Socialisez

FacebookTwitterRSS

Libye: La justice internationale recherche désespérément Seïf al-Islam

Auteur/Source: · Date: 3 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Monde

La Cour pénale internationale n’a plus de contact avec Seïf al-Islam, fils cadet et dauphin désigné de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Selon l’autorité judiciaire, il chercherait à fuir la Libye pour se réfugier dans un pays africain.

Par Gaëlle LE ROUX avec dépêches (texte)

Depuis plusieurs jours, la Cour pénale internationale (CPI), qui tente de négocier la reddition du fils cadet de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, n’a plus de contact avec Seïf al-Islam. Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la CPI, craint qu’il cherche à sortir de Libye avec l’aide de mercenaires.

“Nous avons appris qu’un groupe de mercenaires essaie d’infiltrer Seïf al-Islam dans un État africain, nous essayons d’empêcher cela”, a déclaré Luis Moreno-Ocampo à la presse, au siège des Nations unies, le 2 novembre. Deux représentants de Seïf al-Islam étaient entrés en contact avec la CPI fin octobre pour s’informer des conditions d’une éventuelle reddition.

Considéré comme l’héritier de l’ancien dictateur libyen, Seïf al-Islam est aujourd’hui poursuivi par la justice internationale pour crime de guerre et crime contre l’humanité. Il est notamment soupçonné d’avoir orchestré une campagne de meurtres et de persécutions contre des opposants libyens. Un mandat d’arrêt international a été émis contre lui le 27 juin. Mercredi, le procureur de la CPI a fait savoir qu’à sa demande, “les juges pourraient ne pas ordonner son retour en Libye après sa condamnation ou son acquittement”, garantissant ainsi la vie sauve au fils du “guide”.

“Nous lui avons expliqué sa situation légale et lui avons offert la possibilité d’être transféré en toute sécurité à la Cour pénale où il sera dans une cellule à La Haye, avec un avocat, et la garantie que ses droits seront respectés”, a expliqué le magistrat aux quinze pays membres du Conseil de sécurité. Mais ces conditions n’ont pas convaincu le fils de l’ancien numéro un libyen, qui n’a pas été en contact avec la CPI depuis plusieurs jours.

Réfugié au sud de la Libye

Le lieu où se trouve Seïf al-Islam demeure inconnu depuis la chute de Bani Walid le 15 octobre dernier. Il s’était réfugié dans cette ville le 23 août, l’un des derniers bastions des pro-Kadhafi situé à 130 km au sud-ouest de Tripoli, au moment de la prise de la capitale libyenne alors que la veille, la CPI et le Conseil national de transition annonçaient son arrestation à Tripoli. Quelques heures plus tard, il brandissait pourtant devant les caméras de journalistes étrangers, un point triomphant en V de la victoire. Ces images sont les dernières connues de Seïf al-Islam.

Selon Mansour Dhaou, l’un des responsables de la sécurité de Mouammar Kadhafi, détenu à Misrata et interrogé par un journaliste du journal “Le Monde”, Seïf al-Islam serait resté en contact téléphonique avec son père, réfugié dans son fief à Syrte, jusqu’à la mort de ce dernier le 20 octobre.

D’après l’Agence France-Presse, le fils de Kadhafi se trouverait désormais dans une zone montagneuse au sud de la Libye, à la frontière avec l’Algérie et le Niger. Cette région est habitée par des nomades touaregs fidèles à l’ancien guide libyen.

Le 25 octobre, un élu touareg du Nord du Niger, cité par le magazine “Jeune Afrique”, affirmait qu’il était proche de la frontière nigérienne. “Seïf al-Islam, 39 ans, est aux abords de la frontière nigérienne, il n’est pas encore entré au Niger mais il n’est pas très loin. Il semble qu’il soit escorté par d’ex-combattants touaregs, mais je ne peux pas encore confirmer cette information”, avait-il déclaré sous couvert d’anonymat.

Le Niger, membre du traité de Rome (texte fondateur de la CPI), s’est engagé à remettre Seïf al-Islam à la CPI si celui-ci était arrêté sur son territoire. Mais si l’objectif de l’homme est bel et bien d’échapper à la justice internationale, il se tournera probablement vers des pays non-signataires du traité de Rome, comme le Soudan, le Zimbabwe ou l’Algérie, qui a accueilli sa mère, sa sœur et deux de ses frères.

