Socialisez

FacebookTwitterRSS

Economie / Crise en Europe : Quelles conséquences pour le Gabon?

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Economie

Interrogé par notre rédaction sur la crise économique qui secoue la plupart des pays européens, Jean Rémy Oyaya, Professeur en Economie de l’Université Omar Bongo (UOB), est revenu sur cette crise et ses éventuelles répercussions sur l’économie gabonaise. GABONEWS vous livre l’intégralité de cette interview.

GABONEWS : Professeur, Jean Rémy Oyaya, comment analysez-vous en tant que spécialiste la crise actuelle qui secoue certains pays européens ayant conduit aux démissions des chefs des gouvernements grec et italien ?

Jean Rémy Oyaya : C’est vrai que ce qui se passe actuellement en Europe fait réfléchir. D’autant plus que nous sommes habitués à voir les pays européens comme étant des modèles, des exemples de ce qu’il nous faut faire, car c’est souvent par la voie des institutions internationales qu’on essaie souvent de redresser nos pays, en meilleur recours je pourrais dire ce qu’on appelle ici notamment les plans d’ajustement structurels.

Ceci étant dit pour faire la comparaison avec notre pays, les pays européens sont en train de subir ce qu’on appelle également des plans d’ajustement structurel: c’est-à- dire qu’il y a des problèmes dans le pays inhérent aux questions de dettes. Tout comme nous avons subi, au Gabon, des plans d’ajustement structurels pour assainir les finances publiques de façon à pouvoir retrouver un équilibre budgétaire et rembourser notre dette. C’est exactement la même situation en Europe.

Dans ce genre de situation, c’est souvent le social qui est sacrifié et on a bien vu ici en Afrique, avec les plans structurels, qu’on leur reprochait de ne pas avoir une dimension sociale. Après on a révisé la copie avec le Fonds monétaire international (FMI), notamment et maintenant on a des plans d’ajustement structurel qui prennent en compte nos réalités sociales.

En Europe, la situation est un peu différente parce qu’il faut voir le financement du budget dont une bonne part va dans ce qu’on appelle les impôts de revenus budgétaires. On reproche, économiquement, à certains pays comme la Grèce d’avoir une bonne partie de ses recettes qui échappent à l’Etat.

Il faut donc obliger ceux qui sont à l’origine de ces crimes économiques à respecter les règles du jeu parce qu’en fait l’économie est un tout où chacun à son niveau devrait respecter les règles.

Si ceux de la finance trichent et ne respectent pas les règles du jeu, cela va automatiquement se répercuter sur le reste de la société. C’est comme dans un jeu de dominos où les finances et les banques tombent et conséquence : L’Etat a des problèmes de fonctionnement.

On appelle donc tous les citoyens à payer leurs impôts mais il se trouve souvent que les plus faibles sont davantage fragilisés.

GABONEWS : Doit-t-on comprendre qu’il n y aurait pas d’incidence directe sur notre pays ?

Jean Rémy Oyaya : Bien sur qu’il y a une incidence directe sur notre pays parce que si on parle de la Grèce, on parle de la France, on parle de l’Angleterre, on parle de l’Europe en général, à qui nous sommes rattachés par le biais de l’euro. Pour tout dire, l’une des incidences se trouve dans nos relations économiques, notamment si les pays européens qui sont nos partenaires ne peuvent plus beaucoup importer chez nous, nous aurons du mal à exporter et donc, par un effet mécanique, on risque de ne pas avoir beaucoup de recettes budgétaires.

Cela explique l’intérêt et la nécessité pris par le gouvernement actuel de diversifier nos produits d’exportations. Il n’y a pas que le bois mais il y a d’autres matières beaucoup plus revalorisées à vendre à l’étranger et à de nouveaux partenaires. Donc diversifier les pôles d’exportation suppose aussi par ailleurs diversifier les partenaires économiques. Autrement dit : Nos produits ne doivent plus avoir seulement comme marché uniquement des pays européens mais il faut aussi s’ouvrir à d’autres continents. Actuellement, on se dit que c’est du côté de l’Asie que peuvent peut-être venir des nouvelles opportunités de développement et de croissance.

