- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Mine d’uranium au Gabon : Areva indemnisera des proches d’ex-salariés

Le géant nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d’uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d’une des familles et du groupe français.
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d’uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d’une des familles et du groupe français.
C’est la première fois que le groupe minier va engager un tel processus, conformément à un accord qu’il avait conclu en 2009 avec l’association Sherpa, qui défend les intérêts des salariés d’Areva exposés à des rayonnements ionisants, a précisé à l’AFP un responsable de l’ONG, l’avocat Joseph Breham. Contactée par l’AFP, Areva a souligné que par cette décision elle ne faisait que “tenir à la lettre” ses engagements “pris en 2009 dans le cadre l’accord signé avec Sherpa”.
La décision a été communiquée vendredi à Jacqueline Gaudet, la fille de l’un des deux ex-salariés concernés. Dans son courrier, dont l’AFP a eu copie, Areva indique vouloir “proposer une compensation” pour ces deux dossiers. L’association “Mounana”, que préside Mme Gaudet et qui regroupe des proches d’anciens salariés français affectés sur l’ancienne mine d’uranium de Mounana au Gabon, avait soumis à Areva une liste d’une vingtaine de cas pour lesquels elle sollicitait une indemnisation.
Une première
Pour deux de ces cas, les deux médecins ayant examiné les dossiers “tendent à s’accorder sur le lien de causalité entre la pathologie et l’exposition aux rayonnements ionisants, même si cette dernière n’est pas mesurée et resterait vraisemblablement modeste”, indique Areva. “En effet les pathologies entrent bien dans le cadre de ce qui est connu comme effet à long terme des rayonnements ionisants”, ajoute le courrier. Pour Me Breham, “c’est la première fois qu’Areva reconnaît qu’il existe entre une maladie et des rayonnements un lien suffisamment fort pour indemniser la famille”.
Areva avait été mis en cause à partir de 2003 par des associations qui menaçaient de porter plainte contre lui, et dénonçaient le taux élevé de cancers parmi les salariés ou ex-salariés de ses mines d’uranium au Gabon et au Niger. Le groupe français avait accepté en 2007 de mettre en place des “observatoires de la santé” dans les régions concernées, ouvrant la voie à d’éventuelles indemnisations. Un tel observatoire vient ainsi d’être mis en place cette semaine dans la région d’Agadez, au Niger.
Dans un documentaire sur ce sujet diffusé en France fin 2009, un ingénieur en physique nucléaire, Bruno Chareyron, avait dénoncé une “contamination tout à fait inacceptable” du sol dans la forêt près de la mine de Mounana, en particulier en radium, torium 230 et plomb 210.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Mine d’uranium au Gabon : Areva indemnisera des proches d’ex-salariés | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique  


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana, dans le Sud-Est du Gabon, a-t-on appris vendredi de source officielle. C’est la première fois que le groupe minier qui était établi au Gabon via la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) va engager un tel processus conformément à un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les intérêts des salariés de Areva exposés à des rayonnements ionisants. 40 000 dossiers médicaux appartenant à des mineurs ...
Lire l'article [1]
En annonçant le 13 décembre dernier la réduction de ses coûts et de ses investissements de 32% par rapport à la période 2007-2011, note une source digne de foi, AREVA a également dévoilé son programme de cessions supérieur à 600 milliards de FCFA, soit 1,2 milliard d’euros. Cette présentation est due à des pertes probables de plus de 700 milliards de FCFA, soit 1,5 milliard d’euros à la baisse du cours de l’uranium et à un carnet de commandes plombé par l’accident de la centrale de Fukushima, au Japon. Cette décision de ralentir ses investissements va inévitablement affecter les cinq pays africains ...
Lire l'article [2]
L’Observatoire de la santé Mounana (OSM) a repris il y a une semaine les consultations médicales destinées aux ex-salariés de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), rapporte ce mardi une source digne de foi. Selon le calendrier arrêté, la première phase des consultations prendra fin le 20 décembre prochain avant de relancer l’opération dirigée par le docteur Catherine Ondo-Eyene succédant à Angélique Kombila. Réservés uniquement aux anciens salariés résidant à Mounana, Moanda et leurs environs n’ayant pas été consultés entre octobre 2010 et mars 2011 lors du lancement des consultations de l’observatoire de Mounana. Ces visites consistent en une ...
