Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon en «État» d’urgence pour cause d’élections législatives, le 17 décembre 2011

Auteur/Source: · Date: 16 Déc 2011
Catégorie(s): Analyses,Diaspora,Opinion,Politique

En vue de la tenue du scrutin des législatives du samedi 17 décembre 2011, le chef de l’État gabonais et son gouvernement ont décrété la fermeture des frontières aériennes, navales et routières. Dans les pays où l’on respecte scrupuleusement les libertés et les droits des citoyens, ce type de décret est une mesure de déclaration d’État d’urgence.

Il faut rappeler que l’État d’urgence est une mesure d’exception prise par un gouvernement en prévention d’un cas de péril imminent dans un pays ou dans une partie du pays. Il entraîne la restriction des libertés fondamentales, comme celle de circuler librement ou la liberté de la presse. Pour ce qui est de la liberté de presse nous savons depuis longtemps qu’elle est problématique au Gabon. En revanche, interdire les citoyens de circuler est en soi une décision extrêmement sérieuse. Elle ne se prend pas à la légère. Elle marque en effet la prévention d’un péril important. Il faut donc se demander, au regard de ce décret de fermeture de toutes les frontières nationales, l’État et la Nation gabonaise seront-ils en péril le 17 décembre 2011? Quelle est la nature de ce péril ?

Le seul péril qui pourrait naitre le 17 décembre 2011 est celui de la confirmation de l’illégitimité du pouvoir usurpateur. Contrairement aux élections antérieures où l’affluence des électeurs aux urnes donnait l’onction de se décréter une légitimité en détournant l’expression de la volonté du peuple, cette fois-ci, si les gabonais restent cloîtrés chez eux, il sera laborieux pour le parti au pouvoir de s’octroyer malhonnêtement le soutien de la majorité des gabonais. En effet, comment voler ce qui n’existe pas!

Le chef de l’État et son gouvernement sont en droit, pour la sécurité et la protection des Gabonais, de décréter l’État d’urgence. L’article 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’ONU de 1966 reconnait au niveau du droit international l’état d’urgence. Il dispose notamment en son article 4.1 que :

«Dans le cas où un danger public exceptionnel menace l’existence de la nation et est proclamé par un acte officiel, les États parties au présent Pacte peuvent prendre, dans la stricte mesure où la situation l’exige, des mesures dérogeant aux obligations prévues dans le présent Pacte, sous réserve que ces mesures ne soient pas incompatibles avec les autres obligations que leur impose le droit international et qu’elles n’entraînent pas une discrimination fondée uniquement sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l’origine sociale (…)».

Si l’on suit à la lettre cet article 4.1, le gouvernement présent, pour le 17 décembre, un danger public exceptionnel menaçant l’existence de la Nation. Dans la présentation de sa décision de fermer les frontières nationales, le gouvernement gabonais n’a pas trouvé de son devoir d’expliquer ou de justifier auprès de ces commettants sa décision.

Pour éviter que les gouvernements prennent de façon illégitime et illégale des décisions d’État d’urgence et restreindre les libertés des citoyens, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’ONU de 1966 en son article 4.3 exige que «Les États parties au présent Pacte qui usent du droit de dérogation doivent, par l’entremise du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, signaler aussitôt aux autres États parties les dispositions auxquelles ils ont dérogé ainsi que les motifs qui ont provoqué cette dérogation. Une nouvelle communication sera faite par la même entremise, à la date à laquelle ils ont mis fin à ces dérogations».

Nous avons téléphoné le secrétariat général des Nation Unies pour nous enquérir des motifs de la décision du chef de l’État gabonais et de son gouvernement de restreindre les libertés fondamentales des citoyens gabonais le 17 décembre 2011. Le secrétariat des Nations Unies nous dit qu’elle n’a reçu aucune correspondance du gouvernement gabonais relativement à la décision de fermeture de ses frontières. Comme à son habitude, le gouvernement gabonais aurait-il agi de façon contraire au respect de ses obligations constitutionnelles et des traités internationaux ? À l’évidence, il semble que oui.

Dans un article publié il y a quelque quatre semaines, nous soutenions que «le Gabon est un pays de coup d’État permanent». Le décret de fermeture de toutes les frontières gabonaises en violation des obligations constitutionnelles et des traités internationaux est une autre illustration de ce coup d’État permanent.