GABONEWS : Quelles seront les effets pour l’Afrique en général et pour le Gabon en particulier, si jamais la crise venait à perdurer sur le continent européen ?

Jean Rémy Oyaya : Pour le Gabon en particulier, les effets seront moindres si nous arrivons à bien préparer la période actuelle notamment celle de l’après pétrole qui suppose donc la diversification de notre économie en vue d’amortir le choc de la crise européenne. Surtout si entre temps, on a pu reconstruire l’économie gabonaise.

Construire une économie sur des bases saines, en termes macro-économiques cela signifie que nos budgets, le PIB (Produit intérieur brut), la consommation et l’investissement sont en équilibre pour qu’on puisse un peu épargner, pour qu’on puisse avoir des devises pour financer nos activités, pour produire davantage et pouvoir exporter vers d’autres pays, également, à même d’avoir aussi de nouveaux partenaires commerciaux . On parle tantôt surtout de la Chine, on parle des Etats-Unis éventuellement, bref de tous les autres partenaires à même d’entretenir avec nous des relations économiques « gagnant-gagnant », comme un peu c’est le terme à la mode.

Il faut donc qu’on s’organise d’abord de l’intérieur de nous-mêmes, faire le ménage pour parler simplement et engager aussi des partenariats avec certains pays africains. Un partenariat sud-sud avec des puissances économiques comme l’Afrique du Sud mais, on peut aussi envisager certains échanges avec des pays de l’Afrique de l’Ouest ou peut être en Afrique centrale pour ouvrir par exemple un marché de poisson salé ou de légumes dans la sous-région afin de diversifier la production gabonaise pour diversifier les partenaires à l’étranger.

Je crois que de ce point de vue, si on poursuit la tendance actuelle, nous pourrons bien amortir le choc de la crise européenne.

GABONEWS : Peut-t-on croire que le fait que la majorité des entreprises locales ne soient pas cotées en bourse sécurise notre économie?

Jean Rémy Oyaya : Pour être cotée en bourse, il faudrait qu’une entreprise ait une surface financière assez consistante. La plupart des entreprises ici, ont souvent bénéficié de la subvention de l’Etat. Ce qui explique pourquoi elles ne sont pas assez compétitives, même ne fusse qu’au niveau national. Il y a, donc aussi de ce côté, des efforts à faire du point de vue de nos entrepreneurs. Pour qu’ils se mettent à l’école des temps modernes : Savoir comment gérer son budget avec des techniques modernes parce que maintenant il y a nécessité à savoir faire la différence entre son argent de poche, l’argent de l’entreprise, le chiffre d’affaire et savoir recruter un personnel qui fait bien son travail et qui soit compétitif.

Pour me résumer, pour prétendre à être cotée en bourse, il faut, pour une entreprise, être efficace et pouvoir acquérir une valeur beaucoup plus sous-régionale et être capable de vendre d’abord en Afrique centrale avant de s’attaquer à l’Europe et au monde.

On ne peut pas coter en bourse une entreprise qui n’est pas stable et consistante. Tout ceci pour dire que nous avons encore du chemin à faire.

GABONEWS : Notre pays tend à devenir une nation émergente ce qui suppose d’énorme investissements mais aussi des endettements. Quels sont les préjudices économiques que cela pourrait entraîner?

Jean Rémy Oyaya : De mémoire, si je ne me trompe pas, notre dette n’est pas si importante et représente seulement entre 3 et 4% du PIB, ce qui est relativement négligeable. Mais pour devenir un pays émergent, je crois que les options prises par le gouvernement sous l’inspiration du Président de la République sont les bonnes. Il faut d’abord commencer par organiser le pays en le restructurant afin de lui donner une configuration, une économie dynamique. Le pays est un tout. Il y a l’économie et la société aussi qu’il faut réorganiser en redonnant aux gens le goût du travail, la compétition et pouvoir réorganiser aussi tous nos partenaires au développement. C’est donc cet ensemble de réorganisations structurelles de la société qui nous permettra effectivement de devenir un pays émergent. Et, là aussi, il ne faut pas qu’on commette d’erreur car l’émergence n’est pas qu’un modèle pour les pays asiatiques, en tant que Gabonais, on peut aussi produire un modèle de pays émergent qui nous est propre.

