Socialisez

FacebookTwitterRSS

Qui tuera la Françafrique ?

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Comme d’habitude et même si Paris n’est plus le pôle d’intérêt unique de l’Afrique francophone, l’élection présidentielle française sera suivie avec attention, parfois avec passion, au sud de la Méditerranée. Certes, nul n’en attend un séisme comparable à l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981, ni même une répétition de 2007, quand la victoire de Nicolas Sarkozy avait suscité un vif sentiment de curiosité. Vue d’Afrique, la compétition oppose un adversaire socialiste encore peu connu et dont les positions ne sont qu’ébauchées à un président sortant qui, après avoir prôné la rupture en matière de politique africaine puis prononcé l’inacceptable discours de Dakar, a fini par adopter une ligne conservatrice dans le droit fil de son prédécesseur, ponctuée de quelques coups d’éclat à forte teneur médiatique (Côte d’Ivoire, Libye).

Dans son interview à Jeune Afrique, fin juillet, unique référence pour l’instant en ce domaine, François Hollande a signifié que l’un de ses premiers actes, s’il est élu, sera de poser « des principes établis entre le nouveau président de la République française et les chefs d’État africains », afin de « clarifier nos rapports ». Fidèle à son image de rassembleur responsable, le candidat du PS évite d’effaroucher quiconque, d’autant que l’Afrique est loin d’être un enjeu de l’élection : « Nous ne chercherons pas, précise-t-il, à déstabiliser des pays et leurs dirigeants. » Nul doute qu’avec Martine Aubry, dont le tropisme africain est nettement plus marqué et qui compte parmi ses proches l’ancien ambassadeur à Dakar, Jean-Christophe Rufin, grand pourfendeur des réseaux, le ton aurait été plus cinglant.

Il n’empêche. Au sud du Sahara, où l’on préfère toujours le diable que l’on connaît à celui qui sort de la boîte, les avis des chefs d’État sont d’ores et déjà tranchés. À l’exception de ceux dont les affinités socialistes sont avérées, comme Mahamadou Issoufou (Niger) et Alpha Condé (Guinée), voire des dirigeants maliens engagés dans un pénible bras de fer avec Claude Guéant sur l’accord de gestion des flux migratoires, tous ou presque « votent » légitimiste, c’est-à-dire Sarkozy.

En première ligne, bien sûr, deux sarkophiles déclarés, l’Ivoirien Alassane Ouattara (avec qui François Hollande confessait dans J.A. n’avoir « aucune affinité politique ») et le Gabonais Ali Bongo Ondimba. Mais aussi le Rwandais Paul Kagamé, dont le relationnel avec Paris ne tient qu’à l’unique présence de l’hôte actuel de l’Élysée. A contrario, les opposants placent des espoirs pas toujours raisonnés dans l’hypothèse d’un retour de la gauche au pouvoir. D’André Mba Obame à Ahmed Ould Daddah, de Saleh Kebzabo à Martin Ziguélé, de Jean-Pierre Fabre à John Fru Ndi, ils seront quelques-uns à croiser les doigts au soir du 6 mai 2012. À Dakar aussi, on sera très attentif du côté des socialistes sénégalais, particulièrement proches de leurs camarades français, mais dans un contexte fort différent : la présidentielle y aura lieu deux mois avant, fin février…

Au Maghreb, le spectre n’est pas de même nature. Moins tranché et plus complexe. Si les Tunisiens, autocentrés sur leur propre processus postrévolutionnaire, ne portent qu’un intérêt distrait aux échéances françaises, il n’en va pas de même des Algériens et des Marocains.

Historiquement, les dirigeants d’Alger se sont toujours sentis plus à l’aise avec une droite issue du gaullisme qu’avec une gauche héritière de la SFIO. Mais les mauvaises relations politiques actuelles avec Paris (qui ne se traduisent pas, il est vrai, sur le plan économique) et les gestes appréciés de François Hollande, qui s’est joint aux commémorations de la répression du 17 octobre 1961 à Paris, pourraient changer la donne. Si le pouvoir n’avait que modérément apprécié les conseils que lui avait dispensés, il y a trois mois dans J.A., le futur candidat socialiste (« faire un double effort de progrès démocratique et de justice démocratique »), l’opinion, elle, n’y avait rien trouvé à redire. Comme avant lui Lionel Jospin ou Claude Cheysson, François Hollande – dont le père médecin partagea pourtant les idées de… l’OAS – a une vraie sensibilité « algérienne ». Deux Français originaires l’un d’Alger et l’autre de Constantine figurent d’ailleurs dans son entourage proche : le député européen Kader Arif et le militant associatif Faouzi Lamdaoui.

