Socialisez

FacebookTwitterRSS

Déclaration politique de Jean-Eyegue Ndong du 19 novembre 2011

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Politique


Jean EYEGHE NDONG Libreville, le 19 novembre 2011
Ancien Premier Ministre
Député à l’Assemblée Nationale

DECLARATION POLITIQUE

Chères concitoyennes et chers concitoyens,

Nous voici rassemblés ce jour pour un moment de vérité. La vérité que vous désirez et recherchez de la part des hommes politiques, faute de quoi vous dites qu’ils font de la politique, autrement dit, ils vous racontent des mensonges.

Or, vous êtes des adultes, par conséquent, vous méritez respect et considération. Vous avez droit à la vérité en tant que citoyen.

Par ailleurs, des hommes politiques gabonais ont la réputation, à tort ou à raison de ne rouler que pour eux-mêmes comme on dit, de ne privilégier que leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général. Des hommes qui sont dominés par leur égo.

Vous voyez que cela fait beaucoup en terme d’image, de soupçons et d’accusations portés contre des hommes qui ont l’ambition et sont censés s’occuper de vos problèmes, de votre vie, de la vie du pays au plan économique et social.

Non seulement cela fait beaucoup, mais cela est très grave car nous sommes devant un problème de confiance, et nous avons ensemble à promouvoir, à préserver, à défendre un certain nombre de valeurs : valeur humaine, valeur de patriotisme, de dignité, d’humilité, valeur de justice, d’équité et d’honnêteté, valeur de solidarité et de travail, valeur de paix, pour la bonne marche de notre pays, le Gabon.

Ceci étant, voici que l’actualité politique nationale nous interroge.

En effet, nous sommes face à une échéance politique importante : l’échéance pour les législatives. Nous devons renouveler notre Assemblée Nationale, autrement dit, voter nos députés, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui, à l’Assemblée Nationale, doivent en notre nom, voter des lois et contrôler l’action du gouvernement, conformément à notre constitution. C’est une mission de la plus haute importance, vous en convenez. Cela requiert en plus d’un minimum de connaissances générales que doivent avoir des électeurs, une certaine confiance dans les institutions qui régissent les élections, autrement dit, les gabonais doivent se reconnaitre dans ces institutions. Les hommes et les femmes chargés d’organiser ces élections doivent être reconnus intègres moralement. En somme, un minimum de sérénité est requise de la part de tous les intervenants à ces élections qui sont des compétitions fondées sur des règles claires et admises par tous.

Or, à cet égard, il y a lieu de s’interroger. Je voudrais avant tout, vous renvoyer au préambule de notre constitution, notre loi mère qui dispose :
« Le Peuple gabonais, conscient de sa responsabilité devant Dieu et devant l’Histoire, animé de la volonté d’assurer son indépendance et son unité nationale, d’organiser la vie commune d’après les principes de la souveraineté nationale, de la démocratie pluraliste, de la justice sociale et de la légalité républicaine ;
Affirme solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux libertés fondamentales tels qu’ils résultent de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948, consacrés par la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples de 1981, et par la Charte nationale des libertés de 1990 ;
Proclame solennellement son attachement à ses valeurs sociales profondes et traditionnelles, à son patrimoine culturel, matériel et spirituel, au respect des libertés, des droits et des devoirs du citoyen.
En vertu de ces principes et de celui de la souveraineté des peuples, il adopte la présente Constitution. »

Dans le titre premier, article 2 de cette constitution, il est stipulé que :
« Le Gabon est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale… La République gabonaise assure l’égalité de tous les citoyens devant la loi… »

Dans son article 3, il est dit que :
« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce directement, par le référendum ou par l’élection, selon le principe de la démocratie pluraliste et indirectement par les institutions constitutionnelles. » Nous sommes bien en république et tous nos comportements qui que nous soyons doivent être républicain.

Ce rappel de notre constitution me paraissait être un préalable nécessaire avant de m’engager plus avant dans mon propos.

Mesdames et messieurs,

Le 8 juin 2009, le Président Omar Bongo rendait officiellement l’âme à Barcelone, en Espagne.

Cette disparition, était une occasion opportune pour toute la classe politique de marquer un temps de réflexion politique afin de repartir sous de meilleurs auspices pour une pratique démocratique réelle. Le bilan des quarante ans de pouvoir tel qu’Omar Bongo l’avait lui-même présenté à la nation le 2 décembre 2007 militait sans aucun doute dans ce sens. Les fonctions de Premier Ministre d’Omar Bongo que j’ai exercées pendant les trois dernières années de sa vie me confortent dans cette pensée.

