Socialisez

FacebookTwitterRSS

Union africaine : l’OPA de Jacob Zuma

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique

Après avoir défendu, envers et contre tous, Gbagbo et Kaddafi, Pretoria avance ses pions au sein de l’Union africaine avec une candidature contre Jean Ping. Une ambition assumée, un volontarisme affiché… Mais la cohérence n’est pas toujours au rendez-vous.

Desmond Tutu, qui ne décolère pas depuis que son invité vedette, le dalaï-lama, s’est vu privé de visa pour venir souffler avec lui au Cap les quatre-vingts bougies de son anniversaire, et Jean Ping, tout ébaubi encore de se retrouver face à une concurrente déclarée – qui n’est autre que l’ex-épouse de Jacob Zuma – à la présidence de la Commission de l’Union africaine, ne sont pas les seuls à se demander si la politique extérieure de l’Afrique du Sud a encore une substance et une cohérence. Depuis le début de 2011, les deux pôles opposés entre lesquels navigue la diplomatie de Pretoria sont à l’image de l’homme qui l’impulse et la dirige : Zuma le charmeur, populiste et débonnaire, et Zuma le dur, ancien chef d’une unité secrète du Congrès national africain (ANC) chargée de traquer les espions du pouvoir pâle.

Des bombardements ont eu lieu en Libye alors que nous avions les moyens pacifiques de régler le conflits. Les puissants ont dit de manière arbitraire : “nous devons imposer la paix.”

Jacob Zuma, le 4 mai 20111

Deux pôles, donc. D’un côté, la défense pied à pied de la souveraineté nationale et de la non-ingérence – y compris chez les dictateurs. De l’autre, la proclamation d’un « objectif primordial : contribuer aux idéaux de démocratie, de justice et des droits de l’homme », ainsi que le réitère à chaque occasion le successeur de Thabo Mbeki.

Dans la pratique, cette schizophrénie diplomatique se traduit par des prises de position manifestement contradictoires. Jacob Zuma a ainsi très vite surfé sur la vague du Printemps arabe en exigeant le départ de Moubarak et en se félicitant de celui de Ben Ali. Mais il aura jusqu’au bout cherché à sauver les soldats Gbagbo et Kaddafi (tout en votant en faveur de la résolution 1973, avant de se rétracter), et il ne cache pas son hostilité aux sanctions internationales contre le régime syrien. Très en pointe pour condamner les généraux birmans et applaudir à la libération de l’opposante Aung San Suu Kyi, le président sud-africain ferme obstinément les yeux sur les violations des droits de l’homme à ses propres portes, au Swaziland – dernière monarchie d’Afrique subsaharienne – et bien sûr au Zimbabwe, dont il n’a jamais critiqué en public l’autocrate octogénaire.

Il n’y a pas plus réactif que lui sur le continent pour fustiger la politique d’Israël vis-à-vis du peuple palestinien – au point de rappeler son ambassadeur à Tel-Aviv. Mais il n’y a guère plus compréhensif à l’égard de la Chine (pas de visa pour le dalaï-lama, refus de féliciter le Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo), ni plus hésitant vis-à-vis de la Cour pénale internationale, dont l’Afrique du Sud a pourtant ratifié les statuts : un jour pour, un jour contre. Complexe comme une danse zouloue, à géométrie variable, la diplomatie sud-africaine est aussi déroutante que le sont les humeurs de son principal inspirateur. Nicolas Sarkozy, qui avait cru pouvoir vanter les mérites d’un axe Paris-Pretoria après avoir fraternisé avec son ami Jacob, avant que ce dernier ne qualifie de « néocoloniale » l’intervention de la France en Côte d’Ivoire, en sait quelque chose.

Contrepoids à l’Occident

Derrière ces lignes brouillées, souvent imprévisibles et parfois incompréhensibles, se dessine pourtant une logique forte : l’Afrique du Sud se veut une grande nation qui n’a de comptes à rendre à personne. Depuis avril 2011, le pays de Nelson Mandela a rejoint les Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine), avec lesquels il forme maintenant les Brics, autour d’un objectif majeur : faire contrepoids à la domination occidentale sur les mécanismes de la gouvernance mondiale – en particulier le Conseil de sécurité de l’ONU et la Banque mondiale. Sur le continent, cette posture volontariste se traduit par l’affirmation répétée de Jacob Zuma selon laquelle il faut des « solutions africaines aux problèmes africains ».

