Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La reconstruction vaginale, le prix de la séduction

Auteur/Source: · Date: 18 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique,Santé,Société

La reconstitution vaginale, un ensemble de pratiques ou d’opérations dangereuses consistant à améliorer ou à refaire l’organe génital de la jeune femme, est au cœur d’un véritable problème de santé publique. C’est un sujet tabou, dont on entend rarement parler. Pourtant, le phénomène prend de l’ampleur, dans notre pays et partout en Afrique. Nombreuses sont les femmes qui y sont soumises parce que leurs parents, elles-mêmes ou leurs amies veulent conserver leur virginité ou rétrécir leur appareil génital. Elle a cours dans nos villes, nos quartiers et nos villages. Elle se pratique sans précaution par des personnes n’ayant aucune formation médicale reconnue.

La réparation vaginale entraîne de nombreux dégâts pour la santé de la jeune femme : MST, douleurs atroces lors des relations sexuelles, cancers de l’utérus, infertilité, écoulements vaginaux inhabituels et graves infections vaginales, y compris des risques accrus de contracter le VIH Sida. Le danger est apporté par la grande famille des pratiques traditionnelles : feuilles de tabac, pierre d’alun, instruments et outils divers… Il s’agit d’un véritable couloir insoupçonné de la mort.

Après une enquête minutieuse, réalisée au Mali mais aussi au Bénin, au Cameroun et au Gabon avec l’appui de collègues du programme Sjcoop de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques, nous sommes en mesure de vous livrer les dernières informations disponibles sur ces pratiques imprudentes. Des victimes témoignent. Des témoins confirment. Des praticiens tentent d’expliquer. Des médecins montrent les dangers. Et des spécialistes essayent de comprendre. Voici le résultat de nos investigations…

Resserrer le vagin pour faire plaisir à son partenaire et donner l’illusion d’une seconde virginité, le phénomène est connu de toute la gent féminine et masculine du continent africain. Chacune y va de sa recette suivant sa localisation géographique et sa culture. Les produits utilisés sensément bio pause très souvent le problème de dosage aux conséquences néfastes sur l’appareil génital de la femme.

Ne vous y trompez pas, il ne s’agit absolument pas de cette opération issue de la médecine moderne, très répandu en occident et dans certaine régions d’Afrique du nord, qui consiste à poser un hymen artificiel chez certaines jeunes femmes pour des raisons culturelles. Car, ce petit rebord de tissu qui est généralement présent comme une sorte de collerette autour de l’entrée du vagin des jeunes filles (vierges) est précieux. Et, sa signification symbolique est d’obtenir une place dans la société: une jeune fille passe du statut de neutralité sexuelle à celle d’un être sexuellement affirmé. Ne pas y participer peut entraîner des représailles au détriment de la jeune fille et de sa famille à l’occasion des noces. « Le fait de garder sa virginité est quelque chose d’important » selon les coutumes malienne souligne le Dr Malik Traoré. « Les techniques utilisées par les jeunes filles sont traditionnelles. Les techniques modernes sont proscrites » conclut le Médecin Malien.

Une autre pratique qui lui est voisine, aux objectifs en tout points différents, tirerait également son origine des de la riche culture africaine. Le principe voudrait que les femmes le fassent pour satisfaire l’appétit sexuel de leurs partenaires en même temps qu’elle se maintiendrait en bonne santé. Ce phénomène touche le continent noir, et singulièrement l’Afrique de l’ouest et du centre. Jadis, soutien Marie Augustine, sage femme à l’hôpital général de Libreville, cette pratique avait une vocation médicale d’abord, érotique ensuite. Selon l’infirmière, après l’accouchement la parturiente (femme qui vient d’accoucher), loin des centres de soins de santé modernes, recevait des soins de la guérisseuse traditionnelle ou de sa propre mère généralement dépositaire de ce savoir faire ancestral.

De manière générale, il était question de bain de siège, d’utilisation de sortes d’ovules faites de feuilles macérées, puis insérés délicatement dans la cavité vaginale. La jeune maman devait garder cette mixture en elle toute la nuit. L’opération se répéterait durant les six premiers mois de l’allaitement. L’objectif étant de resserrer le vagin traumatisé par l’accouchement tout en évacuant les liquides encore dans l’utérus.

Ces soins n’étaient pas uniquement destinés à la femme en période d’allaitement vient renchérir Marie Chimène, originaire du nord Gabon. Tous les six mois, poursuit cette dame de 49 ans, une femme doit recourir à cet ovule pour l’entretien de son organe génital, outre les produits de la médecine moderne. Tout comme la fillette à qui la maman doit administrer les mêmes soins pour prévenir certaines infections.

