Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Pour qui Accrombessi a-t-il fait décaisser 6 milliards de francs CFA en pure perte ?

Auteur/Source: · Date: 20 Déc 2011
Catégorie(s): Politique,Rumeurs

L’hebdomadaire “Echos du Nord”, dans sa livraison du 19 décembre, révèle que «Le sulfureux directeur de cabinet du président de la République vient de donner l’ordre au Cocan de payer un mystérieux fournisseur en matériel de sécurité. Sauf que cette entreprise, à la date d’émission de sa facture, n’avait pas les autorisations nécessaires pour exporter ce type d’équipements depuis la France vers le Gabon.» Récit !

Maixent Nkani Accrombessi a-t-il encore frappé ? En tout cas, l’intervention, pour le moins incongrue, du directeur de cabinet du chef de l’Etat auprès du Comité d’organisation de la coupe d’Afrique des nations (COCAN), ressemble à une tentative de trafic d’influence. En effet, M. Accrombessi a demandé à cet organisme de régler en «urgence», la facture de la Société française d’exportation du matériel de sécurité (SOFEXI). Ce qui est une faute aussi lourde que se balader avec l’avion présidentiel au Benin, bourré de drogue, de devises et en compagnie de prostituées.

En date du 5 décembre 2011, au plus fort de la controverse sur l’arraisonnement de l’avion présidentiel au Benin, Maixent Accrombessi Nkani, comme si de rien n’était, a saisi par écrit le haut-commissaire au COCAN pour que celui-ci prenne en compte «dans les différents règlements prévus» et en urgence «en raison de la date de son envoi», la facture de la SOFEXI. Cette société, en date du 13 juillet 2011, avait facturé au ministère gabonais de la Défense nationale, un ensemble de matériel de sécurité pour une valeur globale de 6 307 354 534 FCFA.

En date du 4 juin 2011, c’est-à-dire un mois avant l’émission de cette facture définitive, près de 2 517 000 000 FCFA, soit 40% du montant global avait été viré dans un compte de la SOFEXI, logé auprès de la banque Martin Maurel en France. C’est pour apurer cette note que l’auguste directeur de cabinet du chef de l’Etat a cru devoir faire pression sur le COCAN.

Cette démarche du tout-puissant DC comporte de nombreuses irrégularités qui, dans un pays sérieux, aurait dû intéresser soit la Cour des comptes, soit la Commission contre l’enrichissement illicite, pour savoir s’il n’y a pas derrière cet appui accrombessien, un retour d’ascenseur sous forme de quelques rétros commissions. Car le risque que prend Maixent Accrombessi en appuyant le règlement définitif d’une telle facture, peut-il exclusivement se justifier par le seul souci d’entrer en possession du matériel de sécurité avant la CAN 2012 ?

D’abord la facture est adressée au ministère de la Défense nationale qui a été doté pour cela d’un budget conséquent par l’Assemblée nationale. Pourquoi une facture qui lui est destinée, est-elle envoyée au COCAN ? L’Assemblée nationale aurait-elle, dans le cadre du vote de la loi des finances, logé certaines lignes budgétaires du ministère de la Défense au sein de l’enveloppe allouée au COCAN ? Ceci parait tout simplement invraisemblable, selon plusieurs spécialistes en matière d’élaboration du budget contactés. Accrombessi a-t-il tout simplement décidé de s’affranchir des dispositions réglementaires, notamment celles contenues dans la loi des finances de l’année en cours, en faisant payer par le COCAN, une facture de l’armée? En tout cas, à la lecture de son «Soit transmis», l’impression qui se dégage est que le COCAN était, à la base, totalement étranger à cette transaction. Puisque Accrombessi ne met en pièce jointe ni le bon de commande que n’aurait pas manqué d’émettre le COCAN, s’il avait effectivement passé cette commande, ni un quelconque justificatif de l’acompte déjà perçu, si le COCAN avait effectivement réglé cette première tranche. D’ailleurs, la SOFEXI elle-même se garde bien de rappeler le numéro dudit bon de commande sur sa facture, comme il est d’usage en la matière. Faire endosser les factures de l’armée par le COCAN, hors de toute autorisation du Parlement, constitue un détournement des fonds publics. Maixent Accrombessi, en appuyant cette démarche, s’est rendu, à tout le moins, complice de ce délit.

