Socialisez

FacebookTwitterRSS

Pourquoi les Gabonais voteront pour le PDG

Auteur/Source: · Date: 17 Déc 2011
Catégorie(s): Opinion,Politique

Quels sont les enjeux d’une élection dans une démocratie ? Pour tout électeur cette question est essentielle et amène une seule réponse valable : se prononcer sur les programmes présentés par les différents partis politiques. A condition que les partis politiques aient réellement des propositions pour le développement de leur pays et l’amélioration concrète des conditions de vie de leurs compatriotes.

Hormis une certaine opposition « irresponsable » et qui préfère se placer elle-même hors la loi plutôt que d’apporter sa pierre à la construction d’un nouveau Gabon (bref, ils sont libres), les Gabonais sont placés devant un choix très simple : voter pour l’opposition républicaine historique rangée derrière la barrière de l’UPG mais qui ne propose pas grand-chose ou donner au Chef de l’Etat la majorité dont il a besoin à l’Assemblée Nationale pour poursuivre son ambitieux programme de développement.

Parce que depuis qu’il a été élu le Président Ali Bongo Ondimba ne cesse de travailler et de mettre en œuvre le projet de société « l’Avenir en Confiance » qu’ont choisi les Gabonais, se montrant particulièrement attentif à respecter scrupuleusement ses promesses, les premiers résultats sont visibles pour chaque Gabonais.

Voici un rappel des mesures phares lancées par un Président, qui se distingue déjà dans l’histoire du Gabon comme étant celui qui a de loin initié le plus de réformes et de chantiers en un laps de temps aussi court, dans des domaines majeurs qui touchent directement l’amélioration des conditions de vie des Gabonais : la santé, l’éducation, les infrastructures, le transport et le logement.

La Santé pour tous

Depuis son accès à la Présidence de la République gabonaise en 2009, le président Ali BONGO ONDIMBA a fait de la santé une de ses priorités. Les deux grands axes de cette politique sont la restructuration des services hospitaliers et l’extension de soins de qualité à tous.

La restructuration des services hospitaliers a lieu à l’échelle nationale : agrandissement, rénovation, modernisation. Elle vise également à renforcer le lien entre toutes les structures médicales (dispensaires, CHU nationaux, centres hospitaliers régionaux). L’objectif de ce maillage est d’écourter les temps de prise en charge des malades qui passe par : le renforcement des capacités d’accueil de l’hôpital des armées ; le renforcement des capacités d’accueil du centre hospitalier de Libreville ; la spécialisation de l’hôpital Jeanne-Ebori, dans la santé maternelle et infantile ; la spécialisation du CHU d’Owendo dans la traumatologie et l’orthopédie ; la spécialisation du CHU d’Angondjé dans la cancérologie ; la rénovation et l’agrandissement du CHR Amissa Bongo près de Franceville ; la création d’un CHU international à Lambaréné.

De plus, chaque chef-lieu de département sera doté de son propre centre de santé afin de prendre en charge les malades des différents villages situés dans le rayon de ce dernier. La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) agit d’ailleurs comme un accélérateur, dans la mesure où nombre des infrastructures de santé prévues à cet effet seront revalorisées et mobilisées au service des structures de santé locales. L’acquisition d’ambulances de réanimation et d’hélicoptères en province (Franceville) est une des marques de cette volonté de garantir le transport rapide des malades.

En matière de distribution et d’approvisionnement en produits pharmaceutiques, c’est un choix identique qui a prévalu. Il existe, dans chaque région, un office pharmaceutique régional à l’exemple de celui de Lambaréné, dont la mission est d’approvisionner les centres de santé. Le niveau national est assuré par la Pharmacie nationale, qui se charge d’assurer l’approvisionnement des pharmacies régionales.

L’extension de soins de qualité pour tous s’est matérialisée par : l’instauration en cours de la couverture vaccination et de l’assurance maladie par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) pour tous les Gabonais ; l’établissement progressif de la gratuité des frais d’accouchement ; La lutte contre le VIH/Sida : création de centres de traitement ambulatoire dans chaque province du Gabon, prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida, gratuité du dépistage, mise en place d’un programme d’achat des médicaments antiviraux et prévention à l’attention des jeunes.

Une éducation de qualité

L’investissement dans ce secteur est considéré comme fondamental dans le processus de développement économique et social de tout pays. C’est pour cette raison que le Président en a fait un des grands projets de son mandat et une des pierres angulaires de son projet de société « l’Avenir en Confiance » avec pour objectif d’offrir une éducation de qualité au plus grand nombre.

