Socialisez

FacebookTwitterRSS

À Libreville, l’opération “Libérez les trottoirs” laisse des centaines de Gabonais sur le carreau

Auteur/Source: · Date: 11 Nov 2011
Catégorie(s): Société

Des centaines de logements et commerces ont été détruits à Libreville, dans le cadre de l’opération “Libérez les trottoirs”, visant à raser les constructions “illicites” afin de construire des logements sociaux. Mais obligés de dormir dehors, certains habitants protestent, notamment contre l’absence de préavis avant la destruction de leurs habitations.

Ils sont plusieurs centaines à subir les âpres conséquences de l’opération gabonaise « Libérez les trottoirs ». Ces habitants de Libreville ont vu, ces dernières semaines, leurs maisons ou commerces être détruits au tractopelle par l’armée. L’opération avait pour objectif de nettoyer la ville de ses logements anarchiques pour permettre, à terme, la construction de milliers de logements sociaux. Une mesure qui entre dans le cadre des « grands chantiers » annoncés par le président Ali Bongo, qui comprennent ceux liés à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2012, qui se déroulera au Gabon en janvier et février prochains), ainsi que des projets liés aux infrastructures et au logement.

« Tous ceux qui érigent leurs logements (sur le domaine public et les terrains viabilisés par l’État) en toute illégalité vont être purement et simplement déguerpis (…) sans dédommagement », avait annoncé, fin septembre, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Blaise Louembé. En présentant le projet « Libérez les trottoirs », le ministre souhaitait « détruire les constructions illicites non habitées et donner un préavis aux maisons déjà habitées », afin de « commencer véritablement le programme de construction » des logements sociaux promis par l’État.

“C’était des forêts”

Mais certains habitants de Libreville ne perçoivent pas les choses de la même manière. Ils arguent que ces maisons et commerces leur appartiennent en toute légalité, puisqu’à l’époque de leur construction, les terrains n’étaient pas viabilisés par l’État. « C’était des forêts, des terrains où l’on plantait », explique Guy Roger Mounguengui, au milieu de restes de sa maison.

Les habitants dénoncent aussi l’absence de préavis avant la destruction de leurs logements. « Ils sont venus la première fois pour me dire “tu as deux heures de temps”, je leur ai dit “attention moi j’ai une boulangerie où il y a beaucoup de matériel, je ne peux pas déplacer tout en deux heures de temps”. J’ai déplacé ce que j’ai pu », explique ainsi Amadou Matala, un boulanger de la périphérie. « Ils nous ont surpris ils ont même cassé des maisons ou les gens dormaient. Nous n’étions pas informés, nous n’avons pas eu de préavis, nous n’avons pas eu de sommation, on a rien eu », explique pour sa part Bernadette Oranga, qui se définit comme « une autochtone de Libreville ». « Ici c’est notre village ! (…) qu’ils nous laissent dans notre village ! » poursuit-elle.

À ses côtés, quelques habitantes de quartier de Glass, au centre-ville, manifestent jour et nuit depuis deux semaines. Il s’agit de femmes issues de la communauté Mpongwé, la population historique de Libreville. Assise autour du feu, elles manifestent leur désapprobation en chantant des chants traditionnels. Sur le million d’habitants que compte le Gabon, la moitié réside à Libreville. Et selon une étude du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) datant de 2008, 60% de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

(Avec AFP)
 