Pour avoir été en effet son dernier Premier Ministre, je prétends être bien placé, certes avec d’autres personnalités gabonaises pour dire qu’en 2009 la transition au sommet de l’Etat ne s’est pas déroulée dans les normes démocratiques. Il a suffit que la Présidente de la République par intérim soit installée dans ses fonctions pour que des personnalités bien connues du régime s’empressent de lui demander nuitamment le limogeage, sans autre forme de procès du Premier Ministre. Les intentions étaient claires quand on sait que cette démarche qui peut s’assimiler à une forfaiture s’est faite alors que la dépouille mortelle du Chef de l’Etat se trouvait encore à Barcelone. Cette fausse note en disait long, car ces personnalités ne s’appuyaient sur aucun fondement ni juridique ni constitutionnel. Cet épisode de la transition a constitué une entorse très grave à l’état de droit et a révélé si besoin était les intentions de ceux qui croyaient que l’appareil d’Etat était une affaire de famille, de clan ou d’ethnie. La vérité oblige de reconnaitre que cette tentative de coup de force a échoué.

Mesdames, messieurs,

Comment s’étonner alors de la tonalité de l’oraison funèbre que j’ai eu à prononcer le 16 juin 2009 à la Présidence de la République à l’occasion des obsèques officielles du Président Omar Bongo. Oui, j’ai sonné à ma façon le tocsin, oui, j’ai alerté à ma façon les compatriotes sur la suite que risquait de connaitre le pays. Par ailleurs, fallait-il volontairement être sourd pour ne pas entendre le chant de sirène d’une personnalité de premier plan du régime qui, , malencontreusement et sans scrupule, présentait sous un jour on ne peut plus abject le Président Omar Bongo quelques instants avant sa mise en terre à Franceville. Pour diriger le Gabon, cette personnalité déclarait, d’une voix intelligible, « Omar Bongo s’appuyait sur deux jambes : la jambe droite, le Haut Ogooué ; la jambe gauche, l’Ogooué Lolo. » Quel combe ! Bref.

J’ai dû démissionner quelques jours plus tard de mes fonctions de Premier Ministre pour ne pas me rendre complice aux yeux des gabonais et de l’histoire des actes de ces hauts responsables de l’Etat et du PDG qui se sont délibérément inscrits dans des actions de déstabilisation de l’Etat républicain et de désunion du PDG tout en faisant semblant d’appeler à l‘unité, alors qu’ils cachaient mal leur positionnement identitaire et tribaliste au sein de l’appareil d’Etat dont ils se sont accaparés plus tard à la lumière de leurs comportements pendant l’élection présidentiel d’août 2009.

Inutile de rappeler ici ce que tous les gabonais savent déjà et qui leur est resté en travers de la gorge : à savoir que le Gabon est désormais dirigé depuis le 16 octobre 2009 par un Exécutif illégitime parce qu’un quarteron de gabonais a décidé d’instrumentaliser le Gabon et quelques compatriotes pour assouvir leurs ambitions, utilisant pour cela nos frères membres des forces de défense.

Même si, comme aime à le claironner ceux qui ont décidé de mettre les œillères : « l’élection présidentielle du 30 août 2009 est derrière nous », il demeure que le mauvais climat politique procède sans conteste des actes posés par la présidence de la CENAP, le ministère de l’Intérieur et la Cour Constitutionnelle au lendemain du scrutin présidentiel du 30 août 2009. Un contentieux électoral grave est toujours pendant au Gabon.

Mesdames et messieurs,

Il existe des gabonais qui ne s’inscrivent pas dans cette logique et n’adhèrent pas à ces pratiques qui ont toujours justifié du reste les critiques contre les hommes politiques dont j’ai fait état au début de mon propos. Les partisans des coups de force.

La recherche de l’intérêt personnel, de la position personnelle implique inéluctablement des mensonges, de l’arrogance et du cynisme. Toute chose contraire à l‘esprit et à la pratique démocratique. Le nouveau pouvoir n’a pas dérogé à la règle. Aussi, son premier souci, pour se renforcer, a été de réviser la Constitution alors qu’il n’en avait pas la légitimité politique. Je n’ai pas manqué de le faire remarquer dans ma lettre que j’ai adressé à mes collègues parlementaires lors du semblant de débat instauré avant l’adoption de cette révision constitutionnelle.

