Socialisez

FacebookTwitterRSS

Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”

Le tollé médiatique provoqué par les révélations de Mike Jocktane dans le livre des journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnung, livre sorti cette semaine sous le titre Le scandale des biens mal acquis, m’amène aujourd’hui à prendre la parole sur ce sujet, notamment sur la question relative à la crédibilité du pasteur Mike Jocktane.

Quand il s’agit de juger de la crédibilité ou non de Mike Jocktane, je crois être l’une des rares personnes au monde à pouvoir en certifier, preuves à l’appui.

Comme je l’ai souvent écrit sur le site du mouvement en exil “Bongo Doit Partir” (BDP), dont je suis le président, j’ai été approché officiellement au moins par six fois par des émissaires d’Omar Bongo tentant de me rallier au régime. J’ai rejeté toutes les six sollicitations. Mike Jocktane eut le privilège de négocier la sixième tentative de rencontre entre le dictateur Omar Bongo et moi-même en 2007.

Autrement dit, ma rencontre avec Mike Jocktane en 2007 s’inscrit dans une dynamique par laquelle, depuis 1999, Omar Bongo n’eut de cesse d’essayer de me rencontrer, en vue non seulement d’acheter ma conscience, mais également de me rallier à son régime. C’est d’ailleurs à cause des multiples échecs causés par mon refus de ces rencontres que le régime finança plusieurs scissions au sein du BDP, à commencer par celle de Siméon Ekoga en 2003, que le régime alla présenter à la télévision au Gabon comme le nouveau président du BDP, avant de proclamer la “dissolution” du BDP et son remplacement par le RDPG; puis les frères Bessacque qui créèrent le BDP-Démocrate en 2004 quand la rencontre voulue par Omar Bongo à Washington échoua (voir à ce propos les partie 1 et partie 2 de notre rétrospective sur l’historique du BDP, et cet article résumant l’histoire des trahisons et scissions financées par Omar Bongo). Plusieurs autres clones virent par la suite le jour (“Bongo Doit Présider”, “Bongo Doit Persister”, “Bongo Doit Rester”, etc.), clones dont l’objet était de diluer l’impact politique potentiel du mouvement “Bongo Doit Partir”, dont la création date de décembre 1998. Plusieurs milliards de francs CFA furent dépensés par Omar Bongo dans son d´´sir soit d’obtenir mon ralliement soit de détruire et moi et le mouvement “Bongo Doit Partir”. D’ailleurs, Ali Bongo a lui aussi, dès août 2009, financé son propre clone du BDP en achetant la conscience des représentants du BDP au Gabon, qui se transformèrent en “Bloc Démocratique Populaire” après avoir eux aussi proclamé la fameuse “dissolution” du mouvement “Bongo Doit Partir” et “élu” un nouveau président.

Quoique, quelques temps avant la mort de son épouse Edith Bongo, il y eut une septième tentative plutôt informelle d’Omar Bongo voulant que j’aille le rencontrer en Libye pour des pourparlers relatifs à son désir de me voir rallier son régime, sa dernière tentative officielle (la sixième) date de 2007, époque où, justement, il chargea Mike Jocktane de venir négocier une rencontre entre Omar Bongo et moi lors de la tenue de l’Assemblée Générale de l’ONU de cette même année.

Comme le démontre la vidéo de cette rencontre entre Mike Jocktane et moi-même, j’avais en effet non seulement rencontré Mike Jocktane le 27 septembre 2007 à Montclair dans le New Jersey aux Etats-Unis, mais aussi refusé d’aller à New York rencontrer Omar Bongo (New York se trouve à seulement une vingtaine de kilomètres de la ville de Montclair au New Jersey).

J’avais posé comme condition incontournable que la rencontre avec Mike Jocktane ne serait possible que si Mike Jocktane acceptait qu’elle soit filmée, aux fins justement d’éviter que le régime ne puisse exploiter cette rencontre pour faire courir des bruits sur un éventuel achat de ma conscience. Je voulais ainsi garder un moyen de défendre ma réputation au cas où Mike Jocktane ou le régime faisait courir des bruits sur moi qui résulteraient de ce meeting entre Jocktane et moi-même. Et j’avais promis à Mike Jocktane que la vidéo ne serait rendue publique que si, lui, s’amusait à faire un rapport public tronqué de ce qui s’était passé au New Jersey. Malheureusement, Monsieur Jocktane n’ayant pas tenu parole, la vidéo fut rendue publique le 25 août 2008, près d’un an après mon rejet de la rencontre voulue par Omar Bongo en septembre 2007.

