Socialisez

FacebookTwitterRSS

Attentat suicide à Damas : les Frères musulmans accusent le régime

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2012
Catégorie(s): Monde

Un attentat suicide a frappé vendredi un quartier historique du centre de Damas faisant au moins 25 morts et 46 blessés, selon la télévision syrienne. Il survient deux semaines après une attaque similaire imputée par les autorités à Al-Qaïda et par l’opposition au régime contesté de Bachar al-Assad.

Les Frères musulmans syriens accuse le régime de Bachar al-Assad d’être derrière ce nouvel attentat et demandent l’ouverture d’une enquête internationale.

“Nous demandons une enquête internationale et arabe sur cette explosion avant que les criminels ne cachent les preuves de leur crime”, a indiqué le porte-parole des Frères musulmans Zouheir Salem dans un communiqué.

“Nous faisons porter au régime, à ses services de sécurité et à ses gangs l’entière responsabilité de ce crime et nous les rendons responsables de toute goutte de sang versée sur le sol syrien”, a-t-ajouté.

Selon lui, “les services secrets du régime, et ses gangs en sont les seuls bénéficiaires et les seuls à même de le commettre”.

Cet attentat s’est produit au moment où des centaines de Syriens ont commencé à manifester dans plusieurs villes du pays à l’appel des militants pro-démocratie, pour réclamer l’aide de l’ONU en vue d’un arrêt de la répression sanglante de la révolte populaire lancée il y a bientôt dix mois contre le régime.

“Un attentat suicide commis par des terroristes a visé les habitants de Midane”, le quartier historique du centre de la capitale syrienne, a indiqué la télévision d’Etat, en faisant état de “dizaines de morts et de blessés en majorité de civils”.

“L’attentat a eu lieu devant un feu rouge dans un quartier populaire près de l’école Hassan al-Hakim, dans un lieu bondé”, a précisé la télévision en diffusant les premières images des lieux de l’explosion. Plusieurs ambulances ont été dépêchées dans le secteur.

Des images crues diffusées par la télévision ont montré des restes de corps dans un sac plastique noir, des gravats jonchant le sol, des flaques de sang et plusieurs voitures calcinées aux vitres brisées.

Le régime accuse les terroristes

Le 23 décembre, 44 personnes ont été tuées et 150 blessées dans deux attentats suicide à la voiture piégée à Damas, les autorités syriennes les imputant alors au réseau extrémiste Al-Qaïda, alors que l’opposition accusait le régime du président Bachar al-Assad.

Les attaques, qui n’avaient pas été revendiquées, avaient visé la Direction de la sûreté générale, le plus important service de renseignement civil, ainsi qu’un bâtiment de la sécurité militaire dans le quartier de Kafar Soussé (ouest).

Il s’agissait des premières attaques du genre depuis le début de la révolte populaire le 15 mars contre le régime qui refuse de reconnaître l’ampleur de la contestation et accuse des “gangs armés terroristes” de créer le chaos dans le pays.

Elles étaient survenues au lendemain de l’arrivée d’une délégation arabe qui devait préparer la mission des observateurs de la Ligue arabe entamée trois jours plus tard.

Cette mission qui s’est rendue dans plusieurs villes du pays est de plus en plus critiquée notamment par l’opposition syrienne pour ne pas avoir empêché la poursuite de la répression sanglante du mouvement de contestation qui ne donne aucun signe d’essouflement.

Les opposants syriens ont qualifié d'”échec” la mission des observateurs qui se poursuit et appelé à une aide de l’ONU pour mettre fin à l’effusion de sang, la politique de la Ligue arabe qui a donné plusieurs délais au régime syrien ayant conduit selon eux “à une hausse des morts dans la répression”.

“On espère qu’ils (la Ligue arabe) annoncent l’échec de cette initiative”, a déclaré à l’AFP le colonel Riad Assaad, chef de l’Armée syrienne libre (ASL), qui revendique quelque 40.000 militaires ayant fait défection de l’armée syrienne.

Au moins 5 000 morts depuis mars dernier

Le Comité ministériel arabe chargé du dossier syrien se réunit dimanche au Caire pour entendre le rapport du chef de la mission d’observateurs.

