Socialisez

FacebookTwitterRSS

La place Tahrir fait reculer la junte égyptienne

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique

Par Adrien Jaulmes

Le maréchal Tantaoui promet un transfert accéléré du pouvoir aux civils.

De notre envoyé spécial au Caire

La place Tahrir ressemble à un immense organisme vivant. Autour du rond-point central où le village de tentes est réapparu, des centaines de milliers de personnes tournent, s’arrêtent, se regroupent, agitent des drapeaux égyptiens, reprennent en chœur des slogans: «Le peuple veut le départ du Maréchal!» Des marchands ambulants vendent à boire, thé ou jus de fruits, à manger, du kochari, le plat populaire égyptien, du pop-corn, sans oublier l’équipement de base du manifestant: masque à gaz, lunettes de sécurité et casque de chantier.

Mardi, le rassemblement était le plus important depuis la révolution de février dernier, mais la place est restée assez calme.Les seuls affrontements ont lieu dans la rue Mohammed Mahmoud. Les manifestants craignent que la police ne tente d’investir la place Tahrir. Les policiers que les manifestants n’attaquent le ministère de l’Intérieur. La police antiémeute tire sans discontinuer des grenades lacrymogènes, mais ne parvient qu’à contenir la foule, pas à la repousser. Les blessés et les victimes des gaz incapacitants, assez puissants pour faire s’évanouir de grands gaillards, sont évacués vers l’arrière, et aussitôt remplacés par d’autres. Des ambulances et des scooters vont et viennent, toutes sirènes hurlantes dans les corridors aménagés entre des digues humaines de manifestants.

Neuf mois après la chute de Moubarak, la dynamique de la place Tahrir ressemble étrangement à celle qui a fait tomber le raïs. Les manifestants chantaient alors: «Le peuple et l’armée ne forment qu’une seule main.» Ils sont cette fois unis contre la junte militaire et scandent: «L’armée et la police ne forment qu’une seule main sale.»

«Un vaste gâchis»
La nouvelle place Tahrir a les mêmes caractéristiques que sa première version, qui la rendent imprévisible et incontrô­lable. Pas de chefs. Pas de programme politique défini. Pas d’organisation unique. Les islamistes ne sont qu’une composante parmi d’autres: «Les salafistes et les Frères musulmans ont été les organisateurs de la manifestation de vendredi, mais ils sont rentrés chez eux le soir même. C’est la tentative de la police de chasser les quelques centaines de personnes qui restaient le lendemain matin qui a tout déclenché. Personne aujourd’hui ne contrôle la place Tahrir, dit Rami Shaaf, l’un des responsables du mouvement de gauche l’Égyptien libre. On a expliqué aux salafistes qu’il n’y aurait pas de tribune ni de discours, pour éviter que la place Tahrir ne serve les intérêts politiques de quelque parti que ce soit, ajoute-t-il. C’est un mouvement populaire qui n’appartient à personne.» Les Frères musulmans ont appelé leurs militants à ne pas participer à la manifestation mardi, mais ils n’ont pas été écoutés par leurs sympathisants les plus jeunes, qui se sont rendus sur la place au défi de ces mots d’ordre.

Aucune figure politique n’y est visible. Le docteur Mohammed el-Beltagy, ancien parlementaire et porte-parole des Frères musulmans, a essayé de s’y faire entendre dimanche, mais il a été chassé par la foule. Les manifestants sont unis par une même colère face au Conseil suprême des forces armées. Cette junte formée par dix-neuf officiers supérieurs, la plupart inconnus de la population, est dirigée par un vieux maréchal de 76 ans, Mohammed Hussein Tantaoui. Il a tenté mardi soir, dans sa première apparition télévisée, d’apaiser la foule: «Le Conseil suprême ne veut pas le pouvoir. Notre seule mission est la défense de l’Égypte, a-t-il annoncé solennellement. Les critiques sont infondées, et ceux qui ont tenté de creuser un fossé entre le peuple et l’armée portent une lourde responsabilité. Nous acceptons la démission du gouvernement, qui continuera à expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement. Une élection présidentielle se tiendra en juin prochain et nous remettrons immédiatement le pouvoir aux nouvelles institutions. Le Conseil ne soutient personne. Le résultat sera celui qu’aura choisi le peuple.» Il n’a pas exclu un référendum sur un transfert immédiat du pouvoir aux autorités civiles, «si le peuple le demande».