SUR LE MÊME SUJET
L’Organisation non Gouvernementale, « ça suffit comme ça » dirigée par Marc Ona Essangui a devisé ce samedi à Libreville avec la population du quartier Glass dans le 4ème arrondissement de la capitale gabonaise et fustigé l’opération « Libérez les trottoirs» initiée par le gouvernement de la République depuis quelques temps. Cette rencontre, dont l’objectif visait à faire comprendre à la population de ce quartier de Libreville ses droits par rapport à l’Etat, a vu la participation particulière de l’ancien Président de l’Assemblée Nationale, Eloi Randi Chambrier, des jeunes et des notables de ce quartier. L’échange entre la population et l’ONG ...
Lire l'article
Chassées des trottoirs il y a quelques mois seulement au cours d’une opération des services municipaux baptisée « Libérez les trottoirs », nombreuses sont les femmes commerçantes qui ont renoué avec cette mauvaise pratique, a-t-on constaté dans plusieurs quartiers de la commune de Libreville. Presque tous les soirs, les femmes commerçantes gabonaises et certains vendeurs à la sauvette de nationalités étrangères originaires pour la plupart de l’Afrique de l’Ouest écument les grands carrefours et leurs trottoirs pour écouler leurs marchandises, enfreignant ainsi les consignes et lois des autorités municipales. Ces cas sont visibles au PK5, Carrefour rio, ...
Lire l'article
Après l’annonce du décès du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou dans la nuit du samedi 15 octobre à Libreville, l’agence de presse GABONEWS a sillonné les différents quartiers de la capitale gabonaise afin de recueillir les impressions du citoyen lambda. « Tout d’abord le président de l’UPG était réputé pour sa sagacité juridique, sa prolixité et bien évidemment pour sa rigueur morale et intellectuelle. Il était doté d’une culture politique et d’un sens de la dialectique qui en faisait un redoutable débatteur et un communiquant de bon niveau. La classe politique gabonaise perd là l’un des plus brillants de ses ...
Lire l'article
L’affaire Bourgi laisse l’Élysée perplexe
Par Charles Jaigu Lundi, l'avocat franco-libanais a aussi mis en cause le financement de la campagne de Le Pen en 1988. Mais quelle mouche a piqué Robert Bourgi ? Lundi matin, dans les couloirs de l'Élysée, c'est un sentiment de perplexité qui dominait. Officiellement, les hommes du président se disent très à l'aise sur le sujet. Deux très proches du chef de l'État, Claude Guéant et Brice Hortefeux, ont tour à tour souligné que ces accusations ne concernaient en rien l'actuel hôte de l'Élysée. Brice Hortefeux a relevé que les mises en cause de l'avocat franco-libanais «portent sur une période définie ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de l’Habitat et du logement s'est engagé à viabiliser 5000 parcelles à Libreville d’ici à fin 2011, dans le cadre d'un projet de construction de 5000 logements par an, annoncé en 2009 par le président Ali Bongo Ondimba. Le programme, qui devait démarrer en 2010, a enregistré un léger retard en raison notamment de l’absence de terrains viabilisés, du manque de moyens financiers et roulants, a-t-on indiqué au ministère de l’Habitat et de l’urbanisme. Au terme d’une réunion mardi dernier, le ministre de l’habitat et du logement, Blaise Louembé, s’est toutefois montré confiant quant à ...
Lire l'article
L’Année de l’Afrique, au programme encore flou, s’ouvre cette semaine par un déplacement de Nicolas Sarkozy au Gabon et au Rwanda. Les déclarations du président de la République sur ce continent sont interprétées comme une absence de ligne directrice Nicolas Sarkozy se rend mercredi 24 et jeudi 25 février au Gabon et au Rwanda. « Deux pays où la France s’est illustrée », grince un membre d’une ONG de défense des droits de l’homme. Le choix de ces deux pays illustre le tiraillement de la France face au continent africain. Au Gabon, la tentation que « tout change pour que rien ...
Lire l'article
PORT-GENTIL (Gabon) - De nombreux habitants de Port-Gentil (ouest du Gabon) quittaient dimanche matin leur ville, où un calme relatif régnait après de nouvelles violences survenues dans la nuit malgré le couvre-feu, a constaté un journaliste de l'AFP. "Je préfère quitter Port-Gentil pour sécuriser ma famille", a expliqué à l'AFP un homme qui n'a pas voulu s'identifier, rencontré à un débarcadère du sud de la ville où plusieurs centaines de personnes munies de légers bagages se pressaient pour prendre des pirogues. Située sur la presqu'île de Mandji, à une centaine de kilomètres de Libreville, Port-Gentil n'est accessible que par bateau ou avion, ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de l’Habitat et du logement a rétrocédé 219 maisons et parcelles aux personnes louant ces logements à Libreville et Port-Gentil, la capitale économique depuis 20 ans. La rétrocession de ces maisons était arrivée à terme, selon la convention location vente signée entre l’Etat et les locataires. Jeudi au cours du conseil des ministres, le gouvernement s’est réjoui de ce que la décision du président Omar Bongo Ondimba, ces logements on été rétrocédés à leurs occupants, après plusieurs années de location. A Libreville, l’opération concerne les 207 maisons en briques de terre stabilisées des quartiers Nzeng Ayong (chantier moderne) et Mindoubé. ...
Lire l'article
Le président d’un consortium d’entreprises américaines, Denis Roquand, a affirmé lors d'une séance de travail le 19 mai dernier à Libreville avec le ministre gabonais de l'Habitat et de la Construction, Patrice Tonda, que son groupe était prêt à lancer les travaux de construction de 2500 logements sociaux à Libreville, dont ils avanceront les coûts de construction. Cette séance de travail a permis aux deux personnalités de définir les contours de ce dossier afin de pouvoir procéder au lancement des travaux dans les plus brefs délais. Les représentants américains et gabonais se sont ainsi penchés sur les plans des futures ...
Lire l'article
La fête du travail célébrée chaque 1er mai par tous les travailleurs du monde entier, a été rehaussée jeudi à Port – Gentil, dans la capitale économique gabonaise par la présence du Gouverneur de l’Ogooué – Maritime (ouest), Jean Mari Beka B’Obame qui, pour la circonstance a procédé à la décoration de plusieurs employés ayant enregistrés dix, vingt et trente ans de service. C’est après les discours du directeur provincial du Travail et de quelques représentants des syndicats des travailleurs notamment de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) et de la COSYGA, le défilé qui a démarré vers les dix ...
Lire l'article
Société / L’association « ça suffit comme ça » fustige l’opération « Libérez les trottoirs» initiée par l’Etat
Opération « Libérez les trottoirs » : Chassez le naturel il revient au galop
Décès Pierre Mamboundou/ Micro-trottoir: « Pierre Mamboundou laisse un grand vide dans le système politique gabonais » selon de nombreux Librevillois
L’affaire Bourgi laisse l’Élysée perplexe
5000 parcelles viabilisées à Libreville d’ici à fin 2011
Année de l’Afrique : la «rupture» annoncée laisse place à de lentes mutations
Gabon: des centaines d’habitants fuient Port-Gentil
Gabon: Social : L’Etat rétrocède plus de 200 maisons à Libreville et Port-Gentil
Gabon : Un consortium américain veut construire 2500 logements sociaux à Libreville
Gabon: Fête du travail : De centaines des travailleurs honorés le 1er mai à Port – Gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Nov 2011
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*