Mais Mike Jocktane n’était pas le seul homme du régime impliqué dans cette négociation. Il y avait certes Mike Jocktane lui-même qui servait alors de Conseiller personnel du président de la République, mais aussi Omar Bongo Ondimba (ancien dictateur décédé en juin 2009), André Mba Obame (dernier Ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo passé dans l’opposition en 2009 suite au décès du dictateur), Ali Bongo Ondimba (fils du dictateur et ancien Minsitre de la défense devenu lui-même président dictateur suite aux élections tronquées d’août 2009). Mais c’est bel et bien à Mike Jocktane qu’Omar Bongo donna la périlleuse mission de me rallier au régime.

Quoique, comme le montre la vidéo, Mike Jocktane échoua dans sa tentative de me rallier au régime des Bongo, il est important de comprendre qu’en tant que l’un des hommes de confiance d’Omar Bongo, et sur la base de ma rencontre avec le personnage, sa crédibilité ne peut être remise en cause.

Quoique Mike Jocktane ne m’ait offert aucune valise d’argent lors de ma rencontre avec lui (Il savait que cela m’insulterait), il ne faisait aucun doute que si j’avais accepté de rencontrer Omar Bongo, non seulement Mike Jocktane lui-même se serait retrouvé enrichi au centuple pour avoir réussi le coup d’amener Daniel Mengara à Omar Bongo comme un trophée, surtout là où tant d’autres avaient échoué, mais beaucoup d’autres hommes du régime comme Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame en auraient tiré d’immenses dividendes politiques et financières. Il va aussi sans dire que moi-même, en tant que trophée qu’Omar Bongo jusque dans ses derniers jours rêvait de cueillir, en aurait forcément, si j’avais été corruptible, tiré les bénéfices suivants:

1) Une mallette d’argent qui n’aurait pas manqué d’atteindre au moins un milliard de francs CFA, tant Omar Bongo souhaitait la disparition du site “Bongo Doit Partir” (http://www.bdpgabon.org).

2) Un poste de ministre pour ponctuer l’accord.

Il se trouve que, étant professeur d’études francophones à Montclair State University dans le New Jersey aux Etats-Unis, et me trouvant pleinement satisfait de mon emploi, ni les postes de ministre ni les mallettes d’argent d’Omar Bongo ne m’intéressaient, ce qui expliquait mon arrogance vis-à-vis du régime et mon rejet des six propositions de rencontre émanant d’Omar Bongo. Je savais que ces pourparlers n’avaient pour objectif rien qui aille dans le sens d’améliorer les conditions politiques et économiques des Gabonais. Or, je n’aurais accepté de rencontrer Omar Bongo que si la discussion visait vraiment à cette amélioration et non à me corrompre.

Ce qui est sûr, néanmoins, est que ma rencontre de 2007 avec Mike Jocktane est édifiante à plusieurs niveaux:

1) elle démontre qu’il était en effet un des hommes de confiance d’Omar Bongo puisque, dans sa maladroite tentative de montrer que ce n’est pas Omar Bongo qui avait sollicité la rencontre de 2007, il affirmait néanmoins être celui qui avait convaincu Omar Bongo de me rencontrer lors de son séjour à New York en Septembre 2007. Si Mike Jocktane jouissait d’une telle influence auprès d’Omar Bongo, c’est que, quelque part, il était un homme essentiel pour la survie du régime des Bongo.

2) elle démontre qu’il savait pas mal de choses sur la psychologie d’Omar Bongo puisque non seulement il défendit son dictateur avec bec et ongles, mais il confirma pour moi ce que je savais déjà, c’est-à-dire que c’est Omar Bongo en personne qui bloquait la délivrance de mon passeport et qui en faisait un objet de chantage. Comme le dit Mike Jocktane dans la vidéo, Omar Bongo et lui-même pensaient que si j’acceptais la rencontre, on pourrait alors discuter du problème de mon passeport. C’est d’ailleurs l’une des choses qui me firent sortir de mes gongs lors de la rencontre car je me trouvais indigné de voir Omar Bongo se livrer à un chantage aussi bas, c’est-à-dire utiliser la délivrance de mon passeport comme un outil de chantage pour m’obliger à une rencontre avec lui.

