Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : histoires d’eau

Auteur/Source: · Date: 9 déc 2011
Catégorie(s): Développement,Société

La Seteg doit réaliser un réseau de canalisations de 40 km entre Ntoum et Libreville. © Tiphaine Saint-Criq pour Jeune Afrique
Une société privée gère l’eau et l’électricité du pays. Avec des résultats médiocres. Mais l’État gabonais reprend la main.

Le 10 novembre, le Gabon inaugurait le stade de l’Amitié d’Angondjé, près de Libreville, par un match de football (opposant la sélection nationale au Brésil) qui a bien failli ne pas avoir lieu. Faute d’éclairage. Encore un mauvais tour dû aux fréquentes coupures d’électricité. Aussi récurrentes que les interruptions de distribution d’eau courante. Les critiques visent un seul coupable : la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), filiale à 51 % du français Veolia.

En 1997, l’État gabonais a confié la gestion de la SEEG au groupe français. Mais le contrat de concession est devenu depuis deux ans le symbole d’un partenariat public-privé raté. « Dans le cahier des charges, nous avons négligé de préciser le sens des investissements que la SEEG devait effectuer », reconnaît Régis Immongault, ministre de l’Énergie.

Débordé

Aux yeux des Gabonais, l’opérateur ne se montre pas assez offensif – comprenez « n’investit pas suffisamment » –, surtout dans l’hydraulique. La SEEG concentre l’essentiel de ses efforts sur la gestion et la maintenance des centrales thermiques existantes ou, au mieux, l’augmentation de leurs capacités. Ainsi, celle de Lambaréné (Moyen-Ogooué) a bénéficié de l’installation de groupes diesels neufs de 1 600 kW en 2010, et celle d’Owendo, près de Libreville, voit réhabiliter ses turbines à gaz.

Chez Veolia, on se défend de ne pas avoir respecté le contrat : « À l’origine, il était prévu que la demande en eau et en électricité augmente de 2,5 % à 3 %, explique un responsable de la filiale. La réalité est tout autre : on est davantage proche de 6 % à 8 %. Et les budgets disponibles ne sont plus du tout adaptés. » L’entreprise s’efforce néanmoins de remplacer les moteurs qui fonctionnent au fioul par des turbines à gaz. Ce dernier sera bientôt acheminé, depuis Port-Gentil, par Perenco. Ce qui permettra à la SEEG de baisser de 3,5 % ses coûts de production et, dans le même temps, de dégager des moyens supplémentaires pour investir davantage.

Réactualisation

Critiqué lui aussi sur ce dossier sensible, le gouvernement avait décidé, en décembre 2009, de réviser ce contrat, qui lie l’État gabonais à la SEEG jusqu’en 2017. En avril 2010, le cabinet Deloitte au Gabon a été chargé de mener un audit dont les résultats, remis en février 2011, n’ont pas entraîné la rupture dudit contrat, mais des promesses de réactualisation.

Au bout du compte, l’audit semble avoir motivé le retour en première ligne de l’État dans la fourniture des services de base. Ce dernier entend exercer plus de contrôle sur le concessionnaire, et l’annonce de son entrée, en tant qu’actionnaire majoritaire, dans le capital de la Société d’électricité, de téléphone et d’eau du Gabon (Seteg) va dans le même sens.

Recadrage

Les dettes de l’État envers la Seteg – 11,5 milliards de F CFA (17,5 millions d’euros) – ont été apurées et, pour améliorer plus rapidement l’offre en eau potable, une enveloppe de 94 milliards de F CFA vient d’être débloquée. Au programme, notamment, la réalisation d’un réseau de canalisations de 40 km entre Ntoum et Libreville (par la Seteg) et d’une septième station de pompage à Ntoum (par la SEEG) pour 60 milliards de F CFA ; la pose d’une autre conduite entre le camp De-Gaulle (Libreville) et Angondjé, où va être construit un nouveau château d’eau (par la Sogea, filiale du français Vinci), pour 12 milliards de F CFA ; et des travaux effectués par la Seteg pour renforcer les capacités de production et de distribution d’eau dans certaines localités de l’intérieur (12 milliards de F CFA). Une étude sur le réseau de distribution d’électricité du Grand Libreville est également prévue.

La reprise en main va même plus loin, avec la création d’une agence de régulation des secteurs de l’eau et de l’électricité, véritable signal d’un renforcement de l’autorité administrative et d’une plus grande ouverture à la concurrence. Un fonds de financement des infrastructures a également été créé, de même qu’une société de patrimoine. Cette dernière aura pour objet la gestion, pour le compte de l’État, des biens et droits affectés au service public de l’eau potable et de l’électricité.

Page 2 of 2
Directeur général de la Camerounaise des eaux

La Camerounaise des eaux (CDE) est une coentreprise entre les marocains Onep, Delta Holding et la Caisse de dépôt et de gestion. Retour sur ses trois ans de collaboration avec la compagnie nationale camerounaise, la Camwater.