Je disais à mes collègues parlementaires ce qui suit : « En tout état de cause, au-delà de la lettre, l’esprit de la loi fondamentale renseigne sur l’importance du sceau de la légitimité politique dont une constitution doit être frappée, tout comme les causes et les formes de sa révision. Il ne suffit donc pas d’être à la tête de l’Etat pour que la révision soit légitime. L’examen du contexte n’est pas le moindre élément d’appréciation de la nécessité ou non de procéder à une révision constitutionnelle. » De ce point de vue, quelle est la situation au Gabon ?

Pour ce qui est de la légitimité, pris tels qu’ils ont été donnés officiellement, indépendamment de la juste contestation de l’opposition, les résultats de l’élection présidentielle du 30 août 2009 sont un repère important.

Ainsi, « avec 807 402 électeurs inscrits, 357 621 votants, 17 443 bulletins nuls, 340 178 suffrages exprimés, le candidat du PDG aurait obtenu 141 952 voix, soit 41,73%, chiffre faut-il le rappeler avec force par toute l’opposition gabonaise. Même dans l’hypothèse de ce score, quelle légitimité ? Quelle adhésion, car en réalité, en matière politique, au-delà de la légalité, c’est l’appui du peuple par l’onction du suffrage universel qui justifie et solidifie l’action. Or ces résultats révèlent tout simplement que plus de 58% des électeurs ne se sont pas prononcés pour le candidat du PDG. Oui, le scrutin à un tour permet légalement d’être élu avec moins de 50% des voix, mais hélas, dans ce cas, il laisse entier le problème de légitimité dont la dimension politique est cruciale pour une jeune nation comme la notre… »

« Qu’a-t-on observé lors de l’élection présidentielle du 30 août 2009, malgré ce qui aurait dû être des atouts indéniables pour le candidat du PDG ? Le candidat présenté et soutenu par le PDG, avec l’avantage des médias publics et des moyens financiers colossaux, sans commune mesure avec ceux des autres candidats, n’a pas pu obtenir 50% des votes sur son nom. Comment ne pas déceler dans ce cas de figure un recul manifeste du PDG et son corollaire : l’absence de légitimité » au regard des résultats obtenus par ce parti à la présidentielle de 2009.

Je passe volontiers sous silence les observations sur le rétrécissement du champ de compétence du Premier Ministre et son gouvernement induit par cette révision de la constitution. La réponse du président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée Nationale à cette lettre m’a laissé sans voix tant je ne reconnaissais pas mon ex camarade pour qui j’ai de l’estime.

Chers compatriotes,

Il était important que je vous rappelle ce cheminement des détenteurs du pouvoir actuel. Cheminement à reculons de la démocratie.

A l’heure de l’échéance pour les législatives, nous constatons bien que la sérénité et la confiance ne sont pas au rendez-vous. Pourquoi ces deux ingrédients manquent-ils au menu de ces élections ? La réponse est dans le déficit démocratique qui caractérise le pouvoir en place et qui plonge les gabonais dans un état de frustration.

Alors que depuis un an au moins, l’Union Nationale bien avant sa dissolution posait le problème de l’insertion des techniques biométriques dans la confection du fichier électoral, relayé en cela par le parti de l’Union du Peuple Gabonais dont le Président a été d’ailleurs l’initiateur de la proposition de loi sur les données à caractère personnel. Le pouvoir, après avoir réuni la classe politique à ce sujet et reconnu la nécessité et la justesse de cette revendication, en précisant qu’il s’agissait d’une avancée démocratique notable, a fait volte face en décidant de l’organisation des élections législatives sans biométrie. Ce, par respect, a-t-il dit des délais constitutionnels. Pire, le pouvoir vient de prendre, pendant la dernière intersession parlementaire, une ordonnance qui remet en cause notamment le principe de consensus majorité-opposition dans le fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente, marquant de ce fait un net recul démocratique dans notre quête pour plus de démocratie et de transparence en matière électorale. La Cour Constitutionnelle qui ne s’est nullement prononcée contre le report des élections dans sa décision rendue après la saisine du gouvernement sur la question reste curieusement muette face au débat qui oppose le gouvernement et l’opposition. Si je relevais en plus que le Président de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente a posé des actes sous l’emprise de l’ordonnance n˚009/PR/2011 du 11 août 2011 modifiant et abrogeant certaines dispositions de la loi n˚7/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections sans qu’elle ait fait l’objet d’une publication, condition pour qu’elle s’impose à tous, et que, malgré nos requêtes en annulation, la Cour Constitutionnelle a toujours penché du côté du pouvoir, eh bien, je n’aurai certes pas fini de vous dire combien le pouvoir freine des quatre fers pour bloquer le processus démocratique dans notre pays. Et quand on sait que des inscriptions et des radiations frauduleuses ont été organisées à grande échelle dans bon nombre d’officines, eh bien vous me voyez abasourdi devant les manœuvres du pouvoir qui cherche par tous les moyens de fraude à gagner les élections législatives à venir, autrement dit à tenter de légitimer un pouvoir dont il est de notoriété publique qu’il est usurpé.