En juillet 2010, à l’Élysée, pour le cinquantième anniversaire de l’indépendance des ex-colonies africaines. (Crédit : Rémy de la mauvinière/AFP)

Connu en Algérie, donc, le rival de Sarkozy ne l’est guère au Maroc, où l’on est beaucoup plus habitué aux visites, le plus souvent privées, de Ségolène Royal, de Martine Aubry et, évidemment, du couple Strauss-Kahn. Reste que si la tendance traditionnelle du Palais au légitimisme joue en faveur de Nicolas Sarkozy, Rabat ne s’inquiète guère de la perspective inverse. D’Arnaud Montebourg à François Hollande, tous les ténors socialistes français ont salué la nouvelle Constitution, et il ne viendrait à l’esprit d’aucun d’eux de renouveler le très provocateur « Monsieur Hassan II » de Lionel Jospin. Même tranquillité d’esprit à propos du Sahara occidental : lié à l’USFP marocaine, le PS n’a jamais fait siennes les thèses des indépendantistes.

Restent à aborder, pour départager Sarkozy et Hollande, les problèmes de fond : quelles politiques arabe, maghrébine et africaine proposent-ils ? En attendant que le président sortant (re)définisse éventuellement sa position sur ces points, une tribune remarquée de Jean-Christophe Rufin parue récemment dans Le Monde fait office de starting-block. « Mme Aubry nous sortira de la Françafrique », écrivait, peu avant la primaire socialiste, le néo-académicien français, qui fut l’ambassadeur de Nicolas Sarkozy au Sénégal avant de quitter ses fonctions sur injonction du président Wade. Aubry battue, place à Hollande, lequel, toujours dans son entretien avec J.A., paraissait tout aussi déterminé à en finir avec « les réseaux, les connivences, […] les rapports de domination, d’influence et d’affairisme pour les amis du pouvoir ». Le problème est que, médiatique et de très mauvaise réputation, la Françafrique est à ce point répulsive que nul, à droite, ne la défend. D’où une certaine confusion. Fustigée dès mai 2006 dans son discours de Cotonou par Nicolas Sarkozy, son acte de décès a même été prononcé par le Premier ministre lors d’un déplacement au Gabon, en juillet dernier. On dira certes que le cadavre bouge encore, comme l’a démontré la persistance du réseau résiduel de l’avocat Robert Bourgi jusqu’à l’arrivée d’Alain Juppé au Quai d’Orsay, mais il s’agit en l’occurrence de l’achever beaucoup plus que de l’abattre.

L’erreur en effet serait de réduire l’objet du débat à cette queue de comète que sont les fameuses mallettes et leurs porteurs en voie de disparition. Ce qui est en cause et qu’il convient de refonder, c’est toute une politique africaine de la France, résiliente depuis le début de la Ve République et qui, telle une poupée russe, juxtapose le soutien aux pouvoirs en place, la gestion de l’outil Agence française de développement, la politique migratoire, la francophonie, les intérêts économiques publics et privés, les bases militaires, etc. Sur la plupart de ces points, l’effort de rénovation de Nicolas Sarkozy, malgré quelques réelles avancées, n’a pas répondu aux attentes. À simple titre d’exemple, était-il nécessaire qu’Alain Juppé, dès le surlendemain de la tenue de l’élection présidentielle camerounaise du 9 octobre et treize jours avant la proclamation des résultats, qualifie d’« acceptable » son déroulement sans qu’aient été examinées, ne serait-ce que pour la forme, les demandes d’invalidation de l’opposition ? Les réflexes anciens ont la vie dure.

De leur côté, les socialistes, dont la gestion des affaires africaines ne différa guère de celle de la droite quand l’un des leurs, François Mitterrand, siégea à l’Élysée pendant quatorze ans, n’ont toujours pas produit un vrai projet global de politique étrangère – en particulier africaine. Les condamnations, les imprécations et les effets d’annonce ne suffisent plus. En ce domaine, le poids du passé est tel que les Africains ont appris à être méfiants. En peu de mots : Nicolas Sarkozy a déçu, François Hollande pas encore. C’est pour l’instant toute la différence. 