En Côte d’Ivoire, il n’y a pas eu d’élection. Les rebelles n’ont pas déposé les armes… Des citoyens ont été empêchés de voter… Si vous appelez cela une élection alors c’est Laurent Gbagbo qui a gagné.

Jacob Zuma, le 21 mars, sur CNN

Le président a ainsi ressenti comme un camouflet le fait que le groupe de médiation des chefs d’État dont il faisait partie pour négocier une sortie de crise en Libye ait été systématiquement marginalisé par les puissances blanches de l’Otan. Et il ne faudrait pas sous-estimer le caractère répulsif, aux yeux des dirigeants sud-africains, de la présence de soldats français dans les rues d’Abidjan – avant Zuma, Thabo Mbeki avait déjà exprimé sa stupeur devant pareil spectacle. Plus généralement, l’ANC au pouvoir à Pretoria estime n’avoir aucune leçon de défense des droits humains à recevoir de la part de pays qui ne l’ont pas soutenu à l’époque de l’apartheid : « Pendant que nous luttions, vous vendiez des armes à Vorster et à Botha, alors que Kaddafi, lui, nous aidait », expliquait il y a peu Nkosazana Dlamini-Zuma, la rivale de Jean Ping, à un diplomate français en poste à Pretoria.

La rhétorique peut paraître simpliste, mais elle est claire. Et sans doute est-ce pour donner à une Union africaine humiliée du côté de Tripoli, de Benghazi et de la lagune Ébrié la place qui lui revient dans le concert des continents que Jacob Zuma a jeté son dévolu sur la présidence de la Commission. Quitte à être soupçonné de velléités hégémoniques par des chefs d’États frères pour lesquels il n’a, au fond, qu’une assez piètre estime. 