Sombrer dans le chaos
Mais il est peut-être déjà trop tard. Comme en janvier dernier, des concessions qui auraient pu, quelques jours plus tôt, satisfaire la foule, ne sonnent plus que comme des mots creux, et un encouragement à continuer. «Tahrir n’acceptera pas les propositions du Conseil. Elle va le faire tomber comme elle a fait tomber Moubarak», prédit un des célèbres tweeteurs de la place Tahrir, Big Pharaoh.

L’hypothèse d’une chute de la junte inquiète pourtant un grand nombre d’Égyptiens. À la télévision d’État, des analystes politiques répètent tous à peu près le même discours: l’armée est la dernière institution nationale intacte. Sans le Conseil suprême des forces armées, l’Égypte risque de sombrer dans le chaos. «La place Tahrir est insatiable, dit Hicham Kassem, journaliste et activiste libéral égyptien connu. Le seul objectif des manifestants est d’occuper la place et d’y rester. La grande majorité s’y promène. Une minorité adore la bagarre. L’armée a fait des erreurs de calcul. Elle n’a maintenant quasiment aucune solution. Il est trop tard pour évacuer la place, un déploiement de forces n’aboutirait qu’à un massacre. Accéder aux demandes des manifestants ne réussirait sans doute qu’à augmenter leurs revendications.»

«Je n’ai aucune idée sur la manière dont on peut s’en sortir, ajoute-t-il. Si le mouvement s’étend au reste du pays, on court au désastre. Les élections qui devaient commencer la semaine prochaine et permettre de sortir de l’impasse risquent d’être annulées. C’est un vaste gâchis.» 