Pour un pays où règne la primauté du droit, lorsque le gouvernement veut prévenir la sécurité des citoyens et la protection des biens publics et privés, il fait appel aux forces de police ou à la gendarmerie nationale. Lorsque l’on fait appel à l’armée, on est en présence d’une situation de péril. Au Gabon, l’appel à l’armée pour encadrer des meetings des politiciens dans leur éducation des citoyens par rapport à leurs droits et libertés est une chose courante. Le déploiement de l’armée n’a pas pour but la préservation de la sécurité des citoyens et la protection des biens. Il a pour objet d’intimider, de menacer en vue de décourager l’expression et les libertés des citoyens. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la décision de décréter la fermeture des frontières nationales le 17 décembre 2011.

Par ce décret, comme les citoyens palestiniens de Gaza, les gabonais seront circonscrits comme dans un enclot. En Palestine, il s’agit pour les militaires israéliens de forcer les palestiniens d’accepter leurs conditions de dominations politiques et de ne rien contester. Au Gabon, le pouvoir fait la même chose. Ce qui est triste, ce qu’il y a des Gabonais sur le net qui trouvent façon d’accepter ce genre de chose et d’en venir à justifier le bienfondé d’un pouvoir qui agit de la sorte. Enfin, lors de l’holocauste il se trouvait bien dans les rangs des tortionnaires des juifs, il faut croire qu’il faut des nôtres pour nous dire qu’il est bien de souffrir.

