Socialisez

FacebookTwitterRSS

Déclaration des patriotes indignés

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Politique

Les trottoirs de Libreville qu’on a prétendu « libérer » sont pollués par des gravats, des tôles ondulées, des chevrons et autres détritus. Libreville ressemble actuellement à Beyrouth au temps de la guerre.

Les patriotes indignés constatent pour le regretter et le condamner que le pouvoir en place, dans sa dérive autoritaire et le mépris des lois et règlements de la République qui s’ensuivent, organise la destruction sauvage de biens immobiliers de compatriotes et autres propriétaires dans certains quartiers de Libreville et de sa périphérie.

Les patriotes indignés qui militent pour le respect des droits de l’Homme affirme leur attachement aux dispositions de l’article 1er 10°) de notre Constitution qui tirent leur source de les articles 2 et 17 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyens de 1789 ainsi que de l’article 17 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui édicte que : « 1. Toute personne, aussi bien seul qu’en collectivité, a droit à la propriété. 2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété ». Les patriotes indignés en rappelant ces sources de droit entendent souligner l’importance de ce droit constitutionnel de l’Homme.

Les patriotes indignés tiennent également à faire observer aux gabonaises et au gabonais, ainsi qu’à la communauté internationale, qu’en matière de démolition de constructions anarchiques ce sont les dispositions du titre VI de la loi n° 3/81 du 08 juin 1981 du 08 juin 1981 fixant le cadre de réglementation d’urbanisme qui encadrent l’action de l’Etat.

En substance, la procédure qui en découle impose que le ministre en charge de l’urbanisme, après procès-verbal d’infraction à la législation constatée par des agents habilités, ordonne au contrevenant de démolir dans un délai déterminé le bien construit en méconnaissance de la réglementation. Il faut donc une notification à l’intéressé. Si la construction anarchique n’est pas démolie au terme du délai fixé, alors le Ministre en charge de l’urbanisme saisit le tribunal compétent. C’est le juge et seulement lui qui peut ordonner la destruction du bien par l’Administration. Cette opération se fera au frais du contrevenant.

Les gabonaises et les gabonais auront bien compris que l’Administration n’a pas respecté la procédure qu’impose la loi. Aucun arrêté, aucune décision ne peut infléchir cette procédure. Et pourtant le pouvoir émergent s’en est affranchi. Quel gouvernement respectueux du droit peut-il se prévaloir de l’incivisme des citoyens pour s’autoriser lui-même à agir en dehors de la loi. Non ! « Nul ne peut se prévaloir des turpitudes d’autrui pour justifier les siennes ». De quel côté se trouvent donc les hooligans ?

Les gabonaises et les gabonais auront constaté, comme les patriotes indignés, l’irruption intempestive du Ministre des Travaux Publics et de celui de l’Intérieur dans ce dossier qui relève de la compétence du Ministre en charge de l’urbanisme. L’arrogance de leurs propos et la légèreté de leur posture ajoutent à la frustration légitime de nombreux compatriotes.

Si les patriotes indignés sont d’avis que dès lors que certains compatriotes n’ont pas respecté la loi, il convient de corriger cela, non seulement dans le respect des procédures légales mais également dans le respect de la dignité humaine.

Le gouvernement n’étant pas au dessus de la loi, les patriotes indignés tiennent alors à faire remarquer que lorsque celui-ci se prend à croire qu’il peut agir selon son bon désir alors l’on peut affirmer sans risque de se tromper qu’il s’agit d’un gouvernement tyrannique, qu’il s’agit d’une dictature.

Les patriotes indignés disent donc haut et fort que la répression conforme à la loi est juste mais elle n’est pas la réponse essentielle attendue par les gabonais dans le domaine de la politique de l’habitat, du logement et de l’urbanisme. Non seulement Ali Bongo et son gouvernement n’ont rien à proposer aux gabonais, mais ils ont menti en promettant la construction de 5000 logements par an, nous devrions en compter aujourd’hui 10.000. Le bilan après deux ans d’exercice plein du pouvoir c’est zéro (0) logement. Bien au contraire nous vivons les destructions de maisons, de barrières, honnêtement construites ou acquises à la sueur du front des compatriotes. Il est évidemment plus facile de défaire que de faire.

Sous prétexte de la visite du président français Georges Pompidou, en 1972 Albert-Bernard Bongo avait cassé à Glass et autres quartiers situés sur le parcours que devait emprunter son hôte…39 ans après jugez vous-mêmes ! Faut-il attendre des événements particuliers, ponctuels pour donner de l’apparence en lieu et place d’une vraie politique publique de l’urbanisme et du logement. Que nous dit le budget 2011 sur ce point ? Voilà une opération coûteuse qui n’est même pas inscrite au budget de l’Etat.

