Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La démocratie gabonaise des années Ali Bongo, selon Georges Mpaga

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2011
Catégorie(s): Politique

Sans doute pour répondre aux différentes attaques qui affirment que la société civile se mêle de ce qui ne la regarde pas, Georges Mpaga, membre du mouvement “Ça suffit comme ça !” et président du Réseau des organisations libres de la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), expose, dans le texte ci-après, les déterminismes de l’ «intrusion» de la société civile dans le processus électoral en cours. Sans complaisance, il dresse par la même occasion un bilan de la démocratie au Gabon durant les deux premières années de pouvoir d’Ali Bongo.

La société civile libre ne fait pas dans une critique sans fondement du régime. Son action repose sur une analyse de la situation générale du pays qui fait ressortir l’urgence de reformer fondamentalement le système démocratique actuel afin de redonner espoir à la population gabonaise, victime chaque jour des injustices sociales liées à une politique de paupérisation organisée et entretenue par l’oligarchie qui tient à maintenir le peuple en captivité.

Engagement de la Société Civile dans la gouvernance démocratique au Gabon : Défis et enjeux

Le principal enjeu de l’engagement de la société civile reste incontestablement l’aboutissement des 13 propositions relatives aux reformes politiques et institutionnelles. Elles s’imposent pour sortir le Gabon de l’immobilisme et du marasme actuel. La manière dont la transition a été menée après la mort de Monsieur Omar Bongo n’a pas favorisé la création des conditions d’une alternance démocratique par les urnes. La transition gabonaise a donc échoué. Par conséquent, la structure de gouvernance, les méthodes et les pratiques de l’ancien régime sont toujours en place. Avec l’avènement du régime du fils, l’essentiel du pouvoir politique, militaire et économique reste entre les mains du PDG, de ses alliés et partisans. Dans ce contexte de blocage, de maintien de l’ordre ancien, le rôle de la société civile est de faire pression, de mobiliser les forces sociales et politiques afin de conduire le pays vers l’adoption des normes démocratiques répondant aux standards internationaux afin de faire du Gabon, un Etat véritablement démocratique fondé sur des institutions constitutionnels réellement fiables et sur un système électoral transparent et crédible.

Les principaux problèmes qui entravent gravement le processus démocratique :

Après les espoirs nés de la conférence nationale de 1990, force est de constater que ces dix dernières années ont été marquées par une nette régression du processus démocratique au Gabon. Cette régression est principalement liée à la crise institutionnelle due à l`absence d`alternance au pouvoir.

Les changements anti-démocratiques et les violations constitutionnelles :

Depuis l’arrivée de Monsieur Ali BONGO au pouvoir en 2009, ce dernier s’est illustré par un exercice solitaire du pouvoir dont les caractéristiques sont :
La reforme de la Constitution de 2010 qui a vidé la Loi Fondamentale de toute sa subsistance et qui a permis au Chef de l’Exécutif de s’arroger tous les pouvoirs, d’exercer une hyper prépondérance sur les autres institutions constitutionnelles au point qu’il détient seul la capacité de nomination des membres desdites institutions. Par ailleurs, cette reforme n’offre aucune possibilité d’alternance et de limitation du mandat présidentiel. Elle n’assure encore moins l’indépendance de la justice et le contrôle démocratique des forces de défense de sécurité. A cet effet, le Président de la République, sans passer par le Parlement peut désormais décréter, l’état de siège ou l’état d’urgence. Assurément, la Constitution actuelle du Gabon a été imposée au peuple en violation des principes et des objectifs de la Charte Africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance signée par le Gabon le 02, février 2010 et du Pacte International sur les Droits Civils et Politiques ratifié par le Gabon en 1983.

A toutes fins utiles, l’objectif 2 de la Charte Africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance « Promouvoir et renforcer l’adhésion au principe de l’Etat de droit fondé sur le respect et la suprématie de la Constitution et de l’ordre constitutionnel dans L’organisation politique des Etats parties » consacre le respect de l’Etat de Droit et l’ordre constitutionnel. S’agissant du Gabon, ces deux notions ont été constamment violées depuis la reforme opérée par Omar BONGO en 2003 qui lui a permis de modifier la Constitution afin d’y participer aux élections présidentielles 2005, et plus près celle effectuée par Ali Bongo en 2010.