Joël Mbiamany-N’tchoreret
Blog Joël Mbiamany-N’tchoreret 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Qui a réellement gagné les élections législatives de décembre 2011 ?
Le parti au pouvoir et l’opposition archaïque crient victoire. De ces cris lancés simultanément, on peut effectivement se demander : qui a réellement gagné les élections législatives au Gabon ? En effet, le 17 décembre 2011, 34% des gabonais en âge de voter se sont rendus aux urnes afin de se choisir librement leurs représentants à l’assemblée nationale. Et de cette volonté affichée par les gabonaises et des gabonais, c’est le parti démocratique gabonais (PDG) qui a remporté la majorité des sièges. Cependant, au regard de la mobilisation enregistrée, le PDG dirigé par Faustin Boukoubi ne devrait pas vraiment bomber le ...
Lire l'article
Le décès de Pierre Mamboundou et les élections législatives, événements majeurs en 2011 au Gabon
L’année 2011 a été marquée au Gabon par le décès de Pierre Mamboundou, leader charismatique de l’opposition survenu le 15 octobre et l’organisation des élections législatives à un tour le 17 décembre dernier. Pierre Mamboundou, opposant historique avait quelques semaines avant sa mort, retourné sa veste en optant pour un ‘’boycott’’ du scrutin. Il avait déclaré en compagnie de plusieurs autres responsables de l’opposition que son parti, l’Union du peuple du gabonais (UPG) n’irait pas aux élections sans l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. Député à l’Assemblée nationale, Pierre Mamboundou avait été déclaré deuxième lors de l’élection présidentielle anticipée ...
Lire l'article
Elections législatives du 17 décembre 2011 au Gabon: Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise
Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise Les résultats des élections législatives 2011 organisées au Gabon le 17 Décembre 2011 ont considérablement accentué la crise politique et la dégradation de l’environnement démocratique dans le pays. Cette élection s’est tenue dans un climat politique délétère marqué par la volonté et le refus du Gouvernement Gabonais à composer avec l’opposition et le Mouvement Ca suffit comme Ca qui ont proposé la mise en oeuvre des reformes politiques afin d’améliorer de façon significative le système démocratique et de régler de manière durable la question de la légitimité des dirigeants. Face au refus du camp au ...
Lire l'article
Déclaration de la Société Civile sur  les Elections Législatives du  17 Décembre  2011 au Gabon
L’appel lancé par les forces démocratiques gabonaises opposition politique et la Société Civile libre autour du Mouvement Citoyen « ça suffit comme ça » à savoir « Pas de Biométrie, pas de Transparence, Pas d’Élection » a été largement et massivement suivi. Le Peuple Gabonais, dans une maturité sans précédent vient de rejeter et de désavouer le système PDG. À travers tout le pays, les bureaux de vote sont restés vides : plus de 95 % des Gabonais ne sont pas allés voter. Cet échec constaté par la presse ...
Lire l'article
Suite à la décision de la Cour constitutionnelle, la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) a confirmé la date du 17 décembre prochain pour la tenue des élections législatives. L'UPG (Union du peuple gabonais) de feu Pierre Mamboundou Mamboundou et le CDJ (Congrès pour la démocratie et la justice) de Jules Bourdès Ogouliguendé avaient déposé une saisine à la Cour constitutionnelle en vue de l'annulation les décisions prises par la CENAP les 3 et 6 octobres derniers. Ces décisions de la CENAP avaient trait à la nomination des présidents des commissions locales et à la fixation du calendrier ...
Lire l'article
Gabon: le gouvernement fixe les élections législatives au 17 décembre
Les élections législatives gabonaises, dont l'opposition réclamait le report pour pouvoir introduire la biométrie dans le processus électoral, auront lieu le 17 décembre, le calendrier de la Commission électorale ayant été entériné par le gouvernement. Le conseil des ministres a repris intégralement le calendrier proposé par la la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) la semaine dernière, selon le communiqué diffusé jeudi dans la presse gabonaise. "Date limite de dépôt des déclaration de candidature à l'élection des députés lundi 31 octobre à 18h00 (...) la campagne sera ouverte le mercredi 7 décembre à 00h, close le vendredi 16 décembre à 24h ...
Lire l'article
Alors que l’opposition réclame depuis plusieurs mois le report des élections législatives à 2012, afin de permettre l’introduction de la biométrie, le rapporteur de la Commission électorale a annoncé la tenue du scrutin le 17 décembre 2011. « Le cas de force majeur » invoqué par l’opposition gabonaise pour reporter les élections législatives en 2012 n’a pas été suffisant pour faire plier le gouvernement. Le scrutin aura lieu le 17 décembre, a annoncé Benjamin Nzigou, le rapporteur de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap) sur la chaîne publique RTG1. L’annonce a été lapidaire : « Date limite de dépôt ...
Lire l'article
Les élections législatives gabonaises, dont l'opposition réclamait le report pour pouvoir introduire la biométrie dans le processus électoral, auront lieu le 17 décembre, a annoncé jeudi le rapporteur de la Commission électorale sur la chaîne publique RTG1. Date limite de dépôt des candidatures auprès des commissions électorales locales lundi 31 octobre à 18h00, ouverture de la campagne le mercredi 7 décembre à 00h. Scrutin le samedi 17 décembre, a annoncé Benjamin Nzigou, rapporteur de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), en lisant un communiqué, sans autre précision. Après une concertation du président Ali Bongo Ondimba avec l'opposition et la société ...
Lire l'article
Le Gouvernement gabonais a décidé de maintenir les élections législatives prévues au Gabon avant la fin de l’année 2011, suite au rejet, par la Cour constitutionnelle, de sa requête plaidant pour un report du scrutin pour permettre l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. "Le gouvernement de la République prend acte de cette décision de la haute juridiction", souligne un communiqué de la Primature lu mardi soir à la télévision nationale par le ministre gabonais de la communication Paul Ndong Nguema. "Cette décision ne peut faire l’objet d’aucun recours. En conséquence, le gouvernement va organiser les élections ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a invité, jeudi à Libreville, la classe politique à opérer un choix entre l’organisation des prochaines élections législatives avec ou sans la biométrie, dans le meilleur des cas, envisager le report du scrutin, à l’issue d’une concertation avec les forces vives de la nation. ‘’Faut-il aller aux élections sans la biométrie pour satisfaire les délais légaux ? Faut-il intégrer la biométrie dans l’organisation des prochaines législatives quitte à hypothéquer certains projets en cours ? Ou doit-on simplement amener la Cour constitutionnelle à constater un cas de force majeur conduisant à un report ...
Lire l'article
Gabon : Qui a réellement gagné les élections législatives de décembre 2011 ?
Le décès de Pierre Mamboundou et les élections législatives, événements majeurs en 2011 au Gabon
Elections législatives du 17 décembre 2011 au Gabon: Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise
Déclaration de la Société Civile sur les Elections Législatives du 17 Décembre 2011 au Gabon
CENAP : Les législatives sont maintenues au 17 décembre 2011
Gabon: le gouvernement fixe les élections législatives au 17 décembre
Gabon : les élections législatives annoncées pour le 17 décembre
Gabon: élections législatives le 17 décembre
Les élections législatives maintenues au Gabon avant la fin 2011
Vers un report des élections législatives prévues en 2011 au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Déc 2011
Catégorie(s): Analyses,Diaspora,Opinion,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*