Les patriotes indignés fustigent cet amateurisme, ce pilotage à vue d’Ali Bongo et de son gouvernement qui confondent gouvernance et gesticulation. Un homme d’Etat italien du 19ème siècle a dit que « tous les imbéciles savent gouverner avec l’Etat de siège » et les patriotes indignés disent à l’unisson avec Mirabeau que « les rhéteurs parlent pour produire un effet de vingt quatre heures, les hommes d’Etat travaillent pour tous les temps ».

Sous d’autres cieux les villes nouvelles prospèrent à côté des villes anciennes, ici, au Gabon de nombreuses expropriations pour pseudo cause d’utilité publique en faveur de projets privés étrangers prospèrent au détriment des gabonais, en dépits du discours officiel.

Alexis de Tocqueville a écrit que « le goût qu’on montre pour le pouvoir absolu est dans le rapport exact du mépris qu’on professe pour son pays ».

Les patriotes indignés sont solidaires des compatriotes floués, spoliés et méprisés. Ils enregistrent avec tristesse et colère les récriminations sur cette opération hasardeuse de démolition qui vient amplifier la misère et le mal être des gabonais.

Enfin les patriotes indignés rappellent à tous les gabonaises et gabonais l’importance des dispositions suivantes de l’article 1 tiret 21°) de la Constitution de la République « La République gabonaise reconnaît et garantit les droits inviolables et imprescriptibles de l’homme, qui lient obligatoirement les pouvoirs publics… Chaque citoyen a le devoir de défendre la patrie et l’obligation de protéger et de respecter la Constitution, les lois et les règlements de la République. »

Oui gabonaises et gabonais levez vous et marchez avec la Société Civile et la véritable Opposition réunies au sein du mouvement « ça suffit comme ça ». Les patriotes indignés rejoignent aussi ce grand mouvement patriotique pour mettre fin à un régime inique.