Son premier acte fort a été d’organiser en mai 2010, les Etats Généraux de l’Education, de la Recherche et de l’Adéquation Formation-Emploi, afin de faire un diagnostic et une évaluation dans ce domaine. Il s’en est suivi un important programme d’investissements, actuellement en cours, dans le primaire, le secondaire et l’enseignement supérieur : Enseignement primaire (renforcement de la formation des enseignants, enseignement pré-primaire obligatoire, initiation aux sciences, à l’informatique et aux langues) ; Enseignement secondaire (augmentation des capacités d’accueil avec la création de collèges et de lycées, priorité donnée à l’enseignement scientifique avec la création des lycées d’émergence scientifique) ; Enseignement supérieur et recherche (création et décentralisation d’universités et de grandes écoles sur l’ensemble du territoire nationale « Université de Port-Gentil, Institut du Pétrole de Port-Gentil, Université d’Oyem spécialisé dans l’Agriculture, Ecole Nationale d’Administration à Fougamou, Ecole Nationale des Arts et Manufactures à Mbigou, Ecole Nationale de la Magistrature à Koulamoutou, Ecole Nationale des Eaux et Forêts à Makokou et Institut National de la Poste, des Technologies, de l’Information et de la Communication, à Franceville »).

A titre d’exemple, un vaste chantier a été entamé à l’Université Omar Bongo avec la construction en cours d’une nouvelle Bibliothèque Universitaire, un nouvel amphithéâtre, et de nouveaux logements.

Autre réforme majeure, la restructuration complète du système des bourses et stages. Répondant à la fois à la nécessité de lutter contre la corruption, d’améliorer les conditions d’étude des étudiants et de veiller à une meilleure adéquation entre formation et emploi, avec un accent mis sur les besoins de l’économie gabonaise. Les bourses ont ainsi été revalorisées de 25% au Gabon et de 10% en France.

A cela s’ajoute les initiatives menées par la Première Dame, Sylvia BONGO ONDIMBA. Sa fondation soutient la jeunesse à travers des actions éducatives complémentaires à celles des parents et de l’école. A cet effet la Première Dame a procédé à des distributions de manuels scolaires, fournitures, et calculatrices scientifiques dans différents établissements de la capitale…

Le développement des grandes infrastructures de transport

Indispensables pour le développement du Gabon et la diversification de son économie, l’Etat a énormément investit depuis 2009 dans les grandes infrastructures de transport sur l’ensemble du territoire national.

Priorité dans ce domaine, le réseau routier du Gabon est en pleine rénovation et extension avec l’accélération de la deuxième phase du PARR (Programme d’Aménagement du Réseau Routier). Les objectifs de ce programme sont entre autres : de doter le Gabon à l’horizon de 2016 de 3663 km de routes bitumées de qualité (soit 30% de son réseau routier) qui supportera 80% du trafic national de biens et de personnes ; de développer les axes nord-sud et est-ouest, ainsi que d’assurer les liaisons aux frontières avec le Congo, le Cameroun et la Guinée Equatoriale.

Les travaux actuellement en cours concernent 601 km pour un budget de 523,940 milliards XAF : route du Cap Estérias ; route Moanda – Bakoumba ; route Fougamou – Mouila ; route Ndendé – Lébamba ; route la Léyou – Lastoursville ; route Maiengué – Fougamou ; route Nationale 1 (PK 12 – Ntoum – Bifoun) ; route Tchibanga – Mayumba ; construction du pont sur la Banio.

Les travaux en voie de démarrage se portent sur 803 km pour un budget de 670,600 milliards XAF :
route Ndjolé – Médoumane ; route Akiéni – Okondja ; route Lalara – Koumaméyong ; route Port Gentil – Mandorové ; route Mouila – Ndendé ; route Ndendé – Tchibanga ; route Oyem – Mongomo ; route Alembé – Mikouyi et le contournement sud de Libreville (PK 15 – Owendo).

Le Gabon s’est par ailleurs doté d’un fonds spécialement dédié à la maintenance de l’ensemble de son réseau routier.

D’importants chantiers ont également été initiés pour le transport aérien (nouvel aéroport international de Libreville à Andémé ; agrandissement des aéroports de Franceville et Port-Gentil ; création d’une nouvelle compagnie aérienne pour mieux assurer les liaisons internes) et au niveau des infrastructures portuaires (modernisation et agrandissement du port d’Owendo).

Le logement au cœur des priorités

Promesse phare du Président Ali Bongo Ondimba pendant la campagne électorale de 2009, la construction de 5 000 logements par an est sur le point de débuter. La restructuration de fond de l’ensemble de ce secteur en 2010 et 2011 va permettre de rattraper le retard initialement pris en repartant sur des bases saines. Les principales mesures dans ce domaine sont : le limogeage de l’ensemble du personnel du Ministère de l’Habitat pour mettre fin à une corruption généralisée et réorganisation du Ministère ; la simplification de la procédure pour obtenir un titre foncier qui passe de 134 à 7 étapes la création de l’Agence Nationale de l’Urbanisme, des Travaux Topographiques, et du Cadastre ; le nettoyage du cadastre avec la création de l’Agence Nationale de l’Urbanisme, des Travaux Topographiques, et du Cadastre ; la création d’un Conseil National de l’Habitat pour coordonner et accélérer la construction des logements ; la mise en place de plans d’urbanisme détaillés sur l’ensemble du territoire national pour améliorer l’environnement de vie (logement, routes, hôpitaux, écoles,…) dans les villes gabonaises.