Les autorités de transition libyennes ont pour leur part fait savoir qu’elles souhaitaient que Seïf al-Islam soit jugé en Libye avant d’être transféré au siège de la CPI à La Haye. Ces déclarations sont cependant en contradiction avec le fait que, d’après les statuts de la Cour, une affaire est en général irrecevable si elle a fait l’objet de poursuites de la part d’un état ayant les compétences pour mener à bien l’enquête et le procès.

En Libye, Seïf al-Islam pourrait être poursuivi pour “meurtre, vol, corruption”, selon Mohammed al-Alagi, ministre de la Justice par intérim. “Je n’ai pas peur qu’il s’échappe, a-t-il poursuivi. S’il est en Libye, nous l’arrêterons. S’il est dans un pays qui a signé le traité de Rome, il sera arrêté.” 


SUR LE MÊME SUJET
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Il s'agit des violences les plus graves à Bani Walid depuis la "libération" en octobre 2011 de la Libye après huit mois d'un conflit meurtrier. La ville n'était tombée que quelques jours avant la mort dans la ville de Syrte de l'ancien dirigeant, capturé par les révolutionnaires ou thowars. Des partisans lourdement armés du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi ont pris lundi le contrôle de la ville symbolique de Bani Walid, tuant cinq ex-rebelles, au moment où les nouvelles autorités font face à la crise politique la plus grave depuis leur prise du pouvoir. Des fidèles au défunt colonel Kadhafi, armés ...
Lire l'article
Seif al-Islam Kadhafi arrêté en Libye, le pouvoir promet un procès équitable
Seif al-Islam, dernier fils encore en cavale de l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, a été arrêté en Libye, où les autorités ont promis "un procès équitable" à cette ancienne figure du régime recherchée par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. Peu après l' annonce de sa capture, les appels à son jugement devant la CPI se sont multipliés sur le plan international, mais les autorités libyennes, tout en s'engageant à coopérer avec la Cour pénale internationale, ont laissé entendre que Seif al-Islam pourrait être jugé dans leur pays. Longtemps présenté comme le successeur potentiel de son père, Seif al-Islam "a été arrêté ...
Lire l'article
Libye : les Touaregs au secours des fils de Kaddafi
Avec l'aide de combattants touaregs proches d'ex-rebelles nigériens, Seif el-Islam et Saadi Kaddafi se sont réfugiés au Niger où le pouvoir en place leur accorde une protection de fait. Les fils de l'ancien "Guide" libyen envisageraient de fuir vers le Nord-Mali. Seif el-Islam, le plus recherché des fils Kaddafi, a franchi la frontière entre la Libye et le Niger le 25 ou le 26 octobre, sous la protection de combattants touaregs proches des ex-rebelles nigériens Rhissa Ag Boula et Agaly Alambo – aujourd’hui conseillers respectivement de Mahamadou ­Issoufou, le chef de l’État, et de Hama Amadou, le président de l’Assemblée. Fuite vers ...
Lire l'article
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Les combats sont toujours d'une extrême violence jeudi au abord de Syrte. Le dernier bastion des pro-Kadhafi résiste aux assauts CNT et de l'OTAN empêchant la « libération » totale de la Libye. La situation est toujours la même en Libye. Malgré d'âpres combats, les forces du Conseil national de transition (CNT) libyens ne parviennent pas à prendre aux pro-Kadhafi la ville de Syrte. Mercredi, l'OTAN a réaffirmé que les combats ne cesseraient pas tant que « toute » la Libye ne serait pas libérée. Le Conseil national de transition (CNT), ex-rebelles qui ont renversé le régime Kadhafi, attendent désormais la ...
Lire l'article
Les forces du nouveau régime en Libye se heurtaient jeudi à la ténacité des combattants bien armés de l'ex-leader en fuite Mouammar Kadhafi, deux semaines après le lancement de l'offensive contre leurs derniers bastions. Elles ont parallèlement accentué leur traque des proches de Mouammar Kadhafi avec une demande officielle d'arrestation d'un de ses fils, Saadi, réfugié au Niger voisin depuis le 11 septembre, alors que l'ex-dirigeant reste introuvable. Deux autres de ses fils sont réfugiés dans les bastions pro-Kadhafi de Syrte et Bani Walid, selon le CNT. "Ce dont nous sommes sûrs c'est que Seif al-Islam est à Bani Walid et que ...
