Socialisez

FacebookTwitterRSS

Aux origines de la passivité des Gabonais

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2011
Catégorie(s): Diaspora,Griffaronades,Lamentations,Opinion,Politique

Plusieurs lecteurs internationaux, pour la plupart non Gabonais, nous ont posé des questions concernant le manque de réaction du public Gabonais face aux 41 ans de pillage des richesses nationales par la famille Bongo. Ils nous ont demandé comment évaluer avec précision les niveaux de soutien ou d’ambivalence ou de résistance de la population gabonaise vis-à-vis du régime. Bien que ce blog tende à exprimer la situation en termes de dictature contre la population, il est bien sûr évident que la population n’est guère monolithique dans ses désirs, ses peurs ou son engagement à lutter pour sa propre liberté.

Au Gabon, il est certain qu’il y a un très petit segment de la population qui est vraiment favorable au régime. La dictature Bongo a maintenu une délicate matrice de «tribus» et «clans» de soutien, principalement dans les provinces du Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo. Pour recruter le soutien d’autres parties du Gabon, ils ont utilisé le parrainage politique et des méthodes différentes d’inclusion sociale et de favoritisme. Au Gabon aujourd’hui, la population peut être divisée en trois catégories:

a) ceux qui sont mécontents du régime et comprennent que le changement doit arriver ;

b) ceux qui sont favorables au régime (une minorité) et c) les ambivalents, ceux qui ont renoncé à s’impliquer et ne se soucient plus de rien. Pour créer des partisans, le régime a besoin d’une coterie de laquais. Cela peut être visualisé comme une série de cercles concentriques de sympathisants fidèles à la cause des Bongos en raison des largesses qu’ils leurs offrent (argent et nominations politiques). Ces personnes ont lié leurs intérêts à la survie du régime Bongo. Comme éloquemment décrit par George Ayittey, l’éminent économiste ghanéen, les laquais des gens comme les Bongo sont:

«des hordes d’hommes politiques, d’enseignants, de professionnels, d’avocats et de médecins eux-mêmes se vendant sous forme de prostitution volontaire et de servitude pour faciliter les diktats de vagabonds qui ont la moitié de leur intelligence. Et maintes et maintes fois, après avoir été violés, maltraités, et souillés, ils sont jetés dehors comme des ordures, ou même pire. Pourtant, encore plus de prostitués intellectuels se bousculent pour prendre leur place … ”

Le seul moyen par lequel un dictateur peut gouverner est par la peur. Comprendre cela amène à reconnaitre que les sous-fifres soutenant le dictateur sont pareillement eux aussi dirigés par la peur. Malheureusement, le long règne des Bongo a créé une situation où la population est devenue abattue par la dictature avec comme conséquence que les Bongo pensent que la passivité des gabonais soit un signe qu’ils peuvent rester au pouvoir pour toujours. Les Bongo vont donc toujours refuser de renoncer au pouvoir. Les Bongos ont éliminé tous les groupes d’opposition significative au Gabon, ils ont truqué toutes les élections dans le pays et ont maintenu le peuple gabonais dans la pauvreté afin d’effacer en lui l’espoir qu’il puisse se débarrasser d’eux. Ce schéma a fonctionné au Gabon pendant des décennies et des décennies et continue à marcher parce que la population a été mise sous anesthésie. Tant et si bien qu’aujourd’hui, Omar Bongo soit capable de simplement remettre le contrôle du pays à son fils, qui bien sûr manque complètement de qualifications pour diriger un pays. Mais combien de gabonais se sont profondément demandés: “Mais comment et pourquoi ces Bongos sont capables de faire ces choses ridicules? » Alors que le peuple Gabonais vit dans une pauvreté abjecte, Ali Bongo dépense 88000 euros pour acheter des costumes. Pourtant, au Gabon, pas grand monde ne parle de cela, parce que ce genre de chose est normal et attendu. La réponse évidente est la peur. Les Bongos sont capables de garder le pouvoir et transmettre le pouvoir à leurs enfants parce que les gabonais ont peur. Parce qu’ils ont convaincu la population gabonaise de croire en l’idée que si quelqu’un devait prendre la parole et s’insurger contre l’imposture, il serait attaqué, emprisonné, voire exécuté. Sa famille serait mise en danger, et ses amis seraient compromis. Il perdrait son emploi, ses libertés, un bras ou une jambe, sinon la vie.

