- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”

[1]L’ancien président du Gabon et sa famille ont dépensé des centaines de milliers d’euros en espèces pour l’achat de costumes, selon une enquête judiciaire à Paris pour détournement de fonds publics révélée par le Canard enchaîné.

Cette instruction déclenchée contre l’avis du parquet par un arrêt en 2009 de la plus haute juridiction française vise les biens détenus en France et les dépenses de plusieurs chefs d’Etat de pays africains stratégiques pour la France.

Le président gabonais Omar Bongo, mort en juin 2009 après 41 ans à la tête de cette ancienne colonie française, a dépensé 344.000 euros en espèces le 30 octobre 2007 pour l’achat de costumes de marque dans une boutique de luxe parisienne, montre une note de Tracfin, cellule anti-blanchiment de Bercy, versée aux dossiers des juges, selon l’hebdomadaire.

Son fils Ali Bongo, qui lui a succédé, a acheté en 2010 pour 88.000 euros de costumes à Pape N’Diaye, couturier renommé, et les factures ont été réglées par un tiers, selon une autre note de Tracfin.

Une troisième note de Tracfin montre que Pascaline Bongo, fille aînée d’Omar Bongo, a acheté en mars 2009 pour plus de 158.000 euros d’Armagnac. Sa demi-soeur Flore a dépensé 1.037.500 euros entre avril 2010 et avril 2011, relève aussi Tracfin.

Les juges ont obtenu au total la transmission de 11 notes dans lesquelles cet organisme officiel que les banques doivent obligatoirement informer faisait la liste des dépenses suspectes.

L’hypothèse de l’instruction française est que les fonds proviennent de détournement de fonds publics de ces Etats africains. Les responsables concernés le nient et voient l’enquête comme une atteinte à la souveraineté de leurs pays.

Une première phase de l’enquête en 2007 avait recensé 39 propriétés immobilières de luxe et 70 comptes bancaires détenus par la famille Bongo et ses proches, 24 propriétés et 112 comptes bancaires pour la famille Sassou N’Guesso, président du Congo-Brazaville.

L’instruction s’alimente régulièrement de nouveaux éléments, comme dernièrement une note des Douanes de mars 2011 montrant que Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale, a affrété en 2009 un avion ayant fait escale en France avec à son bord 26 voitures de luxe, dont sept Ferrari et cinq Bentley.

Il a aussi été découvert qu’il avait dépensé 18 millions d’euros lors de la vente aux enchères de la collection d’Yves Saint-Laurent et de Pierre Bergé en mars 2009.

Thierry Lévêque, édité par yves Clarisse 


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
Par Thierry Lévêque L'enquête judiciaire sur le patrimoine en France de plusieurs dirigeants africains, qui suscite de fortes tensions diplomatiques, prend de l'ampleur avec de nouvelles révélations et un développement probable des investigations. Un livre des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung sorti cette semaine, "Le scandale des biens mal acquis", apporte de nouveaux éléments, dont un témoignage faisant état, sans preuves matérielles, d'un financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par de l'argent gabonais. Malgré l'opposition constante du parquet de Paris, des découvertes policières récentes et de nouveaux éléments transmis aux deux juges d'instruction saisis fin 2010 grâce à ...
Lire l'article [2]
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
Certains y verront un effet boomerang après les accusations de Robert Bourgi contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin. C'est au tour d'un proche conseiller de feu Omar Bongo, Mike Jocktane, d'accuser Nicolas Sarkozy d'avoir bénéficié des mallettes et des fonds occultes de la Françafrique. Le tout à paraître dans un livre dont la sortie est prévue jeudi 24 novembre : "Le scandale des biens mal acquis". Scandale après scandale, le crépuscule de la Françafrique semble interminable. À peine l’enquête préliminaire du parquet de Paris sur les accusations de Robert Bourgi est-elle classée qu’une autre affaire médiatico-politique éclabousse les hommes politiques ...
Lire l'article [3]
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Par RFI. Interrogé, le 22 septembre 2011, par les policiers de la brigade financière dans l'enquête préliminaire ouverte après ses accusations de financement occulte de politiciens français par des chefs d'Etat africains, l'avocat franco-libanais est à nouveau entendu ce jeudi 6 octobre 2011. Cette fois, c'est le juge chargé de l'instruction du dossier des « biens mal acquis » qui doit l'auditionner. Trois chefs d'Etat, ainsi que plusieurs membres de leurs familles, sont visés par cette procédure judiciaire dite des « biens mal acquis » : le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Téodoro Obiang Nguema, et feu le Gabonais Omar Bongo. Ils ...
Lire l'article [4]
Le parquet de Paris a refusé un réquisitoire supplétif au juge Roger Le Loire, qui enquête sur les biens mal acquis, en France, par les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Congo et leurs proches. Selon l’enquête du juge d'instruction, les familles visées par la plainte déposée à Paris en 2008 par l'organisation Transparence International France (TIF), pour "recel de détournement de fonds publics", ont continué sur leur lancée en procédant à de nouvelles acquisitions. Les menaces liées à l'instruction judiciaire en cours sur leurs éventuels biens mal acquis en France n'ont pas tempéré leur goût du ...
Lire l'article [5]
Une association proche du pouvoir au Gabon a appelé mardi à boycotter pendant une semaine les produits du groupe français Total, qu'elle accuse d'être "le symbole de l'occupation française", pour protester contre la France dans l'affaire dite des "biens mal acquis". Dans une déclaration lue devant la presse par sa présidente, Chantal Ondo, le Mouvement Génération Omar Bongo Ondimba (OBO) - du nom du président gabonais décédé en juin 2009 - affirme avoir décidé ce boycott "suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis" par M. Bongo, "affaire introduite il y a quelques années par les ...
Lire l'article [6]
Le Parquet de Paris a jugé irrecevable le 26 février la plainte du Cri du conseil de la diaspora (CCD) camerounaise déposé le 2 février contre le président Paul Biya pour «recel de détournement de fonds publics». La décision de la justice française aurait été motivée par un manque flagrant d’indices des plaignants. Accusé de «recel de détournement de fonds publics» par plusieurs ressortissants réunis autour du Cri du conseil des camerounais de la diaspora (CCD), le président Paul Biya a été blanchi par la justice française le 26 février. Cette association lui reprochait d’avoir constitué en France ...
Lire l'article [7]
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article [8]
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article [9]
Trois chefs d'Etat africains pourraient répondre devant la justice française d'accusation de prédation commis au détriment de leur peuple. Juridiquement incertaine, politiquement explosive, l'affaire des "biens mal acquis" a rebondi, mardi 5 mai, lorsque Françoise Desset, doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a jugé recevable la plainte pour "recel de détournement de fonds publics" visant les présidents Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou-Nguesso du Congo et Teodoro Obiang de Guinée équatoriale. Conséquence : une information judiciaire peut être ouverte. La procédure met en cause l'acquisition par ces chefs d'Etat en France d'un imposant patrimoine d'immeubles et de ...
Lire l'article [10]
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article [11]
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Biens Mal acquis : Les acquisitions continuent malgré la plainte
“Biens mal acquis”: appel au boycott des produits de Total Gabon
Justice : Paris blanchit Biya dans une affaire de biens mal acquis
Le scandale des « biens mal acquis » perdure
Nouvelle Constitution du Gabon
L’affaire des “biens mal acquis” relancée à Paris
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains

