Socialisez

FacebookTwitterRSS

Retour des violences au Caire

Auteur/Source: · Date: 17 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique

Des affrontements opposent pour le deuxième jour consécutif manifestants et forces de l’ordre dans le secteur de la place Tahrir. Au moins huit personnes ont péri vendredi. Le premier ministre égyptien dénonce une «contre-révolution».

La tension ne retombe pas au Caire. Pour le deuxième jour consécutif, la place Tahrir et ses abords sont le théâtre ce samedi de violents affrontements entre opposants au pouvoir militaire et forces de l’ordre. Les heurts se sont étendus de la place, d’où s’élève un épais nuage de fumée, à un pont sur le Nil à proximité. Les protestataires, qui sont armés de pierres, sont eux-mêmes la cible d’hommes en civil qui leur jettent des pierres et des bouteilles enflammées depuis des toits d’immeubles. Place Tahrir, des incendies se sont déclarés dans deux bâtiments ministériels. Les contestataires ont dû s’enfuir dans les rues environnantes. Les soldats égyptiens ont donné la charge à coups de matraques. Des coups de feu en l’air ont également été tirés. Plusieurs interpellations ont eu lieu, au cours desquelles les manifestants ont été frappés. Le premier ministre égyptien Kamal el-Ganzouri annonce 18 blessés par balles ce samedi, mais assure que «ni l’armée ni la police n’ont ouvert le feu» sur les manifestants.

Vendredi déjà, le bilan des heurts s’est révélé très lourd. Les accrochages survenus devant le siège du gouvernement, dans une avenue conduisant à la place Tahrir, ont fait huit morts et 317 blessés. «Nous avons assisté à des scènes hideuses», a témoigné le correspondant de la chaîne d’information al-Jezira. «Les soldats perchés en haut des bâtiments ont bombardé les manifestants avec toute sorte d’objets: bouteilles, meubles, pierres. Certains ont fait des gestes obscènes aux activistes, un militaire leur a même uriné dessus». Ces violences sont les plus graves depuis celles survenues fin novembre peu avant les législatives. Samedi matin, les forces de l’ordre ont repris le contrôle du secteur, barrant les accès. Cela faisait quinze jours que les contestataires campaient devant le siège du gouvernement, empêchant toute réunion ministérielle.

Le gouvernement accuse des «éléments infiltrés »

Les affrontements ont débuté jeudi soir après l’expulsion par l’armée de manifestants devant le siège du gouvernement, près de la Place Tahrir. Selon des témoins, les soldats ont frappé des protestataires, traîné des femmes par les cheveux et incendié des tentes. L’origine de cette escalade n’est pas claire. Certains manifestants, interrogés par les médias officiels, affirment que tout a commencé quand un jeune homme a pénétré dans l’enceinte du parlement voisin pour récupérer un ballon de football. Les gardes de l’institution l’auraient roué de coups. D’autres affirment que le jeune homme aurait provoqué les forces de l’ordre en essayant de s’y installer. Al-Jezira évoque une vidéo, montrant le visage couvert de bleus d’un activiste après son interpellation, qui aurait indigné les manifestants.

«Ceux qui sont à Tahrir ne sont pas les jeunes de la révolution», a prévenu le premier ministre, en allusion à la révolte qui a débouché sur la chute du régime Moubarak. «C’est une contre-révolution», a-t-il ajouté en mettant les troubles sur le compte d’»éléments infiltrés» qui «ne veulent pas de bien à l’Egypte». Une fermeté que ne cautionnent pas les principaux acteurs politiques. «Même si le sit-in était illégal, doit-il être dispersé d’une manière aussi sauvage et brutale, qui constitue une plus grande violation de la loi et de l’humanité?» s’est indigné Mohamed ElBaradei, candidat potentiel à la présidentielle, sur twitter. Le parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), issu des Frères musulmans, en tête des élections législatives en cours, a également déploré une «agression» et a appelé l’armée à protéger les manifestants. 