A propos de la biométrie, et pour vous édifier, au Burkina Faso qui compte quinze millions d’habitants avec à peu près quatre à cinq millions d’électeurs, les travaux pour insérer la technique biométrique dans le dispositif électoral est de l’ordre de dix-huit à vingt cinq milliards. Il faut pour l’enrôlement des électeurs moins de cent jours environ.

Alors, quand on présente le coût et la durée pour faire la même chose au Gabon, on nous annonce cinquante milliards pour deux à trois ans de travaux, vous-mêmes jugez pour un pays d’un million et demi d’habitants et sept cent mille électeurs environ.

Par ailleurs, on aime bien dans notre pays semer la confusion dans les esprits en confondant volontairement la biométrie et le vote électronique, deux choses totalement différentes.

Logiquement, si le pouvoir depuis deux ans tente d’être légitimé, c’est qu’il n’est pas légitime. C’est clair comme l’eau de roche.

Mesdames et messieurs,
Chers électeurs du deuxième arrondissement,

Que vous dire de plus, puisque depuis 2009 vous avez compris que la décision du peuple par le vote ne comptait pas, d’ailleurs, vous n’avez pas accordé vos suffrages à ce pouvoir à l’élection présidentielle de 2009. Le Premier Ministre en fonction dénonçant l’attitude équivoque des pédégistes en 2009 a même dit à raison que les électeurs de notre arrondissement ont donné une gifle au candidat du PDG. En 2010, à l’élection partielle, vous avez voté le candidat de l’Union Nationale à plus de 80% contre les candidats RPG-PDG réunis. C’est dire que vous avez laissé parler votre conscience de citoyen, face à la minorité de gens qui ont opté pour la danse du crabe, la dictature de l’argent et la soumission à l’obscurantisme.

Non, je vous le répète, votre député actuel qui s’appelle Jean EYEGHE NDONG ne mange pas de ce pain-là. J’ai fait la promotion du PDG dans ce siège, dans cet arrondissement avec le secret espoir que la politique au sens noble du terme y gagnerait. Vous l’avez compris du reste puisque vous m’avez régulièrement accordé vos suffrages. Et quand les « hiboux » se sont mis dans la danse et à comploter contre l’Etat républicain, vous avez, avec moi, dit non, en votant comme votre conscience vous le dictait.

Vous voici encore une fois, devant vos responsabilités.

Chers électeurs du 1er siège,

Vous n’allez pas vous contredire en acceptant de tomber dans le jeu de la mascarade électorale.

Vous n’allez pas vous ranger parmi ceux et celles qui, chaque fois qu’ils se regardent dans le miroir, se retrouvent avec leur conscience qui, d’une voix de désapprobation, leur pose la question : qu’est ce que tu es en train de faire pour ton pays, pour tes frères et sœurs et pour toi-même ? Pourquoi acceptes-tu d’être hypocrite avec toi-même ? »

Je ne vous demande pas d’exercer la violence sur quiconque. Nous faisons le jeu de la démocratie conformément à la Constitution qui consacre la démocratie pluraliste dans notre pays. A ce propos, je tiens à dire qu’il nous revient de source diverse qu’il se pose un problème de sécurité en ce qui concerne notamment trois dirigeants de l’opposition. Je fais ici un appel à l’esprit républicain de nos forces de sécurité et de défense pour qu’elles ne soient pas instrumentalisées. Non. Je vous demande de rester à la maison tout simplement le 17 décembre prochain. Par ce geste, vous contribuerez à ce qu’il n’y ait pas d’élection valable ce jour là, car qui dit élection, dit compétition avec au moins deux adversaires. Or, en refusant de prendre part à ce jeu de dupes, vous laisserez seul le PDG avec son ombre. Le PDG va compétir avec son ombre qui le rappellera à la vérité des urnes.