3) elle démontre qu’il était l’un des garçons de course d’Omar Bongo. Après avoir, exactement comme le montre la vidéo ci-dessus, envoyé paître Mike Jocktane, il m’avait été rapporté que Mike Jocktane avait été salement rabroué par Omar Bongo, qui n’avait pas digéré cet énième échec de me rallier à son régime. Cependant, Mike Jocktane continua, il me revenait, à jouer un rôle d’appoint dans les démarches d’Omar Bongo vis-à-vis des opposants gabonais. Mike Jocktane confirme ainsi lors de notre rencontre de septembre 2007 que c’est lui qui avait négocié le ralliement de Pierre Mamboundou à Omar Bongo, un rôle, donc, de porteur de valises qui fit de lui un personnage central dans l’achat des consciences des opposants gabonais. C’est probablement parce que Mike Jocktane avait réussi à rallier ou du moins à pacifier Pierre Mamboundou vis-à-vis d’Omar Bongo qu’Omar Bongo lui confia par la suite la mission de me rallier, moi, Daniel Mengara. Seulement, parce que je ne mangeais pas du pain des Bongo, je fus obligé d’envoyer paître Mike Jokctane.

Le passage de Mike Jocktane dans l’opposition en 2009 suite au décès d’Omar Bongo doit-il, donc, automatiquement lui enlever toute crédibilité lorsqu’il affirme qu’Omar Bongo aurait ou avait financé non seulement la campagne de Nicolas Sarkozy, mais également fait preuve de pas mal de largesses vis-à-vis de la classe politique française dans son ensemble?

Je pense que non. Comme il le dit lui-même, ces transactions furent, dans les milieux bongoïstes, des secrets de polichinelles. La vidéo de ma rencontre avec Mike Jocktane devrait pouvoir montrer à suffisance que s’il ne servit pas lui-même d’intermédiaire porteur de mallettes entre la classe politique française et Omar Bongo (et cela reste à prouver, vu que Mike Jocktane possède lui-même pas mal de petites “affaires” à Paris), ce rôle d’intermédiaire porteur de mallettes, il le joua pleinement dans sa tentative de rallier deux opposants au régime des Bongo, c’est-à-dire au moins Pierre Mamboundou d’une part (succès, selon lui, dès avril 2006 selon Jeune Afrique puisque Mamboundou se rallia plus ou moins à Bongo suite aux négociations entamées après les élections présidentielles de décembre 2005) et Daniel Mengara de l’autre (échec). On a ainsi du mal à imaginer un tel confident d’Omar Bongo ignorer l’autre pan des réseaux de corruption mis en place par Omar Bongo, un dictateur qui avait une habileté sans pareille dans le maniement des Francs CFA comme outils de consolidation de son régime. A l’intérieur du pays, il enfonçait copieusement des liasses de CFA et des “cadeaux” dans la gorge de ses opposants les plus virulents pour les faire taire ou les apprivoiser; et à l’extérieur du pays, il noyait copieusement la classe politique française sous des déluges de CFAs, y compris son “péti” Sarkozy. Sarkozy ne manqua d’ailleurs pas de lui montrer sa reconnaissance en faisant d’Omar Bongo l’un des trois premiers chefs d’état africains à rendre visite au “péti” à Paris. Un honneur copieusement apprécié par le mollah gabonais, qui avait craint un dérapage du “péti” qui avait trop fortement promis la “rupture”.

Pour avoir, donc, rencontré Mike Jocktane en 2007, et après avoir moi-même jaugé puis analysé ses affirmations lors de cette rencontre vidéographiée entre lui et moi, je trouve ses révélations tout à fait crédibles.