Le plus grave encore, et c’est la suite des irrégularités de ce document, est que cette commande à la SOFEXI a commencé à être payée alors même que l’entreprise ne disposait d’aucune autorisation des autorités françaises, pour exporter du matériel de guerre en direction du Gabon. Sur la facture émise par l’entreprise, elle précise bien qu’elle n’a obtenu du gouvernement français que l’autorisation d’exportation des produits explosifs à usage militaire (AEPE) dont la validité court jusqu’au 7 décembre 2011. Par contre, elle ne possédait ni la licence d’exportation à double usage, ni l’autorisation du Comité interministériel pour l’étude d’exportation du matériel de guerre (CIEEMG), encore moins l’autorisation d’exportation du matériel de guerre (AEMG) que ce comité délivre.

Pourtant, ce comité interministériel qui contrôle la vente du matériel de guerre se réunit une fois par mois, sauf le mois d’août. Cela suppose que trois réunions au moins de ce comité se sont tenues – septembre, octobre, novembre- sans que celui-ci n’accorde le précieux sésame à SOFEXI. Pourquoi? L’Etat gabonais, sous l’impulsion d’Accrombessi, a donc pris le risque de rémunérer un fournisseur sans être sûr d’entrer en possession du matériel acheté. Non seulement la seule autorisation que cette entreprise possède expire le 7 décembre 2011, mais surtout qu’elle n’a jamais obtenu, au regard de la législation française, le droit de vendre un tel équipement au Gabon. Le forcing opéré par Accrombessi en date 5 décembre 2011 à 2 jours de l’expiration de la validité de la seule autorisation (AEPE) que possédait SOFEXI, pour que le COCAN règle 3 784 412 720 FCFA en sa faveur, est dès lors très troublant.

Cela signifie que si le COCAN s’exécute- il n’y a pas de raison qu’il n’en soit ainsi- Karengall et Oyima prenant leurs ordres au palais, le Gabon va débourser plus de 6 milliards de FCFA sans en avoir la contrepartie. A moins que certaines des personnalités qui gèrent ce dossier ne repassent par Argenteuil, en France et surtout à la Banque Martin Maurel, pour récupérer, à leur profit, ces six milliards. C’est peut-être ce qui expliquerait le silence total de l’entreprise SOFEXI que nous avons joint au téléphone, le mardi 13 décembre 2011 en début d’après-midi. A cette occasion, nous lui avons demandé comment elle comptait exporter le matériel de guerre au Gabon sans autorisation, et pourquoi exiger un règlement intégral avant certification du service fait ? Pour toute réponse, l’assistante qui était au bout du fil a promis nous faire rappeler par le service marketing. A ce jour nous attendons toujours cet appel !

Accrombessi Nkani plus que jamais doit partir

Le directeur de cabinet du président de la République représente un risque pour la République. Si Ali Bongo Ondimba a un soupçon de considération pour son serment «Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vu d’assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage…», il doit sans délai démettre Maixent Nkani Acrombessi de sa charge. Car à l’allure où l’intéressé va de bourde en bourde, il n’est pas exclu que le Gabon y perde davantage de son crédit international, chaque jour supplémentaire qu’il le maintient en fonction. Dès lors, l’engagement présidentiel de «préserver» le peuple gabonais de tout dommage devient incompatible avec la présence de Maixent Nkani Acrombessi à ses côtés.

Cet homme, non seulement ternit l’image de la première institution du Gabon en s’appropriant les attributs de souveraineté – Accrombessi lit en premier les bulletins de renseignement destinés au chef de l’Etat, prend l’avion présidentiel comme un vulgaire taxi où l’on peut entasser drogue et petites -, mais s’évertue aussi, dans ses actes quotidiens, à démontrer que le Gabon est géré comme une épicerie de quartier.

