Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les mallettes de Bongo à Sarkozy : l’interview qui accuse

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations

EXCLUSIF – Mike Jocktane, ancien proche du clan Bongo, assure que Nicolas Sarkozy «a bénéficié de remises d’espèces pour financer sa campagne de 2007 et régler une situation dans l’entre-deux tours».

Recueilli par VIOLETTE LAZARD

Il a été pendant quatre ans au service du président défunt du Gabon, Omar Bongo, comme conseiller personnel puis comme directeur adjoint de son cabinet. Mike Jocktane est aujourd’hui dans l’opposition et se bat contre Ali Bongo, le fils de l’ancien président, élu dans des conditions plus que contestables en août 2009. Pour la première fois, ce pasteur né en France en 1972, prend la parole dans le livre le Scandale des biens mal acquis, enquête sur les milliards volés de la Françafrique (éd. La Découverte) à paraître ce jeudi et signé par Thomas Hofnung, journaliste à Libération, et Xavier Harel. Jocktane dénonce le système des mallettes de billets remis par son pays à des dirigeants français de tous bords. Contrairement à l’avocat Robert Bourgi qui déclarait dans le JDD en septembre que ce système s’était interrompu avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, Mike Jocktane assure que le président français en exercice en a bénéficié lors de sa campagne de 2007. Et que le système perdure encore.

Vous avez passé plusieurs années dans les coulisses du pouvoir de la présidence Bongo. Qu’avez-vous appris sur le «système des mallettes» ?

Dans le milieu dans lequel j’ai évolué, et même pour tous les Gabonais, ces remises d’espèces sont un secret de Polichinelle. Tout le monde était au courant et savait que quand un dirigeant français venait au Gabon, il repartait presque toujours avec une malette… Ici, la nature des régimes est d’arroser tout le monde, quel que soit le parti politique, et cela pour obtenir et conserver leur bienveillance.

Dans son interview au Journal du dimanche, l’avocat Robert Bourgi indique que ce système a pris fin en France avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir. Cela vous paraît-il crédible ?

Absolument pas. Ce n’est même pas vraisemblable ! Pourquoi se serait-il arrêté aujourd’hui, pour quelles raisons ? J’ai été dans les couloirs de la présidence gabonaise jusqu’en 2009, et je sais qu’à cette période le système perdurait. Et il n’y pas eu par la suite de changements radicaux avec l’arrivée d’Ali Bongo au pouvoir, bien au contraire.

Vous déclarez aux auteurs du livre : «Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.» Pouvez vous détailler ces affirmations ?

Je tiens d’abord à dire que je n’ai pas de preuves. Tout le système est construit pour que personne, hormis peut-être celui qui donne ou celui qui reçoit les «cadeaux», ne puisse prouver les remises d’espèces. Mais je suis formel : Nicolas Sarkozy a bénéficié de remises d’espèces pour financer sa campage de 2007 et régler une situation dans l’entre-deux tours. D’ailleurs, alors qu’il était simplement ministre de l’Intérieur, il est venu passé un week-end à La Pointe-Denis (Gabon), réputé pour ses plages. Ce voyage n’avait rien d’officiel et prouve sa proximité avec le régime. Il y a eu, par la suite, des retours d’ascenseurs de la France. Le plus scandaleux est l’adoubement d’Ali Bongo par la France de Sarkozy et de son conseiller occulte Bourgi et, un peu plus tard, son empressement à reconnaître avant même la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle gabonaise l’élection frauduleuse d’Ali Bongo. Le Président a peut-être eu peur que des secrets ne soient révélés si Ali n’était pas élu…

Quels sont les moyens de pression des dirigeants gabonais. Ont-ils des moyens de prouver ces remises de liquide ?