Fait à Libreville, le 18.11.2011
Ngouali Disumba
 


SUR LE MÊME SUJET
Déclaration de Mike Jocktane sur sa tentative de Kidnapping
Je me présente à vous aujourd’hui comme un homme harcelé par le pouvoir en place. Un homme traqué qu’on chercherait même à éliminer physiquement. Pourtant, je ne crois pas avoir posé des actes qui méritent que je sois traité de la sorte par les forces de police diligentées par le pouvoir en place. Mais les faits sont là. Je suis Mike Steeve Jocktane, citoyen gabonais, évêque consacré le 22 mars 2003 sous les auspices des archevêques Nicholas Duncan Williams et John Hackman de Trans Atlantic and Pacific Alliance of Churches basé à Londres (Grande-Bretagne). Par ailleurs, j’ai occupé des fonctions politiques ...
Lire l'article
Le président de la Commission électorale autonome et permanente (CENAP), René Aboghe Ella, a annoncé le report de la date limite des dépôts de candidatures au samedi 5 novembre au lieu du 31 octobre, a-t-on appris de source officielle. Le gouvernement a demandé ce report pour permettre à d’autres candidats de s’inscrire pour l’élection après le retrait de la plupart des candidats de l’opposition. La CENAP est chargée d’organiser les élections au Gabon. Vendredi, l’Union du peuple gabonais (UPG) principal parti de l’opposition dont le leader Pierre Mamboundou est décédé le 15 octobre à Libreville, avait annoncé qu’il ne participerait pas aux élections ...
Lire l'article
Déclaration de l'Union Nationale Libreville, le 13 Août 2010 Un officier général des forces de sécurité et de défense risque d'être présenté dans les tout prochains jours devant la Cour de sûreté de l'Etat pour répondre des accusions qui sont retenues contre lui. Il s'agit du général NTUMPA LEBANI, ancien Secrétaire général du Conseil national de sécurité, incarcéré depuis plus de 9 mois à la prison centrale de Libreville, malgré les nombreuses démarches entreprises par sa famille. Lors de son arrestation, il n'a opposé aucune résistance. Il n'en a pas moins été envoyé dans les geôles et y est maintenu ...
Lire l'article
L'actualité de ces derniers jours amène l’Union Nationale, après analyse minutieuse, à faire la déclaration suivante :L’Union Nationale tient à rappeler au peuple gabonais que Ali Bongo Ondimba, dans sa volonté de vouloir mystifier l’opinion qui commençait à s’interroger sur les capacités réelles des nouveaux dirigeants à conduire les affaires du pays, s’était engagé à dresser le premier bilan de l’action gouvernementale à la date butoir du 1er juillet 2010. Alors que les Gabonais restent dans l’attente de ce bilan, le gouvernement, après avoir évoqué la fumeuse théorie du « retard utile », se lance dans une campagne de désinformation et ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Rassemblement à Abidjan de plusieurs milliers de “patriotes” pro-Gbagbo
Plusieurs milliers de partisans du président ivoirien Laurent Gbagbo ont manifesté samedi à Abidjan pour lui apporter leur soutien, après trois semaines d'une grave crise née de la dissolution par le chef de l'Etat du gouvernement et de la commission électorale. AFP - Sia Kambou Les manifestants étaient vêtus de T-shirts à l'effigie de M. Gbagbo ou portaient des pancartes pour dire "oui à la lutte pour une vraie liberté". A l'appel de Charles Blé Goudé, leader des "patriotes" pro-Gbagbo, près de 10.000 personnes, selon des journalistes sur place, se sont rassemblées dans le calme pendant plus de cinq heures dans le deuxième ...
Lire l'article
Ainsi donc, Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, vous qui aviez promis en 2007 d’en finir avec la ‘Françafrique’, vous avez choisi de recevoir aujourd’hui Monsieur Ali Bongo Ondimba à l’Elysée. Nous sommes fondés à penser qu’il s’agit d’une erreur politique fondamentale à l’égard de l’Afrique Francophone, tout comme l’a été le fameux discours de Dakar. Cette erreur jette d’autant plus le trouble dans l’opinion gabonaise qu’en juillet dernier, alors que vous étiez justement à Libreville pour les obsèques d’Omar Bongo, vous avez condamné la répression menée par le pouvoir Iranien et avez apporté votre soutien aux manifestants ...
Lire l'article
Omar Bongo est mort: Message aux Patriotes
Avec l'annonce de la mort d'Omar Bongo commence le moment de vérité pour le Gabon. Nul ne peut certainement se réjouir de la mort et nous ne nous réjouirons pas de celle, plutôt tragique, d'Omar Bongo. Nous aurons, dans les temps qui viennent, notre mot à dire sur cette mort et ce qu'elle représente pour l'avenir du Gabon. Mais comme vous pouvez le constater, dès l'annonce de la mort de Bongo, le régime s'est attaqué au site du BDP dans une tentative de museler le BDP dès le moment où il a été (re)connu que Monsieur Bongo avait disparu. Notre site est donc ...
Lire l'article
Meeting de Bruxelles – Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Appel aux Patriotes (Version Courte)
Aujourd'hui, il ne s'agit plus seulement de reconnaître que rien de bon ne peut plus se passer au Gabon tant qu'Omar Bongo et son régime sont au pouvoir. Il ne s'agit plus non plus de se contenter de se plaindre à longueur de journée tout en continuant à subir passivement la dictature pendant les trois ans qui nous séparent encore de 2012. Il s'agit encore moins de laisser les incompétents prolonger le règne du mal en instaurant au Gabon une monarchie présidentielle ou une présidence héréditaire. Pour lire l'intégralité (version longue) de cet Appel aux Patriotes, visitez cette page. Pour imprimer ...
Lire l'article
Meeting de Bruxelles – Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Appel aux Patriotes (Version Longue)
Aujourd'hui, il ne s'agit plus seulement de reconnaître que rien de bon ne peut plus se passer au Gabon tant qu'Omar Bongo et son régime sont au pouvoir. Il ne s'agit plus non plus de se contenter de se plaindre à longueur de journée tout en continuant à subir passivement la dictature pendant les trois ans qui nous séparent encore de 2012. Il s'agit encore moins de laisser les incompétents prolonger le règne du mal en instaurant au Gabon une monarchie présidentielle ou une présidence héréditaire. Pour imprimer la version PDF de ce document, cliquez ici. Pour voir le programme et ...
Lire l'article
Pour la première fois de son histoire, le Parlement gabonais, dans un consensus républicain, se trouve dans l'obligation de se saisir de deux événements particuliers et donner sa position par une déclaration qui sera suivie d'une résolution. En effet, suite à l'expulsion récente et dans des conditions inhumaines de deux (2) étudiants gabonais poursuivant leurs études en France d'une part, et à l'interpellation irrévérencieuse dont est l'objet le Président de la République, Chef de l'Etat, El Hadj Omar BONGO ONDIMBA par des associations étrangères de droit privé d'autre part) le Parlement estime qu'il s'agit là de deux événements graves et ...
Lire l'article
Déclaration de Mike Jocktane sur sa tentative de Kidnapping
Gabon : La CENAP reporte la date de déclaration des candidatures pour les législatives
Gabon : Déclaration de l’Union Nationale
Gabon : Déclaration de l’Union Nationale du 23 juillet 2010
Côte d’Ivoire: Rassemblement à Abidjan de plusieurs milliers de “patriotes” pro-Gbagbo
France : Déclaration de l’Elysée Par Bruno Ben Moubamba 20 novembre 2009
Omar Bongo est mort: Message aux Patriotes
Meeting de Bruxelles – Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Appel aux Patriotes (Version Courte)
Meeting de Bruxelles – Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Appel aux Patriotes (Version Longue)
Gabon: Déclaration du parlement Gabonais


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*