Socialisez

FacebookTwitterRSS

Espagne : victoire historique de la droite

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Monde

Le Parti Populaire place 187 députés au Congrès, contre seulement 109 côté socialistes. Un déséquilibre jamais vu en Espagne depuis les années 70.

Le Parti populaire, de droite, a remporté une victoire historique aux élections législatives de dimanche en Espagne, tandis que les socialistes essuyaient une débâcle elle aussi sans précédent, selon des résultats partiels portant sur environ 70% des bulletins de vote.

Le PP obtient 187 députés au Congrès, la chambre basse du Parlement, contre 109 au Parti socialiste, qui dirige le pays depuis 2004. Pour la droite il s’agit du meilleur résultat depuis le retour à la démocratie au milieu des années 70, pour les socialistes du pire.

La droite a été portée au pouvoir par un pays inquiet et sans illusions, qui a choisi de sanctionner le gouvernement socialiste mais se prépare à une nouvelle cure de rigueur.

Les socialistes espagnols, au pouvoir depuis 2004, deviennent ainsi les nouvelle victimes d’une crise qui a déjà balayé les gouvernements grec et italien.

Les indépendantistes basques font leur entrée

La coalition indépendantiste basque Amaiur (gauche), issue de la mouvance Batasuna, bras politique de l’ETA illégal depuis 2003, va entrer au Parlement espagnol. Un mois après l’annonce historique de l’ETA qui a mis fin à 40 ans de violence, cette nouvelle coalition aurait recueilli 6 à 7 sièges.

Depuis environ un an, la gauche indépendantiste, qui a pris ses distances avec la violence, a gagné du terrain sur la scène politique, faisant davantage pression sur l’ETA pour qu’elle mette fin à la lutte armée.

“J’ai voté sans illusions”

La crise économique et les cinq millions de chômeurs étaient justement sur toutes les lèvres dimanche dans les bureaux de vote.

“J’ai voté sans illusions. La crise est mondiale et il n’y a pas de solution”, assurait à Barcelone Antonio Donono, concierge âgé de 56 ans, sans vouloir dire sur qui il avait porté son choix.

Pour la première fois de sa vie, mais sans conviction, Octavio Arginano, un ouvrier madrilène à la retraite de 67 ans, a lui choisi la droite.

“Mon fils est au chômage depuis plus d’un an. Ma fille ne gagne que 600 euros par mois en gardant des enfants”, confiait cet électeur dans le quartier de Lavapies. “Il faut qu’il y ait un changement, mais je ne suis pas sûr que quelqu’un sache quoi faire pour nous sortir de cette situation.”

Perte de confiance envers les grands partis

La crise a entraîné une perte de confiance envers les grands partis politiques, une partie des électeurs estimant que ni la gauche ni la droite ne sera capable de remettre le pays sur les rails.

Electeur du Parti populaire en 2008, Fernando Javier Alvarez Granero, instituteur de 46 ans, a lui “voté blanc pour la première fois”.

“Tous les partis, de droite et de gauche, reflètent les mêmes idées”, disait-il avant de voter à Carabanchel, un quartier populaire de Madrid. Le Parti socialiste “a créé cinq millions de chômeurs et nous a menti sur la crise économique. Et je ne pense pas que Mariano (Rajoy) puisse apporter une solution aux grands problèmes de l’Espagne.”

350 députés et 208 sénateurs ont été élus pour quatre ans au scrutin proportionnel.

Le Parti populaire sera en mesure, si sa majorité absolue se confirme, de gouverner seul le pays, sans alliances avec les partis nationalistes régionaux comme c’est le cas aujourd’hui pour les socialistes.

Rajoy chef du gouvernement

Deux fois candidat malheureux en 2004 et 2008 face au socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, Mariano Rajoy, un homme tenace mais sans charisme, devrait être investi chef du gouvernement à partir du 20 décembre, soit une semaine au moins après l’installation des deux chambres du Parlement le 13.

Surfant sur le mécontentement et la lassitude des électeurs, il n’a cette fois laissé aucune chance à son adversaire socialiste Alfredo Perez Rubalcaba, 60 ans, ancien ministre de l’Intérieur.