Concrètement sur le terrain les premières zones de construction autour de Libreville ont été sélectionnées. Les travaux ont d’ailleurs déjà commencé au quartier d’Agondjé pour la création d’un quartier de « développement durable », unique en Afrique, qui se caractérisera par la mixité sociale et la mise en place de toutes les infrastructures socio-économiques dès le départ (routes, centres de santé, écoles, zones de loisirs). Un accord a d’ailleurs été signé avec le groupe américain International Development Corporation (IDC) pour financer la viabilisation des terrains pour 5 000 logements. En tout, 10 000 logements sociaux vont être prochainement construits : la moitié au nord de Libreville et l’autre en face de la Zone Economique Spéciale de Nkok.

Le sport

Enfin, à la veille de l’accueil par le Gabon de la Coupe d’Afrique des Nations, comment ne pas parler des nouvelles infrastructures dont se dote le pays et qui bien au-delà de la compétition continentale de football profiteront à la jeunesse et à tous les Gabonais, ainsi qu’au développement du tourisme : le nouveau stade omnisport de l’Amitié à Libreville d’une capacité de 40 000 places ; la rénovation du stade de Franceville d’une capacité de 22 000 places ; la rénovation du stade omnisport Omar Bongo Ondimba de Libreville qui est transformé en complexe sportif ; 6 stades d’entraînement dans les provinces de l’Estuaire et du Haut-Ogooué ; la construction d’un complexe sportif ultra moderne à Bongoville ; 6 résidences pour les joueurs ; Plusieurs hôtels construits et rénovés à Libreville et à Franceville.

Voici donc brièvement présentés les chantiers majeurs pour les Gabonais lancés depuis près de deux ans par le chef de l’Etat et qui changent déjà le visage du Gabon. Voici un programme qui repose sur des réalisations concrètes que les Gabonais peuvent juger. Voici l’enjeu de ces élections et pourquoi il est essentiel pour chaque citoyen d’aller voter.


