Socialisez

FacebookTwitterRSS

Chronique de Jean-Baptiste Placca: Elections bâclées et confiscation du pouvoir

Auteur/Source: · Date: 24 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique,Opinion

Etait-il donc nécessaire de nous proposer, au menu de ces derniers jours de la tumultueuse année 2011, encore de la violence politique, des morts, et du gaz lacrymogène à volonté ? Le Sénégal et la République démocratique du Congo, à la une de cette actualité déprimante, éclipsent quelque peu les événements qui ont ravivé la foi que l’on nourrit encore en l’avenir de l’Afrique.

Un premier mort, au Sénégal, en rapport direct avec la présidentielle de février prochain ! Des hommes de main, qui opèrent comme une milice privée, sont entrés en action, et cela n’augure rien de réjouissant. Et c’est en marge de cette violence que le président Wade vient de se faire investir par son parti, pour briguer un troisième mandat. Mais la détermination ne faiblit pas chez ceux qui veulent l’empêcher de se présenter. Pour éviter une déflagration, nombre de Sénégalais tentent de se persuader que les juges du Conseil constitutionnel, dans un sursaut de courage, peuvent encore invalider la candidature du chef de l’Etat sortant.

Lorsque l’on tue avant les élections, il y a des risques que l’on tue pendant et après le scrutin. La RDC en est la triste illustration. Ceux qui, en dépit de toutes les alertes, ont organisé les élections bâclées du 28 novembre dernier, peuvent se vanter d’avoir précipité le Congo dans l’inconnue. A quoi sert-il donc de voter, si c’est pour se retrouver avec deux chefs d’Etat ? Comme si le drame de la Côte d’Ivoire n’avait servi à rien : deux gouvernements, deux armées et, finalement, plus de 3 000 morts.

Joseph Kabila a prêté serment, lors d’une cérémonie qui aurait pu, dans un autre contexte, être considérée comme un beau succès. Mais la fête se situait dans un microclimat sécurisé, derrière des grilles bien gardées, à l’abri du peuple. Et que dire de la défection des chefs d’Etats africains annoncés ? Pour espérer une grande affluence, il va falloir apprendre à organiser des élections sans tâche. Quant à la présence incongrue du seul Robert Mugabe, l’on se demande encore s’il faut le rajouter au prestige ou au discrédit de l’événement.

Du Sénégal à la RDC, en passant par la Côte d’Ivoire, nous tenons, à présent, la preuve définitive que l’instabilité et les conflits, en Afrique, naissent principalement des élections approximatives et de la tentation de confisquer durablement le pouvoir.

Méfiez-vous donc des élections dont les résultats se proclament sous la protection des blindés, au cœur de la nuit profonde, avec un quadrillage de la capitale par la police, ou même par l’armée, dont les dirigeants croient devoir se servir pour se protéger contre leur propre peuple.