Appel de Nicolas Sarkozy

Sous très forte pression des marchés financiers, le nouveau chef du gouvernement devra maintenant agir vite pour tenter de redresser l’économie espagnole, quatrième de la zone euro, menacée de récession et asphyxiée par un chômage record de 21,52%.

Dans une lettre publiée sur le site de l’Elysée, le président de la République a félicité Mariano Rajoy. Il appelle le vainqueur à continuer “lutte commune contre le terrorisme” et à relever les “défis (…) pour bâtir l’avenir de nos peuples, au sein de l’Union européenne ou encore du G20”.

Avec ce vote “s’achèvera un processus non écrit ni planifié de remplacement de tous les gouvernements des économies européennes considérées comme périphériques : la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Italie, en plus de l’Espagne”, avaient prédit les analystes de Bankinter.

Mesures de rigueur

Les nouvelles mesures de rigueur qui se profilent, dont les grandes lignes devraient être annoncées dans les jours qui viennent, pourraient attiser la grogne sociale qui s’est installée dans le pays.

Le mouvement des “indignés”, apparu au mois de mai, s’est mis en sourdine après les grandes manifestations du printemps, mais perdure par exemple en empêchant les expulsions de propriétaires surendettés.

Arrivés au pouvoir en plein miracle économique, alors que la croissance espagnole était portée par le boom de l’immobilier, les socialistes n’auront pas résisté à la crise financière mondiale qui a éclaté à l’automne 2008.

Depuis mai 2010, les Espagnols sont soumis à une politique d’austérité – baisse de 5% du salaire des fonctionnaires, gel des retraites ou recul de l’âge de la retraite de 65 à 67 ans.

Vaincu par la crise, le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, s’était finalement résigné à avancer de quatre mois les élections prévues en mars 2012.

