Socialisez

FacebookTwitterRSS

Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique

Un proche du président défunt gabonais affirme dans un livre à paraître jeudi que de l’argent aurait été versé au candidat français.

Un proche d’Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a “contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy”, dans un ouvrage sur le scandale des biens mal acquis des chefs d’État africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l’AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. L’accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d’Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l’opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même année.

“Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 du candidat Nicolas Sarkozy”, affirme-t-il aux journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, auteurs du livre Le scandale des biens mal acquis (éditions La Découverte) dans un entretien réalisé en septembre. Il confirme les révélations de l’avocat franco-libanais et conseiller de l’ombre de présidents français pour l’Afrique Robert Bourgi, qui a affirmé en septembre avoir remis “20 millions de dollars” à l’ex-président Jacques Chirac (1995-2007) et à son Premier ministre Dominique de Villepin.

“Les mallettes ont continué de circuler avant et après l’élection de Sarkozy” (Mike Jocktane)

Mais il va plus loin que l’avocat, selon lequel, “ni Omar Bongo ni aucun autre chef d’État africain” n’ont remis d’argent à Nicolas Sarkozy par son “intermédiaire”. “Contrairement à ce que prétend Robert Bourgi (…), les mallettes ont continué de circuler avant et après l’élection de Nicolas Sarkozy”, assure Mike Jocktane. Michel de Bonnecorse, ancien conseiller pour l’Afrique de Jacques Chirac, avait déjà accusé Robert Bourgi d’avoir remis des fonds occultes à Dominique de Villepin ainsi qu’à Nicolas Sarkozy à un moment où le Premier ministre et son ministre de l’Intérieur étaient grands rivaux à droite pour l’élection de 2007.

Quand Bourgi choisit au printemps 2006 de rejoindre Nicolas Sarkozy, il ne fait “plus qu’une (mallette), plus grosse, qu’il dépose aux pieds du ministre de l’Intérieur”, affirme M. de Bonnecorse dans le livre de Pierre Péan La République des mallettes. L’enquête lancée après les accusations de Robert Bourgi vient d’être classée sans suite, faute d’éléments pour prouver des faits par ailleurs prescrits. Ses déclarations avaient rompu le silence traditionnel entourant la Françafrique, réseau opaque d’influences hérité de l’époque coloniale, avec laquelle Nicolas Sarkozy avait promis de rompre.

Système bien rôdé

Mike Jocktane, comme avant lui plusieurs hommes politiques africains et experts de la région, décrit un système bien rôdé. “Quand un homme politique français se rend au Gabon, on dit qu’il vient chercher sa mallette… Le président défunt Omar Bongo était très généreux avec les dirigeants français. (…) Une part importante de ces dons a fini dans les poches des bénéficiaires. Il y a eu beaucoup d’enrichissement personnel.” “Les remises de mallettes effectuées dans le bureau du président étaient filmées par des caméras cachées. Tout était enregistré sur vidéo”, ce qui, affirme-t-il, constitue “l’un des moyens de pression de Libreville sur Paris”.

C’est cette relation complexe d’interdépendance qui aurait conduit la France à saluer hâtivement l’élection d’Ali Bongo alors même que la Cour constitutionnelle du pays n’avait pas encore rejeté un recours de l’opposition sur des fraudes massives, selon des opposants gabonais et des experts. Dans un documentaire diffusé en décembre 2010, Michel de Bonnecorse déclarait que les premiers résultats donnaient Ali Bongo battu par son adversaire André Mba Obame à 42 % contre 37 %. Robert Bourgi aurait aussi initialement reconnu la défaite du fils Bongo. “Le petit a perdu, le petit a perdu !” aurait-il lancé, pris de panique, à des proches de Nicolas Sarkozy au soir du vote, selon un témoin oculaire de la scène à Paris, cité dans Le scandale des biens mal acquis. Pour Mike Jocktane, “l’empressement avec lequel la France a reconnu l’élection frauduleuse d’Ali Bongo en 2009 s’explique par les mallettes distribuées”. 


