Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bruno Ben Moubamba : “Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif”

Auteur/Source: · Date: 4 Nov 2011
Catégorie(s): Politique

Ancien vice-président de l’Union nationale et ancien candidat à la présidentielle gabonaise, l’opposant Bruno Ben Moubamba vient d’annoncer à 41 ans son adhésion à l’Union du peuple gabonais (UPG), quelques semaines après la mort du fondateur de ce parti, Pierre Mamboundou. Interview.

Jeuneafrique.com : Pourquoi avez-vous décidé d’adhérer à l’UPG ?

Bruno Ben Moubamba : Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à la reconstruction de ce parti afin qu’il survive à son fondateur, Pierre Mamboudou.

Je devais faire cette action pour honorer ce dernier car il m’avait demandé en 2009 de me désister pour soutenir sa candidature lors du scrutin du 30 août 2009. Je n’avais pas jugé opportun de le faire et je le regrette. Entrer à l’UPG aujourd’hui, c’est une manière de réparer cette erreur politique.

Comment comptez-vous vous rendre utile au sein de ce parti ?

Nous verrons le moment venu. J’ai décidé de rentrer au Gabon au cours de l’année 2012, après l’élection du nouveau président français ou la réélection du président sortant, Nicolas Sarkozy. Vous savez à quel point les chefs d’État français influencent la gouvernance des pays africains francophones. Il est important d’agir en France, notamment sur le vote des africains français. Avec l’écrivaine Calixthe Béyala et plusieurs autres personnalités, nous venons de créer le Mouvement des Africains-Français (MAF), pour faire du lobbying afin de peser sur la présidentielle française.

Je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Une partie de l’opposition gabonaise prône le boycott les législatives du 17 décembre pour dénoncer le refus du gouvernement d’introduire les données biométriques dans le fichier électoral. Approuvez-vous cette stratégie ?

Non. Je pense que nous avons plus de chance de faire avancer le débat sur la biométrie en siégeant à l’Assemblée nationale. Le boycott est contre-productif. C’est comme ça que Pierre Mamboundou raisonnait et moi je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Pourtant, entre participation et boycott, l’UPG a beaucoup hésité…

Un débat interne s’est tenu au sein du parti et un vote a eu lieu. Sur 30 membres, 16 voix ont voté pour la participation aux législatives, 13 voix se sont prononcées pour le boycott tandis qu’une voix s’est abstenue. La démocratie interne a ainsi donné un résultat devant lequel il faut s’incliner. Et ce choix est en train d’entraîner une partie de l’opposition, brisant ainsi l’union sacrée qui s’était formée autour du mouvement « ça suffit comme ça ».

N’avez-vous pas le sentiment de porter un coup dur au combat pour la transparence aux élections ?

Non, je continuerai à me battre pour cela. Moi j’ai plutôt le sentiment qu’aujourd’hui, les Gabonais sont pris en otage par la querelle des deux héritiers d’Omar Bongo Ondimba [Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame, NDLR] qui sont l’un à la présidence et l’autre dans l’opposition. Ils sont tous les deux des tenants de la stratégie du chaos. L’un dit « pas de biométrie pas d’élection » en sachant que l’autre refusera de la mettre en place. Il ne faut pas faire une fixation sur la biométrie ici et maintenant. Il y aura d’autres occasions.

