Socialisez

FacebookTwitterRSS

CAN 2012. Claude Leroy : «En Afrique, la CAN signifie bien plus qu’un Mondial»

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

Le Breton Claude Leroy, sélectionneur d’un pays non qualifié, la RD Congo, a entraîné quatre pays africains en 27 ans et gagné une fois la CAN. Il raconte son amour pour ce continent et la passion si particulière qui y existe pour le football. Entretien.

Quelles sont les grandes tendances de cette 28e édition ?

Avec trois nouveaux venus, cela va être une CAN rafraîchissante. Personne ne pouvait prédire il y a trois ans que le Botswana ou le Niger allaient participer à l’épreuve. Mais ils ont bien bossé et récoltent les fruits de leur politique de formation mise en place il y a quelques années.

A contrario, de grandes nations comme le Cameroun ou le Nigeria sont absentes. Est-ce le début d’une nouvelle ère ?

Il faut analyser cela au cas par cas. Le Cameroun est tombé dans une poule de qualification très relevée et a été devancé par le Sénégal, ce qui n’est pas anormal. L’Égypte a toujours été bien traitée, voire aidée, par la confédération africaine et les arbitres, mais là son équipe est vieillissante. On peut en revanche parler de gâchis pour l’Afrique du Sud ou le Nigeria. Les Sud-Africains ont levé les bras au ciel lors du dernier match de qualification, pensant qu’ils avaient leur ticket avec un nul. C’est surréaliste ! Comment une nation, qui vient d’organiser un Mondial, peut ignorer le règlement ? Quant au Nigeria, c’est un problème de préparation. Dommage que cette équipe ne cesse de bricoler. Avec un peu de rigueur, ce serait un immense pays de football. Il y a un tel potentiel, comme en RD Congo, d’ailleurs… De loin les deux meilleurs réservoirs de joueurs sur le continent.

« Le Nigeria pourrait être un immense pays de football »

Quelles sont les clés pour bien diriger les sélections africaines, qui font souvent appel à des entraîneurs européens ?

Pour moi, il y a une règle d’or, c’est vivre dans le pays pour lequel on travaille. Les entraîneurs « Club Med » ne réussissent pas. Sur place, on s’imprègne de la culture, de la réalité et on découvre des joueurs. Pas besoin de suivre de trop près les stars en Europe, je sais qu’ils sont bien pris en charge. Mieux vaut mettre les mains dans le cambouis et dénicher les talents. Quand je suis arrivé à Kinshasa, j’ai vu 60 matches en quarante jours, dans tous les quartiers de la ville. La passion, c’est le secret de la longévité. D’ailleurs, j’aime de plus en plus le « jeu » football, de moins en moins ce qu’il y a autour.

Pourtant, l’Afrique n’est pas à l’abri des dérives du foot…

Effectivement. Des joueurs que je découvre à peine dans mon pays sont déjà sous la coupe de marchands d’esclaves qui les proposent à des clubs européens. Une fois en Europe, ils sont abandonnés et se retrouvent sans papiers, à faire la vaisselle dans les arrière-cuisines de restaurants. Moi, je leur dis de rester grandir chez eux et d’y franchir des paliers.

L’aspect politique est à prendre en compte, aussi, lorsqu’on dirige une sélection africaine ?

Oui. Une équipe en Afrique fait partie du patrimoine national. La France, à côté, c’est de la rigolade. Il n’y a qu’à voir le Sénégal en ce moment : le président Abdoulaye Wade joue en partie les prochaines élections sur la performance de son équipe à la CAN ! La vie s’arrête pendant cette compétition, c’est beaucoup plus important que la Coupe du monde. Les chefs d’État eux-mêmes sont des dingues de football, des vrais supporters. Quand vous arrivez, ils vous font comprendre qu’il va falloir réussir. Il y a des discussions à bâtons rompus mais c’est enrichissant. Ce qui est plus embêtant, ce sont les conflits avec les ministres qui se mêlent des affaires de la fédération, croyant bien faire. Cela ne fait pas avancer les choses.