Jeune Afrique : Le Cameroun est à la traîne en matière d’accès à l’eau potable…

BRAHIM RAMDANE : C’est en effet un motif de préoccupation pour les populations, Yaoundé en particulier subissant une forte pénurie. Pour y remédier, le gouvernement a entrepris de renforcer la desserte dans une centaine de centres d’affermage à travers le pays, dont la mise en service, engagée depuis 2009, doit se poursuivre jusqu’en 2015. L’objectif est de porter le taux d’accès à l’eau potable en milieu urbain de 35 % à 60 %.

Plusieurs projets, d’un montant total estimé entre 300 milliards et 400 milliards de F CFA [entre 457 millions et 610 millions d’euros, NDLR], sont en cours, dont un programme d’adduction d’eau à Yaoundé et dans trois villes secondaires. La construction d’une usine d’eau potable sur la Mefou, d’un coût évalué à 72,2 milliards de F CFA, doit notamment permettre d’augmenter de 50 % la production d’eau à Yaoundé, pour passer de 100 000 à 150 000 m3 par jour. À Douala, la réhabilitation des infra­structures et la création de nouveaux équipements de production ont déjà permis de porter la production journalière à 180 000 m3 par jour.

Comment s’articule le partenariat avec l’État ?

L’Onep [Office national de l’eau potable marocain] intervient dans le cadre d’un contrat d’affermage, sa filiale, la CDE, étant désignée comme société d’exploitation, aux côtés des principaux acteurs nationaux que sont le ministère de l’Énergie et de l’Eau et la Cameroon Water Utilities Corporation [Camwater].

La CDE apporte son expertise technique pour la gestion de l’eau potable, le renouvellement de l’outil industriel et le développement du secteur. La Camwater s’occupe, elle, du volet investissement. Ce schéma de partenariat présente l’avantage d’être jugé crédible par les bailleurs de fonds. Trois ans après l’arrivée de l’Onep, sur un programme d’investissement de plus de 300 milliards de F CFA, la Camwater en a déjà mobilisé les deux tiers.

Quelles sont les répercussions pour les populations ?

Notre partenariat a permis au pays d’améliorer son offre. La qualité de l’eau est meilleure, les délais d’attente pour les branchements ont été réduits de plusieurs mois à deux ou trois semaines. La densification du réseau aidant, le nombre de clients a nettement augmenté. L’activité d’assainissement de base reste en revanche embryonnaire, mais des projets sont à l’étude, et la CDE pourrait être sollicitée.

