Socialisez

FacebookTwitterRSS

Moncef Marzouki s’engage à être le président de tous les Tunisiens

Auteur/Source: · Date: 13 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique

Au lendemain de son élection par une forte majorité de l’assemblée nationale constituante (ANC) à la magistrature suprême, le nouveau président tunisien Moncef Marzouki s’est engagé mardi à être “le président de tous les Tunisiens”, après avoir prêté serment la main sur le coran.

“Nous vivons un tournant dans l’histoire de la Tunisie”, a-t-il lancé, en insistant sur l’impératif de rompre avec le système “dictatorial” précédent dont il a longuement énuméré les dépassements. Il en a dénoncé la politique oppressive, la torture, les procès politiques, l’emprisonnement de dizaines de milliers d’opposants et d’islamistes, la corruption, l’atteinte à l’identité arabo-musulmane du pays.

Dans sa première adresse à la nation retransmise en direct par la télévision nationale prononcée lors d’une séance extraordinaire de l’assemblée, l’ancien opposant notoire de Ben Ali s’est voulu rassurant à l’endroit de l’opposition qui a voté blanc. Celle-ci nourrissait des appréhensions face à ce qu’elle considère comme une concentration des pouvoirs aux mains du futur chef du gouvernement qui devrait être l’islamiste Hamadi Jebali, au détriment du chef de l’Etat. Elle protestait aussi contre la non délimitation de la durée du mandat de la Constituante initialement prévu pour un an.

L’ANC a pour mission essentielle d’élaborer une nouvelle Constitution qui doit conduire à terme à des élections générales.

Moncef Marzouki a assuré qu’il mènera des concertations aussi bien avec le gouvernement qu’avec l’opposition qu’il a invitée à “faire preuve de fair play et de proposer des solutions” aux problèmes qui se posent.

En militant ardent des droits de l’Homme, Moncef Marzouki s’est fixé pour objectif “d’asseoir les fondements d’une République civile et démocratique” qui garantit aux Tunisiens le droit à l’emploi, à l’enseignement, à la santé et “tous les droits de la femme, notamment à l’égalité” avec les hommes.

A l’instar du président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar, il a tenu à rendre un hommage appuyé à son prédécesseur Fouad Mébazzaâ et au Premier ministre sortant Béji Caïd Essebsi pour avoir conduit le pays aux “premières élections démocratiques” en Tunisie, ainsi qu’à l’armée et au corps de la sécurité pour leur “loyauté”.

“Aujourd’hui, nous sommes confrontés à des défis énormes” qui nécessitent “des décisions audacieuses”, a-t-il déclaré sur un ton résolu. Il a cité les “réformes urgentes” que nécessite une situation socio-économique préoccupante dont, en premier lieu, la création du plus grand nombre d’emploi possible pour atténuer l’acuité du problème du chômage qui affecte plus de 700.000 jeunes dont quelque 200.000 diplômés du supérieur.

Son programme prévoit également d’encourager les investissements “loin de toute exploitation”, de rétablir l’équilibre entre les régions développées et celles démunies et de conforter l’identité arabo-musulmane, s’agissant notamment de “protéger les femmes voilées”.

Pour “réaliser les objectifs de la révolution”, il a invité les Tunisiens à “faire preuve de patience” et ne pas exiger des solutions immédiates.

“Les Tunisiens ont prouvé au monde qu’ils étaient un peuple civilisé et qu’ils ont les compétences et les ressources de relever tous les défis”, a-t-il insisté.

Selon lui, “le monde arabe observe l’expérience tunisienne dont le succès servira de modèle et l’échec aura des répercussions négatives”.

Il a terminé en s’inclinant, les larmes aux yeux, à la mémoire “des jeunes tunisiens qui sont tombés sous les balles pendant la révolution pacifique” qui a fait chuter le régime répressif de Ben Ali. “Sans le sacrifice des martyrs de la révolution, je ne serais pas là”, a-t-il lâché, la gorge serrée par l’émotion.

Le nouveau président devait ensuite se rendre au palais de Carthage, dans la banlieue nord de Tunis, pour y prendre ses quartiers lors d’une cérémonie de passation des pouvoirs avec le président intérimaire sortant Fouad Mébazzaâ.

Il devait avoir dans l’après-midi des concertations avec les chefs des partis et autres personnalités politiques, en prélude à la désignation prévue mercredi du chef du gouvernement pressenti qui aura à former son cabinet avant la fin de la semaine. AP 


