Socialisez

FacebookTwitterRSS

Seif al-Islam Kadhafi arrêté en Libye, le pouvoir promet un procès équitable

Auteur/Source: · Date: 19 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique

Seif al-Islam, dernier fils encore en cavale de l’ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, a été arrêté en Libye, où les autorités ont promis “un procès équitable” à cette ancienne figure du régime recherchée par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Peu après l’ annonce de sa capture, les appels à son jugement devant la CPI se sont multipliés sur le plan international, mais les autorités libyennes, tout en s’engageant à coopérer avec la Cour pénale internationale, ont laissé entendre que Seif al-Islam pourrait être jugé dans leur pays.

Longtemps présenté comme le successeur potentiel de son père, Seif al-Islam “a été arrêté dans le Sud libyen”, a déclaré à l’AFP Mohammed al-Allagui, le ministre de la Justice, au sein du Conseil national de transition (CNT).

“Seif al-Islam a été arrêté à 01H30 dans la nuit de vendredi à samedi” dans la région de Wadi al-Ajal (sud-ouest de la Libye), a précisé Al-Ajmi al-Atiri, le chef de la brigade de Zenten qui arrêté le fugitif dans une embuscade.

“Il nous a demandé de lui tirer une balle dans la tête et qu’on l’amène (mort) à Zenten”, a-t-il raconté.

Le fils de Mouammar Kadhafi est arrivé vers 16H00 (14H00 GMT) dans le petit aéroport de Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, selon des images filmées avec une caméra par un combattant ex-rebelle.

Il est descendu de l’avion dans une grande pagaille, une foule de combattants et de curieux se bousculant pour le voir, le filmer et même le frapper. Arborant une barbe poivre et sel, il portait un turban et un long manteau marrons, une partie de ses doigts était bandée.

Aucune expression ne se lisait sur son visage, mais il semblait en bonne santé, malgré ses blessures aux doigts, toujours selon ces images.

D’après des chefs militaires pro-CNT, le fils de l’ancien “Guide” a été blessé dans le bombardement de son convoi alors qu’il quittait Bani Walid (170 au sud-est de Tripoli) lors de la chute de ce bastion pro-Kadhafi à la mi-octobre.

Agé de 39 ans, Seif al-Islam a longtemps semblé vouloir moderniser son pays et normaliser les relations avec l’Occident. Mais dès le déclenchement de l’insurrection à la mi-février, il n’a eu de cesse de tenir un langage guerrier, tentant bec et ongles de sauver le régime de son père.

Depuis le 27 juin, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI sur des soupçons de de crimes contre l’humanité. Il est accusé d’avoir joué un “rôle-clé dans la mise en oeuvre d’un plan” conçu par son père pour “réprimer par tous les moyens” le soulèvement populaire.

Le Premier ministre libyen par intérim Abdel Rahim al-Kib a promis qu’il serait jugé lors d'”un procès équitable durant lequel les droits et la loi internationale seront garantis”.

“Le système judiciaire va communiquer avec la Cour pénale internationale pour examiner où Seif al-Islam doit être jugé”, a-t-il souligné. “Toute coopération avec les organismes internationaux est la bienvenue”, a-t-il poursuivi, suggérant que les autorités préfèreraient qu’il soit jugé en Libye.

Les autorités libyennes ont l’obligation de remettre Seif al-Islam à la Cour, a déclaré de son côté à l’AFP un porte-parole de la CPI, sans exclure la possibilité que le procès ait lieu en Libye.

“Si les autorités libyennes estiment qu’un procès au niveau national est une meilleure solution, elles devront alors demander à la CPI que l’affaire ne soit pas recevable à La Haye, selon le principe de complémentarité”, a-t-il déclaré.

Un autre porte-parole a précisé que le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, se rendrait en Libye la semaine prochaine.

Les Etats-Unis, l’Union européenne, la France et la Grande-Bretagne notamment ont appelé samedi le nouveau pouvoir à coopérer avec la Cour pénale internationale et à assurer un procès équitable à Seif al-Islam.

Amnesty International et Human Rights Watch ont demandé également séparément au CNT de livrer Seif al-Islam à la CPI afin d’éviter “ce qui est arrivé à Mouammar et Mouatassim Kadhafi”, tués tous deux après avoir été capturés vivants.

Le représentant spécial de la présidence russe pour l’Afrique, Mikhaïl Marguelov, a d’ailleurs souligné que la Russie était satisfaite que Seif al-Islam ait échappé à une “justice sommaire”.

L’Otan a déclaré de son côté faire “confiance” aux autorités libyennes pour que la justice suive son cours.

Le conflit en Libye s’est achevé le 23 octobre avec la proclamation par le CNT de la “libération totale” du pays, trois jours après la mort de Mouammar Kadhafi.

