Socialisez

FacebookTwitterRSS

Main noire à l’UOB

Auteur/Source: · Date: 19 Jan 2012
Catégorie(s): Education

Le revirement des étudiants, qui avaient déjà donné leur parole pour une sortie de la crise à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, après une rencontre avec le ministre Séraphin Moundounga, avant de relancer leur mouvement, laisse penser à une main noire, incitant et manipulant dans l’ombre le monde estudiantin.

Les étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville sont en grève depuis le début de la semaine dernière. Dans leur cahier de doléances, on dénombre plusieurs revendications : le paiement de la bourse, l’harmonisation du système Licence Master Doctorat (LMD) dans tous les départements, et la réouverture du concours d’entrée à l’Ecole nationale supérieure (ENS). Une action de réclamation qui n’a pas laissé insensibles les autorités de tutelle. En effet, le ministre de l’Enseignement supérieur, Séraphin Moundounga, a effectué vendredi dernier une décente au campus universitaire. Les pourparlers, qui ont duré près de cinq heures d’horloge, ont permis de conclure une sorte d’accord : le ministre Séraphin Moundounga a demandé aux étudiants de faire parvenir au ministère les états nominatifs des réclamations relatives aux bourses et leurs justificatifs, en vue de leur examen par le Gouvernement. Un accord qui a rassuré les étudiants, au point d’accompagner le ministre jusqu’à son véhicule.

Curieusement, le lundi 16 janvier dernier, ces mêmes étudiants ont à nouveau envahi la voie publique, et de la plus belle manière. Semblable à des âmes agitées par les démons de l’enfer, ils se sont livrés à des actes de vandalisme. Alors que vendredi dernier, lors de leur discussion avec le ministre, ils avaient donné leur parole pour surseoir à la grève et permettre au Gouvernement d’examiner leurs revendications. Qu’est-ce qui s’est donc passé ?

Selon un communiqué du rectorat de l’UOB, certains individus identifiés comme n’étant pas étudiants, précisément des anciens étudiants exclus depuis des années de l’Université, seraient responsables des perturbations observées à l’UOB. Après avoir infiltré le mouvement de grève des étudiants, ces anciens étudiants auraient convaincu les jeunes étudiants de changer casaque et de poursuivre leur mouvement d’humeur.

Mais pour nombre d’observateurs de la vie politique du Gabon, cette agitation des étudiants serait inspirée par quelques opposants tapis dans l’ombre, un peu pour créer un climat de tension dans ce contexte national marqué par le démarrage, dans quelques jours, de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football que le Gabon et la Guinée équatoriale abritent dès samedi prochain. On croirait donc à un sabotage, destiné à gêner l’action politique du chef de l’Etat. A y voir de près, l’opposition ne serait pas étrangère à ce genre de manœuvres dont elle est désormais coutumière. On se souvient de l’agitation qui a précédé l’organisation des législatives du 17 décembre dernier. Tout a été essayé pour boycotter ce scrutin. Sans succès, heureusement. Aujourd’hui, la réussite de l’organisation de la CAN est devenue un autre enjeu pour les politiques, aussi bien de la Majorité que de l’Opposition. Il serait dommage que la CAN soit prise en otage par des opposants agissant sous le couvert des étudiants. Inutile de rappeler que c’est aussi l’image du Gabon qui est mise en jeu. 