La reforme de la loi électorale

L’organisation d’élections transparentes, honnêtes, crédibles et fiables, constitue la condition sine qua non de la démocratie. De ce fait, le processus électoral doit découler d’une loi électorale qui offre un maximum de garantie pour la régularité du vote, la participation effective des partis politiques de la majorité et de l’opposition dans toutes les opérations électorales avant, pendant , et après le vote ; l’implication de la société civile , la fiabilité de la liste électorale, la mise en place des outils de transparence et de lutte contre la fraude, les manipulations notamment la biométrie, les procès verbaux numérisés. Suite aux différentes actions de la société civile et à la crise politique née de la prestation de serment de Monsieur André MBA OBAME, le Président de la République a réuni le 09 Mai 2011, la classe politique pour déterminer avec elle les conditions d’organisation des élections législatives avec l’introduction de la biométrie. Au cours de cette rencontre, l’unanimité s’est faite sur la l’obligation d’introduire la biométrie pour les élections avenirs. Dans le but de permettre à la Cour Constitutionnelle de se prononcer sur l’introduction de la biométrie, le Gouvernement a introduit une requête auprès de cette institution, qui mal ficelée a été rejetée. Durant, le mois de juin 2011, le Gouvernement, conséquemment aux remarques de la Cour Constitutionnelle, a fait adopter la Loi sur « Les Données à Caractère Personnelle » autrement dit, la Loi sur la biométrie.

Il aurait été judicieux si la volonté du Gouvernement était de respecter l’unanimité et le consensus des forces démocratiques au sujet de la biométrie et de la transparence électorale, de mettre en place une commission tripartite composée des partis politiques de la majorité, de l’opposition et des organisations de la société civile chargée de proposer les amendements nécessaires à la Loi électorale qui inclurait l’introduction de la biométrie. Contre- toute attente, le Président de la République et son Gouvernement, ont de façon unilatérale et solitaire décidé de changer la loi électorale et de reporter l’application de la biométrie aux élections locales prévues en 2013. Les organisations de la société civile ont dès lors dénoncé ce comportement qui traduit encore plus le recul démocratique du Gabon.

Ce choix démontre la posture anti-démocratique d’un régime dont la survie repose sur un système de fraude et de trafics électoraux à grande échelle et qui privent le peuple souverain de son droit légitime de choisir librement ses dirigeants.

Manifestement, Monsieur Ali BONGO, n’offre aucune garantie sur la transparence et l’équité du processus électoral actuel et spécifiquement sur la capacité et l’impartialité de son administration. En conséquence, les organisations de la société civile considèrent son clan politique comme étant le principal obstacle à la démocratisation réelle du Gabon. Ce dernier est systématiquement opposé à toute idée et à tout projet de réforme démocratique.

Appel à l’union de tous les démocrates pour la transparence électorale

Le 30 aout 2011, vivement préoccupée par les agissements anti–démocratiques du pouvoir gabonais, les organisations de la société civile ont lancé un appel à tous les partis politiques, à toutes les organisations de la société civile, à tous les gabonais démocrates ainsi que ceux de la diaspora, à toutes les personnes qui rêvent d’un Gabon républicain et démocratique à se joindre à se joindre au Mouvement ça suffit comme ça pour exiger la transparence électorale et la démocratie au Gabon. Il parait évident que l’objectif du pouvoir PDG est de mener le Gabon dans une crise politique encore plus profonde que celle dans laquelle nous vivons actuellement. Ne pensant qu’à leurs intérêts, les tenants du pouvoir PDG créent expressément un désordre dans le processus électoral qui entrainera des conséquences incalculables pour le pays, en termes de paix et de stabilité.

Compte tenu du blocable politique et de l’impossibilité d’un dialogue démocratique fécond, l’opposition gabonaise et la société civile ont mis en place un cadre commun d’action contre la dictature du régime gabonais.

En juillet 2011, les partis politiques de l’opposition se sont retirés de la Commission Electorale Autonome Indépendante(CENAP), des révisions des listes électorales et les travaux au sein de la CENAP ont été réalisés dans une toute illégalité, en violation flagrante d’une Loi Electorale qui n’avait pas encore été publiée, conformément à Loi.