SUR LE MÊME SUJET
Retour des violences au Caire
Des affrontements opposent pour le deuxième jour consécutif manifestants et forces de l'ordre dans le secteur de la place Tahrir. Au moins huit personnes ont péri vendredi. Le premier ministre égyptien dénonce une «contre-révolution». La tension ne retombe pas au Caire. Pour le deuxième jour consécutif, la place Tahrir et ses abords sont le théâtre ce samedi de violents affrontements entre opposants au pouvoir militaire et forces de l'ordre. Les heurts se sont étendus de la place, d'où s'élève un épais nuage de fumée, à un pont sur le Nil à proximité. Les protestataires, qui sont armés de pierres, sont eux-mêmes ...
Lire l'article
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
Le bilan est grimpé dimanche dans la nuit à 13 morts au Caire. Des affrontements violents se poursuivaient dans la nuit près du ministère de l'Intérieur. Les violences entre la police et des manifestants réclamant la fin du pouvoir militaire ont fait 13 morts dimanche au Caire, portant à 15 le nombre de morts en deux jours d'affrontements en Egypte, à une semaine du premier scrutin législatif depuis le départ d'Hosni Moubarak. Dans la nuit de dimanche à lundi, des milliers d'Egyptiens occupaient la place Tahrir, au Caire, après avoir repoussé la police, tandis que de violents affrontements se poursuivaient dans les ...
Lire l'article
Les commerçants exposant à la 6ème édition de la foire égyptienne de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon qui s’achève ce samedi ont procédé à une remise de 30% sur les prix de marchandises, afin d’attirer la clientèle, a constaté l’AGP. ’’ Nous avons décidé d’encourager notre clientèle, afin qu’elle profite de ces derniers jours de la foire pour acquérir des marchandises à des prix concurrentiels, ainsi sur tout achat de mobilier, tapis orientaux, ustensiles de cuisine notamment, nous proposons une remise de trente pour cent et une remise de vingt pour cent pour tout achat de vêtements, chaussures, alimentation’’ ...
Lire l'article
La junte militaire a annoncé mardi avoir nommé un nouveau gouvernement de transition au Niger, deux semaines après avoir pris le pouvoir. Selon la télévision d'Etat, le chef d'escadron Salou Djibo a signé un décret nommant 20 ministres lundi. Cinq ministres sont des officiers de l'armée et cinq autres à des femmes. Des soldats renégats ont renversé le président Mamadou Tandja le 18 février dernier lors d'un coup d'Etat contre le président Mamadou Tandja, accusé de dérive autoritaire par l'opposition depuis plusieurs et qui a refusé de quitter le pouvoir à la fin de son mandat en décembre dernier. Dès le 22 ...
Lire l'article
Les putschistes qui dirigent la transition depuis le coup d'Etat au Niger ont affirmé qu'aucun des leurs ne serait candidat à la prochaine élection présidentielle. Ils se sont engagés à "restaurer l'ordre constitutionnel", mais sans donner d'échéance. Pour garantir le retour de l'ordre démocratique et rendre le pouvoir aux civils, la junte aux commandes du Niger depuis son coup d'Etat, a assuré à la population qu'elle ne se porterait pas candidate à la prochaine élection présidentielle. Dans une allocution radiodiffusée dimanche 28 février, Salou Djibo, numéro un du régime, a déclaré : "Pour assurer une conduite sereine et impartiale de la ...
Lire l'article
En quelques heures, les colonels Djibrilla Hima Hamidou, Abdoulaye Adamou Harouna et Goukoye Abdul Karim ont imposé un nouveau régime au Niger. Mamadou Tandja renversé, ce sont désormais eux qui orchestrent sa succession. Aux côtés du commandant Salou Djibo, chef de la junte, il y a trois « cerveaux », trois colonels unis derrière ce putsch. Ils sont d’autant plus connus des Forces armées nigériennes qu’ils n’en sont pas à leur première participation à une opération de cette nature. Les colonels Djibrilla Hima Hamidou, Abdoulaye Adamou Harouna et Goukoye Abdul Karim ont déjà œuvré, en 1999, aux côtés de Daouda Mallam ...
Lire l'article
Près d’une quarantaine d’entreprises égyptiennes sont attendues au Gabon pour participer à la cinquième édition de la foire égyptienne qui se déroulera du 22 mai au 2 juin à Libreville et du 8 au 17 juin à Port-Gentil, la capitale économique, a appris GABONEWS jeudi de source officielle. A Libreville, la foire se déroulera au site de Gabon Expo. Cet événement sera l’occasion pour les différentes entreprises de présenter au public gabonais les facettes du tourisme, de la culture et les produits de fabrication égyptienne. Le mobilier égyptien en cuir, bois et fer forgé, les lustres, la lingerie, les articles pour la ...
Lire l'article
Le group El Tawheed en collaboration avec le ministère gabonais en charge du commerce, du développement industriel, chargé du NEPAD, organisera du 22 mai au 2 juin prochain à Gabon Expo de Libreville, une Foire commerciale égyptienne, a appris GABONEWS. Cette activité est un événement qui unit les industriels égyptiens et gabonais au parc des expositions. La foire commerciale égyptienne sera animée tout le long par la troupe de danse populaire « Aboulilah » qui présentera des spectacles en rapport avec la culture d'Egypte.
Lire l'article
Suite à la dispersion de leur dernière marche par les forces de l’ordre le 22 avril dernier, la coalition d’ONG contre la vie chère a établit ses quartiers sur la Place de la Paix depuis le 24 avril dernier où elle observera un sit-in jusqu’au 26 avril prochain où se déroulera un meeting suivi d’une manifestation pacifique pour protester contre la vie chère. Un panier vide, c’est le symbole emprunté par les manifestants pour exprimer l’incapacité grandissante des populations à subvenir à leurs besoins élémentaires. Réunis depuis le 24 avril dernier sur la Place de Paix, au rond point de la ...
Lire l'article
Gabon : Le projet “faire reculer le paludisme” se met en place
Des gynécologues, des pédiatres et des responsables de centres de santé se sont réunis du 8 au 10 avril à Libreville autour du directeur général de la Santé, le docteur Constant Roger Ayenengoye, pour organiser la mise en place de sites sentinelles pour la surveillance épidémiologique et le suivi des activités de lutte contre le paludisme au Gabon. Dans le cadre de la mise en œuvre du projet «faire reculer le paludisme», une trentaine d’acteurs de santé issus de différentes spécialités sont réunis en conclave, du 8 au 10 avril, pour préparer la mise en place d’un programme de ...
Lire l'article
Retour des violences au Caire
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
30% de remise à une journée de la fin de la 6ème édition de la foire égyptienne de Port-Gentil
Niger: la junte militaire nomme son gouvernement de transition
Niger: La junte s’exclut de la présidentielle
Les trois hommes forts de la junte
Près d’une quarantaine d’entreprises attendues pour la 5ème édition de la foire égyptienne au Gabon
Gabon: Deuxième édition de la Foire commerciale égyptienne à Libreville du 22 mai au 2 juin prochain
Les «paniers vides» prennent possession de la Place de la Paix
Gabon : Le projet “faire reculer le paludisme” se met en place


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*