Je pense que ceux qui donnent de l’argent sont en mesure de le prouver. Ils possèdent ainsi un moyen de pression extraordinaire. J’ajoute que toutes les personnes qui rendaient visite au président Bongo étaient filmées et ceci pour des questions de sécurité. Et pas seulement dans les couloirs, par des caméra de vidéo-surveillance. Il y avait également une caméra dissimulée dans le bureau du président. Je ne dis pas que le président Nicolas Sarkozy a reçu une mallette sous les yeux de ces caméras car le système de remises d’espèce est bien plus subtile que cela. Des intermédiaires sont souvent sollicités. Bourgi en était un. Mais imaginez malgré tout les moyens de pression que ces films peuvent représenter… Ils doivent être nombreux à ne pas dormir tranquillement aujourd’hui.

Vous êtes resté quatre ans au service d’Omar Bongo. Vous avez donc connaissance de ce système depuis des années. Pourquoi ne prendre la parole qu’aujourd’hui ?

Premièrement, parce que ma conscience est tranquille. Je n’ai jamais été impliqué dans une quelconque opération illicite. Ensuite, lorsque le président Omar Bongo est mort [en juin 2009, ndlr], de nombreux Gabonais, dont moi-même, ont jugé que le moment été venu pour notre pays de vivre une vraie démocratie. Il fallait remettre le pouvoir entre les mains du peuple.

C’est la raison pour laquelle je n’ai pas soutenu Ali Bongo, qui est un frère et à l’époque était en plus un ami. Tous nous savions qu’il ne pouvait pas gagner ces élections à la régulière et même en trichant.

Aussi, depuis sa prise de pouvoir, une dictature violente s’est mise en place et tente maladroitement de s’enraciner. Le Gabon est en net recul sur le plan de libertés individuelles : on ne trouve pas de travail si l’on n’a pas les bonnes opinions politiques, la presse et même la justice ont perdu le peu d’indépendance qu’elle avaient. On a même assisté récemment à la dissolution du principal parti de l’opposition. Les Gabonais sont de plus en plus pauvres et l’avenir est très incertain.

Pendant ce temps, la richesse de notre pays s’enfuit dans des mallettes distribuées à des dirigeants étrangers. Et cet argent, au lieu de servir au développement du pays, permet d’assurer la stabilité d’un régime corrompu qui bafoue la démocratie.
 