SUR LE MÊME SUJET
Union africaine : duel au sommet entre Ping et Dlamini-Zuma
Des mois de suspense, de rumeurs et de démentis... Et finalement, le dénouement le 30 janvier. Réunis à Addis-Abeba pour le 18e sommet de l'UA, les chefs d'État du continent doivent y élire le futur président de la Commission. Ce sera le Gabonais Jean Ping (sortant) ou la candidate sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. Première surprise, les deux candidats à la présidence de la Commission de l'Union africaine (UA) font deux campagnes très différentes. Jean Ping, le sortant, a sillonné le continent à bord d'un jet mis à sa disposition par son pays, le Gabon. Le 15 janvier, il était à un sommet ...
Lire l'article
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Candidat à sa propre succession à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping pourra bien compter sur le soutien du Gabon. Malgré les doutes émis par certains... Parce que certains doutaient de la réalité de leur soutien à Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine (UA) et candidat à un deuxième mandat, les autorités gabonaises se sont fendues, fin décembre, d’un communiqué pour appuyer sa candidature. Il semble que, dès le mois d’août, elles aient adressé un courrier à la Guinée équatoriale pour l’informer de leur position. Depuis, des émissaires ont été dépêchés dans plusieurs ...
Lire l'article
Politique africaine - Le Gabon a exprimé son soutien sans faille à son ancien ministre des Affaires étrangères, Jean Ping, pour obtenir un second mandat à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA). 'La candidature de M. Ping, telle que soumise par le Gabon, bénéficie de l'appui des autorités gabonaises, au plus haut niveau', a déclaré à la presse l'ambassadeur du Gabon en Ethiopie et auprès de l'UA, André William Anguile. Il dément ainsi des informations selon lesquelles M. Ping ne pourrait pas être candidat à sa propre succession faute de soutien de son pays. «Je n'accuse aucun pays d'avoir ...
Lire l'article
Jean Ping, le président de la Commission de l'Union africaine, serait bien parti pour décrocher un second mandat en février 2012, selon un diplomate onusien. « Nous avons travaillé en bonne intelligence, Jean Ping a été très présent lors des crises ivoirienne et libyenne », explique un diplomate onusien, convaincu que le président de la Commission de l’Union africaine décrochera un second mandat, en février 2012, face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ex-épouse de l’actuel chef de l’État sud-africain. Les raisons de cet optimisme ? L’unité du bloc francophone (exception faite, semble-t-il, de l’Algérie), le fait que le Gabon, son pays, siège actuellement au ...
Lire l'article
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
Deux candidats déclarés, deux styles. Entre Jean Ping le consensuel et Nkosazana Dlamini-Zuma l’ambitieuse, la bataille diplomatique est déjà engagée pour remporter la présidence de la Commission de l'Union africaine. « Mais qu’on me dise ce qu’on me reproche ! » lance Jean Ping. Dans son grand bureau moquetté au dernier étage du siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba, le président de la Commission reçoit ses amis avec des accents d’homme blessé. Ping n’a fait qu’un mandat. Il ne comprend pas pourquoi, en vue du prochain sommet de l’UA, en janvier 2012, l’Afrique du Sud présente contre lui une candidate, et pas n’importe qui : Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-ministre ...
Lire l'article
Le nouveau président sud-africain, Jacob Zuma, à la tête de la première économie du continent noir, va annoncer dimanche la composition de son gouvernement, dont la mission sera de réconcilier un pays aux disparités sociales croissantes. "Les rêves et les espoirs de tous les citoyens de notre pays doivent devenir réalité", a promis le tribun zoulou, 67 ans, lors de son discours d'investiture samedi. "Ni la complaisance ni le cynisme, ni les excuses n'ont lieu d'être", a-t-il insisté, alors que 43% de la population vit toujours avec moins de deux dollars par jour quinze ans après la chute du régime d'apartheid. Son ...
Lire l'article
Le vice-président gabonais, Didjob Divungi Di Ndinge se rendra jeudi à Pretoria (Afrique du sud) où il représentera le chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba à la cérémonie d’investiture du 4ème président sud africain, Jacob Zuma. M. Zuma 67 ans, devra être désigné sans surprise ce mercredi par le parlement comme le nouveau chef de l’Etat de la nation arc-en-ciel. L’ANC dont il est le leader a remporté les dernières élections législatives du 22 avril dernier avec 65,9%. Jacob Zuma succédera ainsi Kgalema Motlanthe qui, lui avait remplacé Thabo Mbeki poussé à la démission par son parti l’ANC.
Lire l'article
Le Vice -président de la République, Didjob Divungi Di Ndinge, quitte Libreville jeudi à destination de Pretoria, en Afrique du Sud, où il représentera le chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, aux cérémonies d’investiture du nouveau président Sud -africain Jacob Zuma. Le nouveau Parlement sud-africain, dominé par le Congrès National Africain (ANC), a élu comme prévu,ce mercredi, Jacob Zuma, à la présidence de l'Union. Il a obtenu 277 voix contre 47 pour Mvume Dandala, candidat d'une fraction dissidente de l'ANC. Le chef de file du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, un Zoulou, 67 ans, est devenu ainsi le quatrième président de ...
Lire l'article
Le Congrès national africain (ANC) a remporté les élections générales en Afrique du Sud avec une très large majorité, ouvrant tout grand les portes de la présidence à son chef, le populaire mais controversé Jacob Zuma. L'ancien mouvement de lutte contre l'apartheid a cependant échoué au seuil de la majorité des deux tiers dont il disposait depuis 2004, obtenant 65,9% des suffrages (264 députés sur 400) contre 69,7% (279 sièges) il y a cinq ans, selon les résultats officiels publiés samedi. Fort de ce soutien populaire sans appel, qui repose sur une très forte participation (73,3%), Jacob Zuma doit être élu chef ...
Lire l'article
Le dernier meeting du Congrès national africain (ANC) avant les élections du 22 avril s’est déroulé le 19 avril dernier devant 120 000 personnes réunies à Johannesburg, en présence notamment de Nelson Mandela, figure emblématique de ce parti politique et père de la nation arc-en-ciel. Le candidat à la présidence qui vient d’obtenir la remise à zéro de son compteur judiciaire, et qui n’a pratiquement personne en face est déjà à la présidence. Le chef du parti au pouvoir en Afrique du Sud, Jacob Zuma, a prononcé le 19 avril dernier son dernier discours avant les élections présidentielles du 22 ...
Lire l'article
Union africaine : duel au sommet entre Ping et Dlamini-Zuma
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Union Africaine: Le Gabon soutient Jean Ping pour un 2nd mandat
Union africaine : Ping bien noté par l’ONU
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
Afrique du Sud: Zuma va annoncer la composition de son gouvernement
Gabon: Le vice président Didjob Divungi di Ndinge jeudi à Pretoria pour l’investiture de Jacob Zuma
Gabon: Didjob Divungi Di Ndinge à Pretoria jeudi prochain
Afrique du Sud: l’ANC remporte les élections, Zuma vers la présidence
Afrique du Sud : Zuma au seuil de la présidence


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*