Socialisez

FacebookTwitterRSS

Egypte: la peine de mort requise contre Hosni Moubarak

Auteur/Source: · Date: 5 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

Le parquet a requis jeudi la peine capitale contre l’ancien président égyptien Hosni Moubarak, 83 ans, accusé du meurtre de manifestants durant la révolte qui l’a chassé du pouvoir début 2011.

Un procureur, Moustafa Khater, a demandé la “peine maximale” pour celui qui régna sans partage sur l’Egypte pendant trois décennies, en rappelant que “la loi prévoit la peine de mort pour le meurtre prémédité”.

La peine de mort a également été requise contre l’ancien ministre de l’Intérieur Habib el-Adli et six ex-responsables des services de sécurité, jugés en même temps.

Le procureur a aussi demandé la “peine maximale” pour les deux fils de M. Moubarak, Alaa et Gamal, jugés avec leur père pour corruption, une inculpation passible de 15 ans de prison.

Gamal était autrefois considéré comme le dauphin de son père pour la présidence du plus peuplé des pays arabes avec plus de 82 millions d’habitants.

L’audience doit reprendre le 9 janvier. La date du verdict n’est pas encore connue.

M. Moubarak, en détention préventive dans un hôpital militaire de la banlieue du Caire, a une nouvelle fois comparu allongé sur une civière en raison de son état de santé.

Il est le premier dirigeant victime de la vague de soulèvements populaires du Printemps arabe à comparaître en personne devant la justice.

Le raïs déchu est jugé depuis le 3 août par un tribunal installé dans les locaux d’une école de police de la périphérie du Caire, au milieu d’un important dispositif de sécurité.

Il est accusé d’avoir donné des instructions pour ouvrir le feu lors de la répression du soulèvement contre son régime début 2011, qui a fait officiellement quelque 850 morts, ou de n’avoir rien pour empêcher ces tirs.

M. Moubarak a dès le début du procès plaidé non coupable.

Son ministre de l’Intérieur Habib el-Adli, et six de ses proches collaborateurs de l’époque sont jugés pour ces mêmes accusations.

Un autre procureur, Moustafa Souleimane, a insisté jeudi sur le fait que M. Moubarak “devait assumer la responsabilité légale et politique de ce qui s’est passé”.

“Le président de la République est responsable de la protection du peuple, la question n’est pas seulement de savoir s’il a donné ou non des instructions de tuer les manifestants, mais au-delà de ça de savoir pourquoi il n’est pas intervenu pour arrêter la violence contre ces manifestants”, a-t-il déclaré.

“M. Moubarak savait parfaitement ce qui se passait, mais il n’a rien fait”, a-t-il ajouté.

Le procureur a également souligné que le ministre de l’Intérieur de l’époque “ne pouvait pas donner des ordres de tirer sur les manifestants sans avoir obtenu des instructions de Moubarak”.

Le procureur Souleimane avait estimé mercredi disposer de preuves solides de l’implication de Hosni Moubarak dans le meurtre de manifestants et dénoncé le manque de coopération “délibéré” des nouvelles autorités avec l’accusation.

Mardi, il avait décrit M. Moubarak comme “un dirigeant tyrannique” qui a “répandu la corruption” et “ruiné le pays sans rendre de comptes”.

Ce procès ainsi qu’un châtiment exemplaire sont réclamés avec force par les familles des victimes de la répression du début 2011, ainsi que par les mouvements qui ont participé au soulèvement.

De nombreux témoignages à la barre de policiers sont toutefois allés dans un sens globalement favorable à M. Moubarak, amenant les parties civiles à protester contre un procès qualifié de “à décharge” et à mettre en cause l’impartialité du président de la Cour, le juge Ahmed Rafaat.

Ce développement judiciaire survient alors que l’Egypte est engagée dans la dernière phase de l’élection de ses premiers députés de l’ère post-Moubarak. 