SUR LE MÊME SUJET
Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”
Le tollé médiatique provoqué par les révélations de Mike Jocktane dans le livre des journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnung, livre sorti cette semaine sous le titre Le scandale des biens mal acquis, m'amène aujourd'hui à prendre la parole sur ce sujet, notamment sur la question relative à la crédibilité du pasteur Mike Jocktane. Quand il s'agit de juger de la crédibilité ou non de Mike Jocktane, je crois être l'une des rares personnes au monde à pouvoir en certifier, preuves à l'appui. Comme je l'ai souvent écrit sur le site du mouvement en exil "Bongo Doit Partir" (BDP), dont je ...
Lire l'article
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Un proche du président défunt gabonais affirme dans un livre à paraître jeudi que de l'argent aurait été versé au candidat français. Un proche d'Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", dans un ouvrage sur le scandale des biens mal acquis des chefs d'État africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à ...
Lire l'article
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Omar Bongo, l'ex-président gabonais décédé en 2009, aurait «contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy». C'est ce qu'a affirmé un proche de l'ancien chef d'Etat africain aux journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung. Leur «enquête sur les milliards volés de la Françafrique» est publiée dans un ouvrage à paraître jeudi intitulé «Le scandale des biens mal acquis». L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même ...
Lire l'article
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bis repetita. Le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 est à nouveau visé. Dans un livre à paraître jeudi, Le scandale des biens mal acquis (éd. La Découverte), Mike Jocktane, ancien conseiller personnel et directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais a financé la campagne présidentielle de l'actuel chef de l'État français. Dans l'ouvrage, signé des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, Mike Jocktane contredit les mots de Robert Bourgi. En septembre, l'avocat franco-libanais ...
Lire l'article
Financements occultes : un proche de Bongo met en cause Sarkozy
Omar Bongo a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", affirme Mike Jocktane, un proche du défunt président gabonais, dans Le Scandale des biens mal acquis, à paraître jeudi 24 novembre à La Découverte. Interrogée par l'AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005, promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, rejoint l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même année. M. Jocktane confirme les révélations de l'avocat franco-libanais et conseiller de l'ombre de présidents français pour l'Afrique Robert Bourgi, ...
Lire l'article
Bongo derrière la campagne de Sarkozy ?
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne de 2007. L'affaire des "mallettes africaines" se poursuit. Quelques jours après le classement sans suite de l'enquête sur les accusations de corruption de Robert Bourgi, de nouvelles révélations pourraient gêner l'actuel président. Omar Bongo, l'ancien président du Gabon a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", affirme Mike Jocktane, un proche du défunt, dans Le Scandale des biens mal acquis, à paraître jeudi à La Découverte. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse pour le moment à tout commentaire. Les accusations de ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
Certains y verront un effet boomerang après les accusations de Robert Bourgi contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin. C'est au tour d'un proche conseiller de feu Omar Bongo, Mike Jocktane, d'accuser Nicolas Sarkozy d'avoir bénéficié des mallettes et des fonds occultes de la Françafrique. Le tout à paraître dans un livre dont la sortie est prévue jeudi 24 novembre : "Le scandale des biens mal acquis". Scandale après scandale, le crépuscule de la Françafrique semble interminable. À peine l’enquête préliminaire du parquet de Paris sur les accusations de Robert Bourgi est-elle classée qu’une autre affaire médiatico-politique éclabousse les hommes politiques ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba a "rappelé" lundi que son principal opposant André Mba Obame, qui demande le report des législatives afin d'introduire la biométrie, n'avait pas "fait avancer le dossier" lorsqu'il était ministre de l'intérieur entre 2005 et 2009. "Je voudrais vous rappeler que je suis le premier à avoir parlé de la biométrie dans le cadre de mes anciennes fonctions de ministre de la Défense (jusqu'au décès d'Omar Bongo) (...) A partir du moment où il s'agissait (...) des cartes d'identité, j'ai naturellement été dessaisi au profit du ministre de l'Intérieur (André Mba Obame)", a expliqué le président Bongo ...
Lire l'article
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
L'ancien Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong a assuré mercredi que l'envoi de "valises d'argent" était une pratique courante entre l'ex-président Omar Bongo et "certaines autorités françaises", citant des versements au responsable d'extrême droite Jean-Marie Le Pen. Ces déclarations font suite aux accusations de l'avocat franco-libanais Robert Bourgi, ancien conseiller officieux de l'Elysée pour les affaires africaines. "J'en ai entendu parler comme beaucoup mais je n'en ai pas vu personnellement. Mais je sais qu'il a été question de valises d'argent entre le Gabon et la France. C'était une pratique courante, entre le président de la République gabonaise et certaines autorités françaises", a ...
Lire l'article
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »
Les accusations fracassantes de l’avocat Robert Bourgi sur des fonds occultes africains qui auraient inondé la présidence Chirac continuent de susciter beaucoup de questions, tout en donnant du grain à moudre aux acteurs et aux observateurs politiques. Ce système de valises n’est-il apparu qu’en 1997 ? A-t-il disparu en 2005 ? Après être sorti de l’ombre avec un long entretien au Journal du Dimanche, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi s’est démené, hier, sur les radios (Europe 1, RFI, RMC), pour multiplier les divulgations de détails croustillants sur ce qu’il appelle le « côté obscur de la Françafrique ». Cette face cachée, il admet ...
Lire l'article
Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Financements occultes : un proche de Bongo met en cause Sarkozy
Bongo derrière la campagne de Sarkozy ?
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
Législatives: Bongo accuse Mba Obame des retards sur la biométrie
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Les mallettes de Bongo à Sarkozy : l’interview qui accuse

  1. MENGUE ME NZOME, Marie-Claire

    23 Nov 2011 a 13:46

    IL FAUT COMMENCER PAR OCCUPER LES AMBASSADES DU GABON A L’ETRANGER !!! …. GABONAIS NOTRE PAYS EST APPELLE A DISPARAITRE PAR LE BONGOÏSME …. REVEILLONS NOUS !!!!!!! …. PRENONS L’EXEMPLE DU MAGREB ET LE PR>INTEMPS ARABE !!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*