SUR LE MÊME SUJET
Le président du Sénat, Rose Francine Rogombé, a déclaré mardi à Libreville, que ‘’la bonne gouvernance ne doit pas être un simple slogan mais elle doit permettre de déboucher sur un ensemble de plus-values sociales qui mettent les populations à l’abri de la pauvreté, du chômage et de la précarité, qui sont malheureusement autant de maux qui touchent aujourd’hui des pans entiers de notre société’’. ‘’De la bonne gouvernance, il nous faut toujours en parler, car il s’agit d’un aiguillon indispensable des processus démocratiques, pour mieux construire notre contient (…). C’est, me semble-t-il, le moyen indiqué pour ...
Lire l'article
Tous les chantiers prévus dans le cadre des fêtes tournantes 2001-2008 qui ont connu un début d'exécution seront poursuivis et achevés, a promis le président de la République Ali Bongo Ondimba qui était face à la presse jeudi à l'issue des travaux du Conseil des ministres tenu ce jeudi à Tchibanga capitale, la province de la Nyanga. Faisant le tour des questions abordées au cours du Conseil des ministres, le Chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba a notamment insisté sur la poursuite de tous les chantiers retenus à l'occasion des fêtes tournantes 2009/2010. « En ce qui concerne les fêtes tournantes ...
Lire l'article
Une mission économique tunisienne multisectorielle et un forum d’hommes d’affaires tuniso-gabonais se tiendront du 23 au 25 novembre prochain à Libreville. La Chambre de Commerce ameute les opérateurs économiques gabonais pour prendre langue avec ceux qui construisent la prospérité de Carthage. La Chambre de Commerce, de l’Agriculture, des Mines et de l’Industrie du Gabon (CCAMIG) et le Centre de promotion des exportations de Tunisie (CEPEX) en collaboration avec l’ambassade de Tunisie au Gabon, ont invité dans un communiqué commun publié ce 17 novembre, les opérateurs gabonais à prendre part au forum d’affaires tuniso-gabonais des 23, 24 et 25 novembre 2010. Cette ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”
Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l'ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Les Manifestants ont ...
Lire l'article
Le Premier ministre et vice-président du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) Paul Biyoghé Mba, a déclaré samedi dernier, au Cap Estérias, que tous les élus locaux du département du Cap Estérias doivent être des « pédégistes », à partir de 2011, à l’occasion de la célébration du 42e anniversaire du parti au pouvoir. ‘’A partir de 2011, tous les élus locaux du Cap Estérias doivent être des pédégistes’’, a déclaré Paul Biyoghé Mba, faisant allusion aux législatives de 2011, aux locales de 2013, aux sénatoriales de 2015 et à la présidentielle de 2016. Par ailleurs, Paul Biyoghé Mba a appelé les ...
Lire l'article
Libreville, 3 septembre (GABONEWS) – Ali Bongo Ondimba, président de la République élu au terme de l’élection présidentielle de dimanche dernier, s’adressant pour la première fois à la nation depuis son Quartier général de Gabon Expo, a précisé ce jeudi qu’il sera le « Président de tous les Gabonais ».
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - ''Le succès du président élu le 30 août sera le succès de tous les gabonais'', a déclaré mardi à Libreville, le président de l'Assemblée nationale gabonaise, Guy Ndzouba Ndama, à l'ouverture de la 2e session ordinaire de l’Assemblée nationale. M. Ndzouba Ndama a, par la même occasion, invité ses compatriotes au sortir du scrutin de dimanche dernier, à la cohésion, à l'unité et à la paix, quel que soit le président élu, ingrédients essentiels pour bâtir un pays prospère et émergent en Afrique. ''Nous avons élu le dimanche 30 août le président de tous les Gabonais. Son succès sera ...
Lire l'article
Ce fut un coup de maître de la part des stratèges du BDP - Gabon Nouveau contre la énième manœuvre d’Ali Ben Bongo ! Malgré les embuscades auxquelles ils ont été confrontés sur le terrain, les stratèges du BDP ont pu contourner la stratégie maléfique et injuste que les malfrats du bongoïsme ont mise en place pour barrer catégoriquement la route à leur candidat. Nous verrons donc dans quelques jours la mine que feront ceux qui mentent aux Gabonais depuis plus de 42 ans.   Après toutes les manœuvres brigandes, grossières et « subtiles » orchestrées par les acteurs de la pérennisation du bongoïsme, ...
Lire l'article
Le président du Forum africain pour la reconstruction (FAR, opposition), a conseillé lundi à son homologue de l'Union du peuple gabonais (UPG), Pierre Mamboundou, d'apprendre à être démocrate, en respectant la volonté de la majorité qui s'était exprimée pour le choix des représentants de l'opposition au sein de la Commission électorale nationale autonome permanente (CENAP). ''Pour nous, le leader de l'UPG qui milite pour le changement, doit respecter les fondamentaux d'une démocratie. Et cela passe en premier, par le respect de la volonté de la majorité, qui ne peut se faire que par le vote, en toute transparence'', a-t-il déclaré. Selon Léon ...
Lire l'article
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Dr. Daniel Mengara (BDP-Gabon Nouveau, 26 juillet 2007) - Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : " Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon ". Vous conviendrez avec nous, Monsieur le Président, qu'une situation de dictature, aussi bénigne qu'elle puisse paraître, ne pourrait être tolérée dans un pays démocratique comme le vôtre. Elle ne doit pas non plus être tolérée au Gabon. A Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française. Monsieur, Au nom du mouvement " Bongo Doit Partir - Pour la ...
Lire l'article
La bonne gouvernance ne doit pas être un simple slogan, déclare le président du Sénat gabonais
Politique / Tous les chantiers des fêtes tournantes seront poursuivis et achevés, a indiqué le Président Ali Bongo Ondimba
Gabon : Les Tunisiens scrutent le marché de l’émergence
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit
“Tous les élus locaux du Cap Estérias doivent être « pédégistes » à partir de 2011” (Biyoghé Mba)
Gabon: « Je suis et je serai le président de tous les Gabonais », Ali Bongo Ondimba
Politique : Le succès du président élu sera le succès de tous les Gabonais (PDT de l’Assemblée nationale)
La candidature du BDP-Gabon Nouveau ne pouvait être validée en même temps que celle de tous les traitres du Gabon
Gabon : Le président de l’UPG doit apprendre à être démocrate (Léon Mbou Yembit)
Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : ” Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*