Mais alors que tout cela est réel, la vérité est que, finalement, le peuple gabonais a le gouvernement qu’il mérite. Au Gabon, les Bongos ont rempli la fonction publique, les médias, la magistrature, les forces de sécurité, la commission électorale et la Cour constitutionnelle, de leurs copains et les ont enjoins à servir leurs intérêts. En raison de ce système, tout ce qu’Ali Bongo a à faire est de donner des ordres pour que quelqu’un soit attaqué et quelques voyous qui vivent avec la même peur que la personne à qui ils sont censés faire du mal, feraient ce qu’il dit. Ils le font tous. Des centaines et des milliers de personnes font ce qu’il commande, soit parce qu’il les paie très bien pour le faire, ou parce qu’ils craignent que s’ils ne font pas comme le veut Ali Bongo, quelqu’un d’autre à la solde d’Ali Bongo va le faire pour eux, et cela aura des conséquences fâcheuses, car ils seraient chassés du cercle intérieur. Ali Bongo est un homme, juste un grassouillet d’homme pas très brillant. Comment peut-il contrôler plus d’un million de personnes? Comment peut-il faire peur aux gens? La vérité est qu’il est capable de faire ce qu’il fait parce que de nombreux gabonais, ordinaires, sont prêts à être faibles; de donner ce pouvoir qu’ils ont sur leur vie aux Bongos. Ali Bongo, en réalité, n’a aucun pouvoir mais le pouvoir qui lui est donné par la timidité de la population générale, le pouvoir que tous les Gabonais ont décidé collectivement de lui abdiquer. C’est ça la peur, la reddition de la puissance collective d’un peuple à une famille despotique. Les Bongos gardent le pouvoir parce que le peuple gabonais ne réalise pas qu’ils ont abdiqué leur pouvoir et l’ont donné aux Bongo. Ali Bongo ne pouvait pas simplement prendre le pouvoir si la population avait réellement dit « pas question ! » Aucun homme ne le pourrait. Aucune personne ne peut tout simplement aller dans un palais présidentiel et déclarer qu’il est le leur. Personne ne peut aller dans les coffres de l’état et de retirer purement et simplement des milliards ici ou là selon ses propres caprices ou humeurs. Non, ce sont les gens, la population, qui permettent que cela se produise. Les gens au Gabon abandonnent tout ; leur pouvoir, leur argent et leur vie. Ils disent prenez ce que vous voulez et ce que vous aimez. Pas littéralement, mais par leur inaction, par leur peur, par le fait qu’ils se soient rendus et abdiqués leur pouvoir. Parce qu’il a abandonné son pouvoir aux bongos, le peuple gabonais, ce faisant, a créé un monstre qui le dévore désormais. La question est: “le peuple gabonais peut-il neutraliser le monstre et de récupérer son pouvoir?”