Le Nouvel Observateur – AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Le secrétaire général du PDG salue la vicotire de son parti lors des législatives gabonaise - Le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, a salué vendredi à Libreville la victoire de son camp lors des élections législatives du 17 décembre boycottées par une partie de l'opposition. «Cette victoire est à la fois la reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et le renouvellement d’un mandat sans ambiguïté au chef de l’Etat (Ali Bongo Ondimba) », a-t-il déclaré à la presse. «La victoire du PDG ne constitue pas un ...
Lire l'article
Gabon : nombreuses réactions après la disparition de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Par RFI Au Gabon, les réactions sont nombreuses après le décès de l'opposant historique Pierre Mamboundou, leader de l'Union du peuple gabonais (UPG), trois fois candidat à la présidentielle, sans jamais être élu à la tête de l'Etat. Il est mort dans la nuit de samedi à dimanche à l'âge de 65 ans des suites d'une crise cardiaque selon sa famille. La disparition de l'opposant historique gabonais Pierre Mamboundou, leader de l'Union du peuple gabonais (UPG), décédé à l’âge de 65 ans dans la nuit du 15 au 16 octobre, suscite des réactions à la fois dans son camp et dans celui ...
Lire l'article
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
De Patrick FORT (AFP) Charismatique et parfois imprévisible, Pierre Mamboundou, figure politique gabonaise, était l'adversaire historique de l'ancien chef d'Etat Omar Bongo et incarnait encore aujourd'hui une opposition pure et dure même s'il s'était rapproché du président gabonais Ali Bongo. Dans un pays où de nombreux opposants ont, à un moment ou un autre, rallié le pouvoir pour accéder à des postes ministériels ou honorifiques, Pierre Mamboundou, décédé samedi à 65 ans et trois fois arrivé deuxième de la présidentielle, laissera derrière lui une image d'opposant n'ayant jamais succombé à la tentation. De haute taille, il portait toujours au moins un élément rouge ...
Lire l'article
Décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG) l’opposant historique, Pierre Mamboundou Mamboundou est décédé dans la nuit du samedi à dimanche à 23 h à l’âge de 64 ans, a apprit l’AGP d’un communiqué officiel. Selon la famille, Pierre Mamboundou est décédé de suite d’une crise cardiaque après avoir travaillé toute la journée de samedi sans montrer un signe de fatigue. Le décès du député de la commune Ndende (Sud) intervient après avoir passé près de six mois en France en 2010 pour des raisons de santé. Le 1er octobre dernier le leader de l’UPG avait participé avec ses confrères de ...
Lire l'article
Un remaniement du gouvernement a été annoncé par l'Elysée lundi 22 mars en fin d'après-midi. Nicolas Sarkozy fera une déclaration mercredi à l'issue du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement de François Fillon (le sixième depuis son arrivée à Matignon, en mai 2007), a indiqué l'Elysée. Principale "victime" : Xavier Darcos. Après sa défaite aux élections régionales dans la région Aquitaine, il quitte le ministère du travail. Selon le communiqué de l'Elysée, M. Darcos sera prochainement appelé à d'autres responsabilités. M. Darcos est remplacé par Eric Woerth, l'actuel ministre du budget. Ce dernier chapeautera également la fonction publique. M. Woerth est remplacé ...
Lire l'article
Les électeurs ont confirmé, dimanche 21 mars, le résultat du premier tour des élections régionales, en accordant la victoire à la gauche dans toutes les régions métropolitaines sauf l'Alsace. Au niveau national, le PS et ses alliés remportent 53,85 % des voix contre 35,53 % pour la majorité présidentielle et 9,26 % pour le Front national, qui n'était présent que dans douze régions. Ce second tour a été marqué par un petit recul de l'abstention par rapport à dimanche dernier. Comme au premier tour, les électeurs n'ont pas voté en masse ce dimanche. Mais contrairement à dimanche dernier, plus de la ...
Lire l'article
Après une pause le 24 août dernier, le candidat «de l'interposition», André Mba Obame, a repris ses meetings le 25 août avec une rencontre organisée au «marché bananes» du PK8, où une importante foule s'est massée pour écouter le «Moïse» de l'élection du 30 août. Devant la marée humaine amassée autour de l'estrade, le dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) n'a pas mâché ses mots pour répondre à ses détracteurs de la barque PDG et rappelé les grandes promesses du volet social de son projet de société. © Static/gaboneco - Le candidat «de l'interposition», ...
Lire l'article
Pour la dernière ligne droite avant le vote du 30 août prochain, le candidat «de l'interposition» est passé à la vitesse supérieure le 25 août au «marché bananes» au PK 8 sur la route nationale, où une marée humaine est venue soutenir le candidat indépendant. Après une pause le 24 août dernier, André Mba Obame est arrivé au meeting du PK 8 escorté par une importante foule venue lui manifester son soutien. A 5 jours du vote, ce meeting a été l'occasion pour le dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de répondre à ses détracteurs ...
Lire l'article
Le député PS André Vallini a estimé, mardi 9 juin, que le président gabonais Omar Bongo, décédé la veille, avait financé en France des campagnes électorales pour le compte de la droite comme "peut-être" de la gauche."Nous savons tous précisément qu'Omar Bongo a financé de nombreuses campagnes électorales à droite mais aussi à gauche, parfois, peut-être. On l'a entendu dire. Je crains hélas que cela soit un peu vrai, y compris concernant la gauche", a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale. M. Vallini était interrogé sur les propos de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, selon qui Omar Bongo a financé la ...
Lire l'article
Après la visite de Ségolène Royal au Sénégal où elle a présenté ses excuses pour le discours de Dakar du chef de l’Etat français qui affirmait que l’africain n’est jamais entré dans l’Histoire, un élu de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a tenu des propos méprisants sur Ségolène Royal habillée à l'africaine, en déclarant qu’elle lui faisait penser à sa femme de ménage. Depuis le maladroit discours de Dakar du président Sarkozy, jusqu’aux expulsions arbitraires des Africains de France et les conditions précaires de rétentions dont ils sont victimes, la droite française au pouvoir se dessine les traits d’un ...
Lire l'article
Gabon: Victoire du PDG aux législatives gabonaises
Gabon : nombreuses réactions après la disparition de l’opposant historique Pierre Mamboundou
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
Décès de l’opposant historique Pierre Mamboundou
France: Après l’échec des régionales, un gouvernement d’ouverture à droite
France: La gauche confirme son succès, l’Alsace reste à droite
Gabon : Mba Obame lance la dernière ligne droite dans les PK
Gabon : Mba Obame lance la dernière ligne droite dans les PK
Bongo a financé des campagnes à droite et “peut-être” à gauche
France-Afrique : Les “bons petits nègres” de la droite française


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Nov 2011
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*