Est-ce pour cette raison que le football africain peine à franchir un cap ? Arriver dans le dernier carré d’un Mondial, par exemple ?

En 2010, le Ghana aurait dû aller en demi-finale, mais n’a pas été avantagé… comme souvent les pays africains par le passé. Mais petit à petit, cela va arriver. Je pense qu’il progresse, le foot africain. C’est pour ça qu’il y a des nouveaux venus à la CAN. Ce que fait le Botswana au niveau de la formation va donner des idées à tout le monde.

« Je leur ai dit que le plus grand marabout de l’Histoire, c’était Merlin l’Enchanteur »

Vu d’Europe, la CAN a un côté mystique, archaïque. Est-ce le cas ?

C’est l’Afrique. On n’imagine pas ce que la CAN représente chez les pays participants. Tout le monde s’y met : les jeunes, les anciens, les vieilles « mamas »… Il n’y a pas la télé partout alors les gens s’entassent dans un salon, dans une cour. Pouvoir voir un match, cela se monnaie. Certains louent 100 francs CFA leur place devant le poste de télé. Il y a même un business autour de cela.

Comment les joueurs gèrent-ils cette pression ?

Ils restent dans leur bulle. Leurs hôtels sont particulièrement bien contrôlés aujourd’hui. Après, il y a tout ce qui tourne autour des marabouts. Certains peuvent avoir une influence sur les joueurs et les dirigeants. Mais moi, je n’ai jamais été embêté par cela. Dès mon arrivée au Cameroun en 1985, j’ai expliqué à tout le monde à la télé que j’étais Breton, et que le plus grand sorcier de l’Histoire de l’Humanité, il s’appelait Merlin l’enchanteur, de la forêt de Brocéliande. Cela les avait beaucoup impressionnés. Ensuite, j’ai eu une paix royale avec les marabouts (rires). C’est à partir de là qu’on m’a appelé le « sorcier blanc ». D’ailleurs, je dis souvent aux Africains que si leurs marabouts étaient aussi bons qu’on voulait bien le croire, il y a longtemps qu’un de leurs pays aurait été champion du monde !

Eto’o, Essien, Drogba ont plus de 30 ans. N’y a-t-il pas un vieillissement des icônes africaines ?

La relève sera toujours là. Un garçon comme André Ayew va disputer sa 3e CAN à 21 ans. Il n’est qu’au début de sa carrière. Le Rennais Jirès Kembo, s’il choisit de jouer pour la RD Congo, peut être l’une des futures stars africaines.

À ce propos, comment avez-vous perçu « l’affaire des quotas » en France ?

C’est le débat le plus triste dont j’ai entendu parler. C’est invraisemblable que le sujet ait été abordé de cette façon. Comme Laurent Blanc n’a pas une grande culture hors football, il s’est laissé impressionné, même s’il s’est ensuite excusé. Pourtant, la France devrait s’enorgueillir de pouvoir fournir des joueurs aux pays africains. In fine, de toute façon, les meilleurs joueurs intègrent l’équipe de France. C’est donc un « vrai-faux » débat, comme on en a au moins un par jour en France. Les quotas, les expulsions… C’est triste. La France fait rire quand on vit à l’étranger et son image se détériore d’année en année.

« Un sélectionneur européen en Afrique gagne entre 20 000 et 50 000 euros par mois »

D’où vous vient cet amour pour l’Afrique ?

J’ai été élevé en Bretagne et en Normandie dans un milieu très concerné politiquement. Mes parents, directeurs d’école et humanistes, se sont battus pour les indépendances des pays africains. Tout jeune, j’ai été concerné par l’Afrique.

Vous avez beaucoup bourlingué, aussi en dehors de l’Afrique. La Syrie, dernièrement, par exemple…

J’y suis arrivé juste avant les événements meurtriers. Mon expérience a duré un mois. J’ai donné mon accord à la fédération puis les problèmes ont commencé trois jours après. Trois semaines plus tard, on tirait sur les gens dans la rue. Le lendemain, j’ai prévenu la fédération que je ne pouvais pas cautionner cela. J’ai refusé de rencontrer Bachar el-Assad, le président, et je suis parti. C’est douloureux, car c’est un pays formidable où il y a un vrai potentiel pour le football. La folie des hommes a tout gâché.