L’affaire SOFEXI est à ce titre très édifiant. Que vient chercher le directeur de cabinet du chef de l’Etat, dans la gestion financière d’un comité chargé d’organiser la coupe d’Afrique des nations de football ? Peut-on imaginer le DC de Bill Clinton demandant au président du comité d’organisation des jeux d’Atlanta de régler un fournisseur ? Ou bien celui de François Mitterrand donnant des injonctions au président du comité des jeux d’hiver d’Albertville ? La réponse est non. Car un DC a d’autres prérogatives qui généralement les occupent presque 18 à 20 heures par jour. Accrombessi a-t-il autant de temps libre au point d’aller empiéter sur les platebandes des autres ? En tout cas, cette affaire noircit le Gabon. Tout comme du reste l’affaire de l’avion. A ce titre le Président doit en tirer toutes les conséquences.

Publié le 20-12-2011 Source : Echos du Nord Auteur : Echos du Nord Auteur 


SUR LE MÊME SUJET
8 milliards de francs CFA pour la SNBG
La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) vient d’accorder un prêt de 8 milliards francs CFA à la Société nationale des bois du Gabon (SNBG). A l’issue d’un accord signé le 23 janvier à Brazzaville, au Congo, avec le gouvernement gabonais, la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) va octroyer un prêt de 8 milliards de francs CFA à la Société nationale des bois du Gabon (SNBG) pour la construction d’un complexe industriel de transformation de bois à Owendo. «La BDEAC, dont la mission est de financer le développement socio-économique en Afrique centrale, continue d’accompagner les ...
Lire l'article
L’hebdomadaire "Echos du Nord", dans sa livraison du 19 décembre, révèle que «Le sulfureux directeur de cabinet du président de la République vient de donner l’ordre au Cocan de payer un mystérieux fournisseur en matériel de sécurité. Sauf que cette entreprise, à la date d’émission de sa facture, n’avait pas les autorisations nécessaires pour exporter ce type d’équipements depuis la France vers le Gabon.» Récit ! Maixent Nkani Accrombessi a-t-il encore frappé ? En tout cas, l’intervention, pour le moins incongrue, du directeur de cabinet du chef de l’Etat auprès du Comité d’organisation de la coupe d’Afrique des nations (COCAN), ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Paul Toungui, et l’ambassadeur de la Chine au Gabon, madame Li Fushun, ont signé le 10 novembre 2011, un accord de prêt sans intérêt estimé à 11 milliards de francs CFA, dont 4 milliards sont destinés au financement des travaux d’achèvement du stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Agondjé. L’inauguration du stade aura lieu le 27 novembre. Un accord de financement sans taux d’intérêt, d’un coût global estimé à 11 milliards de francs CFA a été signé le 10 novembre dernier entre le gouvernement gabonais représenté par son ministre des Affaires étrangères, Paul Toungui et ...
Lire l'article
Après deux ans de crise, la mairie de Port-Gentil a voté, le 22 août, une autorisation spéciale des dépenses de la commune, arrêtées à 4,8 milliards de francs CFA. Deux semaines après l’élection de Bernard Apérano, nouvel édile, l’Hôtel de ville de la capitale économique peut enfin achever plusieurs projets majeurs laissés en suspens. A l’issue du conseil municipal extraordinaire convoqué le 22 août à Port-Gentil par Bernard Apérano, nouveau maire de la ville, les 63 conseillers municipaux ont adopté à l’unanimité le montant de 4,8 de francs CFA correspondant à la partie «investissements» d’un projet de budget primitif rejeté ...
Lire l'article
L’Etat gabonais vient d’achever la mobilisation de la dotation initiale de dix milliards (10.000.000.000) francs CFA pour le démarrage des activités de la Caisse de dépôts et de consignations (CDC), dans le cadre de la mise en œuvre de la vision du chef de l’Etat, visant à doter le Gabon d’un secteur financier de plus en plus performant et de mettre l’innovation financière au service du financement de l’économie, rapporte un communiqué parvenu ce vendredi à la rédaction de GABONEWS. La CDC, institut financière créée sur la forme d’un établissement public à caractère industriel et commercial par ordonnance n°024/PR/2010 du ...