Nous avons récemment précisé dans notre déclaration par laquelle nous disions que « nous n’irons pas aux élections » que l’action de l’opposition ne doit se confondre en rien à la politique de la chaise vide. Cet argument que l’on entend toujours est un peu court, en d’autres termes, il ne tient pas la route. Quand on sait que la chaise est vide lorsque celui qui doit l’occuper est absent mais qu’il y a aussi absence sur une chaise lorsqu’une présence ne sert à rien, lorsqu’elle ne peut en rien influencer le cours des événements qui se déroulent sous ses yeux.

Les choses sont claires : EYEGHE NDONG ne va pas aux élections pour la simple et unique raison que les conditions d’une bonne élection ne sont pas réunies. Le ministre de l’Intérieur et la CENAP refusent d’être neutres et la Cour Constitutionnelle dans sa composition actuelle ne joue pas le rôle de juge constitutionnel qui lui est dévolu ; à contrario, il joue le rôle de partisan. C’est pourquoi, avec les autres partis de l’opposition, moi et mes amis de l’Union Nationale, nous disons NON à ces élections qui infantilisent les citoyens. D’ailleurs, comment aller aux élections quand le gouvernement dissout notre parti injustement, illégalement dans un régime démocratique où les partis politiques concourent à l’expression du suffrage universel.

NON à ces élections qui visent uniquement à tenter de légitimer le pouvoir que vous avez refusé en août 2009 à l’occasion de l’élection présidentielle, et en juin 2010 à l’occasion de l’élection législative partielle.

Je vous demande sans ambiguïté aucune d’être logiques et conséquents avec vous-même. Après avoir refusé deux fois de suite vos suffrages au camp PDG, pour quelle raison lui donneriez-vous vos voix cette fois-ci ? Serait-il devenu démocrate entre temps ? Quand vous savez pertinemment que les pratiques utilisées par ce pouvoir en période électorale sont d’avance marquées du sceau du tripatouillage.

J’ai été très clair avec vous : Pas de biométrie, pas de transparence, pas d’élection, ce qui veut dire que le 17 décembre prochain, vous restez à la maison ou vous allez à la pêche. Telle sera notre réponse au pouvoir qui ne veut pas reconnaitre votre statut de citoyen adulte et responsable. Moi, je n’irai pas à cette élection et vous non plus.

Lorsque monsieur Maganga Moussavou, le président du PSD que j’aime bien dit que je m’abstiens d’aller aux élections la mort dans l’âme, je regrette de lui dire ici par parallélisme des formes qu’il fait une réflexion que nous avons menée ensemble une décision. S’il m’avait suivi à RFI et Africa 24, il n’aurait pas tenu ce propos. Quant aux autres que je ne citerai pas qui nous indexent sous le prétexte fallacieux que lorsque nous étions aux affaires nous n’avons rien fait, je dis que ce n’est pas là l’argument qui les pousse à aller aux élections.

Permettez-moi mesdames et messieurs de faire une rapide digression avant de clore mon propos vers trois affaires préoccupantes.

Mesdames, messieurs,

Il y a quelques mois, le pouvoir s’est illustré de manière inattendue et intempestive en annonçant une opération d’expropriation et de déguerpissement des populations dans une grande partie du 2e arrondissement, au grand étonnement de tous les gabonais.

Manifestement, cette décision n’a pas été préparée.

