Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sécurité alimentaire : Les « coupés-coupés », une viande très prisée mais à quel prix ?

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2011
Catégorie(s): Economie,Santé,Société

Les populations librevilloises ont le choix de leur alimentation mais elles affectionnent particulièrement la viande braisée appelée localement « coupés-coupés », que l’on peut trouver dans la plupart des quartiers de la capitale gabonaise. Les « coupés-coupés » sont une sorte de restaurant à ciel ouvert où les amateurs de viande braisée viennent se ravitailler. Ce type d’aliment cuisiné de façon rapide et très prisé par une grande proportion de Gabonais, fait partie intégrante des habitudes alimentaires des populations de Libreville. Toutefois, plusieurs griefs sont faits à cette activité.

Les règles d’hygiènes sont rarement respectées. Cette viande est braisée à l’air libre et généralement, en bordure de route donc au contact de la poussière et des microbes. La provenance et la nature même de la viande utilisée sont inconnues voire parfois douteuses.

Il faut aussi noter l’aspect vestimentaire et les gestes des vendeurs qui souvent laissent à désirer : habits sales, sueur…

Les vendeurs de « coupés-coupés » servent même parfois leurs clients en se mouchant ou en coupant la viande, tout en touchant les billets d’argent sans passer par la case « lavage de mains ».

Certains médecins interrogés affirment que ces aliments peuvent être à l’origine de plusieurs maladies (intoxications alimentaires). Mais ceci ne décourage pas les inconditionnels de s’adonner à leur petite douceur.

Tout les Librevillois ont, un jour, savouré une bouchée de « coupés-coupés » mais à la veille de la CAN, notre pays se prépare à recevoir de nombreux visiteurs. Peut-être serait-il bon que les services d’hygiène jettent un œil sur cette question. 