Le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem Al Thani, président du Conseil, a indiqué que la Ligue arabe devait décider après avoir entendu le rapport si cette mission se poursuivrait et comment. Il a aussi évoqué une possible aide de l’ONU pour les observateurs qui selon lui ont commis “des erreurs” en raison d’un manque d’expérience.

“Tout le monde est conscient des dangers qui menacent notre révolution. Nous n’allons pas abdiquer. Nous sortirons (dans les rues) avec notre revendication légitime pour une internationalisation de notre cause” par le biais d’un transfert à l’ONU, ont affirmé les militants pro-démocratie sur la page Facebook.

Vendredi, un homme de 36 ans a été tué par les tirs des forces de sécurité alors qu’il se trouvait au balcon de sa maison à Homs (centre), un bastion de la contestation, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Jeudi, au moins 17 civils ont été tués, la plupart à Deir Ezzor (est) lors d’opérations militaires, a ajouté l’OSDH.

Selon une estimation de l’ONU, la répression en Syrie a fait au moins 5.000 morts depuis le 15 mars. 


SUR LE MÊME SUJET
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Les autorités syriennes ont rejeté lundi une nouvelle initiative arabe prévoyant à terme un départ du président Bachar al-Assad, les pays européens estimant que ce plan pourrait "changer la donne" à l'ONU. Ces développements politiques n'ont cependant pas influé sur la situation sur le terrain, où les forces du régime continuent de réprimer la révolte populaire lancée il y a plus de dix mois, avec la mort de 18 civils lundi à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Face à la répression sans répit malgré la prolongation de la mission des observateurs arabes, l'Union européenne a adopté de ...
Lire l'article
Le Conseil supérieur des affaires islamique du Gabon (CSAIG) a remis samedi dernier à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié (sud), un don composé des produits alimentaires en ce début du mois de ramadan. Le don a été réceptionné par l’ensemble des imams de la province dont ceux venus des départements. Il a été remis au nom du CSAIG par son coordonnateur national, Mohammed Itsitsa. Selon lui, ce geste de partage correspond à un principe de l’islam qui veut qu’en cette période du mois ramadan, les musulmans se montrent beaucoup plus généreux envers les autres notamment en faveur des ...
Lire l'article
Le Forum africain pour la reconstruction (FAR) et le mouvement d’émancipation socialiste du peuple (MAESP), deux petits partis politiques gabonais d’opposition, accusent ''la France, les Etats-Unis et leurs semblables de l’Union européenne (UE) d’avoir instrumentalisé l’ONU'' concernant la situation en Cote d'Ivoire. Dans une déclaration co-signée le 12 avril dernier, le président du FAR, Léon Mbou Yembit, député à l’Assemblée nationale, et le secrétaire général du MESP, Dr Mouanga Mbadinga, un professeur de philosophie, ont condamné l’intervention de l’armée française et des militaires de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). ’’Nous condamnons l’intervention de l’armée française ...
Lire l'article
C’est Omar Bongo Ondimba qui les a fait se rencontrer. Mais à sa mort, en juin 2009, les appétits se sont aiguisés. Aujourd’hui, rien ne va plus entre le président Ali Bongo Ondimba et l’ancien ami André Mba Obame, devenu opposant. L’un est installé à la présidence du Gabon. L’autre rêve de l’en déloger. Vingt-cinq ans d’amitié ont viré, le temps d’une transition mal négociée, en un duel implacable. Face à face : Ali Bongo Ondimba (ABO), 52 ans, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle en août 2009, et André Mba Obame (AMO), 54 ans, arrivé troisième. À Libreville, la classe politique compte ...
Lire l'article
Les élus de Mounana (opposition) accusent un des sous-traitants de la Comuf (filiale du groupe Areva) d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site d'une ancienne mine d'uranium. Le gouvernement gabonais (actionnaire de la Comuf) a démenti ces accusations tout en annonçant "une mission d'experts scientifiques" sur le site. Les élus de Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par la Comuf, filiale du Français Areva, accusent un de ses sous-traitants d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site ce que démentent mardi les autorités et acteurs impliqués. "Il y a des têtes de mort" "Nous avons constaté que l'entreprise Geofor, ...