____________

Propos recueillis par Georges Dougueli 


SUR LE MÊME SUJET
Je salue la posture politique nouvelle que vient d’adopter Daniel Mengara dans le combat pour l’essor politique du Gabon, notre pays. La création éventuelle du parti politique annoncée est une bonne chose pour le débat et pour la lutte politique que nous menons depuis plusieurs années. J’y suis moi-même engagé depuis près de vingt-deux ans. Contrairement à bien des partis politiques constitués, dans la foulée de l’autorisation du multipartisme politique, la perspective de M. Daniel Mengara apporte un souffle nouveau. La lutte politique est pour ce compatriote une bataille idéologique pour l’avancement du Gabon et non une lutte de positionnement ...
Lire l'article
Gabon : Bruno Ben Moubamba admis à l’UPG
Suite à sa demande d’adhésion à l’Union du Peuple Gabonais (UPG) il y a quelques mois, Bruno Ben Moubamba vient de voir son vœu exaucé par le Conseil exécutif de ce parti réuni le mardi 3 janvier dernier à Libreville. L’ancien candidat indépendant à l’élection présidentielle du 30 août 2009 et ancien vice président de l’ex-Union Nationale (UN) est officiellement et désormais militant de ce grand parti de l’Opposition fondé par le défunt Pierre Mamboundou. A-t-on appris de sources proches de l’UPG. Selon lui, il a été longuement auditionné par les responsables du Conseil exécutif dont il a également reçu des ...
Lire l'article
L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP
Le chef de l'Etat gabonais Ali Bongo Ondimba a fustigé, samedi, la politique de la chaise vide prônée par une partie de l'opposition gabonaise. Dans son message à la nation fait à l'occasion de la nouvelle année, le numéro un gabonais s'est réjouit de la majorité absolue obtenue (114 sur 120 sièges) par le Parti démocratique gabonais ( PDG, au pouvoir) à l'issue des élections législatives du 17 décembre dernier. Cette majorité lui permettra de poursuivre les efforts engagés pour faire du Gabon un pays émergeant d'ici 2025, a-t-il dit. "L'année 2011 a été marquée par la tenue des élections législatives dont ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais Paul Biyoghe Mba a estimé vendredi que la victoire écrasante du parti au pouvoir aux législatives du 17 décembre marquées par une abstention de 65,72% que l'appel au boycott de l'opposition n'avait pas mobilisé grand-monde. Les partisans du boycott devraient faire montre de beaucoup plus de réserve, de retenue et de modestie car manifestement leur appel au boycott n'a pas mobilisé grand-monde, les taux de participation étant similaires d'une élection à l'autre, a affirmé M. Biyoghe Mba, soulignant que seules les scrutins présidentiels mobilisaient l'électorat. Selon les chiffres officiels de la Commission électorale nationale autonome et permanente ...
Lire l'article
Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction via internet et dont nous vous proposons l’intégralité, le nouveau militant de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), Bruno Ben Moubamba (ancien candidat à la présidentielle 2009) a accepté de répondre à certaines préoccupations de ces concitoyens le concernant. GN : Dans les coulisses des obsèques de PM à Ndéndé, nombreux sont les militants qui estimaient que la politique est une affaire de générations : Et en cela, ils voyaient en vous l’unique successeur de Pierre MAMBOUNDOU : Êtes-vous de cet avis ? BBM : Aujourd’hui, Pierre MAMBOUNDOU nous a quittés de façon ...
Lire l'article
Dans un entretien accordé récemment au magazine Jeune-Afrique et publié sur son site personnel, Bruno Ben Moubamba (41 ans), candidat malheureux à la présidentielle gabonaise de 2009 et vice-président de l’ex Union-Nationale (UN dissoute), a annoncé officiellement son adhésion au parti du défunt, Pierre Mamboundou, à savoir l’Union du Peuple Gabonais (UPG). « Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à la ...
Lire l'article
« Ce 15 août 2011, dans une longue interview, j'ai annoncé que je me retirais du "Gouvernement Mba Obame". Je souhaite à toute cette équipe ainsi qu'aux collaborateurs de ce "Gouvernement" un prompt succès et une "bonne chance" mais je n'en suis plus membre. Que Dieu bénisse le Peuple Gabonais ! » ‎ « "J'ai enlevé le corps ... " Que personne ne m'appelle plus "M. le Ministre ! L'Un a été démantelée et ce n'est pas à cause de moi ... Que chacun se pose la question : Pourquoi et comment l'UN a été démantelée ? Je souhaite une bonne chance ...
Lire l'article
Politique : Bruno Ben Moubamba en guerre contre les fans d’André Mba Obame
Toujours attendu à Libreville depuis l’annonce de son retour au pays, pour venir combattre la sorcellerie politique, l’exorciste politique du Gabon, ne reste pas les mains mortes sur son facebook. Désormais il passe à la vitesse grand V en s’attaquant aux fans du président virtuellement élu (André Mba Obame) avec 42% à l’élection d’Aout 2009. Bruno Ben Moubamba : « Ce qui est désolant c'est que l'Union Nationale est devenue une sorte de secte à la gloire d'un homme. Ce n'est pas ce qui était prévu. Un co-fondateur de l'UN comme moi doit absolument s'aligner derrière un Grand Stroumpf. ...
Lire l'article
La précampagne pour les élections présidentielles anticipée du 30 aout 2009 au Gabon bat son plein. C’est l’occasion pour les unités médiatiques, de mettre en place des nouvelles grilles de programmes adaptées à la circonstance. C’est dans cet optique que c’est inscrite la chaine de télévision gabonaise « TéléAfrica », dans le cadre de son émission « Edition Spéciale » présenté par un jeune journaliste du nom de Snélla Ange Pambo. L’invité du Jour, Bruno Ben Moubamba, candidat à l’élection présidentielle anticipée. Mais aussi deux autres invités qui se réclamaient d’être partisans du candidat Ali Bongo Ondimba. Cette configuration, d’après Ben ...
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba , porte- parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise, candidat au prochain scrutin présidentiel, a regagné plutout "discrètement" Libreville, samedi soir. Venant de France où il est installé, Bruno Ben Moubamba a été salué à son arrivée par des membres de la Société civile conduits par Marc Ona Essangui, responsable de Publiez ce que vous payez et de l'Ong Brainforest, mais la "ferveur populaire" n'était pas au rendez-vous. Dès l’annonce , le 8 juin dernier du décès du Président Omar Bongo Ondimba, rappelle-t-on, Bruno Ben Moubamba "inondait" la toile et les rédactions des médias français d'appels ...
Lire l'article
M. Bruno Ben Moubamba, M. Daniel Méngara et Mme. Paulette Oyane-Ondo, bravo pour l’amorce du débat politique à venir
Gabon : Bruno Ben Moubamba admis à l’UPG
Ali Bongo fustige le boycott des élections législatives
Gabon/législatives: l’appel au boycott n’a pas mobilisé grand-monde
« Le fondateur de l’UPG a dit en son temps que les jeunes poursuivraient son œuvre », Bruno Ben Moubamba
Opposition : Bruno Ben Moubamba adhère à l’UPG
Politique : Bruno Ben Moubamba se met à la disposition de la République
Politique : Bruno Ben Moubamba en guerre contre les fans d’André Mba Obame
Gabon: Bruno Ben Moubamba est-il présidentiable?
Gabon: Retour discret de Bruno Ben Moubamba à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Nov 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Bruno Ben Moubamba : “Le boycott des législatives au Gabon est contre-productif”