Il faut, pour cela, être inventif, constructif, par le bon exemple faire ses preuves et avoir sa place sur l’échiquier mondial. 


SUR LE MÊME SUJET
L’amertume de l’élimination au premier tour de la 27e Coupe d’Afrique de Nations (CAN) fait certainement encore de la résistance dans les babines des Panthères du Gabon. Les instances dirigeantes du football gabonais doivent sans tarder tirer les leçons de cet échec et dégager les moyens appropriés pour permettre à l’équipe nationale de repartir sur de meilleures bases afin de préparer la CAN 2012. Pour leur 4e participation à une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), les Panthères du Gabon, malgré leur parcours époustouflant lors des rencontres de qualification à cette compétition, ont été incapables de sortir ...
Lire l'article
La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), spécialisée dans l’extraction du minerai de manganèse au Gabon, va geler ses activités, à cause de la crise financière internationale, à partir de vendredi pendant une période de deux semaines, a appris l’AGP mercredi de source proche de l’entreprise. ’’C’est à cause de la crise que la Comilog envoie les gens en repos, les sous traitants aussi. En ce qui concerne les salaires, le personnel sera payé cette fin du mois comme d'habitude’’, a affirmé cette source sous couvert d’anonymat jointe par l’AGP depuis Moanda, siège sociale de la compagnie. . Mais le service minimum ...
Lire l'article
La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), spécialisée dans l’extraction du minerai de manganèse au Gabon, va geler ses activités, à cause de la crise financière internationale, à partir de vendredi pendant une période de deux semaines, a appris l’AGP mercredi de source proche de l’entreprise. ’’C’est à cause de la crise que la Comilog envoie les gens en repos, les sous traitants aussi. En ce qui concerne les salaires, le personnel sera payé cette fin du mois comme d'habitude’’, a affirmé cette source sous couvert d’anonymat jointe par l’AGP depuis Moanda, siège sociale de la compagnie. . Mais le service minimum ...
Lire l'article
Le premier séminaire annuel du ministère des Travaux publics, des Infrastructures et de la Construction, organisé sous le thème « Quelle politique et quelles stratégies pour des infrastructures pérennes et sécurisées », s’est ouvert ce mardi à la Cité de la démocratie de Libreville. Dans son intervention, le ministre des TP, le général Flavien Nzengui Nzoundou, a précisé que ledit séminaire est un véritable support de communication. Pour le ministre des TP, il s’agit clairement de décliner la feuille de route de son département. « Le séminaire que vous allez tenir doit vous permettre de poser un regard introspectif sur vous-mêmes ...
Lire l'article
Les banques gabonaises sont à ce jour épargnées par les conséquences de la crise financière qui secoue l’économie mondiale, selon un rapport de la Confédération patronale gabonaise (CPG), parvenu jeudi à l’AGP. Selon le document, les dépôts collectés par l’ensemble du système bancaire gabonais ont été de 1.278 milliards de francs CFA en 2008, soit une progression de 9,5% par rapport à l’année précédente. En outre, les dépôts bancaires ont été collectés à hauteur de 1.031 milliards francs CFA, soit une augmentation de 9,6% dans la même période. Toutefois, on note une baisse de 10,3% en fin novembre 2008. Pour ce faire, les ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong a ouvert mercredi à Libreville un colloque gouvernemental sur "les perspectives de l'économie gabonaise" face à la crise financière internationale, a constaté l'AGP sur place. La conférence regroupe pendant deux jours les parlementaires, les opérateurs économiques, les institutions financières de l'ONU et la société civile gabonaise dans le but d'être informés et de proposer des solutions de stabilisation de l'économie gabonaise dans la situation de la crise mondiale. "Le Gabon, à l'instar d'autres pays africains, s'inquiète de la propagation de la crise actuelle et de sa propagation rapide sur nos économies bien fragiles", a déclaré ...
