Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique / Qu’est-ce qu’une élection réussie ? (Analyse)

Auteur/Source: · Date: 19 Déc 2011
Catégorie(s): Opinion,Politique

Au lendemain de la tenue des élections législatives au Gabon, et à la suite d’une série d’élections d’une importance majeure en Afrique, la question d’une rare complexité et remplie d’enjeux mérite malgré tout d’être posée.

De prime abord, rien ne pourra nous ôter de l’esprit que la question et la réponse dépendent de l’hémisphère où est située l’élection. Souvenez-vous du Miami Dade County et de la fameuse bataille des coupons d’élection validés ou non qui ont été décisifs lors de l’élection présidentielle de 2000 aux Etats-Unis (sans compter des répercussions ultérieures sur le monde). Des documentaires tous argumentés ont mis en lumière le caractère manifestement frauduleux de l’élection, du vote truqué aux moyens archaïques utilisés pour voter.

Et pourtant, le faible taux de participation enregistré à chaque élection pour élire le Président des Etats-Unis (jamais plus de 40% du corps électoral), la surpuissance des moyens matériels mis en jeu et les traditionnels coups bas ne feront pas comparer le berceau de la démocratie à une vulgaire république bananière.

Ce n’est bien entendu pas la seule démocratie qui mériterait de regarder la poutre dans son œil. En France, hormis l’élection présidentielle, toutes les élections donnent lieu à un taux de participation d’une extrême faiblesse, des législatives aux cantonales. Il n’y qu’à regarder les soirées électorales qui se réduisent à l’essentiel sur les plateaux de télévision pour souligner le faible engouement et la lassitude des électeurs à l’endroit de la chose politique et des élus.

Quels sont donc les critères exacts pour dire de manière irréfutable si une élection est incontestée ? C’est un terrain marécageux dans lequel des tomes de thèses en sciences politiques se sont embourbées et contredites. Le taux de participation ? S’il peut cautionner le degré de légitimité, il n’enlève pas la légalité. Les techniques utilisées ? Aux Etats-Unis, modèle de démocratie, les moyens d’exprimer son vote varient d’un Etat à l’autre, du vote électronique au bulletin de vote.

Le modèle ivoirien dans lequel des moyens colossaux ont été mis en œuvre pour enregistrer les électeurs prouve l’inanité de ce type de mesures sophistiquées.

L’approbation de la communauté internationale? C’est une donnée subjective car fondée sur un rapport de force et un a priori sans réciprocité : Quels observateurs ou quel pays a osé déclarer qu’il ne reconnait pas Georges W. BUSH comme Président des Etats-Unis après que la Cour Suprême remplie de juges nommés par son père l’ait finalement fait, alors que des preuves de fraude ne manquaient pas?

La corruption du système ? Aucune élection dans aucun pays ne se tiendrait car ce type d’affirmation, impossible à évaluer est une caractéristique, dans des proportions différentes bien sûr, à chaque élection, du nord au sud, de l’est à l’ouest. On se souvient dans quelles conditions John Fitzgerald KENNEDY a été élu en 1960, avec le soutien de la mafia, et, dans une actualité récente, tout le monde a en mémoire l’élection de la très moralisante Premier Secrétaire du Parti Socialiste français.

Les majorités importantes ou étroites d’un parti ou d’une coalition ? En 1993, la France a connu un raz de marée de la droite lors des élections législatives et il a fallu 53 ans pour que le Sénat français change de majorité !

Nous tournerons l’électeur en rond pendant des pages entières. Il n’existe aucune élection réussie. Risquons un début de réponse.

Tout dépend de la culture de la victoire et de la défaite propre à chaque pays. Al GORE, convaincu de l’iniquité de la victoire de son adversaire, mais soucieux du respect des institutions américaines, a reconnu G.W. BUSH comme le Président des Etats-Unis d’Amérique, et le monde avec lui. Aucune technique, même pas l’introduction de la biométrie ne sera un remède définitif contre la suspicion qui prévaut dans notre pays après chaque élection.

Savoir perdre, savoir gagner, reconnaître les grandeurs et les limites de la démocratie, ne pas oublier que les électeurs, même en nombre réduit, sont les seuls garants de la légitimité à chaque élection. Et, bien sûr, avoir gravé dans sa conscience que l’intérêt supérieur de notre beau pays et le souci de préserver les générations futures doivent être les seules préoccupations des acteurs politiques.