Ce phénomène, silencieux, est également présent au Cameroun où l’utilisation des feuilles de tabac, la pierre dite blanche, ou les écorces d’arbres spécifiques est quasi systématique chez les travailleuses du sexe et certaines jeunes femmes mariées ou pas vivant en couple. Les travailleuses du sexe, au vagin régulièrement sollicité, recours à cette pratique non seulement pour l’entretien de leur « outil de travail » bien plus encore pour améliorer l’offre. Les raisons évoquées lorsqu’elles acceptent de parler chez les femmes mariés et autres demoiselles en union libre est la possibilité d’avoir des relations sexuelles en dehors du mariage sans attiré l’attention du partenaire.

Les produits varient donc selon les pays. Au Bénin, la pierre d’halin ou hâlon à l’origine destiné à désinfecté l’eau et lutter contre les odeurs fortes. Elle n’est pas utilisée au Gabon ou au Cameroun. Chez les pygmées Baka du Cameroun, on utilise des feuilles sous forme d’ovule et des bains de siège. « L’effet est immédiat. On saigne à la pénétration. Mais, cela ne dure que le temps du rapport sexuel » regrette cette jeune femme de Yaoundé visiblement désabusé.

Mademoiselle N.M du Gabon a reconnu avoir utilisé cette technique pendant un certains sous les lumières de sa mère initiatrice. Initié au mboumba yano, un rite initiatique traditionnel destiné aux femmes, présent dans le sud du Gabon, Mademoiselle N.M se souvient qu’ « avant le retour de son fiancé étudiant en Europe, après trois ans d’absence, utilisait une mixture conçu à partir de trois plantes, macérées sous forme d’une ovule pharmaceutique. La mixture est conservée dans le congélateur toute une nuit pour qu’elle devienne ferme avant de l’introduire dans la cavité vaginale. Après une nuit passée avec cet ovule, l’ovule doit être ôté à l’aide d’une compresse humide sans y introduire une seule goutte d’eau dans le vagin. Le résultat de cette opération est fonction de l’anatomie de chaque femme » poursuit l’étudiante à l’Université Omar BONGO de Libreville. « Si vous êtes large, l’effet ne dure qu’un jour. Si, en revanche vous être étroite ça peut durer trois à quatre jours » soutien Mademoiselle N.M.

Le succès éphémère de cette pratique n’occulte pas le caractère dangereux décrié par certains médecins notamment les praticiens de la médecine moderne qui ont pu observer le phénomène. « Il existe zéro avantage » soutien ce Médecin Camerounais excédé. « Ce n’ai absolument pas une virginité anatomique. Juste une illusion, un mirage » conclut-il. Le Dr Emmanuel OWAHEION du Bénin est formel « l’aboutissement de tout ceci est l’agression de la muqueuse qui se blesse. Ce qui abouti, à terme, à un cancer de l’utérus ». Car, ses astreignants ont un effet néfaste sur l’organe génital extrêmement fragile de la femme » Conclut l’obstétricien. Le lien avec les autres maladies notamment le VIH/ sida devient inévitable. Car, appui le Dr Nazaire KIMBANGOU du Gabon « l’organe génital de la femme a été conçu de tel sorte qu’il y a une flore vaginale microbienne naturelle scientifiquement appelée bacille de Döderlein qui protège la muqueuse vaginale. L’utilisation de ses produits détruit cette flore vaginale et expose du coup le vagin de la femme à des agressions à répétition. Il n’est pas rare des femmes venir se présenter pour des infections à répétition. Cela favorise non seulement les infection habituelles, mais également les infections sexuellement transmissibles y compris bien sûr l’infection à vih qui trouve là une porte d’entrée pour envahir l’organisme tout entier »

En attendant, la pratique étant très peu documentée, les victimes meurent en silence comme ce fut le cas de cette jeune musulmane dont la sœur révoltée qui a requis l’anonymat, raconte la gorge nouée par l’émotion et les yeux pleins de larmes amers : « c’est n’importe quoi cette pseudo virginité. J’en connais plusieurs qui portent encore aujourd’hui des serviettes hygiéniques toute l’année. Le cas de ma sœur est triste mais illustre parfaitement la dangerosité de la pratique. Elle a vécu dans la souffrance et les soucis parce qu’elle ne savait pas que cela devait se passé comme ça. Au départ, elle se passait pour une spécialiste en la matière puisqu’elle vendait même ces produits. Elle était suivie par un médecin. Elle a souffert pendant 20 longues pénibles années. Son mari l’a quitté, elle a fini par décédé des suites des complications dues aux multiples infections survenues au cours de sa longues agonie ».