SUR LE MÊME SUJET
Hollande creuse légèrement l’écart avec Sarkozy
La progression de François Bayrou est stoppée, Marine Le Pen plafonne, et Mélenchon gagne deux points dans le dernier baromètre OpinionWay-Fiducial pour Le Figaro et LCI. Très légère hausse pour François Hollande (27,5% d'intentions de vote, plus 0.5). Petite baisse pour Nicolas Sarkozy (24%, moins 1), stabilité pour Marine Le Pen (17%) et Eva Joly (3%), essoufflement pour François Bayrou après un entrée en campagne tonitruante (14 %, moins un) et embellie pour Jean-Luc Melenchon et son discours radical (8 %, plus 2). Tels sont les principaux enseignements du baromètre OpinionWay-Fiducial pour Le Figaro et LCI, réalisé du 23 au 25 ...
Lire l'article
Le candidat socialiste à la présidentielle 2012 François Hollande a dénoncé vendredi à Rome le "triple échec de Nicolas Sarkozy", annonçant que le président français sera contraint en cinq moisà un "troisième plan de rigueur". "Je ne sais pas (ce qui se passe) avec le triple A mais pour l'instant il y a un triple échec de Nicolas Sarkozy: échec par rapport à l'obligation de croissance, nous sommes en récession, échec par rapport à l'objectif de réduire le chômage, échec par rapport à la réduction des déficits", a ajouté M. Hollande devant la presse au siège du Parti démocrate (gauche italienne). "Les ...
Lire l'article
Un proche d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais aurait financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. C'est ce que révèle le livre de Xavier Harel et Thomas Hofnung, "Le scandale des biens mal acquis", paru aux éditions La Découverte. Le directeur adjoint du cabinet de Bongo à l'époque confirme les propos de Robert Bourgi : des financements profitant à Jacques Chirac et Dominique De Villepin, mais il va plus loin : des malettes auraient été remises au candidat, et aussi au président Sarkozy. La fille ainée de Bongo dément, l'Elysée se refuse à tout commentaire. Du point de vue judiciaire et concernant ...
Lire l'article
Echange d'enveloppes, dépenses outrancières et fraude électorale : dans leur livre-enquête "Le scandale des biens mal acquis", Xavier Harel et Thomas Hofnung balancent. Un ancien proche d'Omar Bongo y affirme notamment que l'ancien président gabonais aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La bombe est lâchée par Mike Jocktane, ex-directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo, président du Gabon de 1967 à 2009. "Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 du candidat Nicolas Sarkozy", a-t-il confié à Xavier Harel, ancien journaliste à La Tribune, et Thomas Hofnung, journaliste à Libération. Dans "Le scandale ...
Lire l'article
À la veille de sa visite au Gabon, Sarkozy expliquait dans un entretien au quotidien gabonais l’Union   : « La signification première de mon déplacement, c’est l’affirmation d’une fidélité. » Son déplacement express d’hier aura confirmé cette déclaration. Il avait même choisi d’emmener dans ses bagages le sulfureux Robert Bourgi, celui qui avait vendu la mèche lors de l’élection présidentielle gabonaise du mois d’août dernier  : l’Élysée soutenait bien Ali, le fils du défunt Omar Bongo, homme lige de la Françafrique. Venu donc cette fois soutenir le président Ali Bongo, le fils de…, Nicolas Sarkozy a été reçu comme avant. ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
La Françafrique, même pas morte ! Durant sa campagne présidentielle en 2007, Nicolas Sarkozy avait annoncé sa fin imminente. Pour l’avoir pris au mot, son éphémère secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, a pris la porte, à la demande expresse du champion incontesté de la Françafrique, le président du Gabon Omar Bongo. Dans un livre alerte et souvent drôle, Antoine Glaser et Stephen Smith décrivent par le menu ce revirement, symbolisé par la résurrection d’un go-between influent, l’avocat Robert Bourgi. Marginalisé sous le règne de Jacques Chirac, ce Franco-Libanais, qui a grandi au Sénégal, est parvenu - affirment les ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
En allant rendre visite l’autre jour au nouveau secrétaire d’Etat à la Coopération, je me suis amusé à compter le nombre de titulaires de ce poste qu’il m’a été donné de rencontrer, rue Monsieur, depuis mon arrivée à JA il y a des lustres. Très exactement dix-sept ! De Robert Galley, sous Giscard, à Alain Joyandet, le deuxième de l’ère Sarkozy. Certains m’ont laissé un souvenir fort : Jean-Pierre Cot et son idéalisme, Christian Nucci et ses frasques, Michel Roussin et sa dignité blessée, Edwige Avice et Brigitte Girardin, seules femmes dans ce monde de mâles, Jean-Marie Bockel tombé au front ...
Lire l'article
Agrandir Image Omar Bongo, un usurpateur de pouvoir, président vampire autoproclamé pour sept ans de plus de génocide. Montclair, New Jersey (BDP, 16 janvier 2006) - Omar Bongo causera la mort d'au moins 161.000 Gabonais au cours des sept prochaines années si les Gabonais le laissent terminer son nouveau mandat volé. C'est en gros le prix humain de la misère que Bongo a imposé au Gabon depuis près de 40 ans, misère qui risque d'empirer au cours de son nouveau mandat si aucune réforme de l'état n'est accomplie de toute urgence pour répondre rapidement aux besoins les plus pressants des Gabonais en ...
Lire l'article
Hollande creuse légèrement l’écart avec Sarkozy
Récession annoncée: Hollande dénonce le “triple échec de Sarkozy”
Xavier Harel et Thomas Hofnung : la Françafrique existe encore
Nouvelles révélations sur la “Françafrique”
Au Gabon, la Françafrique au beau fixe
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Livre: La Françafrique bouge encore: Tout sur les relations : Chirac, Sarko, Bongo, Gbagbo…
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle
Gabon – France – Françafrique: Rue Monsieur, l’ombre de Bongo
Génocide au Gabon: Omar Bongo tuera au moins 161.000 Gabonais au cours des sept prochaines années


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*