Un mandat d’arrêt de la CPI visait également l’ex-dirigean et son beau-frère Abdallah Al-Senoussi, ancien chef des services de renseignements.

Des sources sécuritaires nigérienne et malienne ont affirmé que M. Senoussi s’était réfugié fin octobre au Mali. Mais le “Conseil des thowar” de Tripoli a indiqué en citant des témoins que M. Senoussi avait été vu dans le Sud libyen.

A Tripoli et Benghazi, l’ancienne “capitale” de la rébellion dans l’est du pays, des klaxons et des tirs de joie ont retenti pour célébrer l’annonce de l’arrestation.

Seif al-Islam n’était plus apparu en public depuis la nuit du 22 au 23 août lorsque, donné pour capturé par la rébellion, il avait paradé devant les journalistes étrangers en assurant que tout allait “bien” à Tripoli, quelques heures avant la chute du QG de Kadhafi dans la capitale.

Le procureur de la CPI avait plusieurs fois déclaré au cours des dernières semaines avoir eu des “contacts” avec Seif al-Islam via des intermédiaires en vue d’une éventuelle reddition.

Il était le dernier des fils de Mouammar Kadhafi encore recherché. Trois de ses frères ont été tués pendant le conflit, tandis que les autres enfants de l’ex-dirigeant ont trouvé refuge en Algérie et au Niger. 