Et si son passage dans l’opposition depuis 2009 peut servir d’indication sur l’évolution de sa moralité politique, force est de reconnaître que cette transformation luit positivement sur cet homme longtemps égaré sous le bongoïsme. Je lui trouve au moins l’excuse d’avoir évolué trop jeune dans ce milieu pourri qui l’a pourri pour un temps, avant que la mort de Bongo ne lui donne l’opportunité d’une rédemption qui en fait aujourd’hui un champion des causes du peuple. C’est cela, en fin de compte, le voie de Dieu. Le Dieu miséricordieux qui pardonne leurs péchés à ceux qui ont la force mentale de les reconnaître. Sur ce plan, on ne peut que lui tirer chapeau, au compatriote Mike Jocktane et surtout, saluer son humilité: il reconnaît aujourd’hui que sur cette vidéo certificatrice de nos positions idéologiquement opposées en 2007, c’est bien moi qui avait raison quand je l’appelais à cette conversion morale au bénéfice du peuple gabonais.

Dieu est donc grand puisque notre jeune compatriote a bien écouté mes conseils. C’est tout ce qui compte, à la fin.

Fait le 26 novembre 2011 à Montclair, New Jersey, USA

Dr. Daniel Mengara
Professeur d’études francophones à Montclair State University (New Jersey, USA)
Président, mouvement “Bongo Doit Partir”