La volonté du Gouvernement à faire obstruction aux forces démocratiques Gabonaises:

Fabrication d’une opposition factice dite républicaine à sa solde du Gouvernement, pour faire contrepoids à la véritable opposition incarnée par:

L’UPG, l’Union Nationale, le PSD, le CDJ, le RBN le FAR, le PGP, Le MORENA, le MORENA UNIONISTE, MESP, le PSG, le Cercle OMEGA.

Sabotage de la société civile libre à travers la mise en place d’une société civile dite républicaine composée d’associations fantoches aux visées obscures qui ont formellement demandé l’interdiction des organisations de la société qui exigent les reformes démocratiques et la transparence électorale.

Cette pseudo société civile est entretenue, payée et instrumentalisée par le régime, pour vilipender et dénigrer et les membres de la société civile libre. Elle se positionne en soutien inconditionnel d’un gouvernement non respectueux des principes démocratiques et d’un régime de 44 ans, responsable de la faillite de tout un pays. .

Georges MPAGA
Membre de la société civile libre, Président du Réseau de Bonne Gouvernance ( ROLBG)
Coordonnateur Adjoint de Publiez Ce Que Vous Payez
Militant des Droits de l’Homme, membre d’Amnesty International 


SUR LE MÊME SUJET
Membre de la société civile gabonaise, Georges Mpaga revient de Dakar (Sénégal) où il a dernièrement pris part à des assises portant sur le processus de ratification de la Charte Africaine sur la Démocratie. Il en livre sa réflexion à travers le texte ci-après. La Charte Africaine pour la démocratie est une vision d’avenir pour régler de façon durable la crise profonde de la légitimité au pouvoir, des élections truquées, des présidences à vie, des successions héréditaire et de la corruption. Assurément Elle est une chance historique que les démocrates africains se doivent de saisir car le redressement démocratique ...
Lire l'article
Membre éminent de la société civile gabonaise et leader du Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (Rolbog) qui a récemment publié un rapport d’analyse du système électoral gabonais, Georges Mpaga revient, dans l’interview ci-après, sur l’exigence de réformes institutionnelles concernant, notamment, la Cour constitutionnelle, la loi électorale, la constitution, le mandat présidentiel, etc. La sortie de la crise politique actuelle passe par l’institutionnalisation d’un nouvel ordre démocratique, assure-t-il. Vous avez récemment donné une conférence de presse. Sur quoi portait-elle ? Il était question de présenter à la presse et donc à l’opinion nationale et internationale, les ...
Lire l'article
Déclaration de la société civile gabonaise: L’avenir du Gabon repose fondamentalement sur la démocratie
Suite à l’auto-proclamation et à la prestation de serment de Monsieur André Mba Obame, en qualité de Chef de l’Etat, les climats politiques et sécuritaires se sont fortement détériorés au Gabon. Cette manifestation aurait pu être un non événement si le gouvernement issu de la victoire d’Ali Bongo Ondimba, reconnue par la communauté internationale, n’avait traité le contentieux électoral consécutif à l’élection de 2009 avec une réaction immédiate, musclée et disproportionnée dans la répression de ses adversaires politiques. Au-delà des agissements anti-démocratiques des différents acteurs politiques, la préservation de l’unité des fils de cette Nation impose à la société civile ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a souhaité que les élections législatives prévues cette année dans son pays puissent contribuer à enraciner davantage la jeune démocratie gabonaise. ’’J’ai donc espoir que le rendez-vous électoral de l’année 2011, consacré au renouvellement de notre Assemblée nationale, contribuera à enraciner davantage notre jeune démocratie’’, a déclaré Ali Bongo Ondimba, dans un messages à la nation, vendredi dernier, à l’occasion du nouvel an. ’’A la différence de l’annéé écoulée, 2011 sera une année électorale et, de ce fait, l’occasion, pour le débat politique, de gagner en intensité’’, a indiqué le chef de l’Etat, ...
Lire l'article