SUR LE MÊME SUJET
L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a décidé d'aider le Gabon à réaliser son programme de sécurité alimentaire, a annoncé vendredi à Libreville le porte-parole de la présidence, Guy-Bertrand Mapangou. Il a précisé que cette assurance a été donnée par le directeur général de la FAO, Jacques Diouf, au cours de son audience, jeudi à Libreville, avec le président gabonais, Ali Bongo Ondimba. "M. Diouf est venu exprimer au chef de l'Etat la disponibilité de la FAO à aider le Gabon à réaliser son programme de sécurité alimentaire et à devenir, pourquoi pas ?, un grand pôle agricole dans ...
Lire l'article
La FAO veut aider le Gabon "à réaliser son programme de sécurité alimentaire", qui doit permettre à ce pays pétrolier d'Afrique centrale de réduire ses importations alimentaires en développant l'agriculture, a indiqué vendredi la présidence gabonaise à la presse. L'assurance en a été donnée par le directeur général de l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf, qui a été reçu jeudi à Libreville par le président gabonais Ali Bongo, selon le porte-parole de la présidence, Guy-Bertrand Mapangou. "M. Diouf est venu exprimer au chef de l'Etat la disponibilité de la FAO à aider le Gabon à réaliser son programme ...
Lire l'article
Le Réseau d’épidémiosurveillance des maladies animales au Gabon (REMAGA) a achevé le 26 février au Cap Estérias sa campagne nationale d’appui au déparasitage et à la vaccination de la volaille rurale contre la maladie de Newcastle. Les premiers résultats montrent que l’amélioration de la santé et de la résistance des volailles pourrait permettre d’économiser près de 30 milliards de francs CFA et de réduire de plus de 75% la dépendance alimentaire en produits carnés. La campagne nationale d’appui au déparasitage et à la vaccination de la volaille rurale contre la maladie de Newcastle pourrait s’avérer un instrument ...
Lire l'article
Le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima, a récemment organisé à Libreville un atelier pour valider les axes de son Programme national de sécurité alimentaire (PNSA) qui doit permettre au pays d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Parmi les principaux leviers de ce projet, le développement de la culture du riz à grande échelle doit permettre au Gabon de baisser le taux d’importation de denrées alimentaires évalué à plus de 85%. La promotion d’une culture du riz à grande échelle sur le territoire national devrait figurer en bonne place du Programme national de sécurité alimentaire (PNSA) récemment proposé aux partenaires et ...
Lire l'article
De la viande de boeuf avariée enfouie par les autorités dans les environs de la ville de Ntoum (40 km au sud de Libreville) a été déterrée par des habitants pour être consommée, a rapporté mercredi le quotidien national L'Union. 1.400 cartons (28 tonnes) de filet de boeuf importé déclaré impropre à la consommation par la Direction générale de la Concurrence et de la Consommation (DGCC) avaient été enfouis "quatre mètres sous terre" le 23 juillet sur un site tenu secret à une quinzaine de kilomètres de Ntoum, explique le journal dans un article intitulé "De la viande de boeuf avariée ...
Lire l'article
Les populations de la commune de Ntoum 39 km de Libreville ont déterrées la viande de boeuf avariée enterrée par les autorités pour se nourrir, a rapporté mercredi l'AGP. 28 tonnes de filet de boeuf jugées dangreuses à la consommation par la Direction générale de la Concurrence et de la Consommation (DGCC) avaient été enterrées quatre mètres sous terre jeudi dernier sur un site tenu secret à une quinzaine de kilomètres de Ntoum. Découvert par les habitants de la ville, ces populations, hommes, femmes et enfants ont pris d'assaut ce site munis du matériel approprié pour déterrer ces tonnes de viande afin ...
Lire l'article
Le prix du kilogramme de la viande de bœuf connaît ces derniers temps à Libreville une augmentation, passant de 1800 francs CFA à 2000 francs CFA, remettant sur la table la grande question de la hausse des prix des produits de première nécessité. Cette augmentation de prix, selon plusieurs bouchers interrogés est due à l'augmentation des prix d’achat des bœufs qui sont passés de 600.000 francs CFA à 700.000 francs CFA voire 800.00 francs CFA selon les corpulences des animaux. Par contre certains grossistes expliquent que le transport de ce bétail est devenu en plus cher, de même que les tracasseries policières n’épargnent ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais envisage d’importer au moins 72.000 tonnes de viande d'ici à 2015 en vue de satisfaire les besoins de consommation des populations, a indiqué vendredi à Libreville le directeur de l'Agriculture, chargé de l'élevage, Rubain Goda. Selon lui, le Gabon enregistre une importation de viande qui s'élève à 102 milliards de francs CFA. Alors que 160 milliards de francs CFA est fortement consacrés aux importations des denrées alimentaires. M. Goda affirme cependant que la poursuite des importations entraînerait la désaffection des activités agricoles dans le pays. Face à cela, le gouvernement reste déterminé à réduire véritablement l'importation des produits alimentaires. Selon une ...
Lire l'article
De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise. Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer ...
Lire l'article
En cette période de saison sèche au Gabon, propice à la chasse et à la pêche, les populations vivant dans la province septentrionale (Woleu-Ntem) ont plutôt épousé certaines habitudes alimentaires; un comportement qui laisse croire que ces derniers ne se nourrissent que du poisson d’eau douce (silures), et de gibier, en plus des légumes, ce, en dépit des lois interdisant la capture de certaines espèces animalières Entre autres mets très souvent commandés dans les restaurants et autres lieux de restauration de proximité dans les villages et les villes du nord, on note le paquet de silures, le pangolin, le porc-épic et ...
Lire l'article
La FAO va aider le Gabon à assurer sa sécurité alimentaire
La FAO disposée à aider le Gabon pour sa sécurité alimentaire
Gabon : Surveiller les maladies animales pour améliorer la sécurité alimentaire
Gabon : Le riz au front de la lutte pour la sécurité alimentaire
Gabon: des habitants déterrent de la viande avariée pour la consommer
Gabon: Les populations de Ntoum déterrent de la viande avariée pour se nourrir
Gabon: Le prix du kilogramme de viande de bœuf à la hausse à Libreville
Gabon: Consommation / Le Gabon compte importer environ 72.000 tonnes de viande d’ici à 2015
Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville
Gabon: La viande de brousse et le poisson d’eau douce: des plats très appréciés par les Oyémois


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2011
Catégorie(s): Economie,Santé,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*