___

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam 


SUR LE MÊME SUJET
L’Agence de régulation du secteur de l’eau potable et de l’énergie électrique (ARSEE), a fait le point, vendredi à Libreville, de ses activités plus d'un an après sa création par le gouvernement gabonais. Au cours d’une conférence de presse, le président de cet organe de régulation, Dieudonné Mouiri Boussougou a édifié les journalistes sur le travail entrepris pour améliorer les services de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), qui détient le monopole de distribution de l’eau et l’électricité au Gabon. Ce travail a abouti à la publication de certaines disposition qui donnent la possibilité aux clients de la SEEG ...
Lire l'article
94 milliards francs CFA pour régler définitivement le problème de l’eau potable à Libreville
Le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a annoncé jeudi, au terme des travaux du 7ème Conseil des ministres délocalisé de Franceville (capitale provinciale du Haut-Ogooué, sud-est), le décaissement d’une enveloppe de 94 milliards de franc CFA en vue de régler définitivement les tracasseries liées au déficit en eau potable à Libreville et sur l’ensemble du territoire national. Selon le Chef de l’Etat, ladite somme, disponible dans les caisse de l’Etat, sera décaissée pour réaliser des travaux liés, entre autres, à la pose de la 3ème conduite de diamètre 1200 entre Ntoum et Libreville pour un coût de 60 ...
Lire l'article
Gabon: 143 millions d’euros pour mettre fin au déficit d’eau à Libreville
Une enveloppe de 143 millions d'euros a été débloquée pour mettre fin au déficit d'eau potable à Libreville, a annoncé jeudi le président Ali Bongo, à l'issue d'un conseil des ministres à Franceville (est) durant lequel il a annoncé un train de mesures économiques. Pour "mettre fin au déficit d'eau potable à Libreville", le président gabonais a annoncé lors d'une conférence de presse "qu'une enveloppe de 94 milliards de FCFA est disponible" afin de permettre la pose de deux nouvelles conduites d'eau et la construction d'un nouveau château dans la capitale gabonaise. "L'offre électrique et de l'eau potable est structurellement déficitaire depuis ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres de ce mercredi a pris acte des conclusions de l’audit comptable de la Société d’Energie et d’eau du Gabon (SEEG), effectué par le cabinet Deloitte-Gabon, et a fait un certains nombres d’observations avant d’y apporter des additifs. Sur présentation du Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Régis Immongault, le Conseil des ministres a pris acte de l’audit comptable et tarifaire, financier, technique de la convention de concession avec la SEEG. Selon le ministre de l’Energie, l’audit a révélé aussi bien des points positifs que négatifs parmi lesquels « des défaillances du concessionnaire à maintenir et à renouveler ...
Lire l'article
Electricité de France (EDF) a acquis la moitié des parts (51%) détenue depuis 1997 par Veolia dans sa filiale gabonaise de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), a appris l'AGP EDF a racheté 25% des parts de Veolia pour un montant de 975 milliards de FCFA, a indiqué une source proche de la SEEG. La Commission de l’Union européenne (UE) a notifié en début de semaine la transaction autorisant l’acquisition en commun, par Electricité de France (Edf) et Veolia, de 51% du capital de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Au directoire de la SEEG, on ...
Lire l'article
Invité à Paris pour prendre part aux festivités de la fête nationale française ce 14 juillet, le président gabonais, Ali Bongo, s’est entretenu la veille avec une délégation du Groupe Electricité de France (EDF). Il s’agissait d’étudier des pistes de coopération entre Véolia et EDF pour le renforcement des capacités de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Présent dans la capitale française pour assister au défilé du 14 Juillet dans le cadre de la fête nationale de la France, le président gabonais en a profité pour s’entretenir le 13 juillet avec le PDG du Groupe Electricité de ...
Lire l'article
L’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH) et le Groupe de recherche sur l’identité littéraire négro-afriacine (GRILINA) ont commis un ouvrage collectif critique de la littérature gabonaise dont le Tome 1 s’intitule « Les Ecritures gabonaises : Histoire, thèmes et langues », a-t-on appris ce vendredi auprès des auteurs. « Les Ecritures gabonaises: Histoire, thèmes et langues », a été réalisé sous la direction du sémioticien, Pierre Ndemby Mamfoumby, en collaboration avec douze autres enseignants-chercheurs à l’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH) de l’Université Omar Bongo (UOB) et du Groupe de recherche sur l’identité littéraire négro-africaine (GRILINA). Interrogé par GABONEWS, ...
Lire l'article
Monsieur Bruno Collard, 45 ans, a été coopté lors du Conseil d’administration de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) tenu le 16 avril à Libreville, Directeur Général adjoint ). M. Collard, 45 ans, était précédemment Adjoint au Directeur général, chargé du Département Achats, Stocks et Maîtrise d’œuvre. Il avait été nommé à ce poste le 29 février 2008, peu après son arrivée au Gabon fin 2007. M. Collard qui a été également désigné administrateur représentant les actionnaires de catégorie B, est un Inspecteur de Maintenance diplômé de l’Institut Control DATA et de l’Ecole Supérieure des Acheteurs Professionnels. M. Collard remplace au ...
Lire l'article
Dans le cadre de la promotion de la littérature gabonaise, l’Union des écrivains gabonais (UDEG) a procédé à la présentation officielle d’une œuvre à consonance religieuse : « Petites histoires des personnages de la bible » publiée par Nadia Origo. « Je suis une servante de Dieu dévouée, du ministère torrent des délices en France. Force est de constater que les histoires des servantes du Christ, comme Esther, Sarah, Ruth, Naomi sont importantes du point de vue des leçons de morale qu’on peut en tirer », a affirmé l’écrivaine, Nadia Origo Ces histoires sur les personnages féminins de la bible édifient ...
Lire l'article
Depuis bientôt une semaine, les habitants du quartier Alénakiri, dans la commune d’Owendo, sont privés d’eau potable. Selon les habitants, malgré la construction de deux châteaux d’eau, la pénurie d’eau potable est récurrente dans cette partie de la ville. Le quartier Alénakiri, uns des quartiers populaires de la commune d’Owendo, est paralysé depuis le début de la semaine par une coupure d’eau potable. Malgré la construction de deux châteaux d’eau, les coupures d’eau potables persistent et continuent de perturber la vie quotidienne des habitants du quartier. Selon les habitants du quartier, l’absence de l’eau potable est un ...
Lire l'article
Le régulateur de l’eau et de l’électricité au Gabon fait le point de plus d’un an d’activité
94 milliards francs CFA pour régler définitivement le problème de l’eau potable à Libreville
Gabon: 143 millions d’euros pour mettre fin au déficit d’eau à Libreville
Le Conseil des Ministre se saisit de l’audit de la SEEG et apporte des additifs
EDF dans le capital de la SEEG
Gabon : Ali Bongo au chevet de la SEEG ?
Gabon: « Les écritures gabonaises: histoires, thèmes et langues », nouvel ouvrage critique de la littérature gabonaise
Gabon : Bruno Collard nommé Directeur Général adjoint de la SEEG
Gabon: Art / Religion: « Petites histoires des personnages de la bible » de Nadia Origo présenté au public
Gabon : Alénakiri privé d’eau potable


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 9 déc 2011
Catégorie(s): Développement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>