SUR LE MÊME SUJET
Affaire Bourgi: la colère noire des Africains
Les accusations de Robert Bourgi sur le financement des campagnes électorales françaises par les chefs d'Etat du continent provoquent la colère de l'opinion publique africaine. «Faux» et «archi-faux»! Les autorités sénégalaises ont été les premières à régir aux accusations fracassantes de Robert Bourgi dans l’affaire «des valises de billets». Comme cinq autres chefs d'Etat africains, le président sénégalais Abdoulaye Wade et son fils Karim ont été mis en cause dans le financement occulte de la campagne de l'ancien président français Jacques Chirac en 2002. Karim Wade qui, selon Bourgi, a remis 500 millions F.CFA (762 millions d'euros) à Villepin, a ...
Lire l'article
Le candidat du parti démocratique gabonais (PDG), Régis Immongault aurait été élu député du premier siège de députation de Mulundu avec un score écrasant de 87%, devant son challenger de l’Union nationale (UN) Paulette Missambo, selon les résultats issus de la commission électorale départementale, alors que, pour les sénatoriales partielles, l’autre candidat du PDG a également gagné sans trop de difficulté, avec 80% des suffrages exprimés. Les candidats du Parti démocratique gabonais (PDG), pour les législatives au 1er siège du département de Mulundu, Régis Immongault, et pour les sénatoriales partielles dans la commune de Lastoursville, Adeste Dilivie Yossangaoye, ont réussi dimanche ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais s'est déclaré prêt à reprendre le dialogue pour mettre fin à la grève déclenchée mercredi par l'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), dans un communiqué publié dans la soirée à Libreville. Conscient, selon le communiqué, que les conséquences de la grève pourraient affecter plusieurs autres secteurs, le gouvernement tente ainsi de reprendre la main dans son bras-de-fer avec l'ONEP. "Le gouvernement réaffirme solennellement sa disponibilité à reprendre le dialogue", indique le communiqué signé par le ministre du Travail, Maxime Ngozo Issondou. Les négociations engagées avec l'ONEP depuis le 8 mars ont échoué face à la détermination des syndicalistes à ...
Lire l'article
Avec la mise en place récente de la Commission centrale de discipline, le secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Faustin Boukoubi, a décidé, en attendant le prochain congrès, de reprendre les choses en main au sein de sa formation politique, en mettant hors d’état de nuire tous les militants récalcitrants. Mettre hors d’état de nuire tous les militants récalcitrants. C’est peut-être vers cela que s’achemine, progressivement la direction du PDG. C’est, conformément aux dispositions de l’article 30 de ses statuts et de son règlement intérieur, que le secrétaire général, Faustin Boukoubi a désigné, le 03 février dernier, les neuf membres ...
Lire l'article
En marge du 14e Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenu du 31 janvier au 2 février à Addis-Abeba, en Ethiopie, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et Microsoft ont signé un accord le 1er février pour la promotion et le développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique. Ce partenariat doit permettre de booster l’économie africaine par le biais des TIC. La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et Microsoft ont signé un partenariat le 1er février dans la capitale éthiopienne, pour la coopération en ...
Lire l'article
Le Cameroun et le Gabon ont la main
Gabon, Cameroun, Tunisie ou Zambie ? Qui seront les deux derniers qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des nations ? Réponse ce jeudi à l'issue des deux dernières rencontres (Gabon-Zambie et Cameroun-Tunisie) du premier tour, programmées à 17 heures. Tout est encore possible. Gabon, Cameroun, Tunisie et Zambie peuvent encore croire à une qualification en quart de finale de cette 27e Coupe d'Afrique des nations. Mais les Gabonais, premiers de ce groupe D avec quatre points, et les Camerounais, deuxièmes avec trois unités, ont les cartes en main puisqu'ils possèdent un avantage - ils n'ont besoin ...
Lire l'article
Le ministre de l'Enseignement supérieur, Dieudonné Pambo, a récemment signé avec le président de la Conférence épiscopale du Gabon, monseigneur Timothée Modibo Nzockena, une convention de partenariat visant à impliquer l'Eglise catholique dans le renforcement des capacités de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le 26 juin dernier, le chef de l’Eglise catholique avait annoncé ses ambitions de sceller des accords avec le gouvernement gabonais pour le soutien et le renforcement du secteur de l’enseignement. Dans la lignée de l'accord cadre conclu le 12 décembre 1997 portant définition et délimitation des relations et de la collaboration entre le Gabon et ...
Lire l'article
J’entends par « colonialocratie », le fonctionnement d’une société politique fondée par une puissance coloniale, selon les desiderata de ladite puissance, en vue de poursuivre des fins assignées par cette dernière et qui font désormais système. Ce néologisme vise par ailleurs à nuancer celui de la « postcolonie »[1], qui tend à insinuer que l’ère coloniale serait (dé)passée ; lors même que celle-ci surdétermine encore largement les phénomènes politico-économiques des sociétés africaines contemporaines qu’elle a engendrées. LE « PRE CARRE », UN DOMAINE COLONIALOCRATIQUE Le « Pré Carré » est une grande superficie de terre africaine circonscrite par la France pour les ...
Lire l'article
La lutte contre la pauvreté et la marginalisation des plus démunis a franchi une étape importante avec la définition du statut de gabonais économiquement faible adoptée lors du Conseil des ministres le 6 juin dernier à Libreville. La création de ce nouveau statut devrait notamment permettre aux plus démunis de bénéficier de facilités de soins dans les structures de santé publiques. Le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Prévoyance sociale a fait faire un pas au gouvernement gabonais vers l'Etat providence lors du Conseil des ministres du 6 juin dernier à Libreville, lors duquel a été approuvé la ...
Lire l'article
Gabon – Agriculture: La main tendue du ministre Faustin Boukoubi
Suite à la grève déclenchée depuis le 4 avril dernier par les agents du ministère de l'Agriculture membres du synpa le ministre de l'Agriculture Faustin Boukoubi est sorti de sa réserve le 9 avril dernier invitant le syndicat national des personnels de l'agriculture à une table de négociation. Le ministre de l'Agriculture et de développement rural Faustin, Boukoubi est sorti de sa réserve le 9 avril dernier pour éclairer l'opinion nationale et internationale sur les raisons qui ont poussé à la révision de l'arrêté ministériel portant organisation et répartition de la prime de servitude à l'origine du soulèvement ...
Lire l'article
Affaire Bourgi: la colère noire des Africains
Régis Immongault et Adeste Dilivie Yossangoye du PDG gagnent haut la main
L’Etat gabonais tend la main aux grévistes du secteur pétrolier
Reprise en main effective du PDG
Afrique : La CEA et Microsoft main dans la main pour développer les TIC
Le Cameroun et le Gabon ont la main
Gabon : Enseignement supérieur et Eglise catholique main dans la main
DE LA « COLONIALOCRATIE » EN AFRIQUE NOIRE
Gabon : Le gouvernement tend la main aux citoyens démunis
Gabon – Agriculture: La main tendue du ministre Faustin Boukoubi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Jan 2012
Catégorie(s): Education
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*