Ce que je voudrais dire à ce sujet, c’est que, informé de cette décision, j’ai saisi en ma qualité de député du 1er siège du 2e arrondissement de Libreville le ministre de l‘Habitat et de l’Urbanisme et le maire de la Commune de Libreville dont on oublie un peu trop facilement que c’est lui qui gère l’espace communal par priorité. Je leur ai demandé de m’expliquer le bien fondé de la décision gouvernementale. Voici leurs réponses (voir les documents). Je tiens à dire ici que le député que je suis est parfaitement conscient de la nécessité d’urbaniser rationnellement l’espace communal. II convient toutefois de l’entreprendre de manière équilibrée sur la base d’un plan d’urbanisme dûment adopté préalablement. Il faudrait ensuite tenir compte des aspects humains et sociaux. En effet, dans les zones concernées il y a des familles entières qui y sont installées avant l’arrivée de la ville. Ces familles y ont investi à coup de millions des constructions à usage d’habitation et des commerces. Par ailleurs, l’Etat ne devrait pas oublier qu’il s’agit des citoyens légitimement soucieux de l’avenir de leurs progénitures qui doivent suivre leur cursus scolaire. Ce sont là, entre autre, des aspects à prendre en considération. Comme il faut prendre en considération, dans le cadre de l’opération de « casse » qui se déroule actuellement à Libreville et ses environs des aspects économiques. Malheureusement, nous avons l’impression que les pouvoirs publics agissent dans la précipitation et sans méthode. Libreville a granadi des années durant dans le désordre et dans l’indifférence et parfois sous le regard complaisant des pouvoirs publics. Aujourd’hui, il faut qu’on le reconnaisse, l’administration doit assumer cette incurie. Encore une fois, il faut de la méthode en tout, surtout quand c’est la matière humaine sur laquelle porte l’action. L’action politique est essentiellement humaine.

Sans être enclin à faire du populisme, je dis que les pouvoirs publics se sont pris maladroitement dans cette opération certes nécessaire, mais qui aurait gagné à faire l’objet d’une vaste campagne d’information et d’explication préalables. Le temps pour les populations de s’approprier la nécessité de comprendre que toute ville quelle qu’elle soit doit être bien aménagée en tout point de vue et que pour cela, tous les citoyens sont soumis à des contraintes. Nous avons des urbanistes, des sociologues urbains, des architectes et des aménagistes ; nous devons les utiliser à cette fin. D’ailleurs, la loi sur l’urbanisme indique que l’administration informe au préalable la population avant toute opération et donne un délais après quoi si la population n’a l’a pas respecté, l’administration saisit la justice.

Ce n’est pas la méthode qui consiste à envoyer des bulldozers un matin qui rencontrerait l’adhésion des populations. S’agit-il par cette manière, de faire croire à tous ceux qui viendront assister à la CAN que Libreville est belle ? C’est raté de mon point de vue, car, que ce soient les africains ou les européens, ils connaissent le visage habituel de Libreville, et ce n’est pas le paysage qu’offrent les trottoirs encombrés des détritus et de maisons détruites qui les séduiraient d’avantage.

Cette digression étant faite, je voudrais terminer mon propos par une mise au point nécessaire.

J’ai exercé un certain nombre de fonctions dans ce pays ; je me suis efforcé de respecter une certaine éthique. Vous imaginez bien que ce n’est pas l’exercice des fonctions politiques qui vont m’amener à vendre mon âme. J’ai été Premier Ministre et j’ai démissionné moi-même de cette fonction par conscience à cause du désaccord politique profond que j’ai eu avec les tenants du régime. Depuis, vous remarquerez que les mercenaires d’une certaine presse et leurs commanditaires s’emploient à vouloir me faire passer pour l’homme que je ne suis pas. Je sais que c’est le système. Il faut diaboliser tous ceux qui refusent de se soumettre à ce système pernicieux et dictatorial. On utilise à leur encontre toute sorte de ragots. C’est ainsi que ces mercenaires, dans leur tentative de me ridiculiser, ont imaginé un scénario auquel, bien sûr, eux-mêmes, ne croient pas : je veux parler de ce qu’ils ont appelé les « accords de Nkembo. » Qui peut croire, en toute bonne foi, à une si médiocre et piteuse histoire d’accords politiques ? Accords politiques entre quels partenaires ?

En déversant sur la place publique de pareilles inepties, on est loin de rendre service à la cause qu’on croit défendre. Le candidat du PDG du 1er siège du 2e arrondissement de Libreville est investi par son parti. Tant mieux ou tant pis pour lui. Moi, je ne suis plus au PDG, mieux, je suis membre fondateur d’un parti de l’opposition, en l’occurrence l’Union Nationale que le gouvernement a dissout par crainte de le voir supplanter le PDG à travers tout le Gabon. Vous vous souvenez d’ailleurs de la cuisante défaite que l’U.N a infligé au PDG ici même en juin 2010. Comment aurai-je pu me soumettre à ce qui peut ressembler à une honteuse transaction pour, parait-il céder le poste de député qui ne m’appartient pas à un candidat PDG, fut-il un parent. C’est même démontrer une fois encore que le PDG ne peut obtenir la majorité dans cette circonscription. Pour y parvenir, il faut mon concours qu’il n’aura pas. Par ailleurs, mettre en balance les avantages d’ancien Premier Ministre auxquels j’ai droit en vertu de l’ordonnance n˚5/PR/2002 du 14 août 2002 fixant le régime spécial de retraite des anciens Premiers Ministres, c’est vraiment tout simplement idiot.