SUR LE MÊME SUJET
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Il s'agit des violences les plus graves à Bani Walid depuis la "libération" en octobre 2011 de la Libye après huit mois d'un conflit meurtrier. La ville n'était tombée que quelques jours avant la mort dans la ville de Syrte de l'ancien dirigeant, capturé par les révolutionnaires ou thowars. Des partisans lourdement armés du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi ont pris lundi le contrôle de la ville symbolique de Bani Walid, tuant cinq ex-rebelles, au moment où les nouvelles autorités font face à la crise politique la plus grave depuis leur prise du pouvoir. Des fidèles au défunt colonel Kadhafi, armés ...
Lire l'article
Libye : les Touaregs au secours des fils de Kaddafi
Avec l'aide de combattants touaregs proches d'ex-rebelles nigériens, Seif el-Islam et Saadi Kaddafi se sont réfugiés au Niger où le pouvoir en place leur accorde une protection de fait. Les fils de l'ancien "Guide" libyen envisageraient de fuir vers le Nord-Mali. Seif el-Islam, le plus recherché des fils Kaddafi, a franchi la frontière entre la Libye et le Niger le 25 ou le 26 octobre, sous la protection de combattants touaregs proches des ex-rebelles nigériens Rhissa Ag Boula et Agaly Alambo – aujourd’hui conseillers respectivement de Mahamadou ­Issoufou, le chef de l’État, et de Hama Amadou, le président de l’Assemblée. Fuite vers ...
Lire l'article
Libye: La justice internationale recherche désespérément Seïf al-Islam
La Cour pénale internationale n'a plus de contact avec Seïf al-Islam, fils cadet et dauphin désigné de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Selon l'autorité judiciaire, il chercherait à fuir la Libye pour se réfugier dans un pays africain. Par Gaëlle LE ROUX avec dépêches (texte) Depuis plusieurs jours, la Cour pénale internationale (CPI), qui tente de négocier la reddition du fils cadet de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, n’a plus de contact avec Seïf al-Islam. Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la CPI, craint qu’il cherche à sortir de Libye avec l’aide de mercenaires. "Nous avons appris qu’un groupe de mercenaires essaie d’infiltrer ...
Lire l'article
Misrata (Libye) Envoyé spécial - Jusqu'à la fin, il a été au côté de Mouammar Kadhafi. Mansour Dhaou était l'une des cinq personnes présentes dans la Toyota blindée de l'ancien Guide libyen lorsqu'elle a été stoppée par un tir de missile de l'OTAN, jeudi 20 octobre au matin. Quelques heures plus tard, Mouammar Kadhafi, capturé par des révolutionnaires de Misrata, mourrait dans des circonstances non élucidées. Mansour Dhaou, lui, a perdu connaissance sur le champ de bataille et ne sait de rien de précis sur la mort de son "maître". En revanche, il a été le témoin privilégié des dernières semaines ...
Lire l'article
Après la mort de Kadhafi, la Libye se prépare à proclamer sa “libération”
Les nouvelles autorités libyennes se préparaient à proclamer dimanche la "libération" totale du pays, après la mort du dirigeant déchu Mouammar Kadhafi et la chute de son dernier bastion qui ont mis un point final à 42 ans de règne sans partage. Dans le même temps, l'Otan a annoncé qu'elle mettrait fin le 31 octobre à son opération maritime et aérienne en Libye après un "accord préliminaire" en ce sens entre les représentants des 28 pays membres de l'Alliance à Bruxelles. "C'est confirmé. Nous annoncerons la libération totale de la Libye dimanche à 17H00 (15H00 GMT) sur la place du tribunal de ...
Lire l'article
Libye: les combats s’intensifient à Syrte, Kadhafi appelle à manifester
Les forces des nouvelles autorités libyennes bombardaient jeudi lourdement Syrte et s'engageaient dans de dangereux combats urbains face aux partisans de Mouammar Kadhafi. L'ex-dirigeant toujours en fuite a de son côté appelé les Libyens à manifester "par millions" contre le nouveau pouvoir, le Conseil national de transition (CNT), dans un message sonore diffusé jeudi soir par la chaîne Arraï basée en Syrie. "Je leur dis n'ayez peur de personne, vous êtes le peuple, vous appartenez à cette terre. Faîtes entendre votre voix contre les collaborateurs de l'Otan", a affirmé le "Guide" déchu dans ce message où il était à peine audible. "Certains parlent ...
Lire l'article
Libye: le porte-parole de Kadhafi capturé, selon le CNT
Des commandants du nouveau pouvoir en Libye ont annoncé jeudi la capture du porte-parole du régime déchu, Moussa Ibrahim, au moment où le Niger a refusé d'arrêter l'un des fils de l'ex-leader Mouammar Kadhafi, réfugié sur son territoire. Parallèlement, Mahmoud Jibril, un libéral qui dirige le bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT) où il fait face à une opposition des islamistes, a provoqué la surprise en annonçant qu'il ne ferait pas partie du prochain gouvernement attendu pour après la "libération" totale du pays. Interrogé au cours d'une conférence de presse à Tripoli, M. Jibril a dit: "J'espère que nous libérerons ...
Lire l'article
Les forces du nouveau régime en Libye se heurtaient jeudi à la ténacité des combattants bien armés de l'ex-leader en fuite Mouammar Kadhafi, deux semaines après le lancement de l'offensive contre leurs derniers bastions. Elles ont parallèlement accentué leur traque des proches de Mouammar Kadhafi avec une demande officielle d'arrestation d'un de ses fils, Saadi, réfugié au Niger voisin depuis le 11 septembre, alors que l'ex-dirigeant reste introuvable. Deux autres de ses fils sont réfugiés dans les bastions pro-Kadhafi de Syrte et Bani Walid, selon le CNT. "Ce dont nous sommes sûrs c'est que Seif al-Islam est à Bani Walid et que ...
Lire l'article
Libye: Interpol diffuse une notice rouge contre Saadi Kadhafi
A la demande des nouvelles autorités libyennes, Interpol a diffusé lundi un avis de recherche concernant un autre fils du colonel Mouammar Kadhafi, Saadi, qui s'est réfugié au Niger il y a trois semaines. L'organisation internationale de police, dont le siège est à Lyon, avait déjà publié une telle «notice rouge» en vue de l'arrestation de l'ancien «guide» libyen, de son fils Saïf al Islam et de son chef des services de renseignement, Abdullah al Senoussi. On ignore où ces trois hommes, visés par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, se trouvent depuis la ...
Lire l'article
La menace d'une attaque planait lundi sur Bani Walid, au sud-est de Tripoli, devenue selon les nouvelles autorités un repaire pour des proches de Mouammar Kadhafi en fuite, après l'échec de négociations pour sa reddition pacifique. Les forces pro-CNT attendaient une décision des nouvelles autorités pour entrer ou pas à Bani Walid inquiètes que des civils soient utilisés comme "boucliers humains" par les pro-Kadhafi. "Nous attendons toujours la décision du Conseil national de transition (CNT). Ils ne veulent plus de sang", a déclaré à la presse Abdelrazzak Naduri, commandant opérationnel sur ce front, interrogé au poste de Chichan, situé à 70 km ...
Lire l'article
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Libye : les Touaregs au secours des fils de Kaddafi
Libye: La justice internationale recherche désespérément Seïf al-Islam
Libye: “Plutôt mourir qu’être jugé par la CPI”, m’a dit Kadhafi
Après la mort de Kadhafi, la Libye se prépare à proclamer sa “libération”
Libye: les combats s’intensifient à Syrte, Kadhafi appelle à manifester
Libye: le porte-parole de Kadhafi capturé, selon le CNT
Libye: des pro-Kadhafi tenaces dans leurs bastions de Bani Walid et Syrte
Libye: Interpol diffuse une notice rouge contre Saadi Kadhafi
Libye: la menace plane sur Bani Walid possible repaire de proches de Kadhafi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*