SUR LE MÊME SUJET
Au cours d’une conférence de presse jeudi à Libreville, le Secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais, Faustin Boukoubi, a expliqué aux journalistes les raisons de victoire écrasante de son parti lors des législatives du 17 décembre. Ce succès politique est "la reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et le renouvellement d’un mandat clair et sans ambigüité au chef de l’Etat’’, a-t-il soutenu. Le 22 décembre dernier, le secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi est revenu largement sur les raisons et les arguments qui expliquent le succès de son parti aux élections législatives du 17 ...
Lire l'article
Pourquoi Africa n° 1 a (brièvement) cessé d’émettre
Pourquoi le signal de la radio Africa n° 1 a-t-il été interrompu, les 2 et 3 novembre, par Eutelsat ? Le fournisseur français de services par satellite souhaitait manifestement obtenir le paiement de plusieurs factures de location du satellite que la radio panafricaine tarde à acquitter. À Libreville, on invoque tout au plus une « négligence ». En réalité, la vraie raison du retard serait le peu d’empressement à signer les chèques manifesté par les deux représentants de l’actionnaire majoritaire libyen : le directeur général, Louis-Bartélemy Mapangou, et le directeur général adjoint libyen chargé des questions financières. « L’argent était pourtant disponible ! », ...
Lire l'article
Il est difficile de parler de la politique au Gabon sans citer Ali Bongo Ondimba le président de la République, sans faire référence à Mba Obame André, le nouveau leader de l’opposition gabonaise et sans nommer Pierre Mamboundou Mamboundou dont certains préfèrent garder de lui le souvenir de son positionnement passé qui faisait de lui un homme habile et cohérent. Dans le contexte politique trouble qui sévit actuellement au Gabon, plusieurs raisons sont évoquées à tort ou à raison. Cependant, l’argument sur lequel une majorité de gabonaises et de gabonais s’accorde et qui finalement constitue le point commun de nos ...
Lire l'article
Coup de theatre: En direct a la television nationale, la presidente de la cour constitutionnelle a du mal a annoncer le "vainqueur"  d'une election entachees d'innombrables irregularites.
Lire l'article
Afin de permettre à l’opinion nationale et internationale de disposer de l’ensemble des éléments lui permettant de comprendre et d’apprécier la position des requérants sur la question du recomptage des suffrages, la coalition des candidats et partis politiques de l’opposition, régulièrement informée des actions des requérants auprès de la Cour Constitutionnelle, dont elle réaffirme la totale solidarité et le total accord de chacun de ses membres, voudrait d’abord restituer les faits. 1.Le recomptage des suffrages est une demande clairement exprimée dans les requêtes en annulation de l’élection présidentielle du 30 août 2009 présentées par plusieurs requérants, afin de permettre, sur ...
Lire l'article
L’annonce de la victoire d’Ali Bongo à la présidentielle a déclenché une vague de contestations et de violences dans la capitale et en province. Des actes de violence qui ont visé en premier lieu des intérêts français : Le consulat de France a été incendié, des stations-services du groupe pétrolier Total ont été saccagées. Pourquoi la France semblerait-elle être dans le collimateur des manifestants ? Dans l’analyse que nous vous proposons aujourd’hui, Noël Kodia, écrivain et critique littéraire, nous éclaire sur cette question. Il montre comment l’élection d’Ali Bongo sonne comme la continuité de la nébuleuse Françafrique même si la ...
Lire l'article
Depuis que j’ai l’âge de voter, j’ai participé à chaque élection gabonaise, remplissant mon devoir de citoyen avec le sentiment de l’utilité, même réduite, de mon suffrage. Aujourd’hui, je suis convaincu du contraire. C’est pourquoi, en harmonie avec ma conscience et ma raison, pour la première fois de ma vie, j’ai pris la ferme décision de ne pas voter à l’élection présidentielle, prévue pour le 30 août 2009. Les raisons d’un tel choix sont simples. Au fil du temps, le Gabon est devenu une démocratie matrimoniale dans laquelle des oligarchies rentières se disputent le pouvoir. Aucun candidat déclaré n’a encore ...
Lire l'article
Bien entendu, l’obamania est un phénomène planétaire, du moins ces derniers mois. Un phénomène qui prend tout de même une forte ampleur, très intéressante à analyser, en Afrique et dans la diaspora africaine. Le continent se passionne de manière ostensible pour l’aventure politique du fils de Barack Hussein Obama Sr. (1936-1982), l’Africain, le Kényan, le Luo. Les T-shirts à l’effigie du candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine circulent à Nairobi, à Johannesburg et à Abidjan. Un phénomène de projection-identification pour celui qui "parle le nègre" Les leaders d’opinion et les élites s’intéressent au fabuleux destin de Barack, autant (ou peut-être plus) qu’aux ...
Lire l'article
Gabon: L’Etat gabonais et la BID signe une convention de 47 milliards de francs pour l’axe routier Akieni-Okondja
L’Etat gabonais, par le truchement de son ministre d’Etat en charge des Finances, Paul Toungui, et la Banque islamique de développement (BID) à travers son vice-président, Dr Amadou Boubacar Cissé, ont signé vendredi dernier, à Libreville, en présence du chef du gouvernement, Jean Eyéghé Ndong et du président de la République, Omar Bongo Ondimba, une convention de 47 milliards de francs CFA, pour le développement de la route qui demeure une priorité du gouvernement gabonais, notamment le tronçon Akieni-Okondja, dont les terme du contrat stipulent que le remboursement se fera sur 16 ans avec 4 ans de différé et l’apport ...
Lire l'article
Gabon – Libre Tribune: Pourquoi il est important de se poser des questions sur les actes de Pierre Mamboundou
Un article du porte-parole de l'UPG, récemment publié sur le site de l'UPG et repris par nous sur cette page, attaquait le BDP-Gabon Nouveau pour les critiques que le mouvement a portée, dans le passé et dans le présent, sur Pierre Mamboundou. Mais à cause de ce qui nous est paru comme un signe d'intolérance politique, mais aussi de mauvaise logique, surtout dans la section de son message où le porte-parole de l'UPG, se plaignant des commentaires indépendants des internautes qui postaient librement leurs opinions sur notre site, nous a attribué la responsabilité de ces commentaires, et en a conclu ...
Lire l'article
Gabon : Pourquoi la victoire du Parti Démocratique Gabonais ?
Pourquoi Africa n° 1 a (brièvement) cessé d’émettre
Pourquoi Ali BONGO ONDIMBA, MBA OBAME André et Pierre MAMBOUNDOU n’émergent-ils pas ?
Pourquoi Mborantso hesite t-elle?
Gabon : Pourquoi l’opposition a boycotté le recompte de Mborantsuo
L’après-présidentielle gabonaise : pourquoi un sentiment anti-français ?
Présidentielle gabonaise : « Pourquoi je ne voterai pas » 

Pourquoi l’Afrique vibre pour Obama
Gabon: L’Etat gabonais et la BID signe une convention de 47 milliards de francs pour l’axe routier Akieni-Okondja
Gabon – Libre Tribune: Pourquoi il est important de se poser des questions sur les actes de Pierre Mamboundou

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Déc 2011
Catégorie(s): Opinion,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*