Lire l'article
Libye: Kadhafi appelle la communauté internationale au secours de Syrte
Mouammar Kadhafi, le dirigeant libyen déchu, a appelé la communauté internationale à rompre l'isolement autour de son fief de Syrte dénonçant un "crime" commis par l'Otan, a annoncé mercredi soir la chaîne Arraï qui diffuse régulièrement des messages de l'ex-dirigeant traqué. "Si Syrte a été isolée du monde pour que ces atrocités puissent être commises contre elle, le monde a l'obligation de ne pas la laisser isolée", a déclaré le colonel Mouammar Kadhafi. "Vous devez assumer votre responsabilité internationale et intervenir immédiatement pour arrêter ce crime", a-t-il ajouté en s'adressant à la communauté internationale. "Le terrorisme et la destruction pratiqués par l'Alliance atlantique ...
Lire l'article
Le chef du Groupe islamique combattant libyen (GICL), qui se bat dans les rangs des rebelles, avait été arrêté par les Américains en 2004 puis livré à Mouammar Kaddafi. Le régime l'avait libéré en 2010, avant qu'il ne rejoigne l'insurrection. Selon les estimations de la division « intelligence » de l’Otan, le nombre des islamistes radicaux combattant dans les rangs des rebelles libyens du Conseil national de transition (CNT) ne dépasserait pas 800 hommes. « Mais ce sont des durs, aguerris, qui ont fait leurs classes en Afghanistan et en Irak », précise-t-on. Parmi eux, une minorité (200 à 300 hommes) ...
Lire l'article
L'Union africaine a exhorté mardi à Addis Abeba les rebelles libyens à "pleinement coopérer" après leur rejet du cessez-le-feu proposé par l'organisation. Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a pour sa part affirmé mardi à Paris que l'Otan ne jouait "pas suffisamment" son rôle en Libye pour neutraliser les armes lourdes des forces de Mouammar Kadhafi et protéger les populations civiles, en particulier à Misrata. La rébellion libyenne a rejeté lundi à Benghazi le cessez-le-feu proposé par l'Union africaine (UA), pourtant accepté la veille par Mouammar Kadhafi, expliquant qu'elle refuserait toute médiation ne prévoyant pas un départ immédiat du dirigeant. "L'initiative ...
Lire l'article
Au moment où, à l’échelle de la planète, la justice internationale encore balbutiante et en phase de recherche amorce son tournant majeur depuis bientôt un mois, la nouvelle du déplacement en équipage renforcé, du 22 juin au 3 juillet, en terre gabonaise, d’une délégation de la Coalition pour la Cour pénale internationale (CPI), conduite le Coordonnateur du Bureau régional Afrique, Me Francis Dako, donne à penser que l’enjeu de cet événement reste le renforcement de la coopération judiciaire entre cette institution et le gouvernement, d’autant que la scénographie de cette visite prévoit notamment des séances de travail avec le Garde ...
Lire l'article
Si les Organisations non gouvernementales (ONG) gabonaises étaient des partis politiques, elles iraient aux urnes avec l’assurance de bousculer le puissant Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) lors des élections municipales et locales d’avril prochain. Leur forte mobilisation durant le montage du dossier d’exploitation du gisement de fer de Belinga (Nord-Est) a poussé le gouvernement à revoir à la hausse sa participation dans la Compagnie minière de Belinga (Comibel) et à corriger des erreurs susceptibles d’entraver ce que le président Omar Bongo Ondimba (OBO) qualifiait lui-même de « projet du siècle ». Les organisations écologistes disposent même de représentants au ...
Lire l'article
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Seif al-Islam Kadhafi arrêté en Libye, le pouvoir promet un procès équitable
Libye : les Touaregs au secours des fils de Kaddafi
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Libye: des pro-Kadhafi tenaces dans leurs bastions de Bani Walid et Syrte
Libye: Kadhafi appelle la communauté internationale au secours de Syrte
Libye : quand la CIA livrait des opposants islamistes à Kaddafi
Libye: l’Union africaine demande aux rebelles de coopérer “pleinement”
Gabon: Justice / La coalition pour la Cour pénale internationale (CPI)à Libreville, l’intégration du Statut de Rome en toile de fond
Gabon : Recherche opposition désespérément


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*