Libreville), en vue de consoler la famille éplorée. Au domicile du défunt, le président de la République et son épouse étaient accompagnés de certains de leurs proches collaborateurs ainsi que de quelques membres du Gouvernement. Au cours de cette visite surprise du couple présidentiel, l’atmosphère était évidemment ...
Lire l'article
Décès Pierre Mamboundou: Ali Bongo Ondimba reçoit des membres de l’UPG
Le programme des obsèques de Pierre Mamboundou était au centre de la rencontre entre le Chef de l'Etat et une délégation de l'UPG conduite par Fidèle Wora hier à la Présidence de la République. Le programme, non encore confirmé, qui ressort de cet entretien prévoit que l'inhumation de ce grand homme politique gabonais aurait lieu le 29 de ce mois à Ndendé (Ngounié), ville dont il était le député. Précédée, le 27, d' une expostion de la dépouille à l'Assemblée Nationale, d' une exposition au siège de son parti (Awendjé) suivies d'une veillée à son domicile au quartier Mindoubé. Le ...
Lire l'article
Après l’annonce du décès du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou dans la nuit du samedi 15 octobre à Libreville, l’agence de presse GABONEWS a sillonné les différents quartiers de la capitale gabonaise afin de recueillir les impressions du citoyen lambda. « Tout d’abord le président de l’UPG était réputé pour sa sagacité juridique, sa prolixité et bien évidemment pour sa rigueur morale et intellectuelle. Il était doté d’une culture politique et d’un sens de la dialectique qui en faisait un redoutable débatteur et un communiquant de bon niveau. La classe politique gabonaise perd là l’un des plus brillants de ses ...
Lire l'article
Décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG) l’opposant historique, Pierre Mamboundou Mamboundou est décédé dans la nuit du samedi à dimanche à 23 h à l’âge de 64 ans, a apprit l’AGP d’un communiqué officiel. Selon la famille, Pierre Mamboundou est décédé de suite d’une crise cardiaque après avoir travaillé toute la journée de samedi sans montrer un signe de fatigue. Le décès du député de la commune Ndende (Sud) intervient après avoir passé près de six mois en France en 2010 pour des raisons de santé. Le 1er octobre dernier le leader de l’UPG avait participé avec ses confrères de ...
Lire l'article
Nécrologie: Décès de Pierre Mamboundou
L'opposant historique gabonais Pierre Mamboundou, président de l'Union du Peuple Gabonais (UPG), est mort, dans la nuit de samedi à dimanche, des suites d'une crise cardiaque à son domicile de Libreville. Pierre Mamboundou, qui avait acquis la stature de chef de l’opposition gabonaise, était rentré au Gabon il y a quelques mois, après un séjour relativement long en France pour raisons de santé.
Lire l'article
Gabon : décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Par RFI La télévision gabonaise a interrompu ses programmes pour annoncer la nouvelle : Pierre Mamboundou est mort samedi soir 15 octobre. Le leader de l'Union du peuple gabonais (UPG) avait 65 ans. Il avait fondé le principal parti d'opposition au Gabon. L'opposant historique s'était présenté à deux reprises à la présidentielle face à Omar Bongo. En 2009, après la mort du président gabonais, il s'était présenté contre son fils, Ali Bongo. Avec notre correspondant à Libreville, On le savait malade et il a perdu sa verve oratoire lors de l’élection présidentielle anticipée de 2009. A la mort d’Omar Bongo, Pierre Mamboundou, l’éternel ...
Lire l'article
La Famille de Pierre Mamboundou Mamboundou, a officialisé, ce dimanche sur la télévision nationale (RTG1), son décès par un communiqué dont en voici l’intégralité : Les Clans Badjema et Dibamba , les familles de feu Mamboundou Jean et de Mboumba Elisabeth ont la profonde douleur d'annoncer aux parents, amis, connaissances, aux militants de l'Union du Peuple Gabonais, au Peuple gabonais, aux autorités gabonaises, aux autorités diplomatiques accréditées au Gabon, au peuple africain et au monde le décès de leur fils Pierre Mamboundou Mamboundou, Président de l'Union du peuple Gabonais et Député à l'assemblée nationale. Décès survenu dans la nuit du ...
Lire l'article
Dès l’annonce du décès survenu dans la nuit de samedi à dimanche, du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou, famille, militants et sympathisants sont dans la consternation totale au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), dont le défunt était le président. Sur place, on pouvait voir la tristesse s’emparer des uns et des autres, où les plus fragiles n’arrivaient pas à retenir leurs larmes, d’autres n’ont pas hésité à s’enrouler à même le sol. Femmes, hommes, jeunes et moins jeunes ont pris d’assaut le siège du l’UPG ce dimanche pour exprimer leur affliction suite à ce décès brutal de Pierre Mamboundou. C’est ...
Lire l'article
Le décès de Pierre Mamboundou et les élections législatives, événements majeurs en 2011 au Gabon
Politique-élections législatives / En attendant l’ouverture de la campagne (par Yorick KOMBILA MANFOUMBY)
Décès de Pierre Mamboundou : Le couple présidentiel au chevet de la famille éplorée
Décès Pierre Mamboundou: Ali Bongo Ondimba reçoit des membres de l’UPG
Décès Pierre Mamboundou/ Micro-trottoir: « Pierre Mamboundou laisse un grand vide dans le système politique gabonais » selon de nombreux Librevillois
Décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Nécrologie: Décès de Pierre Mamboundou
Gabon : décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
La famille de Pierre Mamboundou Mamboundou annonce officiellement son décès
Décès Pierre Mamboundou : Consternation totale au siège de l’UPG


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Oct 2011
Catégorie(s): Politique,Portraits
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*