En effet, comment puis-je négocier un droit qui m’est dû ? Pauvre PDG. Il veut un parrain pour son élection, il peut toujours attendre. En tout cas, ce parrain ne sera pas l’Union Nationale.

Quinze millions, quelle médiocrité alors que j’ai volontairement refusé de fait un traitement sans commune mesure en quittant ce régime aux abois.

Je demanderai par ailleurs à tous ceux qui insinuent depuis quelque temps que j’ai géré les cent milliards consacrés aux fêtes tournantes de l’Estuaire que je n’en ai jamais été l’ordonnateur. Qu’ils viennent me le dire en face, ou mieux, qu’ils portent l’affaire en justice preuves à l’appui. D’ailleurs, la Commission Nationale d’Enrichissement Illicite a suffisamment de pouvoirs pour permettre de faire la lumière dans ce dossier qui doit peut être brûler entre les doigts de certains.

Si j’avais géré les fonds des fêtes tournantes, ceux qui le disent devraient savoir qu’un texte réglementaire aurait dû l’indiquer, texte qui me donnerait le pouvoir de signature pour décaisser l’argent. Peut être que ce texte existe au ministère des finances, dans ce cas qu’on me le sorte, j’attends.

De même, j’attends d’être convoqué par une instance compétente afin de me confondre pour ce qui concerne la privatisation de la SEEG dont j’ai été responsable de 1997 à 1999.

Je ne suis pas de ceux qui pensent et acceptent que la politique puisse s’affranchir de la morale.

Je vous remercie de votre attention.