Lire l'article
Tchibanga, 1er septembre (GABONEWS) - Un jeune homme de nationalité gabonaise, habitant le quartier Ibanga dans la ville de Tchibanga (Sud-ouest) s’est donné la mort dans la nuit de dimanche à lundi par suicide, a constaté GABONEWS. Il s’agit exactement de Tayson Ngoma, une trentaine d’années révolues, qui a décidé d’écourter sa vie par suicide après voir passé sérieusement à tabac sa propre maman qui se retrouve actuellement sans dents. Selon les avis des témoins recueillis sur les lieux, il ressort que ce compatriote se trouvait dans un état d’ivresse suffisamment avancé voire incontrôlé. C’est pourquoi, ayant mesuré ...
Lire l'article
A l'annonce de la disparition d'Edith Lucie Bongo, j'ai ressenti comme un grand soulagement étrange en rappport avec le combat que mène l'opposition gabonaise (particulièrement en France) dans l'espoir d'éradiquer le leadership infâme de l'indécent Bongo qui aura en quarante ans fait sombrer l'étoile de notre beau petit Gabon. En effet, la perte de cette dame vient sceller au fer rouge le début de la déroute indéniable de l'abominable "Maestro" lequel aura tout au long de sa scandaleuse vie politique fait précipiter nombre de nos ainés dans l'abîme de la mort. Pour ne citer que quelques uns, on ne peut ...
Lire l'article
Le maire de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane, a offert mardi, à l’occasion de la fin du Ramadan, un important lot de produits vivriers à la communauté musulmane du 5ème arrondissement, son fief électoral. C’est l’imam de la mosquée de Lalala qui, au nom de tous les musulmans de cette circonscription, a réceptionné le don. Occasion pour lui de manifester toute leur gratitude à l’endroit du donateur. Cet élan du cœur n’étant pas le premier du genre, l’imam a souhaité qu’une mosquée, baptisée au de Ntoutoume Emane soit érigée dans cet arrondissement. Ntoutoume Emane, le donateur, pour sa part, a qualifié son acte ...
Lire l'article
AU SEIN DE LA CLASSE POLITIQUE GABONAISE. LOBSESSION ACTUELLE EST LA SUCCESSION DU PRÉSIDENT OMAR BONGO ONDIMBA. Quarante ans après la disparition du premier président Léon Mba, son successeur Omar Bongo Ondimba, entretient un subtil jeu d'équilibre avec la communauté Fang qui compte aujourd'hui deux présidents frontaliers du Gabon. Cérémonie hautement symbolique, le 30 novembre 2007, à Libreville. Pour fêter ses quarante années passées à la tête de l'Etat gabonais, le président Omar Bongo Ondimba a inauguré en grandes pompes un mémorial en l'honneur de feu le président Léon Mba, « père de la nation gabonaise ». Une manière pour le ...
Lire l'article
Désenclaver les quartiers de la capitale en améliorant l'accessibilité aux services publics, c'est l'objectif de la politique de proximité des services postaux gabonais qui s'est concrétisée le 8 mai dernier par l'ouverture d'une nouvelle agence au quartier Damas, à Libreville et dont l'inauguration a été présidée par le directeur général de la société, Alfred Mabika. La Poste gabonaise se développe et se redéploie dans la capitale avec l'ouverture de nouvelles agences dans les différents quartiers de la capitale, à l'image de celle inaugurée le 8 mai dernier au quartier Damas. La nouvelle agence est composée de deux guichets, une salle d'accueil, ...
Lire l'article
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Don des produits alimentaires du CSAIG aux musulmans de la Ngounié
Deux partis politiques gabonais accusent la France et les Etats-Unis d’avoir instrumentalisé l’ONU concernant la situation en Cote d’Ivoire
Ali Bongo Ondimba/André Mba Obame : les frères ennemis du Gabon
Des élus locaux accusent une filiale d’Areva d’enfouissement de déchets toxiques
Gabon: Un jeune homme se suicide au quartier Ibanga à Tchibanga
A Mes chers frères et soeurs gabonaises, par JEAN BAPTISTE NYONDA
Gabon: Ntoutoume Emane solidaire des musulmans de Lalala
Gabon : Omar Bongo Ondimba et ses “Frères” Fangs
Gabon : Libreville se dote d’une nouvelle agence de Gabon Poste au quartier Damas


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2012
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*