SUR LE MÊME SUJET
Pascaline Bongo, fille d’Omar Bongo, a démenti mercredi toute contribution financière du défunt président Gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. « Je tiens à démentir formellement les propos sans fondement ni connexion avec la réalité » a fait savoir celle qui pendant un temps a occupé le poste de directrice de cabinet du président gabonais Omar Bongo. Des propos qui interviennent en réaction aux accusations de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l’opposition, qui affirme qu’Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La fille d’Omar Bongo a ...
Lire l'article
Sarkozy financé par Bongo en 2007 ? Bourgi dément
L'avocat Robert Bourgi a démenti mercredi que l'ancien président du Gabon ait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, comme l'affirme l'ancien directeur adjoint de cabinet de feu Omar Bongo. Mike Jocktane, passé dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, affirme dans un livre que les supposées remises d'argent en espèces rapportées en septembre par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. "Ce que dit Robert Bourgi est vrai, mais incomplet ...
Lire l'article
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bis repetita. Le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 est à nouveau visé. Dans un livre à paraître jeudi, Le scandale des biens mal acquis (éd. La Découverte), Mike Jocktane, ancien conseiller personnel et directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais a financé la campagne présidentielle de l'actuel chef de l'État français. Dans l'ouvrage, signé des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, Mike Jocktane contredit les mots de Robert Bourgi. En septembre, l'avocat franco-libanais ...
Lire l'article
Bongo derrière la campagne de Sarkozy ?
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne de 2007. L'affaire des "mallettes africaines" se poursuit. Quelques jours après le classement sans suite de l'enquête sur les accusations de corruption de Robert Bourgi, de nouvelles révélations pourraient gêner l'actuel président. Omar Bongo, l'ancien président du Gabon a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", affirme Mike Jocktane, un proche du défunt, dans Le Scandale des biens mal acquis, à paraître jeudi à La Découverte. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse pour le moment à tout commentaire. Les accusations de ...
Lire l'article
Un témoin dit qu’Omar Bongo a financé Sarkozy en 2007
Dans un livre, un proche de l'ancien président du Gabon affirme que les supposées remises d'argent en espèces racontées par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. Mais le témoin n'apporte aucune preuve. Mike Jocktane est passé aujourd'hui dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, au terme de 41 ans de pouvoir. Ce pasteur explique que les supposées remises d'argent en espèces en 1988 et de 1995 à 2005, racontées dans les médias en ...
Lire l'article
Bongo a financé la campagne Sarkozy selon un proche du président défunt
De Deborah PASMANTIER et Sofia BOUDERBALA (AFP) – Un proche d'Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", dans un ouvrage sur "Le scandale des biens mal acquis" des chefs d'Etats africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse pour le moment à tout commentaire. L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même ...
Lire l'article
Un proche de l'ancien président du Gabon Omar Bongo assure que ce dernier a financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 et que l'actuel chef de l'Etat français a bénéficié de paiements en liquide. L'Elysée s'est refusé à tout commentaire sur ces accusations dépourvues de preuves matérielles et portées dans un livre par l'ancien directeur adjoint du cabinet du président Omar Bongo. Mike Jocktane est passé aujourd'hui dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, au terme de 41 ans de pouvoir. Ce pasteur explique que les supposées remises d'argent ...
Lire l'article
Après Jacques Chirac et Dominique de Villepin, c’est désormais Jean-Marie Le Pen qui est visé par l'avocat franco-libanais Robert Bourgi. Ce dernier l'accuse d'avoir financé sa campagne présidentielle de 1988 en partie avec des fonds du président gabonais, feu Omar Bongo. L'ancien leader du Front national dément catégoriquement. En véritable tonton flingueur de la politique française, Robert Bourgi continue d’aligner ses « révélations » sur la Françafrique. Et ses victimes. Après avoir mis en cause, dans une interview au Journal du Dimanche du 11 septembre, Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Robert Bourgi a affirmé lundi soir sur BFM TV que ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
Libreville Envoyé spécial. Rien ne manquait, mercredi 24 février, à l'accueil réservé par le président Ali Bongo à Nicolas Sarkozy. Ni les bordures de trottoir repeintes de frais, ni les portraits des deux chefs d'Etat barrés du mot "amitié", ni les distributions de tee-shirts et de drapeaux aux femmes disposées sur le parcours. Ni, surtout, aux murs de la salle où furent prononcés les discours, les photos sépia géantes représentant les présidents Bongo, père et fils, aux côtés de tous leurs homologues de la Ve République. Nulle part ailleurs en Afrique un président français n'aurait pu se sentir à ce point ...
Lire l'article
Gabon : d’après sa fille, Omar Bongo n’a pas financé la campagne de Nicolas Sarkozy
Sarkozy financé par Bongo en 2007 ? Bourgi dément
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Bongo derrière la campagne de Sarkozy ?
Un témoin dit qu’Omar Bongo a financé Sarkozy en 2007
Bongo a financé la campagne Sarkozy selon un proche du président défunt
Un témoin assure que Bongo a financé la campagne de Sarkozy
Affaire Bourgi : Le Pen financé par Omar Bongo ?
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*