Par Jean-Baptiste Placca 


SUR LE MÊME SUJET
Le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir), Faustin Boukoubi, a commenté jeudi devant la presse la victoire de son parti qu’il a attribuée à la forte adhésion des populations à la politique prônée par le président Ali Bongo Ondimba. Cette victoire aux élections législatives est à la fois la reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et le renouvellement d’un mandat sans ambiguïté au chef de l’Etat, a commenté devant la presse M. Boukoubi. Il a ajouté que « la victoire du PDG ne constitue pas un recul de la démocratie". Certains candidats du PDG ont été accusés d’avoir fait ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) s’est taillé la part du lion aux dernières élections législatives du 17 décembre dernier en récoltant 113 députés sur les 120 sièges mis en jeu sur l’ensemble du territoire national. Le processus électoral en vue du renouvellement de l’Assemblée Nationale qui a dévoilé dans la nuit de mercredi à jeudi les noms des heureux vainqueurs a connu une participation de 255 570 votants sur 745 645 inscrits. Le taux de participation au scrutin est de 34,28%. Selon le Président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghé Ella, ce taux est ...
Lire l'article
Interrogé ce samedi, à son bureau de l’Assemblée Nationale sur sa détermination à aller aux élections législatives du 17 décembre prochain malgré le mot d’ordre de boycott lancé par des leaders de l’ex-Union Nationale dissoute, le député du 1er siège du département de la Lébombi-Leyou à Moanda dans la province du Haut-Ogooué (sud-est), Jean Valentin Léyama a indiqué que « Je ne serais pas le seul à aller à ces élections ». « Les populations de Moanda dont je suis l’élu et avec lesquelles nous avons engagé une certaine dynamique visant à la reconnaissance d’un certain nombre des droits de cette ...
Lire l'article
Au terme du scrutin du 22 janvier, Jean Baptiste Bikalou a été porté à la présidence de la Chambre de Commerce du Gabon. Le directeur général de Pétro Gabon a été élu à l’unanimité en recueillant la majorité des suffrages exprimés. Le directeur général de Pétro Gabon, Jean Baptiste Bikalou, est le nouveau président de la Chambre de Commerce, d’Agriculture, de l’Industrie et des Mines du Gabon. Il a été élu au terme de l’élection organisée le 22 janvier, où il était le seul candidat en lice, en récoltant la majorité des suffrages exprimés, soit 38 voix. ...
Lire l'article
A l'annonce de la disparition d'Edith Lucie Bongo, j'ai ressenti comme un grand soulagement étrange en rappport avec le combat que mène l'opposition gabonaise (particulièrement en France) dans l'espoir d'éradiquer le leadership infâme de l'indécent Bongo qui aura en quarante ans fait sombrer l'étoile de notre beau petit Gabon. En effet, la perte de cette dame vient sceller au fer rouge le début de la déroute indéniable de l'abominable "Maestro" lequel aura tout au long de sa scandaleuse vie politique fait précipiter nombre de nos ainés dans l'abîme de la mort. Pour ne citer que quelques uns, on ne peut ...
Lire l'article
L’ancien 2ème vice président du Sénat (2ème chambre du parlement gabonais) Jean Baptiste Mintsa Mi Mba a reçu vendredi à Libreville, les ultimes hommages de la nation gabonaise, a constaté un journaliste de l’AGP. Dans une ambiance solennelle, empreinte de recueillement, vêtus de costumes noirs pour les hommes et de tailleurs sombre pour les femmes, les sénateurs les uns après les autres venaient s’incliner sur le cercueil du sénateur disparu pour un dernier hommage. Le cercueil de feu Mintsa Mi Mba couvert du drapeau gabonais (vert, jeune et bleu) était placé devant une chapelle ardente habillée d’un blanc doré, devant laquelle était ...
Lire l'article
Le Sénat a rendu hommage ce vendredi au Dr Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat, décédé le 10 février à Paris, a constaté GABONEWS. La dépouille de l'illustre disparu a été exposée au Sénat quelques heures après son rapatriement en terre gabonaise. Ses collègues et d’autres personnalités y étaient réunis pour un hommage solennel. Après les honneurs du Sénat, enseignants, étudiants et personnel de l’Université des Science de la Santé (USS) de Libreville ont exprimé la reconnaissance de l’institution au Docteur Jean Baptiste-Mintsa-Mi Mba, qui enseignait la Biologie transfusionnelle. Il fut à l'origine de la création du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a remporté les élections sénatoriales du 18 janvier dernier en obtenant la majorité absolue avec 75 sénateurs sur les 102 que compte le Sénat gabonais, selon le résultats officiels du scrutins publiés samedi par le ministre gabonais de l'Intérieur André Mba Obame. Six autres partis et des indépendants se partagent les 27 sièges restants. Très loin derrière le PDG vient le Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité présidentielle) dirigé par Paul Mba Abessole avec six sénateurs, et l'Union gabonaise pour ...
Lire l'article
Le parti au pouvoir en Angola, le mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) a remporté une victoire écrasante aux élections législatives du 5 septembre, selon les premiers résultats publiés dimanche à Luanda par la Comission électorale nationale de l'Angola. Ces résultats basés sur 35% de voix dans 15 des 18 provinces de l'Angola montrent que la parti au Pouvoir (MPLA) a recueilli 1 407 628 voix, alors que le principal parti d'opposition l'Union pour l'indépendance totale de l'Angola en a eu 212 909 voix, représentant respectivement 81% et 10% des suffrages totaux. ...
Lire l'article
A l’issu de la XXVe session ordinaire du Conseil des ministres de l’Association des producteurs de pétrole africains (APPA), le 4 avril dernier, le ministre congolais des Mines, de l'énergie et des hydrocarbures, Jean Baptiste Tati Loutard, à été élu à la tête de l’APPA pour l’exercice 2008/2009. Réunis le 4 avril dernier au Palais des congrès de Yaoundé, au Cameroun, pour la clôture de la XXVe session ordinaire du conseil des ministres de l'Association des producteurs de pétrole africains, les représentant des quatorze pays membres ont porté le ministre congolais des Mines, de l'Energie et des Hydrocarbures, Jean ...
Lire l'article
Gabon : Le secrétaire général du parti au pouvoir commente les élections legislatives
Elections législatives / Le parti au pouvoir décroche 113 des 120 sièges
Législatives 2011: « Je ne serais pas le seul à aller à ces élections », Jean Valentin Léyama (député opposition)
Gabon : Jean Baptiste Bikalou à la tête de la Chambre de Commerce
A Mes chers frères et soeurs gabonaises, par JEAN BAPTISTE NYONDA
Gabon: La nation rend un ultime hommage à feu Jean baptiste Mintsa Mi Mba
Gabon: Derniers hommages pour Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat
Gabon : le parti au pouvoir remporte les élections sénatoriales
Angola: le parti au pouvoir remporte la vicoitre aux élections législatives
Pétrole : Jean Baptiste Tati Loutard porté à la tête de l’APPA


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique,Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Chronique de Jean-Baptiste Placca: Elections bâclées et confiscation du pouvoir

  1. nguyenno

    25 Déc 2011 a 10:13

    La mascarade continue, après l’élection présidentielle façonnée par Sarkozy , les forces spéciales françaises et l’avocat du diable un certain phénicien !!!.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*