Combien gagne un sélectionneur européen en Afrique ?

Entre 20 000 et 50 000 euros mensuels, pour les mieux payés. Cela peut paraître paradoxal sur un continent si pauvre, mais les Africains ne vous reprochent jamais l’argent que vous gagnez, tant que vous bossez et que vous respectez le pays dans lequel vous êtes. Et croyez-moi, ils seraient même prêts à cotiser un peu plus pour garder un bon sélectionneur, tant ils aiment le football…

Recueilli par Arnaud HUCHET. 


SUR LE MÊME SUJET
Quelle politique pour la France en Afrique en 2012 ?
Par Luc Machet Alors que les élections présidentielles au Sénégal et la candidature d'Abdoulaye Wade à un troisième mandat révèlent l'importance prise par la société civile dans ce pays, la France tente d'adopter une posture neutre en se gardant de tout arbitrage, malgré des années de complaisance coupable envers le président sortant. De fait, la politique de la France en Afrique sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy s'est caractérisée par son absence de doctrine et de ligne directrice, laissant la France marginalisée, actrice de second plan derrière notamment les pays émergents. Cette note propose des pistes pour refonder la politique africaine ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba qui prend une part active au 21è sommet économique mondial sur l’Afrique, ouvert le 4 mai 2011 à Cap Town en Afrique du Sud, a défendu la position du Gabon et par ricochet, celle de l’Afrique centrale sur les changements climatiques et dont il est d’ailleurs le porte-parole, rapporte le site du gouvernement gabonais. A ce sujet, Ali Bongo Ondimba a appelé le continent à s’unir s’il veut se faire entendre dans le concert des nations sur les problèmes de changements climatiques qui menacent durement les continents pauvres, dont l’Afrique. Il s’agissait pour le ...
Lire l'article
Le Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba a quitté la capitale gabonaise depuis le mardi après –midi à destination de Cap Town en Afrique du Sud où il a pris part ce mercredi à l’ouverture du 21ème Forum économique mondial sur l’Afrique. La rencontre du Cap qui enregistre la présence de plus de 900 délégués venus de 60 pays est placée sous le thème "L'Afrique : de la vision à l'action ». C’est un rendez-vous hautement économique et qui permettra aux dirigeants du continent et aux opérateurs économiques d’échanger sur leurs différentes possibilités d’appréhender les mécanismes susceptibles de mener ...
Lire l'article
Le premier ministre Gabonais, Paul Biyoghe Mba a ouvert les assises de la 17ème réunion du groupe régional de l’Institut mondial des caisses d’épargnes (IMCE) axé sur « l’inclusion financière via la téléphonie mobile », en présence de quelques membres du gouvernement, des responsables de cet institut et des nombreuses délégations des pays membres, a constaté GABONEWS. Ouvrant les travaux Paul Biyoghe Mba a encouragé la Poste Gabonaise à tirer profit des expériences des autres pays membres de l’IMCE pour consolider son expertise et les nombreuses mutations de ces derniers temps qui commencent à porter du fruit à la population. « Je ...
Lire l'article
Le comité scientifique et technique de l’association africaine de l’eau (AAE) a entamé lundi au centre des métiers Jean Violas d’Owendo, une réflexion sur son plan d’actions pour la période 2010-2012. Le Président directeur général de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), François Ombanda, a tenu, dès l’ouverture de travaux, qui doivent s’achever vendredi prochain, à remercier les conférenciers venus de plusieurs pays africains en vue d’engager une profonde réflexion sur le plan d’actions de l’AAE pour la période 2010-2012. Pour sa part, le président de cette association qui recouvre les opérateurs d’eau en Afrique, Mamadou Dia, a ...
Lire l'article