Lire l'article [3]
La mine d’or de Bakoudou, à plus de 650 km au sud-est de Libreville et dont les réserves sont estimés 2,4 millions de tonnes devrait entrer en phase de production au dernier trimestre 2011, a appris l’AGP de source proche de la société MANAGEM, détentrice du permis d’exploitation de la mine. Selon des études réalisées le site, la production annuelle avoisinerait 1200 à 1400 kg d’or. La mise en valeur de site d’exploitation a nécessité la bagatelle somme d’environ 16 milliards de FCFA entièrement financé par le groupe MANAGEM. La mine emploiera plus de 150 gabonais et une ...
Lire l'article [4]
Le géant français du nucléaire civil AREVA a investi 2,8 milliards de FCFA en 2009 pour la recherche de l’uranium dans la région de Franceville, dans le sud-est du Gabon, a annoncé le directeur général de la filiale gabonaise de l’entreprise, Jean-François Millan, dans une déclaration à la presse à l’issue d’un entretien avec le ministre gabonais des mines, Alexandre Barro Chambrier. En 2008, l’Etat gabonais a signé avec AREVA un contrat de concession de trois ans renouvelable deux fois, portant sur trois permis de prospection sur les sites de Mopia, Lékabi et Andjogo. Le groupe AREVA est ...
Lire l'article [5]
Les salariés du site Plysorol de Lisieux occupaient samedi leur usine pour le 4e jour consécutif afin d'obtenir des indemnités de départ, a-t-on appris de source syndicale. Les salariés de l'ex-leader européen du contreplaqué, qui vient d'être racheté moyennant la suppression de 151 emplois, ont multiplié les actions ces dernières semaines pour leurs indemnités. "On n'a reçu aucune proposition pour les départs. On n'a rien obtenu. On est abandonnés par la direction et le nouveau repreneur et déconsidérés par les pouvoirs publics et les élus", a résumé Christophe Dubois, délégué du personnel CFDT, interrogé par l'AFP. Plysorol comptait 432 salariés sur trois sites ...
Lire l'article [6]
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article [7]
Le groupe français Areva, spécialisé dans l'énergie nucléaire, va mettre en place dans quelques semaines un observatoire de santé à Mounana pour suivre les anciens employés du groupe dans l'exploitation des gisements d'uranium de cette ville du sud-est du Gabon, a annoncé son directeur sanitaire, le Dr Alain Acker. De 1960 à 1999, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe Areva, a exploité le gisement d'uranium de Mounana, à 600 km de la capitale Libreville. Il s'agira pour l'observatoire d'établir si les maladies apparues dans la ville ou ses environs sont liées à l'exposition aux rayonnements découlant de ...
Lire l'article [8]
Le groupe nucléaire français AREVA vient de mettre en place une cellule locale d'information sur la radioactivité dans le site de Mounana,(sud-est du Gabon), où l’entreprise avait exploité l’uranium pendant de longues années, a-t-on appris samedi de source bien informée. Cette cellule regroupe les hauts responsables de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF, une filiale d’AREVA),les autorités municipales, la sous-préfecture, les représentants des anciens agents de l’entreprise, les associations et ONG ainsi que lesreprésentants des ministères des Mines, de la Santé et de l'Environnement. Les parties devront « établir un rapport comparatif des pathologies », précise la source. Depuis quelques années, le groupe AREVA ...
Lire l'article [9]
AREVA Gabon, filiale à 100% du groupe nucléaire français, compte lancer en juin prochain une nouvelle prospection d'uranium dans la province du Haut-Ogooué à l'est du Gabon, a-t-on appris ce jeudi à Libreville du Directeur général de l'entreprise, Jean François Milian. « Nous restons confiant sur cette prospection », a rassuré le directeur général d'AREVA Gabon. Il a également ajouté qu’une exploitation d'uranium au Gabon pourrait être possible si la recherche est prometteuse. Le premier Conseil d'administration s'est tenu mardi dernier à Libreville afin de prendre « acte » des développements réalisés depuis l'implantation de la société au Gabon et de valider ...
Lire l'article [10]
Gabon : Areva va indemniser pour la première fois deux des ayant droit de ses anciens employés
Quand AREVA se serre la ceinture
Reprise effective des consultations médicales des ex-salariés de Comuf à Mounana
Exploitation en fin 2011 d’une mine d’or dans le sud-est du Gabon
AREVA injecte près de 3 milliards de FCFA dans la recherche de l’uranium au Gabon
Plysorol : des salariés occupent l’usine
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
Le groupe Areva va installer un observatoire de santé au Gabon
Gabon: Mise en place d’une cellule d’information radioactivité à Mounana par le groupe nucléaire français AREVA
Gabon: Economie / AREVA Gabon lance en juin prochain un nouveau sondage d’uranium dans l’est du pays