SUR LE MÊME SUJET
Le 19 novembre 2011, Eyeghe Ndong a parlé. Qui dit mieux?
Monsieur Jean Eyeghe Ndong, ancien premier ministre de la république bananière du Gabon, a délivré, le 19 novembre dernier, une adresse non seulement à l’endroit du peuple gabonais, mais aussi à l’endroit de tous ses détracteurs. C’est une adresse qui devrait, une bonne fois pour toutes, nous édifier sur le caractère de cet homme. Trois idées fortes ressortent de sa déclaration : 1. Il ne se dédiera pas : il n’est pas candidat à une élection législative organisée non pas pour l’avancement du pays, mais plutôt pour assouvir les lubies de pouvoir et les animalités d’un homme, d’une famille, d’un clan. Nous savons de ...
Lire l'article
Politique / « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo », Jean Eyeghé Ndong
Répondant aux affirmations d’une certaine presse qui l’accuse d’avoir sacrifié son siège contre la modique somme de 15.000.000 F CFA, au bénéfice d’un candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), l’ancien Premier-Ministre, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce samedi à sa permanence politique de Nkembo dans le 2ème arrondissement de la commune de Libreville que : « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo ». Le dernier Premier-Ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba, a réitéré sa volonté de ne boycotter les législatives à venir.« Eyeghé ne va pas aux élections pour des raisons biens ...
Lire l'article
Le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA a présidé ce jeudi un Conseil des Ministres dans la salle habituelle du Palais de la Présidence de la République. GABONEWS vous en livre le Communiqué final. A l’entame des travaux, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a informé le Conseil des Ministres, de la décision prise pour répondre à l’appel de fonds sollicité par Madame IRINA BOKOVA, Directrice Générale de l’UNESCO. En effet, le Gabon va apporter une contribution exceptionnelle au fonds extrabudgétaires à hauteur de deux (2) millions de dollars ...
Lire l'article
Jean-Eyegue Ndong sur Africa 24
http://www.dailymotion.com/swf/video/xlchyf
Lire l'article
Le vice président de l’Union nationale (UN, opposition), Jean Eyéghé Ndong, a adressé le 14 décembre une lettre aux présidents des groupes parlementaires PDG à l’Assemblée nationale et au Sénat, en réponse à leur courrier conjoint, relatif à son adresse aux députés sur la révision constitutionnelle. Honorable et Vénérable, c’est avec plaisir que j’accuse réception de votre correspondance du 13 décembre 2010, par laquelle vous avez donné une suite à ma lettre aux parlementaires qui, somme toute, je le note, a retenu votre attention : c’est l’essentiel. Regardant l’avenir, en mes qualités d’homme politique et de citoyen gabonais, j’ai cru devoir ...
Lire l'article
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Texte modifié le 14/12/2010 A Monsieur Jean Eyegue Ndong, Député à l’Assemblée nationale gabonaise Ancien Premier ministre de la République gabonaise Monsieur le Premier ministre, Honorable député, Je me permets de réagir à votre lettre du 1er décembre 2010, par laquelle vous interpellez vos collègues de l’Assemblée nationale sur la question qui préoccupe actuellement les Gabonais, notamment le projet de révision constitutionnelle proposé au parlement par Ali Bongo. Sur le fond de vos analyses, je suis en parfaite harmonie avec vous, car les conséquences politiques de l’acte de révision constitutionnelle engagé par Ali Bongo, que l’on doit qualifier de prise en otage et de confiscation de ...
Lire l'article
Libreville : Les tractations ont commencé au sein du PDG, Eyegue Ndong réussira t'il à tenir le parti jusqu'au scrutin? « Je suis premier vice président du parti démocratique gabonais (PDG) et j’ai donc une préséance sur l’ensemble des autres vices présidents du parti », déclare le premier ministre gabonais nouvellement reconduit Jean EYEGUE NDONG, qui devient de fait le chef du parti au pouvoir depuis la disparition le 08 juin dernier de son fondateur Omar BONGO ONDIMBA. « Si les militants du parti estiment que je peux défendre les couleurs du PDG à la présidentielle anticipée, alors je n’exclus pas ...
Lire l'article
Un mouvement d'opposition gabonaise, ''Bongo doit partir'' (BDP), a appelé jeudi à Libreville le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, et son gouvernement à démissionner pour avoir ''cautionné volontairement un flou'' autour de la maladie du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé en Espagne. ''Nous disons que le Premier ministre et son gouvernement doivent démissionner pour avoir cautionné volontairement un mensonge, un flou (sur l'état de santé du président Bongo)'', a déclaré Edgard Moussavot, l'un des coordinateurs du BDP, lors d'une conférence de presse. ''Ce que le porte-parole de la présidence (Robert Orango Berre, Ndlr) a dit (dans deux communiqués différents) était ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais a rendu public mercredi dans la nuit, la composition du nouveau gouvernement de mission qui compte 48 ministres (sans le PM) contre 42 dans la précédente équipes. Selon M. Eyeghe Ndong, le gouvernement est caractérisé par la présence des hommes neuf, et aura pour principale mission, d’appliquer le programme de société du président de la République sous lequel il avait réélu en novembre 2005. Premier ministre : Jean Eyeghe Ndong, Vice-premier ministre, ministre de l’environnement de la protection de la nature et du développement durable, Georgette Koko (ancienne) Vice-premier ministre, ministre de la Culture, des arts, de l’éducation populaire, ...
Lire l'article
Le premier ministre, président d’honneur de l’Association des étudiants et jeunes diplômés du 2ème arrondissement (Elitis), Jean Eyeghe Ndong, a récompensé ce samedi au cours d’une cérémonie tenue à l’Ancienne Sobraga, les nouveaux bacheliers de sa circonscription politique. En effet, c’est en présence des élus locaux de la circonscription, des parents et amis que s’est déroulée cette cérémonie. Des attestations, des cadeaux, des félicitations et des encouragements ont été adressés aux 96 bacheliers session 2008 du 2ème arrondissement par le premier ministre et les élus locaux. Selon le recensement effectué par les membres de l’Elitis, l’arrondissement compte 28 bacheliers dans l’Enseignement technique et ...
Lire l'article
Le 19 novembre 2011, Eyeghe Ndong a parlé. Qui dit mieux?
Politique / « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo », Jean Eyeghé Ndong
Politique / Communiqué final du Conseil des Ministres du 10 novembre 2011
Jean-Eyegue Ndong sur Africa 24
Gabon : Jean Eyéghé Ndong répond au PDG
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Gabon: Eyegue Ndong et les autres probables candidats du PDG à la présidentielle
Gabon : Un mouvement politique non reconnu demande la démission du gouvernement Jean Eyéghé Ndong
Gabon: Politique : Le gouvernement “de mission” dirigé par Jean Eyeghe Ndong
Gabon: Jean Eyeghé Ndong récompense 96 nouveaux bacheliers de sa circonscription politique

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*