L’équipe sud africaine les Bafana Bafana qui reçoit la première Coupe du monde sur ses terres, dès ce vendredi, se prépare a écrire une des pages les plus importantes de son histoire, et semble portée par un enthousiasme illimitée malgré la grandeur du défi qui les attend, rapporte le site de la FIFA. Force est de reconnaître que les supporters sud-africains ont connu bon nombre de désillusions ces dernières années. Pourtant, l'équipe nationale a régulièrement prouvé qu'elle pouvait rivaliser avec les meilleurs, même si la constance n'a pas toujours été au rendez-vous. Le fait de disputer une Coupe du ...
Lire l'article
Il y eut Guy Penne, « Monsieur Afrique » de François Mitterrand, ou encore le sénateur Pierre Biarnès, éminence de la Françafrique et de la franc-maçonnerie. La relève se fait aujourd’hui plus discrète. Pas question, à la Grande Loge nationale française (GLNF), de révéler qui est le « Monsieur Afrique ». Si certaines obédiences africaines se disent proches d’Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et conseiller pour la sécurité de Nicolas Sarkozy, lui se fait discret. Tout comme Patricia Balme, gourou en communication de Paul Biya. La « franc-maçonnafrique » est loin d’être enterrée. Le conseiller régional Philippe Guglielmi, ...
Lire l'article
Le docteur Eric Leroy, directeur de l’unité des maladies virales émergentes du centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) a été récompensé du «Prix Christophe Mérieux» 2009 pour ses travaux sur les virus d’Ebola et de Marburg à l’occasion d’une cérémonie célébrée le 8 avril dernier à Franceville, dans le Sud-Est du pays. Les recherches de l’équipe du docteur Leroy avaient permis de découvrir le réservoir des virus Ebola et Marbourg, faisant ainsi un bond de géant à la lutte contre ces deux endémies parmi les plus meurtrières dans l’hémisphère Sud. Le succès des recherches du docteur Eric Leroy, ...
Lire l'article
La recherche gabonaise vient d’être honorée à travers l’attribution du Prix « Christophe Mérieux » 2009 par l’Institut de France au Docteur LEROY Eric, spécialiste notamment des maladies virales émergentes au Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF), selon un communiqué reçu ce mardi par GABONEWS. Le Dr Eric Leroy, chercheur au CIRMF, couronné du « Prix Christophe Mérieux » 2009 Pour le CIRMF, cette distinction conférée par l’Institut de France, représente un couronnement pour les travaux de recherches du lauréat sur les maladies virales émergentes et les grandes arboviroses (maladies transmises par des insectes du type moustique…) au Gabon. L’Institut de ...
Lire l'article
D'après un communiqué parvenu, mardi à la rédaction de GABONEWS, le Programme alimentaire mondial, (PAM) institution des Nations Unies, considère la hausse des prix dans le continent africain comme un « Tsunamie silencieux », une réaction que les Associations gabonaises qui luttent contre la Vie chère, trouvent salutaire, à l'exemple de l'Association « Cri des Femmes » qui attend pour la cause organiser une marche de protestation dans la capitale gabonaise. e PAM estime que « c'est un nouveau visage de la faim en Afrique » car, « les millions de personnes qui n'étaient pas dans une catégorie urgente, ...
Lire l'article
Quelle politique pour la France en Afrique en 2012 ?
Ali Bongo Ondimba au 21ème Forum économique mondial en Afrique du Sud présente la vision du Gabon
Ali Bongo Ondimba à l’ouverture du 21ème Forum économique mondial en Afrique du Sud
Economie / « L’inclusion financière via la téléphonie mobile », examiné à Libreville à la 17ème réunion régionale Afrique de l’institut mondial des caisses d’épargnes
Afrique: Le Conseil scientifique et technique se penche sur le plan d’actions 2010-2012
Mondial 2010: Les Bafana Bafana ouvrent le bal de la première Coupe du Monde en Afrique face au Mexique
France-Afrique: Des maçons bien discrets
Gabon : Leroy «Prix Mérieux 2009» pour ses trouvailles sur l’Ebola
Gabon: Le Dr Eric Leroy, chercheur au CIRMF, couronné du « Prix Christophe Mérieux » 2009
Gabon: Le Programme alimentaire mondial s’insurge contre la hausse des prix en Afrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*