  1. Mbadinga David

    6 Nov 2011 a 15:53

    Je pense qu’il n’est pas bon pour l’UPG d’aller aux élections gagnées d’avance par le PDG. Sauf à vouloir servir de faire valoir. Car si le PDG refuse de réunir les conditions minimales de transparence, ce n’est pas pour rien.

    C’est parce qu’il veut conserver sa majorité mécanique à la Chambre introuvable. L’UPG doit poursuivre la lutte que Pierre Mamboundou a menée pour l’instauration d’une véritable démocratie au Gabon.

    On ne peut honorer sa mémoire qu’en soutenant la position de l’oppostion dont l’UPG a été solidaire dès le départ. Puisqu’aucun élément nouveau n’est intervenu dans le dispositif de la fraude éléctorale mis en place depuis 1990 par le pouvoir PDG, il n’y a donc aucune raison de se désolidariser des autres partis de l’opposition qui prônent le boycott.

    Il ne faut pas perdre de vue que la politique est une question de rapport de force. Ce rapport de force ne peut être en faveur de l’opposition que si la dynamique unitaire est maintenue et non rompue. Autrement dit toute fissure dans le dispositif de lutte de l’opposition favorise le camp d’en face.

    David MBADINGA
    Ancien Secrétaire Général de l’UPG de 1994 à 2004
    Secrétaire Exécutif Adjoint de l’UPG (Actif de 2004 à 2006)
    Ancien Directeur National de Campagne de Pierre MAMBOUNDOU à l’élection Présidentielle de 1998.
    Maintes fois victime de tentatives d’assassinat du fait de son engagement politique à l’UPG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*