Lire l'article
Créée par une ordonnance datant du 12 août 2010, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sera opérationnelle dans quelques mois. Le gouvernement a annoncé ce 22 juillet, la mobilisation de la dotation initiale de 10 milliards de francs CFA nécessaires au démarrage des activités de cet établissement à caractère industriel et commercial. Dans le cadre de la mise en œuvre de la vision du Chef de l’Etat, visant à doter le Gabon d’un secteur financier de plus en plus performant et à mettre l’innovation financière au service du financement de l’économie, le gouvernement vient d’achever la mobilisation de la ...
Lire l'article
Par Antoine Lawson, Correspondant de la PANA Libreville, Gabon (PANA) - Depuis 2006, la Banque islamique de développement (BID) est présente au Gabon à travers divers investissements. A ce jour, le pays a bénéficié de prêts d'un montant global d'environ 357 milliards de francs CFA de la part de cette institution. Le tout premier prêt de la BID au Gabon porte sur la somme de 23 milliards de francs (environ 44,127 millions de dollars) pour la construction d'un axe routier. La convention a été signée, fin mai 2006 à Koweït-City, pour le compte du gouvernement gabonais, par le ministre d'Etat à l'Economie, aux ...
Lire l'article
L’exploitant forestier Rougier a récemment annoncé une perte nette de près de  10 milliards de Francs en 2009, et un chiffre d’affaire en baisse de 21,1% (81 milliards de francs), rapporte le quotidien L’Union. « Les résultats 2009 reflètent l’impact de la crise économique dès la mi 2008 et la forte contraction des marchés mondiaux dans la filière bois », a indiqué la firme par voix de communiqué en date du 31 mars dernier, et cité par le quotidien. En effet, en 2008, le groupe n’enregistrait pourtant qu’une perte de 2 milliards de Francs. Toutefois, selon notre confrère, malgré cette contre performance, ...
Lire l'article
Le gouvernement a autorisé, le 10 septembre dernier, l'Etat Gabonais à contracter quatre emprunts d'un montant total de près de 230 milliards de francs CFA pour la réalisation des projets d'infrastructures dans le pays. Le premier prêt de 5,9 milliards de francs CFA est destiné au financement d'une mission de contrôle pour le chantier du barrage hydroélectrique de Poubara, dans l'Ogooué Ivindo, alors que deux autres près d'un montant total de plus de 60 milliards de francs CFA auprès de la Fortis Banque, doit permettre la construction et l'équipement du nouvel hôpital général d'Angondjé. © D.R. L'Etat Gabonais va emprunter ...
Lire l'article
Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards de francs CFA pour l’année 2009, soit une augmentation de 34 milliards de francs CFA liée entre autres à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’Education nationale pour un montant de 16 milliards de francs CFA, a rapporté ce jeudi à Libreville, le Porte-parole du gouvernement, René Ndémezo’Obiang, à l’issue du Conseil des ministres. Outre cette augmentation liée à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’éducation nationale, le Porte-parole du gouvernement note également que l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, dont le coût global est évalué ...
Lire l'article
8 milliards de francs CFA pour la SNBG
Gabon : Pour qui Accrombessi a-t-il fait décaisser 6 milliards de francs CFA en pure perte ?
Gabon : 4 milliards de francs CFA pour la finition du stade de l’Amitié
Gabon : 4,8 milliards de francs CFA pour la mairie de Port-Gentil
Dix milliards de francs CFA pour le démarrage des activités de la CDC
Gabon : 10 milliards de francs CFA pour lancer la CDC
357 milliards de francs CFA pour le réseau routier du Gabon
Filière bois: Le groupe Rougier annonce une perte de 10 milliards de Francs CFA en 2009
Gabon : 230 milliards de francs CFA pour les infrastructures
Gabon: Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards francs CFA pour l’année 2009


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Déc 2011
Catégorie(s): Politique,Rumeurs
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*