4 Comments (Open | Close)

4 Comments To "Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”"

#1 Comment By King On 10 Nov 2011 @ 09:59

Et on vous trompe avec des slogans vides!
et vous parlez de partage à vous de juger!
Convertissons un peu en Fcfa!

Ali bongo=88.00 EUR = 57,724.22 millions de Fcfa

pascaline bongo=158.00 EUR = 103,641.21 millions de Fcfa

flore bongo=1.04 EUR = 680.227 millions de Fcfa

Mais pour les conditions de transparences notamment la mise en place de la biométrie pas d’argent!
pour l’achat des médicaments pour nos centres de santé pas d’argent!
pour l’achat de tables bancs pour nos écoles pas d’argent!
Pour la construction des nouvelles salles de classe pas d’argent
la liste est longue. À vous de juger
pas de biométrie pas d’élection.

#2 Comment By King On 10 Nov 2011 @ 10:00

Et on vous trompe avec des slogans vides!
et vous parlez de partage à vous de juger!
Convertissons un peu en f fcfa!

Ali bongo=88.000 EUR = 57,724.22 millions de Fcfa
Euro Central Africain CFA Franc BEAC

pascaline bongo=158.000 EUR = 103,641.21 millions de Fcfa
Euro Central Africain CFA Franc BEAC

soeur bongo=1.037.500 EUR = 680.227 millions de Fcfa
Euro Central Africain CFA Franc BEAC

Mais pour les conditions de transparences notamment la mise en place de la biométrie pas d’argent!
pour l’achat des médicaments pour nos centres de santé pas d’argent!
pour l’achat de tables bancs pour nos écoles pas d’argent!
Pour la construction des nouvelles salles de classe pas d’argent
la liste est longue. À vous de juger
pas de biométrie pas d’élection. !!!!!!!

#3 Comment By MANIOC On 11 Nov 2011 @ 11:21

..ça fait trop pitié, pauvre Gabon. Gabonais, INDIGNEZ-VOUS!!!!!!!!!!!!!! Vous ne pouvez pas continuer à accepter ce foutage de gueule. LES BONGO SONT LES FOSSOYEURS DU GABON! ILS (les BONGO) FONT PITIE TANT CA DEVIENT JUSTE RIDICULE. Le nègre n’a encore rien compris…

#4 Comment By sat On 11 Nov 2011 @ 11:23

Ce sont des fils et filles d’un defunt chef d’état, cet argent peut provenir de l’héritage laissé par leur père. Si c’est le cas, c’est leur argent, ils peuvent en disposer comme ils veulent, de meme on aurait fait pareil si on était à leur place…