SUR LE MÊME SUJET
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Deux manifestants sont morts vendredi au Caire, asphyxiés par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des sources médicales alors qu'une nouvelle flambée de violences traverse l'Egypte après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. Ces deux victimes ont été transportées à l'hôpital inconscientes après s'être jointes aux manifestants dans la capitale, près du ministère de l'Intérieur, où la police anti-émeutes tirait des gaz lacrymogènes et les protestataires ripostaient par des jets de pierres. Les affrontements ont repris vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une nouvelle flambée de violences après le drame du match ...
Lire l'article
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
Le bilan est grimpé dimanche dans la nuit à 13 morts au Caire. Des affrontements violents se poursuivaient dans la nuit près du ministère de l'Intérieur. Les violences entre la police et des manifestants réclamant la fin du pouvoir militaire ont fait 13 morts dimanche au Caire, portant à 15 le nombre de morts en deux jours d'affrontements en Egypte, à une semaine du premier scrutin législatif depuis le départ d'Hosni Moubarak. Dans la nuit de dimanche à lundi, des milliers d'Egyptiens occupaient la place Tahrir, au Caire, après avoir repoussé la police, tandis que de violents affrontements se poursuivaient dans les ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba et son homologue égyptien Hosni Moubarak ont eu un entretien centré sur le renforcement de la coopération bilatérale, samedi au Caire, la capitale égyptienne où le chef de l'Etat gabonais est arrivé vendredi après-midi pour une visite de travail et d’amitié de 72 heures en Egypte. C’est la première visite en Egypte, depuis son arrivé au pouvoir en octobre 2009, du président Ali Bongo Ondimba qui est accompagné son épouse et de quelques membres de son gouvernement. Les deux chefs d’Etat s’étaient déjà rencontrés lors du sommet Arabe-Afrique tenu à Syrte (Libye), qu’ils avaient co-présidé. La ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - La France a estimé lundi que les violences de ces derniers jours au Gabon ont été exagérées, tout en continuant d'appeler les ressortissants français à la prudence, rapporte l’AFP. "Les événements ont été un peu grossis (…), à Libreville la situation est normale et à Port-Gentil, à quoi a-t-on à faire? A des pillages", a-t-on souligné à l'Elysée. "Un peu de confusion" n'est pas surprenant "dans un pays qui depuis quarante ans n'a pas connu une élection aussi libre que celle-ci", ajoute la même source. "Le plus inquiétant, ce n'est pas les quelques incidents qu'il y a eu mais plutôt ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La situation revenait progressivement à la normale lundi matin à Port-Gentil (sud-ouest), après des violences post-électorales qui ont fait officiellement trois morts à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle, selon des sources concordantes sur place. ’’Les taxis et autres véhicules ont commencé à circuler dans la ville. Tout semble calme ici’’, a affirmé Marlyse, une habitante de Bac aviation, quartier populaire ayant été touché par ces violences qui ont duré 3 jours. ’’Certains magasins ont rouvert leurs portes, mais la plupart d’entre eux sont restés fermés aujourd’hui (lundi)’’, a ajouté Marlyse jointe par téléphone par ...
Lire l'article
J.B. et C.J. (lefigaro.fr) avec AFP et AP - Des pillards très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l'ordre de circuler. Selon des témoins joints par téléphone, des affrontements ont aussi lieu samedi soir dans des quartiers du centre-ville de Port-Gentil comme à Sindara, Cocotiers, et Quartier Chic. Pour la troisième nuit consécutive, Port-Gentil a été le théâtre de scènes de pillages et d'émeutes. Total a organisé un «repli temporaire» de ses salariés basés à Port Gentil où les violences, qui ont éclaté depuis l'annonce jeudi de ...
Lire l'article
Port-Gentil, 4 Septembre (GABONEWS) - Routes barrées, surfaces de commerce pillés, stations service saccagées,…c’est le triste visage que la capitale économique, Port-Gentil, présente après les actes de violence et de vandalisme enregistrés dans l’après-midi et toute la nuit de jeudi à vendredi, dans l’ensemble des quatre arrondissements de la commune. Actualité du :04/09/2009 Ce qui était à craindre s’est ainsi produit dans la nuit de jeudi à vendredi à Port-Gentil: des actes de violences inouïs qui ont, en l’espace de quelques temps, transformés la ville de Port-Gentil en un théâtre de chaos, ...
Lire l'article
Dans la matinée précédant la proclamation du scrutin du dimanche 30 août, les forces de l’ordre ont brutalement dispersé les partisans des candidats à la présidence Pierre Mamboundou et André Mba Obame, rivaux d'Ali Bongo Ondimba. La prison de Port-Gentil, capitale économique du pays, a été détruite et ses prisonniers libérés par des manifestants. © Static/gaboneco - Les forces de l'ordre face aux manifestants devant la Cité de la Démocratie. Les partisans des deux rivaux d'Ali Bongo dans la course à la présidentielle gabonaise, Pierre Mamboundou et André Mba Obame, ont ...
Lire l'article
Des affrontements violents ont opposé, hier, à Libreville, au Gabon, plusieurs milliers de manifestants aux forces de l'ordre. Ces heurts ont éclaté après la dispersion d'un rassemblement - interdit par les autorités - de plusieurs centaines d'opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense, Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30août. «Le Gabon n'est pas une monarchie. C'est le peuple qui doit décider. Ali, va-t-en», a lancé un étudiant. «L'ère du PDG (Ndlr: Parti démocratique gabonais fondé par le président Bongo) est révolu. L'ère du Parti des ...
Lire l'article
Deux personnes ont été tuées et six autres blessées vendredi à Madagascar dans des violences en marge d'une manifestation de partisans de l'ancien président Marc Ravalomanana, selon des sources hospitalières. Les forces de l'ordre ont tenté de disperser les manifestants, et des heurts les ont alors opposé aux manifestants pro-Ravalomanana dans les rues de la capitale Antananarivo. Une des victimes, une femme, a été tuée d'une balle perdue dans la tête, selon ces sources hospitalières. Les rues d'Antananarivo ont été le théâtre de violences pour la deuxième journée consécutive vendredi. Jeudi, 36 personnes avaient déjà été blessées. Le nouveau président malgache, Andry Rajoelina, ...
Lire l'article
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
Entretien Ali Bongo Ondimba-Hosni Moubarak au Caire
Gabon-France-violences : Paris minimise les violences tout en appelant à la prudence
Présidentielle/violences : Retour progressif lundi des activités à Port-Gentil après des violences post-électorales
Nouvelle nuit de violences au Gabon
Gabon: Port-Gentil, théâtre de violences depuis l’annonce des résultats de la présidentielle
Gabon : Violences politiques à Libreville et Port-Gentil
Gabon: Violences lors d’une manifestation «anti-Ali Bongo»
Deux morts dans des violences à Madagascar


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*