SUR LE MÊME SUJET
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Deux manifestants sont morts vendredi au Caire, asphyxiés par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des sources médicales alors qu'une nouvelle flambée de violences traverse l'Egypte après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. Ces deux victimes ont été transportées à l'hôpital inconscientes après s'être jointes aux manifestants dans la capitale, près du ministère de l'Intérieur, où la police anti-émeutes tirait des gaz lacrymogènes et les protestataires ripostaient par des jets de pierres. Les affrontements ont repris vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une nouvelle flambée de violences après le drame du match ...
Lire l'article
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
Le bilan est grimpé dimanche dans la nuit à 13 morts au Caire. Des affrontements violents se poursuivaient dans la nuit près du ministère de l'Intérieur. Les violences entre la police et des manifestants réclamant la fin du pouvoir militaire ont fait 13 morts dimanche au Caire, portant à 15 le nombre de morts en deux jours d'affrontements en Egypte, à une semaine du premier scrutin législatif depuis le départ d'Hosni Moubarak. Dans la nuit de dimanche à lundi, des milliers d'Egyptiens occupaient la place Tahrir, au Caire, après avoir repoussé la police, tandis que de violents affrontements se poursuivaient dans les ...
Lire l'article
Pourquoi le sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a-t-il déjà été reporté deux fois ? C’est l’une des préoccupations abordées, le 23 juin à Libreville, entre le secrétaire général de la CEEAC, Louis Sylvain Goma, et le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba. Le secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Louis Sylvain Goma, a été reçu le 23 juin à Libreville par le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba. «Cette séance de travail a été pour moi l’occasion de débattre de la situation de la CEEAC ...
Lire l'article
La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) salue la volonté du gouvernement gabonais d’abolir, en droit, la peine de mort et appelle solennellement les parlementaires à valider cette intention qui ferait du Gabon le 16e pays africain à ne plus condamner d’individus à cette peine cruelle et inhumaine. Le 11 février 2011, le gouvernement a annoncé que le Conseil des ministres gabonais avait décidé d’adopter un projet de loi d’abolition de la peine de mort, qui n’est plus appliquée dans ce pays depuis plus de vingt ans. Ce projet de loi sera soumis au vote du Parlement à ...
Lire l'article
Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, prend acte de l’annonce, par le vice-président Omar Souleimane, de la démission du président égyptien Hosni Moubarak, ce vendredi, et prend également note du fait que le Conseil suprême des forces armées a été chargé de gérer les affaires du pays et suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation, selon un communiqué de l’organisation parvenu à Gabonews. « Cette décision répond aux attentes et revendications de la population égyptienne exprimées avec détermination et courage depuis plusieurs semaines et doit permettre d’engager, rapidement, les réformes nécessaires au développement d’une vie ...
Lire l'article
Après avoir annoncé la démission du gouvernement hier soir, le président égyptien a nommé aujourd'hui un vice-premier ministre et un nouveau Premier ministre pour diriger le pays à ses côtés. C'est une grande première en Égypte. Le chef du Renseignement égyptien, Omar Souleimane, a prêté serment samedi 29 janvier en tant que vice-président, premier poste du genre depuis que le président Hosni Moubarak a pris le pouvoir en 1981. Le général Souleimane, né en 1934, considéré comme le numéro deux du régime, joue un rôle politique important depuis plusieurs années, et est responsable de dossiers délicats de politique étrangère, notamment celui ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba et son homologue égyptien Hosni Moubarak ont eu un entretien centré sur le renforcement de la coopération bilatérale, samedi au Caire, la capitale égyptienne où le chef de l'Etat gabonais est arrivé vendredi après-midi pour une visite de travail et d’amitié de 72 heures en Egypte. C’est la première visite en Egypte, depuis son arrivé au pouvoir en octobre 2009, du président Ali Bongo Ondimba qui est accompagné son épouse et de quelques membres de son gouvernement. Les deux chefs d’Etat s’étaient déjà rencontrés lors du sommet Arabe-Afrique tenu à Syrte (Libye), qu’ils avaient co-présidé. La ...
Lire l'article
A l’ouverture de la seconde session ordinaire du Parlement le 1er septembre à Libreville, le président du Sénat, René Radembino Coniquet, a annoncé que le gouvernement gabonais avait transmis à son institution le projet de loi portant abolition de la peine de mort au Gabon. L’examen du texte par les sénateurs devrait constituer la dernière étape avant la promulgation de cette loi proposée il y a près d’un an par le gouvernement. Après avoir été soumis à l’examen des députés de l’Assemblée nationale, le projet de loi portant abolition de la peine de mort au Gabon est sur la table ...
Lire l'article
Le nouveau maire de la ville de Koulamoutou, chef lieu de l’Ogooué Lolo, Alphonse Ndjandja, poursuit sa série de visites et de rencontres avec les forces vives de la commune en vue de lutter efficacement contre l’insalubrité et les maladies opportunistes, mais aussi afin de fournir de meilleures conditions de vie à ses concitoyens. Les conseillers municipaux et les opérateurs économiques de cette localité ont été sensibilisés par le maire qui a fait de la lutte contre l’insalubrité son cheval de bataille pour rendre l’espace urbain agréable. Ainsi, il les a exhorté à « éviter de promouvoir les installations de garages, de ...
Lire l'article
Alors qu’un nouveau jugement est toujours attendu suite à la requête introduite par le Procureur de la République qui avait fait appel, interrogé le lendemain de l’audience par GABONEWS sur la peine infligée (6 mois d’emprisonnement, dont trois ferme, assortie d’une amende de 500.000 francs CFA et de la suspension de 12 mois du permis de conduire) au couple Jacquier, coupable, le 17 mai dernier, d’homicide et de blessures involontaires sur le jeune lycéen Alaingry Karl Smith Nzenze, qui, en fait, devait passer, à partir la semaine prochaine, ensemble que ses condisciples, les épreuves écrites du baccalauréat, suite à une ...
Lire l'article
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Egypte. Les violences place Tahrir s’intensifient
Gabon : La présence des chefs d’Etat requise au sommet de la CEEAC
Le Gabon veut s’engager sur la voie de l’abolition de la peine de mort
Egypte : Abdou Diouf appelle les autorités militaires à assurer une transition pacifique et démocratique
Égypte : Hosni Moubarak nomme des proches dans le nouveau gouvernement
Entretien Ali Bongo Ondimba-Hosni Moubarak au Caire
Gabon : Le Sénat planche sur l’abolition de la peine de mort
Gabon: A peine installé, le maire de Koulamoutou fait de la lutte contre l’insalubrité sa priorité
Gabon: Justice / Affaires Karl Nzenze : « Cette peine est trop faible » (Maître NKea, avocat au barreau gabonais)


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*