Les tradithérapeutes, tout en appuyant les déclarations de leur confrères de la médecine moderne, estiment qu’autant il existe des produits pas du tout adaptés à cette utilisation comme la pierre dalin ou encore appelé pierre blanche, autant le problème réside dans le non respect de la posologie. Le débat reste entier puisqu’en face, on parle de dosage approximatif ne tenant pas compte de certaines notions comme la toxicité des produits utilisés. Les utilisatrices, les avertis estiment qu’un couplage des deux médecines pourraient bénéfiques pour les patients. Mademoiselle N.M estiment que « on taxe trop la médecine traditionnelle d’être un peu archaïque. Pourtant les résultats pour une même pathologie peuvent être les mêmes. Alors dans ce cas pourquoi ne pas jumeler les deux ? Il faut qu’il y ait une complémentarité entre les deux médecines.

En Afrique le phénomène existe, mais son caractère silencieux échappe aux radars des spécialistes des questions de santé. Il n’est certes pas documenté. Mais, il n’est pas moins destructeur. C’est pour cette raison que le Directeur Général de la santé du Gabon estime qu’il est urgent de s’y penché. Pour le Dr Jean Damascène KOUYA, « les victimes ou les utilisatrices de ses produits doivent être absolument sensibilisé. Car, avec une prévalence encore trop lourde de Près de 6% pour une population de moins de 2 millions d’âmes, le Gabon ne peut plus se payer le luxe de laisser l’occasion au VIH de trouver une porte aussi grandement ouverte à travers la muqueuse vaginale agressée. Il faut donc que les chercheurs se mettent au travail pour décrire la réalité du phénomène afin de donner de la matière au Gouvernement qui décidera en dernier ressort. »

Au Gabon, les autorités commencent à prendre conscience de l’importance du phénomène avec ses ramifications avec le sida et les autres infections sur la femme, porteuse de vie. En revanche, le continent tout entier, du moins dans les zones concernées, c’est encore le grand tabou sous le sceau de la tradition et de la religion. Jusqu’à quand resterait-on silencieux, la réponse sur les lèvres des autorités.

Réalisé avec la participation de Harouna FOMBA du Mali, Claire Stéphane SACRAMENTO du Bénin et Line ANABA BATONGU du Cameroun.