Lire l'article
Le bimensuel gabonais d'information économique, « Gabon Economie », organise depuis ce mercredi à Libreville, un forum sur la crise financière avec en point de mire « l'économie gabonaise face à la crise financière internationale.» Pour les organiseurs, les intervenants devront formuler des propositions visant à ériger « un bouclier national contre les conséquences inévitables de la crise ». Marcel Saint-Calr Eyene du Bimensuel « Gabon Economie » li s’agit en outre, « de prévenir les fluctuations du marché international qui peut surprendre à tout moment ». Lyn François Madjoupa, secrétaire général de la chambre de commerce et d’industrie qui abrite le ...
Lire l'article
La 21ème session des experts de la conférence ministérielle ordinaire de l’Organisation africaine du bois (OAB) s’est ouverte ce lundi à Libreville, sur fond de disfonctionnement observé à plusieurs niveaux de l’institution. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre gabonais de l’Economie forestière, des eaux, de la pêche et de l’aquaculture, Emile Doumba. Ce dernier a exhorté les participants à prendre en compte l’ensemble des préoccupations actuelles de l’OAB. « Vous m’avez fait l’honneur de me désigner à cette haute responsabilité sans que les conditions et les moyens suivent pour que la mission s’accomplisse dans les meilleurs termes. La ...
Lire l'article
A l’occasion des Assemblées annuelles de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire internationale (FMI), l’économiste en chef de l’institution bancaire internationale, Shanta Devarajan, a affirmé le 6 octobre dernier que la crise financière mondiale pourrait ouvrir des opportunités pour l’Afrique d’éliminer la pauvreté. Sur la base de la faible vulnérabilité des économies africaines à la crise mondiale et des taux de croissance exceptionnels enregistrés sur le continent, l’Afrique aurait l’opportunité de réaliser les aménagements réglementaires capable de faire levier sur la lutte contre la pauvreté. L’économiste en chef de la Banque Mondiale pour l’Afrique, Shanta Devarajan, a tenu le ...
Lire l'article
Un groupe d’experts financiers a indiqué le 30 septembre que la crise financière qui frappe les pays occidentaux pourrait affecter la croissance économique africaine si les pays du continent ne trouvaient pas rapidement des marchés alternatifs. La baisse du pouvoir d’achat des principaux partenaires commerciaux de l’Afrique pourrait inciter des économies du continent à se détourner du modèle capitaliste pour prévenir les répercussions socio économique de la crie financière mondiale sur les populations locales. Face à la dégradation de la conjoncture économique et financière mondiale, l’Afrique, encore relativement épargnée de ces fluctuations, cherche les moyens de juguler l’impact de la ...
Lire l'article
Gabon : Quelles Panthères pour la CAN 2012 ?
Economie : La crise financière contraint la Comilog à geler à nouveau ses activités pour 2 semaines
Economie : La crise financière contraint la Comilog à geler à nouveau ses activités pour 2 semaines
Gabon: « Quelle politique et quelles stratégies pour des infrastructures pérennes et sécurisées ?», thème du séminaire sur les TP à Libreville
Gabon: Economie/Crise financière : les banques gabonaises encore épargnées (patronat)
Economie : Le PM lance les travaux d’un colloque gouvernemental sur les effets de la crise financière au Gabon
Gabon: Economie : « Gabon Economie » fait disserter la crise financière
Gabon: Economie forestière: la 21ème session de la conférence ministérielle ordinaire de l’OAB s’ouvre à Libreville sous fond de crise
Economie : La BM dessine les opportunités de la crise financière pour l’Afrique
Economie : La crise financière guette l’Afrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*