Bongo Doit Partir
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA

Tél. : (+1) 973-447-9763
Fax : (+1) 973-669-9708 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: l’évêque Mike Jocktane, opposant politique, dénonce le harcèlement dont il fait l’objet
L’évêque, Mike Jocktane qui est également un activiste politique de l’opposition, est sorti de sa réserve. Il a animé mardi 7 février 2012, une conférence de presse pour dénoncer le harcèlement policier et judiciaire dont il serait l’objet. « J’ai donné instruction à mes avocats de déposer une plainte contre la police judiciaire ». C’est le premier message livré à la presse par l’évêque Mike Jocktane. L’homme de Dieu devenu très actif dans la politique, affirme avoir été victime d’une tentative d’enlèvement par des personnes se présentant comme des agents de la police judiciaire. Les présumés policiers souhaitaient l’entendre dans une ...
Lire l'article
Communiqué: Le BDP-Modwoam condamne la tentative d’enlèvement de l’évêque Mike Jocktane
Des sources variées proches de l'évêque Mike Jocktane rapportent la tentative faite ce jour par les autorités gabonaises soit d'arrêter, soit d'enlever incognito l'évêque Mike Jocktane. Mike Jocktane est en effet persécuté depuis novembre dernier par le régime des Bongo pour avoir confirmé, dans un livre récemment publié en France par les journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnun sous le titre Le scandale des biens mal acquis, le financement occulte de la campagne du président français Nicolas Sarkozy par le défunt dictateur du Gabon Omar Bongo. Suite aux déclarations de Mike Jocktane dans ledit livre, le régime avait décidé de ...
Lire l'article
Au Gabon, le procès de l’opposant Mike Jocktane reporté après une audience tendue
Ce jeudi 19 janvier, s'est ouvert à Libreville dans une ambiance électrique, le procès de l’évêque Mike Jocktane. Le religieux, devenu opposant, est poursuivi pour trouble à l’ordre public, destruction des biens de l’Etat et coups et blessures. Mike Jocktane aurait organisé le 29 janvier 2011 une marche pacifique mais non autorisée. Le procès est finalement renvoyé au 2 février prochain. Mike Jocktane, prêtre et opposant, s’est présenté devant la barre en soutane de prêtre. Le président du tribunal le regarde : « Pour le respect dû au clergé, nous ne pouvons vous juger dans cette tenue. Vous avez dix minutes ...
Lire l'article
L'Etat gabonais a porté plainte lundi pour "outrage à la République" contre Mike Jocktane, ancien conseiller du défunt président Omar Bongo passé à l'opposition, qui affirme que ce dernier a contribué au financement de la campagne du candidat Sarkozy en 2007. "Nous avons porté plainte pour outrage à la République", a déclaré à l'AFP Me Francis Nkea, affirmant représenter la présidence gabonaise et le Trésor public gabonais. L'avocat a précisé que la plainte visait uniquement M. Jocktane, ancien ministre de l'Intérieur d'Omar Bongo, mais qu'il "envisage une plainte contre l'éditeur (La découverte) et les auteurs du livre" +Le scandale des biens mal ...
Lire l'article
Des Gabonais, expatriés à Paris et interrogés jeudi par GABONEWS, ont condamné avec véhémence les propos « nauséabonds » du pasteur opposant gabonais, Mike Jocktane qui reconnaît la pratique des mallettes dans la "françafrique", selon ses propos dans un livre paru ce jeudi dans la capitale française. « La diffamation, la médisance et la calomnie obéissent toutes trois à la loi de la pesanteur, elles descendent mais elles ne montent pas. A mon avis, ce sont des propos nauséabonds et c'est stupide de voir ce serviteur de Dieu qui a été entretenu par le même régime craché dans la ...
Lire l'article
Suite aux déclarations de M. Mike Jocktane, relayées par des médias internationaux, Mme Pascaline Bongo Ondimba a tenu à réagir par le biais d’un communiqué de presse dont GABONEWS vous livre l’intégralité : COMMUNIQUE DE PRESSE Dans un livre à paraître, M. Mike JOCTANE, ancien Directeur de Cabinet Adjoint de Feu le Président Omar BONGO ONDIMBA, affirme que le Président Omar BONGO ONDIMBA aurait contribué au financement de la campagne du candidat Nicolas SARKOZY à l’élection présidentielle française de 2007. Je voudrais, à cet effet, exprimer ma profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi grossières que mensongères et irresponsables. Ayant été ...
Lire l'article
Pascaline Bongo Ondimba, fille ainée et ancien Directeur de cabinet de Omar Bongo Ondimba, a réagit aux déclarations de Mike Jocktane, Évêque pentecôtiste, ancien directeur adjoint de cabinet en janvier 2009, qui a affirmé dans un livre à paraître ce 24 novembre 2011 que «le président Omar Bongo Ondimba aurait contribué au financement de la campagne du candidat Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle française de 2007». A travers le communiqué ci-après publié in extenso, la grande sœur d’Ali Bongo exprime sa «profonde indignation» devant ce qu’elle qualifie d’allégations grossières, mensongères et irresponsables. Dans un livre à paraître, monsieur Mike ...
Lire l'article
Gabon: la fille d’Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane
Pascaline Bongo, ancien directeur de cabinet et fille d'Omar Bongo, a démenti "formellement" mercredi la contribution du défunt président gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy dont l'accuse un de ses anciens conseillers. "Je tiens à démentir formellement (les) propos sans fondement ni connexion avec la réalité" de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l'opposition, qui "affirme que (...) Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne du candidat Sarkozy en 2007", a indiqué Pascaline Bongo dans un communiqué. La fille d'Omar Bongo a exprimé sa "profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi ...
Lire l'article
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article
Gabon: l’évêque Mike Jocktane, opposant politique, dénonce le harcèlement dont il fait l’objet
Communiqué: Le BDP-Modwoam condamne la tentative d’enlèvement de l’évêque Mike Jocktane
Au Gabon, le procès de l’opposant Mike Jocktane reporté après une audience tendue
Gabon – L’Etat gabonais porte plainte contre Mike Jocktane
Politique / La diaspora gabonaise condamne les propos «nauséabonds » du pasteur opposant Mike Jocktane
Allégations Mike Jocktane : Réaction de Pascaline Bongo Ondimba
Gabon : Pascaline Bongo Ondimba réagit aux propos de Mike Jocktane
Gabon: la fille d’Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane
Bongo Doit Partir
Pétition Honneur et Dignité


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 3, 67 sur 5)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 26 nov 2011
Catégorie(s): Afrique,Communiqués,Communiqués BDP,Coopération,Diaspora,Françafrique,Monde,Opinion,Photos,Politique,Révélations,Vidéos
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”

  1. Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme

    13 fév 2012 a 19:52

    No comment.

    Juste en termes de dates, il faut remplacer 2088 par 2008 afin que cette erreur soit vite corrigée.

    Merci Daniel! La jeunesse africaine et mondiale prendra bonne note de ce texte, de façon à faire une différence entre des intellectuels drogués et des bons et vais intellectuels africains qui ne vendent pas leur conscience devant des personnes comme Bongo, Sassou, Biya et toutes ces personnes imposées au pouvoir, à la tête des États Africains par la France, au grand dam des populations africaines qui mordent de la poussière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>