Par Paul AVOUGOU-NDILA
 


SUR LE MÊME SUJET
La première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a reçu mercredi 5 octobre 2011 à New York, le prix de « la femme du changement 2011 », en reconnaissance de son engagement en faveur des droits de la femme et de la protection de la veuve et l’orphelin, au Gabon et à travers le monde. Cette distinction internationale lui été décernée hier par la « Foundation for social change », organisation américaine qui œuvre pour l’autonomisation et la promotion de la femme en générale et ce, en collaboration avec le Bureau des Nations Unies pour les Partenariats ...
Lire l'article
La kényane Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004 pour son engagement en faveur de l'environnement, est décédée dimanche des suites d'un cancer, a annoncé lundi le mouvement qu'elle avait fondé, le Green belt movement (Le Mouvement de la ceinture verte). "C'est avec une immense tristesse que la famille du Pr Wangari Maathai annonce son décès survenu le 25 septembre 2011 après un long et courageux combat contre le cancer", a annoncé ce mouvement sur son site internet. Première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel, Pr Wangari Maathai était auteure de nombreux ouvrages, biologiste et vétérinaire de formation, ...
Lire l'article
Au deuxième jour des rencontres de haut niveau qui ont lieu à New York (Etats-Unis d’Amérique –USA), à l’occasion de la 66ème Assemblée générale de l’Organisation des Nations (ONU), le président gabonais Ali Bongo Ondimba, en réaffirmant le soutien du Gabon à la Lybie, a expliqué concernant ce pays qu’« Il n’y aura la paix, la stabilité et la reconstruction que s’il y a réconciliation et unité nationale ». Mardi, en effet, lors de la réunion de haut niveau qui a réuni autour du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, l’ensemble des amis de la Nouvelle Libye, en présence du président ...
Lire l'article
Lambaréné, 29 août (GABONEWS) - Le Directeur de Campagne du candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Ali Bongo Ondimba, dans la province du Moyen Ogooué, Richard Auguste Onouviet, a procédé à la dernier campagne de charme dans la ville de Lambaréné, en vue d’attirer le maximum d’électeurs pour qu’il votent dimanche son candidat. « Si vous me faite confiance, alors chers parents, vous devez me suivre et voter pour mon candidat, c'est-à-dire Ali Bongo Ondimba; candidat du Parti démocratique gabonais », a-t-il déclaré. « Aidez nous à vous aider en votant massivement demain (30 août) pour le candidat ...
Lire l'article
Quatre mois après la mutinerie de janvier dernier à la prison centrale de Libreville, qui a vu un bâtiment abritant plusieurs services pénitenciers endommagé par les flammes, l’heure est à la reconstruction, voire à l’extension des locaux avec pour souci majeur, l’amélioration des conditions de vie et de travail au sein de cet univers carcéral, a constaté ce mercredi les reporters de GABONEWS. Les travaux qui sont très avancés, prévoient au finish une salle de communication, lieu où les détenus pourront désormais s'entretenir et ce, dans de bonnes conditions, avec leurs avocats, voire des juges. De même, cinq parloirs, endroits indiqués pour ...
Lire l'article
Le Vice-Premier en charge de l’Environnement, Georgette Koko, préside ce vendredi à la cité de la démocratie à Libreville, en lieu et place du chef de l’Etat empêché, les cérémonies solennelles de la Journée Nationale de la Femme dont le point d’orgue sera la remise officielle aux lauréates du « Grand Prix du Président de la République », Omar Bongo Ondimba. Célébrée cette année sous le signe « l’Avenir se prépare aujourd’hui », cette Journée Nationale de la Femme permettra au jury de ce Grand Prix de distinguer celles qui, de par leurs activités, la qualité novatrice des projets et l’impact ...
Lire l'article
Des femmes sourdes et muettes, rencontrées à Akébé dans le 3ème arrondissement de Libreville, exerçant dans le domaine de la coiffure, ont indiqué jeudi, à quelques heures de la remise du Grand prix du président de la République qui couronne les efforts de celles qui ont réalisé des œuvres magistrales, innovantes, qu’elles aimeraient, à l’avenir, participer à cette compétition s’inscrivant dans le carde de la journée nationale de la femme. De nombreuses femmes sourdes et muettes, dont celles exerçant dans les petits métiers à Libreville ont indiqué qu’elles sont souvent ignorées dans les activités commémorant la Journée nationale de la femme. A ...
Lire l'article
La responsable de la promotion de la femme dans la province de l’Ogooué Lolo (Sud est), Rosine Madeleine Koumba, a sensibilisé les femmes leaders d'associations à caractère agricole, mercredi à Koulamoutou, sur la nécessité de se préparer pour le "Grand prix du président de la République" qui aura lieu en mars prochain à Libreville. Après avoir rappelé les deux thèmes sur lesquels portera le concours cette année, à savoir, l'agriculture et l'hôtellerie, M. Koumba a exhorté les femmes à tout mettre en oeuvre pour obtenir ce grand prix, dans le domaine de l'agriculture qui les intéresse le plus. "Votre présence massive dans ...
Lire l'article
Les campagnes de séduction initiées par les universités et grandes écoles privées étrangères, visant à proposer des pré-inscriptions aux nouveaux bacheliers s’intensifient à Libreville avec la publication des résultats définitifs du baccalauréat. En effet, outre les publicités qui abondent dans les différents médias audio-visuels et écrits de la place, les grandes artères de la ville, tout comme l’entrée principale de l’Université Omar Bongo (UOB) où se trouve l’Office national du baccalauréat sont inondés d’affiches vantant les « atouts » de ces différents établissements supérieurs venus d’ailleurs. Selon une étudiante rencontrée sur le campus de l’UOB, « cet acharnement est surtout suscité par ...
Lire l'article
Le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Evaluation des politiques publiques et de la Politique de la ville a lancé une étude détaillée pour la reconstruction de la « Baie des Cochons », à Petit-Paris, quartier sous-intégré du 3ème arrondissement de Libreville, pour laquelle un Atelier de validation sera organisée dans les tous prochains jours, a annoncé le communiqué final du Conseil des ministres qui s’est tenu mercredi au Palais de la présidence de la République.
Lire l'article
Sylvia Bongo Ondimba reçoit le prix de « la femme du changement 2011 »
Nécrologie / Décès de la Kényane Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004
Libye : « Il n’y aura la paix, la stabilité et la reconstruction que s’il y a réconciliation et unité nationale », Ali Bongo Ondimba,
Gabon: Présidentielle 2009 / Le PDG fait sa dernière séduction dans le Moyen Ogooué avant le scrutin
Gabon: Après la mutinerie de janvier, l’heure est à la reconstruction à la prison centrale de Libreville
Gabon: Journée Nationale de la femme: le Vice-Premier Ministre Georgette Koko préside la remise officielle du « Grand prix du Président de la République »
Gabon: Journée nationale de la femme: les sourdes et muettes aimeraient participer aux prochains « Grand Prix du président de la République »
Gabon: Société : “Grand prix du président de la République”, les femmes de koulamoutou sensibilisées
Gabon: Campagne de séduction des universités et grandes écoles étrangères à Libreville
Gabon: Aménagement du territoire / Vers une reconstruction du quartier sous intégré la « Baie des Cochons »


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique,Santé,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*