Michel-Edouard VINGA 


SUR LE MÊME SUJET
Le Secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Faustin Boukoubi, était face à la presse hier au siège du parti en vue de davantage les édifier sur les fondements du triomphe du parti au pouvoir lors des dernières élections législatives où il a gagné 113 des 120 sièges. D’emblée, le secrétaire général du PDG, a situé que cette victoire écrasante est la résultante de la politique concrète menée en deux ans par le Président du parti, Ali Bongo Ondimba par ailleurs Chef de l’Etat. Pour lui, les candidats investis par le PDG n’avaient d’autre programme à défendre que celui de proposé par ...
Lire l'article
L'alliance pour le Nouveau Gabon(ANG) vient ainsi d'être portée sur les fonds baptismaux par Séraphin Davin Akoure, ex-édile de Lambaréné, et tout récemment encore, ancien cadre du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) en choisissant de se positionner au centre de l'échiquier politique; ce qui, pour la symbolique, ne surprend guère même si beaucoup d'eau continue de couler sous le pont qui enjambe l'Ogooué. Le choix du centre (gauche ou droit?) comme posture dans la vie politique gabonaise répond de la sociologie ou du moins de la géographie. Le docteur S.D.Akoure, natif de Lambaréné, ville ...
Lire l'article
Le candidat de l’Union nationale (UN, opposition), Jean Eyeghé Ndong au 1er siège du 2ème arrondissement de Libreville, comptant pour les législatives partielles du 6 juin prochain dans une interview accordée mardi au quotidien de l’Agence gabonaise de presse (AGP), a estimé que son adversaire à ce scrutin, Paul Mba Abessole, est une race de mauvaise foi. Récit GABON Matin : M. le vice président, beaucoup de vos adversaires estiment que l’Union Nationale (UN) est fragile, car pas suffisamment implanté sur le terrain. Aussi cette formation politique n’est ne serait qu’un feu de paille et un panier à crabes. Alors ...
Lire l'article
Libreville, 8 septembre (GABONEWS) - Le devenir du Gabon s’est donc joué le 30 août dernier par l’élection du 3ème président, Ali Bongo Ondimba, dont la victoire a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Actualité du :09/09/2009 Quelques heures après la proclamation de son succès par le juge électoral, le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), recevait des messages de félicitations venus de divers horizons. La vie internationale est ainsi rythmée, c’est vrai. Mais, la reconnaissance par des personnalités aussi diverses et variées de l’élection d’Ali Bongo Ondimba comporte une ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Les opérations de vote à Libreville se déroulaient dimanche après-midi avec des mobilisations très diverses selon les endroits, où une forte affluence était constatée devant les bureaux de vote repartis dans Libreville et sa banlieue sud d’Owendo, a constaté un journaliste de l’AGP. A l’école publique de l’OPT, dans le 3e arrondissement de Libreville, il y avait une très forte affluence à 15H locales (14H GMT) devant les 6 bureaux de vote. Plusieurs électeurs attendaient dans des interminables files d’attente. Ce qui n’était pas le cas au centre de la case d’écoute Carrefour Hassan, situé à quelques mètres du ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La distribution des cartes d’électeurs en vue de l’élection présidentielle anticipée de dimanche prochain a débuté lundi matin, annonce un communiqué du ministère gabonais de l’Intérieur. Pour Libreville la capitale, distribution se déroulera tous les jours dans les mairies et cases d’écoutes où se sont passés les inscriptions, indique le communiqué. Selon toujours le document, les noms d’électeurs seront disposés par ordre alphabétique dans chaque centre de vote du premier au dernier bureau.
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à la présidentielle gabonaise de dimanche prochain, est allé ce lundi à la rencontre des populations de la Nyanga, pour un meeting qu'il tiendra à Tchibanga, chef-lieu de cette province du Sud du pays. Cette rencontre, qui s'inscrit dans la dernière ligne droite de la campagne pour la présidentielle du 30 août, vise à exposer aux populations les grandes lignes de son projet de société et les appeler à voter pour lui le moment venu, a expliqué son équipe de campagne. M. Bongo Ondimba usera de tous ...
Lire l'article
L’ex Premier ministre gabonais, Jean Eyeghe Ndong, candidat indépendant déclaré à l’élection présidentielle du 30 août prochain sera face à ses sympathisants dimanche prochain au gymnase président Omar Bongo de Libreville, indique un communiqué de son état-major de campagne dont l’AGP a reçu copie vendredi. M. Eyeghe Ndong qui a démissionné de ses fonctions de chef du gouvernement et du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) dont il était le premier Vice-président n’a pas encore effectué une sortie grandeur nature depuis l’annonce de sa candidature, à l’exception de quelques conférences de presse. Le député du 1er siège du 2ème arrondissement de ...
Lire l'article
Les présidents des Commission électorales et Consulaires en vue de la prochaine élection présidentielle du 30 août prochain ont été nommés ce lundi par la Commission Electorale Nationale Autonome et permanente (CENAP), via un communiqué rendu public sur les antennes de la radio télévision gabonaise (RTG1). 23 candidats dont les dossiers ont été retenus par la CENAP et transmis à la Cour constitutionnelle devraient participer à cette élection si tout reste en l’état. La campagne officielle s’ouvre le 15 août prochain tandis que le collège électoral est convoqué le 30 août. Sur le terrain, autant à Libreville qu’à l’intérieur du pays, ...
Lire l'article
Beaucoup de nos compatriotes, qui se donnent la peine de suivre et d’analyser les évènements politiques de notre pays, commettent assez souvent l’erreur de tracer leur évolution dans un tout petit repère orthonormé, formé des deux seuls axes que sont le passé et le présent. Or, un axe ou une dimension supplémentaire, mériterait d’être prise en compte : c’est le temps, ou encore sa projection vers l’avenir : le futur. Ce qui distingue les grands stratèges en politique, comme Omar BONGO par exemple, c’est leur capacité à prendre en compte le futur, c’est à dire l’évolution des choses dans le temps. Ainsi, ...
Lire l'article
Politique: Faustin Boukoubi analyse le triomphe de son bord politique aux dernières élections législatives
Gabon – Politique: Naissance de l’ANG: et maintenant? (Analyse)
Election : « J’aborde cette élection avec sérénité car je n’ai personne en face », Jean Eyeghé Ndong
Gabon: Des félicitations nombreuses et variées pour le président élu, Ali Bongo Ondimba (Analyse)
Politique-élection : Déroulement des opérations de vote, grande affluence en milieu d’après-midi
Politique-élection : Le ministère de l’Intérieur annonce le début de la distribution des cartes d’électeurs
Politique/élection : Ali Bongo Ondimba à la rencontre des populations de la Nyanga
Politique-élection : Gabon: Le candidat Eyeghe Ndong sera face à ses partisans à Libreville, dimanche
Gabon: Election présidentielle anticipée: nomination des présidents des Commissions électorales locales et consulaires
Analyse: Une projection sur l’avenir politique du Gabon d’ici 2015.


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Déc 2011
Catégorie(s): Opinion,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*