Ci-dessous, le texte intégral du discours de communication conjointe « Bongo Doit Partir » - Coalition Gabonaise Pour le Salut National et le Refus de l’Arbitraire lu lors du mini forum de la diaspora gabonaise du samedi 11 décembre 2010. DU SAMEDI 11 DECEMBRE 2010 Mesdames et messieurs, Chers compatriotes, Je m’adresse ici à vous  pour le compte du BDP et de la Coalition Gabonaise Pour le Salut National et le Refus de l’Arbitraire. Nous avons, en tant que BDP et Coalition Gabonaise Pour le Salut National et le Refus de l’Arbitraire, été invités à prendre part à cette manifestation hautement positive et salutaire, non pas dans ...
Lire l'article
Depuis bientôt trois heures, militants et sympathisants de l’Union Gabonaise pour le Développement et la Démocratie (UGDD, opposition) de Zacharie Myboto, ont rallié le Quartier Général de cette formation politique, sis à l’Ancienne Sobraga, à Libreville, à l’effet de tenir leur Congrès extraordinaire, a constaté GABONEWS. Des sources concordantes proches de la Direction de l’UGDD rapportent que la tenue de ce congrès, qui intervient quelques jours seulement après l’adhésion de certains ténors de l’opposition gabonaise à l’UGDD, devrait conduire à la fusion de plusieurs partis d’opposition et à la désignation de l’ancien ministre de l’Intérieur et candidat malheureux à l’élection présidentielle ...
Lire l'article
Abonné aux réélections triomphales mais contestées, Omar Bongo n'hésitait pas à employer un slogan de campagne d'une cynique ironie : "Bongo, c'est gagné d'avance !", proclamaient ses affiches en 2005. Le scrutin qui désignera prochainement le successeur du président décédé offre un tout autre visage.Son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la défense et vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a de nombreuses cartes en main pour l'emporter. Observant le silence pour cause de deuil, il devait néanmoins, selon toute vraisemblance, se mettre en avant, mardi 16 juin, à Libreville, en tant que représentant de la vaste ...
Lire l'article
La promesse faite le 15 mai dernier par l’entreprise chinoise chargée de la construction du complexe architectural de la Radiodiffusion et Télévision gabonaise, du nom du défunt président du Sénat gabonais et premier directeur de la Radio Télévision Gabonaise (RTG), « Georges Rawiri » au ministre de la communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Jean Boniface Assélé, a pris effet avec l’aménagement des agents communicateurs des chaînes nationales (RTG 1 et 2). Dès l’entrée du portail des anciens locaux de la Radio Télévision gabonaise chaîne 1, on peut constater le remue ménage ...
Lire l'article
L'entreprise chinoise chargée de la construction du complexe architectural de la Radiodiffusion et Télévision gabonaise, baptisée « George Rawiri », a affirmé mercredi, lors de la visite effectuée par le ministre de la tutelle, Jean Boniface Assélé, que cet édifice public sera totalement livré à la fin du mois de mai. Cette déclaration a été faite mercredi à Libreville, au cours d'une visite guidée, effectuée par le nouveau ministre en charge de la Communication, des Postes, des Télécommunications, Jean Boniface Assélé qui s'est montré préoccupé par les questions de maintenance et de formation des techniciens gabonais qui n’ont passé qu'un mois ...
Lire l'article
Gabon : Georges Mpaga et la Charte Africaine pour la démocratie
Gabon : «Nous ne proposons pas une révolution qui va mettre les gens dans la rue», assure Georges Mpaga
Déclaration de la société civile gabonaise: L’avenir du Gabon repose fondamentalement sur la démocratie
Ali Bongo Ondimba souhaite que les législatives de 2011 contribuent à enraciner la jeune démocratie gabonaise
Mini Forum de la Diaspora Gabonaise: “Pour que la démocratie arrive au Gabon, la peur doit changer de camp” (BDP /Coalition)
L’Union Gabonaise pour le Développement et la Démocratie (UGDD), tient son congrès extraordinaire
Bongo Doit Partir
L’avènement d’une réelle démocratie au coeur de la succession d’Omar Bongo
Gabon: La maison de la Radiodiffusion gabonaise « Georges Rawiri » accueille enfin ses locataires
Gabon: La maison de la Radio diffusion gabonaise Georges Rawiri sera livrée au public à la fin du mois de mai


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*