Posted by Charlie M.
Gabon énervant 


SUR LE MÊME SUJET
La passivité des autorités ivoiriennes pointée du doigt par HRW
Près de six mois après la chute de Laurent Gbagbo qui annonçait la fin prochaine des combats entre les forces fidèles au président déchu et celles d'Alassane Ouattara, le nouveau pouvoir est accusé de renier ses promesses en matière de justice contre les personnes de son propre camp soupçonnées d'avoir commis des massacres. Selon, un rapport publié jeudi 6 octobre, l'organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch (HRW), "depuis sa prise de contrôle du pays, les premières mesures adoptées par Alassane Ouattara pour lutter contre l'impunité ont été, dans le meilleur des cas, inégales. Malgré les promesses répétées ...
Lire l'article
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Barack Obama et autres personnalités américaines, demandent le retrait du soutien au dictateur gabonais
Dans une avalanche de lettres adressées le 1er juillet à diverses personnalités américaines, dont Barack Obama, président des Etats-Unis, Carl Levin, le Sénateur qui coiffe le puissant Comité du Sénat américain sur les investigations qui avait dans plusieurs rapports inculpé les Bongo pour détournements de deniers publics, de corruption et d'enrichissement illicite, Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des Représentants (sorte d'Assemblée nationale des Etats-Unis) et bien d'autres, des Gabonais demandent le retrait par la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, de ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Ces lettres à Obama et autres personnalités américaines font echo ...
Lire l'article
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Dans une lettre adressée le 30 juin à Hillary Clinton dans le cadre de la marche de protestation qu'ils préparent pour le 16 juin à Washington, des Gabonais demandent à la Secrétaire d'Etat américaine de retirer ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Essentiellement, la lettre reproche à la Secrétaire d'Etat ses mots de soutien à Ali Bongo le 8 mars dernier lors d'une conférence de presse conjointe à Washington en marge de la session du Conseil de Sécurité dont le Gabon allait assurer la présidence tournante. La lettre lui demande de retirer ces mots que les Gabonais ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais souhaite atteindre un taux de 100% d’accès à l’eau potable en sept ans, a écrit Romandie News, dimanche. Instruction a été donnée en ce sens aux administrations en charge de l’eau par le président Ali Bongo. En dépit d’une forte pluviométrie, le Gabon connaît de graves problèmes dans l’approvisionnement de sa population en eau potable.
Lire l'article
Huit cent mille clics, la puissance des grands lobbies, des associations, des partis politiques, des intellectuels ont réussi a faire plier ce pouvoir sarkosiste qui ne reconnaît jamais ses erreurs. Les Gabonais espèrent que ce moment viendra. Ce moment qui permettra à toutes ces familles éplorées de faire le deuil. Ce moment qui liberera ce peuple désabusé depuis 42 ans par une famille, un peuple qui voudrait que les libertés soient respectées, que l'homme ait une dignité, que la vie ait un sens. Bléssé profondément depuis le coup d'Etat militaire orchestré par ALI BONGO suivi des exactions sur les populations. Choqué ...
Lire l'article
Libreville, le 25 août (GABONEWS) – La candidate indépendante à la présidentielle de cette fin de semaine, Victoire Lasséni Duboze, à la faveur de sa campagne, ce mardi après-midi au gymnase du complexe omnisport président Bongo à Libreville, a déclaré devant une importante assemblée de jeunes sympathisants qu’« il faut que l’on rende au Gabonais sa dignité, le Gabonais doit être digne », tout en s’insurgeant contre la précarité dans laquelle vivraient certains citoyens. Actualité du :25/08/2009 Après les prestations scéniques des jeunes artistes locaux, suivis d’allocutions des sympathisants en langues vernaculaires ...
Lire l'article
Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d'opposition radicale au régime dictatorial d'Omar Bongo au Gabon, salue la saisine faite hier jeudi 26 février par la justice française sur les comptes bancaires d'Omar Bongo en France. En cet acte souverain de la justice française visant à rendre justice à un Français ayant, dans ses affaires avec la famille Bongo, été floué et arnaqué par la mafia gabonaise dont Omar Bongo est le chef suprême, le BDP-Gabon Nouveau voit enfin se dessiner chez les juges français le refus de faire de leur pays le receleur et le réceptacle des fortunes africaines volées par les dictateurs ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), tient vendredi prochain au gymnase président Omar Bongo Ondimba de Libreville son 9ème Congrès. Ce 9ème Congrès ordinaire du PDG qui prendra fin le 21 septembre prochain, sera placé sous la présidence du président fondateur du PDG, Omar Bongo Ondimba. Pour la mobilisation des militants, toutes les sections de Libreville et ses environs sont mis à contribution. Les participants viendront également des sections de l'intérieur du pays. Créé le 12 mars 1968, le PDG est resté au pouvoir en discontinu. Egalement appelé « Parti de masse », le PDG est majoritaire à l'Assemblée nationale et au ...
Lire l'article
Les responsables de la direction de l’Education populaire ont lancé ce mercredi, un appel à la population gabonaise analphabète, l’invitant à s’inscrire dans les centres d’alphabétisation quasi désertés du pays. « Nous déplorons le fait que nos programmes ne touchent pas en grande partie la population analphabète. Car les concernés ne s’inscrivent pas en masse au sein de nos centres respectifs. Mais grande est notre surprise lorsqu’on fait les statistiques, on retrouve un taux d’analphabètes au dessus de nos attentes », a confié la directrice de l’Eéducation populaire, Geneviève Assangono Olui. En effet, « même si le taux d'analphabétisme est relativement bas ...
Lire l'article
Au cours d’un déjeuné de presse donné jeudi à Libreville par le 1er vice président du Parti démocratique Gabonais (PDG au pouvoir), en même temps premier ministre, Jean Eyéghé Ndong a exprimé son intention redonner, une fois élu avec son parti, un nouveau visage à la mairie du 2ème arrondissement où il est tête de liste, mais aussi à Libreville toute entière avant de souligner qu’il entend se lancer dans une campagne d’information dans les villes et départements du Gabon pour éclaircir la population gabonaise sur le flou qui existe entre les partis de la majorité présidentielle et le PDG. ...
Lire l'article
La passivité des autorités ivoiriennes pointée du doigt par HRW
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Barack Obama et autres personnalités américaines, demandent le retrait du soutien au dictateur gabonais
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Ali Bongo promet de l’eau potable à tous les gabonais
Gabon : Et si l’Elysée exprimait ses regrets au peuple Gabonais.
Gabon: Présidentielle 2009 / « Il faut que l’on rende au Gabonais sa dignité, le Gabonais doit être digne », Victoire Lasséni Duboze
Communiqué: Le BDP-Gabon Nouveau salue la saisine par la justice française des comptes bancaires du dictateur gabonais et demande qu’Omar Bongo soit déclaré coupable de
Gabon: Le 9ème Congrès du Parti démocratique gabonais PDG vendredi prochain à Libreville
abon: Les analphabètes gabonais invités à s’inscrire dans les Centres d’alphabétisation
Gabon: Le 1er vice président du (PDG) exprime son désir de doter les Gabonais de meilleurs conditions de vie


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2011
Catégorie(s): Diaspora,Griffaronades,Lamentations,Opinion,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Aux origines de la passivité des Gabonais

  1. Claudia

    18 Nov 2011 a 09:56

    La population gabonaise n’a aucune passivité, il faut tout simplement dire que le peuple gabonais ne croit plus tellement à ces hommes politiques. Situation qui aujourd’hui disparait petit à petit, grâce à la détermination du pouvoir en place, qui a une forte détermination dans la réalisation de leur projet de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*